Hitler, la propagande et le monde arabe – ou le legs incongru du nazisme qui continue de nous hanter

Publié par joe le 03-06-2017 20:25:35

Hitler, la propagande et le monde arabe - Jeffrey Herf

Cet excellent ouvrage qui nous fait pénétrer dans la lettre et l’esprit de la propagande nazie pendant la 2e Guerre mondiale a de quoi surprendre par bien des aspects, qui restent sinon largement escamotés de nos jours. Bien sûr, on peut d’abord y mesurer toute l’ampleur et la profondeur de la propagande anti-juive déployée par l’Allemagne nazie. Ainsi que la proximité, pour ne pas dire l’intimité des dirigeants nazis et de leaders religieux musulmans de l’époque. Mais on y découvre aussi et surtout que la propagande nazie, dans le monde arabe, était totalement imprégnée de culture musulmane.

Il est commun aujourd’hui de penser ou d’avancer que le nazisme a influencé négativement le monde arabe, lui a inoculé un venin anti-juif concocté dans un chaudron de nationalisme raciste et hégémonique. Mais à la lecture des textes de propagande destinés au monde arabe, et qu’on est vite porté à qualifier plutôt de prêches, on s’aperçoit en fait que la propagande nazie en arabe se fondait essentiellement sur les croyances musulmanes, et faisaient systématiquement référence au Coran, à Mahomet, à la glorieuse histoire des conquêtes arabes… et à la haine anti-juive secrétée par la religion musulmane.

Oui, la propagande nazie a donné à l’antisémitisme un caractère quasiment cosmique en affirmant que les juifs dirigeaient le monde entier – l’Amérique, l’Union soviétique, l’empire britannique et tout ce qui n’était pas l’Axe – et en voulaient la destruction. Mais non, les nazis n’ont pas enseigné le nazisme aux Arabes – ils leur ont servi leur propre culture, très ostensiblement musulmane. Et les dignitaires (religieux) musulmans qui les y ont aidés voyaient en eux avant tout des ennemis des juifs, c’est-à-dire les meilleurs ennemis de leurs ennemis héréditaires. Il est de bon ton, aujourd’hui, de dire que les juifs ont pu s’entendre avec les musulmans au Moyen Âge, mais dans la mesure où cela a pu être vrai, ce n’était pas grâce à la religion musulmane. Trois références pour s’en convaincre: Le statut légal des non-musulmans en pays d’Islam, Le tribut (jizya) dans l’islam: Interprétation du verset coranique 113/9:29 relatif au tribut (jizya) à travers les siècles et L’Exil au Maghreb – La condition juive dans l’Islam (1148-1912).

Parallèlement, la nécessité pour l’Allemagne nazie de se donner une bonne réputation auprès des populations arabisées et islamisées d’Afrique du Nord et du Proche-Orient a favorisé des efforts de propagande pro-islam en Europe. Et ceux-ci n’ont guère été combattus par les alliés, soucieux eux aussi de ne pas se mettre à dos les populations du monde arabe, où leur situation restait fragile. Ces précautions ont d’ailleurs aussi conduit les alliés, parfois, pour ne pas dire aux pires moments, à ne défendre que très mollement les juifs, surtout sionistes, et à ne pas trop relayer leurs clameurs devant les signes de plus en plus évidents de la Shoah en cours en Europe.

Bref, l’effort de propagande nazie a eu pour effet majeur mais peu connu de conforter, en arabe, le monde arabo-musulman dans des certitudes religieuses qui étaient déjà les siennes, ou du moins de donner à ces certitudes religieuses, je mets en gras et je souligne «religieuses», un écho massif, inconnu jusqu’alors. Ceci tout en fournissant à l’islam, dans nos langues, une auréole de sainteté pour le moins baroque (jusqu’au XIXe siècle, l’islam était l’ennemi déclaré de «l’Europe chrétienne»), mais que personne, alors, n’avait trop intérêt à contrer. Et cette propagande-là a été largement poursuivie ensuite, et même amplifiée par les pétrodollars, jusqu’à nos jours.

Ainsi, alors que la composante spécifiquement nazie de la propagande de haine produite industriellement pendant la 2e Guerre mondiale a été très fortement combattue en Occident après la guerre (surtout en Allemagne, bien sûr), sa composante spécifiquement musulmane a été laissée à elle-même. L’effort de propagande nazie a donc déclenché ou fortement accéléré un processus toxique de radicalisation religieuse dans le monde arabo-musulman et d’apologie de l’islam dans nos pays, dont les effets se font toujours sentir. Et à ce jour, ce legs incongru du nazisme continue de proliférer sans entraves.

Source

Alain Jean-Mairet


http://www.l-union-fait-la-force.info


Ce message est de : http://www.l-union-fait-la-force.info/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=20140