Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Mon enfant s’est converti à l’islam : que faire ? [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]




(1) 2 »

Mon enfant s’est converti à l’islam : que faire ?
#1

De nombreux témoignages de parents inquiets foisonnent sur Internet.

Il est difficile d’avoir une réponse toute faite pour ce genre de question. Chaque vécu est différent, aussi bien du côté des parents que des enfants. En parcourant plusieurs forums, j’ai tenté de dresser une liste de conseils ou de pistes de réflexions qui, j’espère, aideront les parents en détresse.

Ce post s’adresse évidemment aussi à tous ceux qui s’inquiètent de la conversion d’un de leurs proches à l’islam.

 

Comment devient-on musulman ?

Un personne se convertit à l’islam en disant: “La ilaha illa Allah, Mohammadour rasoolou Allah”. Ces paroles signifient: "Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah et Mohammed est Son messager". La première partie, "Il n'y a pas d'autre Dieu qu'Allah", signifie que personne ne mérite d'être adoré à part Dieu, et que Dieu n'a ni partenaire ni fils. Pour officialiser cette attestation de foi, il suffit de le faire devant un imam. Cela permet d’avoir les documents nécessaires pour accéder à La Mecque.

Pour être musulman, on doit aussi :
- Croire que le Coran est la parole de Dieu, révélée par Lui.
- Croire que le Jour du Jugement (ou Jour de la Résurrection) est bien réel et qu'il viendra, ainsi que Dieu l'a promis dans le Coran.
- Accepter l'islam et en faire sa religion.
- Ne pas adorer quoi que ce soit ou qui que ce soit à part Dieu.

 

1) Encaissez la nouvelle

Voir son enfant changer de religion peut être perçu comme une trahison car la religion est en général un héritage familial. Souvent, les convertis tendent malheureusement plus vite vers le radicalisme par rapport aux jeunes nés musulmans, probablement car ils cherchent de nouveaux repères et qu’ils désirent y adhérer avec force.

2) Gardez contact avec votre enfant

Votre enfant a le droit de se convertir à la religion qu'il désire. Il faut, dans un premier temps, accepter ce choix personnel sous peine de risquer de perdre tout contact avec lui.
De son côté, votre enfant doit aussi comprendre que votre inquiétude est normale en tant que parent. Cette inquiétude est une preuve d’amour. Dites-lui que vous l’aimez.
Sauvegarder le dialogue est primordial. Votre enfant doit pouvoir vous faire part de ses doutes. Vous devez lui dire (et il a besoin d’entendre !) qu’il sera toujours le bienvenu chez vous et que vous êtes prêt à l’accueillir si « l’expérience » tournait mal.
Surtout, n’entamez pas de façon frontale le procès de l’islam. Ne lui interdisez pas de pratiquer car votre enfant pourrait se radicaliser dans l’islam.

3) Observez et dressez un premier bilan

Quel est son âge ? Est-il majeur ?
Ses fréquentations ont-elles changé ? Rapidement ou pas ?
Est-il influençable ? Amoureux ? Cherche-t-il à sortir d’un « isolement affectif » ?
Vous manque-t-il de respect ?
Est-il actif ou passif ? Travail ? Etudes ? Recherche d’emploi ?
Jusqu’à quel point son mode de vie est-il dicté par les textes musulmans ? Vêtements ? Nourriture ? Prières à la mosquée ?
Votre fille (ou belle-fille) porte-t-elle le voile ?
Votre fils (beau-fils) porte-t-il la barbe ?
Est-il (elle) marié à un musulman(e) ? Celui-ci est-il né en Belgique (France…) ?
La belle-famille vit-elle en Belgique (France…) ou dans un pays musulman ?

4) Comprendre l’intérêt de cette conversion pour votre enfant

En tant que parent, il est normal de culpabiliser et de se demander à quel moment on a « fauté » dans l’éducation de son enfant. Ce qui est surtout important dans un premier temps, ce n’est pas de prouver que votre enfant a tort mais de comprendre l’intérêt que votre enfant trouve dans cette conversion.
Est-ce vraiment une question de religion ? Pourquoi ne pas avoir approfondi sa religion d’origine ? Une autre religion aurait-elle pu faire l’affaire ?
Est-ce plutôt lié à un besoin d’épanouissement personnel ? D’autres activités auraient-elles pu répondre à ses questionnements et à sa quête du bonheur ?

Quels sont les intérêts qu’il trouve personnellement à sa conversion pour son épanouissement personnel ?
- crise identitaire (manque d’assurance, identité mal définie, rituel de passage)
- manque ou perte de repères (divorce des parents, parent démissionnaire dont le père !)
- souhaite explorer d’autres cultures par curiosité (effet « citoyen du monde »)
- recherche d’apaisement psychique aux angoisses existentielles (proie facile pour les sectes)
- amoureux d’un(e) musulman(e) (amour réciproque ou intéressé ?)
- amis musulmans (effet de mode, effet de groupe)
- opposition aux valeurs familiales (caractère rebelle et contestataire, besoin de liberté)
- aime être flatté et mis en valeur par d’autres musulmans (manipulé mentalement)
- veut défendre une cause et se sentir utile (djihad)
- besoin d’être soumis à une autorité (besoin d’être rassuré, liberté angoissante, fuit ses responsabilités d’adulte)
- capter votre attention et provoquer le débat (attend votre intérêt à son égard, cherche à savoir si vous tenez à lui sans oser vous poser la question)
- refus du regard des hommes chez la jeune fille voilée (sexualité mal acceptée)

5) Est-il tombé dans une forme de radicalisme ?

- changement rapide de fréquentation (refus de voir certaines personnes, y compris anciennes fréquentations), provoque une rupture amoureuse
- anormalement secret (ne dit pas où il va, ni ce qu’il fait)
- s’habille comme un musulman (porte le voile ou la barbe)
- très pratiquant, refus total de s’assouplir face aux traditions familiales (repas…)
- prie plusieurs fois par jour et se rend très souvent à la mosquée
- ne veux pas travailler
- limitation des contacts, notamment avec les personnes de l’autre sexe (embrassades, discussions)

6) Ne vous adaptez pas à sa nouvelle religion. Gardez vos valeurs.

L’islam étant une religion qui pratique activement le prosélytisme (ses adeptes cherchent à « susciter l'adhésion » des non musulmans), ne changez rien à vos habitudes.

Sans le savoir, votre enfant va probablement vouloir jouer ce jeu du prosélytisme. Il ne cherchera ni à vous provoquer ni à vous blesser, mais vous le serez quand même. Il faudra garder votre sang froid et ne pas sombrer dans la panique ou l’hystérie en l’écoutant débiter ses bondieuseries. Le but de votre enfant est simplement de répondre à son besoin d’être reconnu dans une identité personnelle, et différente de la vôtre. Il veut simplement devenir un « bon musulman ».

Sous le couvert de la religion, il va utiliser de façon totalement inconsciente des techniques issues de la manipulation mentale afin d’obtenir un changement dans votre comportement et votre façon de penser. L’intérêt de cette manœuvre est de modifier votre perception négative de l’islam afin de vous faire embrasser vous aussi cette religion. Même si ce que votre enfant vous demande semble minime, il ne faudra pas céder ! Cette technique bien connue en psychologie et se nomme « l’engagement ». Si vous acceptez la moindre concession, vous refuserez difficilement les suivantes.

Continuez tout ce que vous faisiez avant la conversion de votre enfant sans provocation. Mangez du porc et buvez du vin en famille si cela fait partie de vos traditions familiales. Pour les femmes, continuez à porter des décolletés, des jupes ou des manches courtes, même devant d’autres musulmans. Ne portez pas le voile si vous êtes une femme, y compris en visite à la mosquée de votre enfant. Réclamez que votre enfant vous serve à boire ou à manger si vous passez dire bonjour chez lui, même pendant le ramadan. Fêtez Noël et Pâques comme vous le faisiez auparavant et invitez-le. Acceptez de discuter des textes, mais refusez d’entrer dans la pratique de la prière avec lui. Refusez ses tentatives de prêche à votre égard (envoi de textes coraniques ou de livres musulmans…), sauf s’ils feront l’objet d’une discussion où chacun aura droit d’exprimer son point de vue.

Le « principe de réciprocité » implique que si votre enfant veut vivre comme il l’entend, vous aussi, vous avez le droit de vivre comme vous l’entendez. Si votre fille porte le voile devant des hommes, cela ne signifie pas que la maman doive porter le voile devant des hommes musulmans puisqu’elle n’est pas musulmane.

7) Informez-vous un maximum et jouez la «  tactique de l’effondrement »

Gardez toujours une longueur d’avance sur l’information. Vous ne pouvez pas forcer la volonté de votre enfant mais vous pouvez jouer « la tactique de l’effondrement ». Cela consiste à démontrer le faux, et à contredire les arguments de votre enfant, de façon à lui ouvrir les yeux et à jeter le doute. Faites appel à son intelligence. Dites-lui qu’il reste seul maître dans ses décisions.
Vous pouvez vous renseigner sur Internet et lire des livres, de façon à avoir les bons arguments et les bonnes réactions au bon moment. Gardez l’esprit clair et essayez de gommer toutes les émotions parasites pour ne pas tomber dans le mélodrame à chaque réunion de famille.

a) L’islam

Vous devrez aussi bien aller voir ce qui se raconte du côté des pro-islamistes que des opposants afin de développer un argumentaire efficace. Décortiquez chaque phrase des textes islamiques et voyez comment les uns et les autres se défendent.
« L'Islam pour les Nuls », de Malcolm Clark. Ouvrage neutre de culture générale.
« Le coran pour les nuls », de Malek Chebel.

b) La manipulation mentale :

Lire un livre sur les techniques de manipulation mentale peut être intéressant pour savoir à quel moment vous pourriez être manipulé, vous ou votre enfant, par les dérives d’un islam radical.
« Les manipulateurs : Les identifier, déjouer leurs pièges », de Marie-Laure Cuzacq. Facile à lire et à comprendre.
Si votre fille est amoureuse d’un musulman et qu’elle se confie, lisez « Les manipulateurs et l'amour », de Isabelle Nazare-Aga. Vous pourrez l’amener plus facilement à identifier des comportements malsains.

c) Les sectes

L’islam a des branches radicales comparables à des sectes. Toute la littérature se rapportant aux sectes est donc utile. Comment sortir d’une secte ? Comment déprogrammer un adepte ?

d) Les phénomènes religieux

Pourquoi croit-on ? Est-ce que Dieu existe ? Qu’est-ce que l’athéisme ? Quelle différence entre religion et spiritualité ?
« L'esprit de l'athéisme : Introduction à une spiritualité sans Dieu », de André Comte-Sponville.
« Traité d'Athéologie », de Michel Onfray.

8) Si vous sentez que votre enfant vous échappe malgré vos efforts…

Utilisez des références de textes islamiques pour calmer son radicalisme.
S’il s’habille bizarrement : « Vous devez pratiquer. Toutefois vous devez vivre avec votre temps ».
S’il refuse de travailler au nom du coran, ce n’est pas normal : « Un musulman a l’obligation de subvenir au besoin de sa famille ».
Dans l’Islam, Dieu accorde une importance au respect des parents : « Désobéissez moi, mais obéissez à vos parents ».
Faites-vous respecter en tant que mère. Pour un musulman, une mère a une valeur immense. Elle a droit à la reconnaissance, au respect et à l’amour infini : « Le paradis d’un musulman est sous les pieds d’une mère ».
 
9) Demandez de l’aide en dehors de la cellule intra-familiale…

Il est parfois utile de faire appel à quelqu’un d’extérieur à la famille, que ce soit pour discuter soi-même avec cette personne ou pour que cette personne discute avec son enfant.
Adressez-vous à une association laïque, chrétienne ou autre pour vous faire aider.
Demandez conseil à un homme de foi, un curé, un pasteur ou tout autre représentant religieux, selon vos propres convictions. Ne pas croire en Dieu n’est pas un problème pour discuter avec ce genre de personne. Avoir plusieurs avis peut être intéressant.
Demandez une entrevue avec un imam « modéré » d’une mosquée officielle pour discuter de la conversion de votre enfant. Peut-il intervenir en cas de pratiques radicales pour le ramener à un « islam modéré »? Même si cette situation n’est pas idéale et ne vous satisfait pas, le but est de garder contact avec votre enfant, et surtout qu’il ne se fasse pas enrôler dans des pratiques extrêmes. Si l’imam n’intervient pas, contactez une association qui s’occupe des dérives sectaires. Décrivez votre échec avec l’imam. Donnez son identité.

10) Si vous vous sentez l’âme activiste…

Si vous constatez que votre enfant se radicalise et perd contact avec la réalité, essayez de savoir à quelle mosquée votre enfant se rend. Votre enfant est peut-être perdu pour un temps, mais vous pouvez encore éviter le pire à d’autres parents. Reporter toute votre attention à sauvegarder les enfants des autres est parfois une façon de survivre à des situations de détresse parentale (enrôlement dans des sectes, toxicomanie, décès, suicide…). La mosquée est-elle radicale ou modérée ? La mosquée est-elle officielle ? Demandez des informations auprès de votre policier de quartier. Peut-on la faire fermer si elle est clandestine ou infiltrée par des intégristes ?

Si vous avez d’autres suggestions ou que vous connaissez des associations qui sont à l’écoute de ce genre de problème, il serait intéressant de répondre à la suite de ce message. Merci d’avance.

 

 http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 06/12/2012 00:12
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Mon enfant s’est converti à l’islam : que faire ?
#2

Ce qui suit est une situation extrême, mais elle ne peut être ignorée, même chez nous en Belgique...

Extrait du journal télévisé de la RTBF Belgique (14/03/2013, 19h30).

http://www.rtbf.be/video/detail_la-fa ... ttant-en-syrie?id=1807225 (durée 2:40)

 

Environ 70 personnes auraient à ce jour quitté la Belgique pour combattre en Syrie auprès des rebelles qui luttent contre Bashar Al Assad. Parmi eux, il y a Brian, un jeune Anversois dont rien ne laissait présager ce choix jusqu’à ce qu’il croise le chemin de Sharia 4 Belgium. Sa tante témoigne.

A 19 ans à peine, Brian a décidé de quitter son domicile d’Anvers en pleine nuit il y deux mois et demi. Sa tante, Ingrid De Mulder témoigne : "il a juste réveillé sa sœur de 12 ans en lui disant qu’elle ne le reverrait plus jamais. Puis il a laissé ses clés, sa carte d’identité et son gsm sur la table avant de partir".

Ensuite, le jeune Belgo Brésilien s'est évaporé dans la nature avec seulement un peu d’argent en poche, sans plus donner signe de vie. Sa famille ne comprend pas cette décision et espère que la justice apportera des réponses. "La police a ouvert une enquête et confirme qu’il est bel et bien en Syrie depuis au moins trois semaines", précise sa tante.

Brian devenu musulman, pourquoi un tel changement ?

Les photos de vacances qui restent de lui sur les meubles, montrent un jeune garçon plein de joie de vivre et souriant. Pourtant, cette belle énergie apparente s’est transformée en rage de combat. Pour sa tante tout a commencé il y a un an, lorsque Brian a changé de club de foot et a fait de nouvelles rencontres avec des jeunes d’origine marocaine, proches de Shariah 4 Belgium. Très vite, il est devenu musulman et a même changé de nom. Désormais, il se fait appeler "Abu Qasem Brazili". "La situation empirait. On pouvait suivre son évolution sur internet et sur Facebook", explique encore sa tante.

Une conversion radicale

Les propos que l’on retrouve sur son profil facebook sous son nouveau nom, tels que "il y aura du travail acharné et des sacrifices à faire", sont éloquents. Sa famille le découvre aussi dans une vidéo sur internet où il participe à une manifestation organisée par Sharia 4 Belgium. Au fil des mois, sa conversion s'est transformée en radicalisation. "C’était comme un lavage de cerveau", explique sa tante. "Il était de plus en plus fermé. Il priait et ne parlait plus avec nous".

"Mais Brian, c’est un joueur de foot, pas un soldat. En plus, il ne parle ni ne comprend l’arabe", s'inquiète sa tante. Aujourd’hui, même si la justice assure qu'elle tente de retrouver le jeune homme, sa famille n'a que peu d'espoir.

Si Ingrid De Mulder a accepté de témoigner aujourd’hui, c’est surtout pour éviter que d’autres adolescents ne basculent eux aussi.

I.L. avec A. Fogli

http://www.rtbf.be/info/societe/detai ... -sans-prevenir?id=7948099   (15/03/2013)

 

 http://www.l-union-fait-la-force.info

 


Publié le: 15/03/2013 18:41
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Mon enfant s’est converti à l’islam : que faire ?
#3

Voici une vidéo du journal télévisé de la RTBF Belgique (20/03/2013) concernant Bryan.

http://www.rtbf.be/video/detail_des-n ... islam-en-syrie?id=1808731 (durée 1:29)

La famille de Bryan l’a reconnu sur des vidéos de combats en Syrie.

Dans ces vidéos, on distingue très clairement que les combattants parlent flamands avec un accent anversois, ce qui laisse penser que plusieurs Belges ont effectivement suivi le même chemin que Bryan.

D’autres vidéos sont visibles sur « Halab news network HNN ».

 

 http://www.l-union-fait-la-force.info

 


Publié le: 21/03/2013 13:47
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !