800 retraités marocains veulent faire cracher 170 millions à la SNCF !

Publié par joe le 23-05-2017 11:24:58

800 retraités marocains veulent faire cracher 170 millions à la SNCF !

Fais du bien à Bertrand, il te le rend en… ?

A l’heure où le tout récent président, comme les précédents, estime que l’immigration est une chance pour la France et que nous devrons ouvrir les portes en grand pour les laisser entrer, il est important de scruter ce que nous réservent ces chances-là.

Le futur ex-Premier ministre vient de composer (comprendre : jouer un rôle de composition au cinéma) son équipe et nous avons eu la surprise (MDR) d’écoper d’un Bayrou à la Justice. Après la Taubira, rien n’est vraiment fait, depuis cinq ans, pour rassurer les Français. Les autres ministres ne sont guère mieux mais tous devront jouer leur rôle attribué par le réalisateur Macron : être pro-immigrationniste.

A lire aussi :

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (15)

Exécutif Macron : immigration, attention danger ! 
Nekkaz « Toutes en burkini sur les plages de Cannes le 26 mai « : que va faire Macron ? m
Valls et Cazeneuve n’ont pas fait appliquer la loi dans les quartiers sensibles !

Coraneries : le ramadan est une tradition suédoise
Massy, scooters à contre-sens sur l’autoroute, quads bloquant le poste de police… en toute impunité
Moulins : Présumey va-t-il héberger les clandestins expulsables ?
Dunkerque : le docteur Goidin, deux fois agressé en une semaine…
Erdogan à Bruxelles et les islamo-collabos politiques
Le traître Trump offre à l’Arabie saoudite le statut de capitale de la lutte contre le terrorisme
En Suède, les symptômes d’une société qui court à son suicide
Médias enfumeurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (61)

Comme les médias étaient très occupés à vendre le produit de leur labeur macrophile sur tous les écrans, des informations intéressantes ont été occultées à dessein. Vous savez, c’est comme ces lois qui sont votées au Parlement pendant la nuit ou pendant les vacances, dont personne ne vous parle. Pour votre plus grand étonnement, vous les découvrez quand elles sont appliquées et que vous en faites les frais.

Le lundi, donc, où on attendait le nom du futur Premier ministre, comme ces médias n’avaient rien à dire ou à proposer faute d’info, on a pu voir, pendant plus d’une demi-heure, sur BFM, un préposé au balai qui a dû user le pavement de la cour d’entrée matignonnaise à force de nettoyer toujours la même surface réduite à deux mètres carrés.

Mais qu’importe ! Ce brave homme de souche africaine, citoyen français ou pas, faisant du surplace, suivra-t-il l’exemple de ces huit cents (800) ressortissants marocains qui ont intenté un procès pour discrimination, il y a deux ans, à la SNCF ?

Parce que, pendant que le tout nouveau président s’amusait à immobiliser toutes les chaînes télévisuelles, pour une nomination qui n’était plus un secret depuis des mois, se jouait à Paris le procès en appel de ces cheminots de souche marocaine qui s’estiment lésés dans leur carrière professionnelle.

Il faut savoir que la compagnie avait été condamnée, en première instance aux Prud’hommes, à verser 170 millions d’euros aux plaignants, parce qu’elle aurait moins bien traité ces employés immigrés que leurs collègues français.

Toujours soucieux d’arabisation, l’AFP titrait son article : « 800 chibanis marocains demandent réparation à la SNCF ».
Comme, dans la France d’aujourd’hui, il serait discriminatoire de parler et d’écrire français, il faut, aux Français, s’adapter à la langue de l’immigré. Et puisqu’il s’agit de Marocains, parlons arabe !

Ne cherchez pas, dans vos dictionnaires, une tribu ou une ethnie chibani vivant ou ayant vécu au Maroc. Vous ne trouverez pas encore le mot… ça viendra, sûrement.

Pour ceux qui ne savent pas, « un chibani », en langage maghrébin, c’est une personne âgée, un vieillard, tout simplement.

Il s’agit donc de 800 immigrés marocains ayant atteint l’âge de la retraite, donc des vieux ! Ils auraient pu écrire, dans leur article, 800 retraités issus de l’immigration. Ben, non. Le retraité, ça ne paye plus, ça ne fait plus pleurer dans les chaumières bienpensantes. Par contre, insister sur leurs origines arabes, ces pauvres immigrés discriminés, spoliés par l’affreuse France raciste, ça, c’est vendeur.

Alors, allons-y gaiement, écrivons en arabe, que diable !

Venons-en au fait. Ces immigrés venus dans notre pays pour travailler, il y a quelques années, ont été employés selon les règles de l’époque par la SNCF qui en a quand même embauché 2.000 dans les années 70 selon un « accord » signé avec le Maroc.

Ils n’avaient pas droit au titulariat puisque étrangers. C’était des contractuels dépendant du régime général de la Sécurité Sociale et non de celui très avantageux des cheminots. Ceux qui, par la suite (environ une centaine), ont eu le bénéfice de la nationalité française, ont pu être titularisés mais en perdant de facto les années d’ancienneté acquises au titre du régime général de la Sécurité Sociale.

Jusque-là, il n’y a rien d’anormal dans le droit du travail.

Sauf que, maintenant à la retraite, ces immigrés accusent la SNCF de les avoir délibérément cantonnés aux plus bas niveaux de qualification et de salaires qui les pénaliseraient pour le calcul de la retraite. Et ils hurlent à la discrimination, comme de bien entendu !

Nous tous qui ne bénéficions pas de retraites de fonctionnaires ou assimilés, nous ne crions pas à la discrimination. Que l’on ait ou non travaillé dans une administration, selon les contrats d’embauche qui étaient les nôtres, nous en acceptons les clauses et leurs conséquences. Pas eux !

Un de ces travailleurs immigrés marocains, retraité de 72 ans, aujourd’hui, témoigne :
« J’ai commencé en 1972 à la gare de Lyon. Je n’ai pas eu de carrière, ils ont pris 15 ans de ma vie en plus. Les collègues français partent à la retraite à 55 ans, moi (je suis parti) à 70 ans. Je veux que la justice me rende ce qui m’appartient. »

Oui, mais…. Pendant 47 ans, il a été bien content de travailler et d’être payé rubis sur l’ongle, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas dans son pays.

Leur avocate, aidée par les CGT, PC et autres pro immigrants bienpensants, réclame réparation de leur préjudice intégral de carrière et de retraite recalculé à la hausse. Rien que ça !
Pour faire bonne mesure, ils attendent de la SNCF la reconnaissance du « préjudice moral » qu’ils ont subi par « l’humiliation qui leur a été infligée ».

On n’en sortira jamais. Comme ils sont immigrés – et principalement du Maghreb – ils n’ont de bouche que pour réclamer tout à la France qui leur doit tout ! La France éternellement redevable, ça commence à bien faire !

Il semblerait qu’avec l’équipe de bras cassés en place – momentanément – à la gouvernance du pays, nous allons avoir beaucoup de ces procès en « discrimination » qui exigent espèces sonnantes et trébuchantes en retour.

Reste que les « Français de France », pas immigrés, voient leur retraite réduire comme peau de chagrin quand les immigrés de plus de 60 ans, ayant ou non cotisé en France, reçoivent de l’État français, une pension plus élevée que certains de nos agriculteurs, pêcheurs ou artisans ayant travaillé et cotisé toute leur vie.

En 1970, il y a 47 ans, personne n’a obligé ces travailleurs à venir chez nous. Ils sont venus de leur propre chef, comme ceux qui arrivent par milliers aujourd’hui.

Si, à cette époque, l’État français signait des « contrats » avec les pays du Maghreb, il en a bien plus encore signé depuis les cinq années de Sarkozy et les cinq de Hollande, sans compter les cinq à venir, qui nous promettent des années très sombres dans notre futur. Et peut-être que, demain, cet employé chargé de balayer la cour de Matignon, demandera réparation pour l’humiliation subie en ce jour néfaste de passation de pouvoir, qui sait ?

A force de ménager la chèvre et le chou, nos dirigeants nous ont condamnés à devenir des Français pauvres. Des travailleurs sans une retraite décente assurée malgré une vie de labeur remplie et l’acquittement d’impôts en tous genres. Une jeunesse française qui voit, après des années d’études, les postes occupés par des immigrés bénéficiant de « contrats » avec leur pays de souche. Des années à étudier « pour rien ». Les sacrifices des parents « pour rien ». Au bout du chemin, la reconversion ou le chômage.

La France est devenue un pays tiers-mondiste. Il y a les riches et les pauvres.

De plus en plus de Français vivent dans les mêmes conditions que les immigrés ont fuies. Alors que ceux-là sont venus ici pour vivre sur le même pied d’égalité que nous, c’est nous qui devenons comme eux quand ils vivaient dans leur pays. Les chances pour la France n’ont pas réussi aux Français, c’est le moins qu’on puisse dire.

Et on nous reproche d’être « nationalistes » !

Danièle Lopez
Source :
https://www.romandie.com/news/Plus-de- ... n-a-la-SNCF_RP/795861.rom

http://www.l-union-fait-la-force.info


Ce message est de : http://www.l-union-fait-la-force.info/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=20043