Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Conditionnement et manipulation mentale : Le ramadan des enfants à partir de 7 ans [Actualité en Belgique]





Conditionnement et manipulation mentale : Le ramadan des enfants à partir de 7 ans
#1

ramadan enfant 7 ans

Pour illustrer le conditionnement que les enfants musulmans vivent au contact de l'islam, voici un aspect concret dont les médias belges et étrangers semblent peu à peu prendre conscience : celui de l'apprentissage du jeûne des petits enfants musulmans dès l'âge de 7 ans.

Le respect du jeûne pendant le ramadan est imposé à tous les croyants qui ont passé l'âge de la puberté (14-15 ans en général). Cependant, même si les enfants sont dispensés de faire le ramadan, il est recommandé aux parents d'habituer leurs enfants progressivement à jeûner à partir de 7 ans, et plus précisément à partir de 10 ans, selon leur degré de résistance à la faim.

La manipulation dont ces jeunes enfants sont l'objet est évidemment ce qui doit nous interpeller le plus. Elle n'est qu'un exemple parmi d'autres aspects de leur conditionnement de croyant.

Et on s'étonne que les 2e et 3 générations de musulmans qui sont présents sur notre sol belge n'arrivent pas à s'intégrer et finissent par harceler leurs petits camarades qui font l'effort de vivre à l'européenne ? Faut arrêter de mettre des œillères. Tout ceci est bien réel. Ce n'est pas une fiction.

[Belgique] Bruxelles : un enfant de 7 ans frappé... parce qu'il ne croit pas en Allah
Le ramadan, c’est maintenant
Ramadan

 

A partir de quel âge le jeûne du ramadan est-il obligatoire pour les musulmans ?

puberté

Le ramadan est obligatoire pour tous les musulmans pubères, en général à partir de 14-15 ans pour tous. Un individu pubère est un individu capable de se reproduire (source). Les plus jeunes enfants (7 ans) ne sont donc pas concernés par l'obligation de jeûner pendant le ramadan.

hormones puberté

Le ramadan est un des cinq piliers de l'islam, et pas le voile ! Vu le nombre de foulards islamiques que l'on voit en rue, c'est dire l'importance de faire le ramadan pour les musulmans !!!

Concernant les filles musulmanes, celles-ci doivent commencer le ramadan dès qu'elles ont leurs premières menstruations (en moyenne à 12 ans et demi en France) (source). Cela dit, une jeune fille (ou une femme) qui a ses menstruations ne peut faire le ramadan durant cette période et doit par conséquent rattraper les jours manqués (source 1, source 2).         

ramadan menstruations

Ceux et celles qui ne font pas le ramadan s'exposent à une sanction divine et à ne pas avoir accès à l'entrée du paradis... hum...

 

Le jeûne des enfants encouragé dès l'âge de 7 ans, alors que seuls les pubères sont concernés

éducation islam

Voici ci-dessous ce qu'on trouve sur internet. Ce discours ressemble très fort à ce que trouvent les parents de petits enfants musulmans dans les mosquées. Une partie seulement a été retranscrite. Si vous lisez bien, vous comprendrez tout le processus de manipulation et de lavage de cerveau qu'il y a à éduquer son enfant dans le culte d'Allah, le tout étant justifié de références aux textes sacrés. Ici, il est clair qu'on n'apprend pas à l'enfant à réfléchir par lui-même, que ce soit pour lui ou pour sa communauté, mais juste à obéir. Le conditionnement est le but ultime à atteindre...

"J'ai un enfant de neuf ans. Je voudrais qu'on m'aide à lui donner l'habitude de jeûner le mois de Ramadan, s'il plaît à Allah puisqu'il n'a jeûné que 15 jours du Ramadan passé" (...).

Premièrement, nous sommes contents de recevoir une telle question car elle traduit un grand intérêt pour les enfants dans le sens de les éduquer dans l'obéissance envers Allah Très Haut (...).

Deuxièmement, l'enfant âgé de neuf ans n'est religieusement pas tenu de jeûner parce que mineur (...). Allah Très Haut leur a donné l'ordre de lui apprendre la prière dès l'âge de sept ans et de le frapper, s'il refuse, à partir de l'âge de dix ans (...) (rapporté par Abou Dawoud,495 et jugé authentique par al-Albani dans Sahih Abou Dawoud).

A propos du jeûne, Roubay' bint Miuawwidh ibn Afra (...) a dit: « Le Messager d'Allah (...) envoya quelqu'un au lendemain d'Achoura aux villages voisins de Médine (pour dire ceci) quiconque a entamé la journée en jeûnant, qu'il poursuive son jeûne. Quiconque est entré dans la journée sans jeûne, qu'il en jeûne le reste. » « Dès lors , nous avons commencé à jeûner cette journée et faisions jeûner nos tout jeûnes enfants, avec la permission d'Allah. Nous allions avec eux à la mosquée et leur remettions des joues en coton. Quand l'un d'entre eux pleurait de faim, nous lui donnions le joué et ce jusqu'au moment de la rupture du jeûne.» (Rapporté par al-Boukhari,1960 et par Mouslim,1136).

Omar a dit à un homme ivre en pleine journée du Ramadan: «Malheureux! Même nos enfants jeûnent!» Puis il lui asséna les coups de fouets prévus. (Rapporté par al-Boukhari de manière suspendue dans le chapitre: le jeûne des enfants).

L'âge à partir duquel les enfants peuvent commencer à jeûner, c'est l'âge où ils le peuvent, ce qui peut varier en fonction du physique de l'enfant. Certains ulémas le fixent à dix ans (...).

Troisièmement, s'agissant des moyens permettant de donner aux enfants l'habitude de jeûner, on peut les présenter dans l'ordre suivant:

1/ Leur parler des mérites du jeûne en leur disant qu'il fait partie des causes d'accès au paradis et que celui-ci est doté d'une porte nommée ar-rayyan que seuls les jeûneurs franchiront.

rupture jeûne

2/ Les habituer très tôt au jeûne surérogatoire comme le jeûne de quelques jours de Chabaan afin de ne pas les amener brusquement à jeûner le Ramadan.

3/ Les faire jeûner une partie de la journée , quitte à l'augmenter progressivement.

4/ retarder la prise du repas de l'aube jusqu'à la fin de la nuit, pour les aider à jeûner la journée.

5/ Les encourager à jeûner en leur octroyant des prix quotidiens ou hebdomadaires.

6/ Leur faire des éloges devant la famille au moment de la rupture du jeûne et de la prise du repas de l'aube pour leur remonter le morale.

7/ Susciter l'émulation quand on a plusieurs enfants tout en évitant d' adresser le moindre reproche à celui qui fait moins.

8/ Essayer d'endormir celui d'entre eux qui souffre de la faim ou de l'orienter vers des jeux licites qui ne nécessitent pas un grand effort comme le faisaient les Compagnons avec leurs enfants. Il existe des programmes appropriés pour enfants et des cartoons inoffensifs diffusés par des chaînes de télévision islamiques sûres qui puissent les occuper.

9/ Il est préférable que le père accompagne son enfant après la deuxième prière de l'après midi à la mosquée pour assister à la prière et aux cours et rester sur place pour lire le Coran et se livrer au rappel d'Allah Très Haut.

10/ Réserver des visites diurnes et nocturnes à des familles dont les enfants jeûnent afin d'encourager ses propres enfant à poursuivre le jeûne.

11/ Les récompenser par des tournées licites après la rupture du jeûne ou leur offrir des mets succulents ou des bonbons ou fruits ou jus.

Nous attirons l'attention des parents sur le fait que quand un enfant souffre péniblement à cause du jeûne , il ne faut pas insister pour qu'il le poursuive car cela pourrait lui inspirer la haine pour cette pratique cultuelle ou l'amener à mentir ou provoquer des complications pathologiques  car il n'est pas encore religieusement responsable. Il faut tenir compte de cela et ne pas insister à lui imposer le jeûne.

Allah le sait mieux (source).   

 

La presse belge ose enfin aborder le sujet du ramadan chez les enfants musulmans (avant la puberté)

presse belge ramadan

La presse, qu'elle soit belge ou internationale, commence à prendre conscience de l'endoctrinement auquel sont soumis les petits musulmans qui suivent notre cursus scolaire. Et en effet, la pratique du jeûne avant la puberté se confirme de plus en plus sur le terrain, c'est-à-dire dans notre enseignement officiel. Voici ce qu'écrivait la presse belge à ce sujet...

Le jeûne du ramadan concerne normalement les musulmans âgés de plus de 14 ou 15 ans, les plus jeunes risquant de mettre leur santé en danger s’ils arrêtent de boire et manger durant de longues périodes. Pourtant, un certain nombre de jeunes Belges de 10 ou 11 ans participent, encore cette année, à cette période du jeûne. "J’ai eu plusieurs témoignages comme quoi des jeunes de 10 à 12 ans faisaient le ramadan. Les parents ne savent généralement pas quoi faire et ne les encouragent pas", explique l’échevine molenbeekoise de la Jeunesse Sarah Turine (Ecolo). "C’est une infime minorité, mais on nous a signalé des cas avec des enfants de 10 ans dans nos écoles", confirme l’échevin schaerbeekois de l’Enseignement Michel De Herde (DéFi) (source). 

 

Les internautes non musulmans (!!!) se rebiffent dans les forums pour dénoncer une pratique jugée sectaire à l'égard des enfants musulmans

jeûne ramadan

Le 13/06/2016, plusieurs commentaires ont été laissés dans un forum au sujet du risque d'attentats pendant le ramadan sur les terrasses et dans les écoles, ce qui les plaçait sous surveillance renforcée (source). Voici les commentaires...   

- Il y a des extrémistes et on nous empêche de les dénoncer : Dans une école communale de Liège, un barbu en djellaba et babouches vient rechercher systématiquement sa fille de 7ans à midi depuis le début du ramadan et ne la ramène pas... Motif : il a peur qu'on lui donne à manger à l'école alors qu'il veut qu'elle fasse le ramadan (même à son âge). Les institutrices en ont fait part à l'inspectrice qui a répondu qu'elle ne pouvait rien faire même lorsqu'elles lui ont rétorqué que l'enseignement est obligatoire et que l'absence de la gamine n'est pas justifiée par un document. Rien à faire, la peur de représailles a muselé cette inspectrice. Pauvre gosse... Où va-t-on ?
- Malheureusement, c'est le cas : rapporté la semaine dernière par plusieurs média d'obédiences différentes (à moins qu'il s'agisse d'un complot ?) : de plus en plus de musulmans en Belgique obligent leurs enfants à respecter le jeûne du ramadan, parfois à partir de 7 ou 8 ans... bien qu'effectivement il ne s'adresse pas à eux. Mais je suppose que, comme partout, certains n'en n'ont cure...

- Je sais que THEORIQUEMENT le ramadan ne devrait pas s'appliquer aux gosses mais ce guignol barbu dont je parle, ne l'entend pas de cette oreille et impose le ramadan à sa fille en pissant sur les us et coutumes de sa communauté. C'est pourquoi les institutrices se sont inquiétées du degré d'extrémisme de ce musulman !

- On s'en fout du coran. L'important est que cette pauvre petite gamine soit forcée de faire le jeûne parce que son père dingo d'Allah pense qu'elle ne méritera pas le paradis musulman si elle ne meurt pas de faim pendant la journée. Ce qui démontre bien le degré d'intelligence de ce pauvre type.

 

Les étudiants exemptés de ramadan pendant les examens ? Une fatwa fait polémique et nécessite une mise au point

ramadan étudiant

Notez que le ramadan 2016 a débuté le 06/06/2016 et finira le 06/07/2016. Même si  c'est aujourd'hui la fin des examens, une partie des enseignants ont peut-être déjà pu constater que le jeûne était imposé à certains des enfants dont ils avaient la charge.

Chez les musulmans, faire le jeûne à partir de 14-15 ans n'est ni un signe d'extrémisme, ni un signe de radicalisation, ni une maltraitance. C'est simplement une obligation. Ce n'est pas une question de choix.

Par contre, chez les musulmans, l'obligation du jeûne en-dessous de 14-15 ans est un indicateur possible du fait qu'ils peuvent être soumis à une éducation islamique stricte, voire extrémiste ou radicale au sein de leur foyer familial. Mais cela ne veut pas encore dire qu'une éducation islamique stricte est perçue comme une mauvaise chose chez la plupart des musulmans. L'appréciation du caractère extrême reste ainsi très subjective dans la communauté musulmane.

Cela dit, vu le contexte de manipulation et de pression exercée à l'encontre des jeunes enfants et des adolescents issus de familles musulmanes, on comprend aisément que la pratique du jeûne peut très facilement s'avérer être une forme de maltraitance, de manipulation mentale et de sectarisme au sens où nous l'entendons en occident.

Essayez par exemple de priver d'eau et de nourriture un animal pendant toute une journée en été (c'est-à-dire pendant 18 heures !) (source) et vous pourriez avoir de sérieux ennuis avec les services de protection animale. A fortiori pour un enfant... C'est probablement ce qui a poussé des théologiens musulmans à émettre une fatwa pour ne pas entrer en conflit ouvert avec les occidentaux. En effet, lors de ce ramadan 2016, il ne restait que 6 heures aux musulmans pour boire et se nourrir la nuit, c'est-à-dire grosso modo entre 22 heures au soir et 4 heures du matin !  

hydratation enfant

Je ne vais pas entrer dans les détails de la polémique née en Belgique suite à l'émission de cette fameuse fatwa à propos du jeûne des étudiants. Mais voici ce qu'il fallait en retenir... (source 1, source 2, source 3)                  

Le jeûne du ramadan reste obligatoire pour tous les musulmans pubères. Cependant, les étudiants musulmans pubères peuvent reporter les jours de jeûne à plus tard, s'ils le désirent et si cela compromet leurs chances de réussite, c'est-à-dire après les examens. Ils ne sont donc absolument pas exemptés de faire le jeûne comme certains l'ont cru un moment !!! Ce point précis de la fatwa émise récemment a fait l'objet d'une vive polémique ces derniers jours.

 

Le jeûne comme moyen d'endoctrinement

ramadan endoctrinement

De plus, mettre un enfant ou un adolescent en état de faim et de soif contraint et forcé est certainement le meilleur moyen d'approfondir un lavage de cerveau afin de lui faire gober toute la litanie islamique classique. Ceci est déjà connu pour tous les mouvements sectaires rencontrés chez les adultes.

Voici ce qu'on peut trouver sur le site français Miviludes, au sujet des dérives sectaires et de la nutrition (source)... Et là, on parle d'adultes !!!    

(...) La quête de la pureté ou du bien-être, récurrente dans la mouvance sectaire, est souvent utilisée comme moyen d’attirer de nouveaux adeptes (...). Ces pratiques, lorsqu’elles comportent des règles alimentaires déséquilibrées, carencées voire extrêmes, associées au discours sectaire, ont révélé leur redoutable efficacité dans les processus d’emprise mentale (...). Aujourd’hui, les cures de jeûne sont recommandées par certains pseudo thérapeutes sous différentes formes allant du jeûne modifié (absorption d’un seul type d’aliment : jus de fruit, légumes, bouillon, tisanes…), à la mono diète (consommation d’un seul aliment comme le raisin, les cerises, les pommes, les poireaux…) voire au jeûne intégral (consommation de liquide, l’eau en général). De nombreux séjours, généralement d’une semaine, sont organisés en milieu rural autour de la pratique du jeûne et de la marche associée à des prestations diverses, notamment du yoga, du shiatsu, de la kinésiologie, de la programmation neurolinguistique, de l’hypnose, de la sophrologie, des élixirs floraux, du "rebirth", du chamanisme, de la bio-respiration, du biomagnétisme et des cours de cuisine végétarienne (...). Ces expériences de régénération par le jeûne et diverses pratiques naturelles de santé peuvent être d’une durée plus longue. Quelle que soit leur dénomination (stages, retraites, séjours…) elles ont commun d’être coûteuses et de favoriser l’isolement des stagiaires constituant ainsi un moyen pour leurs promoteurs d’asseoir une véritable emprise sur eux.

 

Où trouver de l'aide ? Qui prévenir en cas de jeûne de mineurs à l'école ?

Je pense sincèrement que le fait que certains enfants fassent le ramadan lors de jours d'école ou lors d'examens devrait être signalé et faire l'objet d'une note en conseil de classe et auprès de la direction des écoles où ils sont accueillis, histoire de ne pas perdre de vue ces enfants dans leur développement futur.

ramadan école

A terme, ce sont des choses qui doivent impérativement remonter jusqu'au gouvernement avant que cela ne devienne ingérable comme ces histoires de port du voile (cfr le débat sur le port du voile dans les écoles en France au milieu des années 1990, suite aux tchadors de Creil en 1989, source). Au printemps 2015 en France, le port de la jupe ostensiblement longue n'a été finalement qu'une façon de contourner la loi de 2004 sur le port du voile dans les écoles (source). C'est pourquoi nous ne devons rien laisser passer dès que des manifestations musulmanes tentent de prendre le pas sur nos coutumes et notre mode de vie... comme c'est à nouveau le cas ces dernières semaines avec le ramadan des enfants et adolescents.     

Etant donné que la date du ramadan est mobile et avance chaque année d'une dizaine de jours, il est possible que rien n'ait été vraiment visible depuis 2010 jusqu'à cette année 2016 en terme de jeûne, puisque le ramadan tombait pendant les vacances scolaires toutes les années précédentes :

Ramadan 2010 : 11/08/2010 - 10/09/2010 (quelques jours de jeûne à la rentrée)
Ramadan 2011 : 01/08/2011 - 29/08/2011 (vacances d'été)
Ramadan 2012 : 20/07/2012 - 19/08/2012 (vacances d'été)
Ramadan 2013 : 10/07/2013 - 08/08/2013 (vacances d'été)
Ramadan 2014 : 29/06/2014 - 28/07/2014 (vacances d'été)
Ramadan 2015 : 18/06/2015- 17/07/2015 (quelques jours de jeûne en fin d'examens)
Ramadan 2016 : 06/06/2016 - 05/07/2016 (ramadan visible dès le début des examens)
Ramadan 2017 : 27/05/2017 - 25/06/2017
Ramadan 2018 : 16/05/2018 - 14/06/2018
Ramadan 2019 : 06/05/2019 - 04/06/2019
Ramadan 2020 : 24/04/2020 - 23/05/2020

En 2010, les musulmans n'inquiétaient pas grand monde en Belgique, même si certains d'entre eux commençaient à déranger. Rappelons que c'est l'été 2012 que le groupe Sharia4Belgium s'est fait connaître et que c'est en octobre 2012 que le parti ISLAM a obtenu des élus dans des conseils communaux aux alentours de Bruxelles.

Les années qui viennent, comme vous pouvez le constater ci-dessus, vont donc donner lieu à des débats sur le ramadan des mineurs, chose que nous devons absolument clarifier dès aujourd'hui avant de nous retrouver pris au piège par une communauté musulmane prosélyte et sans gêne.

Le recensement de tous ces cas de jeûne (notamment ici en conseil de classe) et la façon dont ils ont été gérés ou pas est important pour la suite.

------> AVIS AUX ENSEIGNANTS !!!

Alors qui prévenir et où trouver de l'aide si vous constatez qu'un enfant jeûne (ou a jeûné) à l'école ?

- Le professeur ou instituteur, éventuellement titulaire de la classe
- Le directeur de l'école
- Le Centre Psycho-Médico-Social de l'école
- L'inspecteur en lien avec le niveau de scolarité de l'enfant (ici)  
- Le Ministre de l'Enseignement
- Le Ministre de l'Aide à la Jeunesse
- Service d'Aide à la Jeunesse : http://www.aidealajeunesse.cfwb.be/  (Quel SAJ dans votre ville ?)
- Ecoute enfants : 103 (téléphone de 9h à 24h, spécialement pour écouter les enfants et les adolescents)
- Le bourgmestre

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 23/06/2016 16:41
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Le ramadan à 10 ans dans les écoles bruxelloises : un impact non négligeable sur les enfants
#2

ramadan 2016 école bruxelles

 

Comme je vous l'ai dit plus haut, le ramadan chez les enfants prépubères dès 7 ou 10 ans commence à interpeller la presse dans divers pays, dont la Belgique.

Ainsi, les enfants n'échappent pas au concept du "surmusulman" prôné et mis en avant dans la communauté islamique par leurs aînés...

Un psychanalyste analyse le spectre du « surmusulman »

Il faut bien comprendre l'ampleur du phénomène et le risque de contagion que nous pourrions rencontrer en 2017 si nous ne prenons aucune mesure éducative auprès de nos enfants. C'est pourquoi j'ai préparé ci-dessous une compilation tirée d'un article de presse datant du 24/06/2016 (source) ainsi que d'une vidéo du journal télévisé de la RTBF du 19h30 du 27/06/2016 (minute 3:40 à 6:12) (voir la vidéo).

Soyez assurés que, connaissant l'islam, ces constatations ne sont que le début d'une nouvelle vague de revendications identitaires au sein de nos écoles (primaires et secondaires), celles-ci étant culturellement pilotées et encouragées via les plus âgés des communautés islamiques.

L'excuse du "C'est pour faire comme les grands" ou "C'est mon choix personnel" n'a absolument rien à faire ici dans notre enseignement occidental. Chez nous, nous n'avons pas vocation d'encourager l'imprégnation religieuse et la soumission à des doctrines quelles qu'elles soient. Au contraire, nous sommes là pour offrir à TOUS les enfants une base solide qui leur permettra d'être des citoyens libres de toute contrainte idéologique, de façon à ce qu'ils puissent développer tous leurs talents et tous leurs potentiels, pour leur propre bien-être et pour l'ensemble du pays.

Notez que le ramadan fait partie des 5 piliers de l'islam. Il est donc obligatoire pour tout musulman qui a atteint l'âge de la puberté, ce qui correspond à 14-15 ans en moyenne. Cela dit, l'obligation scolaire en Belgique va jusque 18 ans !!! (source)  

Ainsi, enseignants, parents, ou témoins divers, nous devons TOUS tout faire pour mener une réflexion intelligente, constructive et collective de façon à ce que la pratique du jeûne du ramadan cesse dans nos écoles, au minimum jusqu'à la fin de l'obligation scolaire, c'est-à-dire 18 ans en Belgique.

Voici ci-dessous la compilation de l'article et de la vidéo. Bonne lecture...

 

 

Un constat identique dans plusieurs écoles à majorité musulmane   

Le constat est le même dans plusieurs écoles bruxelloises. Des élèves de cinquième ou sixième primaire ont exprimé, cette année, leur souhait de pratiquer le jeûne du ramadan. Ce sont donc des enfants âgés d'une dizaine d'années qui ont décidé de jeûner durant ce mois de ramadan. A dix ou onze ans, cette décision surprend.

Ni boire ni manger de plus ou moins 4 heures du matin à 22 heures en pleine période d'examens. Voilà qui est pour le moins éprouvant et peut-être même lourd de conséquences. Alors quel est l'avis des directeurs, des médecins, des hommes de religion ?

Pour les directions d'école que nous (ndlr : RTBF) avons contactées, il s'agirait surtout d'élèves qui se lancent un défi, une manière que montrer que l'on fait partie du monde des "grands".

 

Un enfant fait un malaise dans une école primaire de Schaerbeek

Dans 3 jours (ndlr: 30/06/2016), ces élèves de primaire profiteront de vacances bien méritées. Récemment, certains ont pourtant fortement inquiété leur directeur.

Dans cette école primaire communale de Schaerbeek, le directeur, Eddine Ouartan, en est encore surpris. Il y a trois semaines, aux premiers jours du ramadan, il est appelé dans une classe de quatrième année. Un élève vient de faire un malaise. Il découvre alors que l'enfant est à jeun car il affirme faire le ramadan.

badr ouartan

Il y a 3 semaines (ndlr : vers le 06/06/2016), Badr Ouartan est appelé en classe, suite au malaise d'un enfant musulman de 10 ans qui observait le jeûne :

Badr Ouartan : "Le premier réflexe, c'est de lui donner à boire et lui donner un sucre pour essayer de le remettre un peu sur pied. Et puis, on lui a posé des questions. D'abord, je voulais savoir si c'était une obligation familiale, s'il était obligé de le faire. Il m'a répondu gentiment que non, que c'était un choix personnel. Et donc, on lui a fait prendre conscience des dangers d'être à jeun à son âge toute une journée surtout en cette période estivale".

 

D'autres élèves faisaient aussi le ramadan dans cette école

En réponse à la question de savoir si d'autres élèves de la classe ont fait le même choix, plusieurs doigts se lèvent... Le directeur découvrira même que la moitié des élèves musulmans de cinquième ou sixième année sont dans le même cas. C'est la première fois, que cette pratique est suivie par des élèves aussi jeunes. 

Au total, l'école a estimé qu'une vingtaine d'enfants suivaient le ramadan. Tous ont assuré qu'il s'agissait d'un choix personnel et non parental. Un choix étonnant cependant car le ramadan ne s'observe normalement pas avant la puberté.

 

L'école décide de dialoguer avec les élèves

Dans cette école, pas question pourtant de dramatiser. Direction et enseignants ont décidé de favoriser le dialogue avec les élèves.

Dans les jours qui ont suivi, Eddine Ouartan, a organisé une information dans les classes. Il y a rappelé l'importance d'adapter la pratique religieuse à l'âge et aux circonstances.

Badr Ouartan, directeur d'une école primaire à Schaerbeek : "Il faut leur expliquer les risques, les dangers, les aboutissants. Mais surtout, ne pas leur interdire de le faire parce que je pense que ce serait le pire, parce que ce serait vraiment leur faire dire qu'on ne les laisse pas libres par rapport à leur choix personnel".

Un dialogue constructif selon les dires de ce directeur.

Depuis, nous affirme-t-il, tous les élèves ont progressivement renoncé au jeûne.

Sur la vingtaine d'enfants concernés, seule une élève a décidé de poursuivre le jeûne, avant de s'arrêter pour passer ses examens.

 

Pourquoi les enfants se mettent-ils à jeûner eux aussi ?

Quant aux raisons qui poussent ces enfants à faire le ramadan, elles sont complexes. Une certitude, selon ce directeur, ce n'est pas une décision imposée par les parents. Il s'agirait plutôt d'enfants qui cherchent à se valoriser en pratiquant les codes des plus grands.

youness lamghari

Youness Lamghari, chercheur en diversité culturelle et religieuse ULB (voir son curriculum vitae et linkedin) : "C'est un moment de fête dans la famille. Tout le monde fait le ramadan, accomplit le jeûne, le papa, la maman, le grand frère, la grande soeur. Et du coup, les enfants ont envie d'imiter leur grand frère, grande soeur pour faire les grands. Mais aussi, il y a une sorte de concurrence entre les petits, entre les enfants. Voilà, c'est un moment spécial". 

Note supplémentaire personnelle importante !!! Remarquez que Youness Lamghari, d'origine marocaine, a fait le début de son cursus au Maroc et qu'il a en outre réussi un Certificat universitaire en Sciences religieuses, Islam, obtenu avec grande distinction (2006 – 2007), de l'Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve). Une grande distinction, ce n'est pas rien à l'université ! Il faut être "sacrément" motivé pour l'obtenir. Chose bizarre, Youness Lamghari mentionne ses formations (celles au Maroc et celle en islam) dans son curriculum vitae en ligne, mais ne s'en vante pas sur Linkedin, un peu comme s'il voulait occulter son grand intérêt pour l'islam au public. Bien qu'il semble vouloir étudier l'islam et les musulmans avec toute la rigueur d'un scientifique et que ses questionnements et réflexions semblent tout à fait justifiés, je ne peux cependant pas m'empêcher de rester méfiante quant aux intentions réelles que pourraient revêtir ses publications, étant donné son attrait pour l'islam et ses origines culturelles. Avec tout le respect que je dois à ce Monsieur et à son travail très fourni, j'ose espérer qu'il saura toujours rester critique par rapport à l'usage qu'il pourrait faire de ses publications. Nous avons surtout besoin de gens lucides, qui puissent expliquer et mettre en lumière les dérives et les travers de l'islam, pas de prêcheurs ni de gens compatissants sans esprit critique. Trouver que le jeûne des enfants est juste un jeu "pour faire comme les grands" et "un moment spécial" est un peu court à mon sens et même dangereux, car cela laisse penser que c'est acceptable dans notre culture occidentale, ce avec lequel je ne suis absolument pas d'accord. Je ne suis donc pas du tout satisfaite de la tournure de son interview.

 

Les autorités communales sont inquiètes du phénomène

Cette tendance à imiter les grands ne serait donc qu'un jeu entre élèves, un jeu qui a cependant dépassé les portes de cette école Schaebeekoise, et qui interpelle les autorités de la commune.

michel de herde

Michel De Herde (Défi), échevin de l'enseignement communal à Schaerbeek : "C'est préoccupant parce qu'un enfant qui raterait ses examens parce qu'il n'est pas bien concentré, parce qu'il a soif, parce qu'il n'a pas bien dormi, c'est dommage pour lui. Il risque de mettre une année en l'air pour un motif qu'ici n'est pas valable. Donc, ça oui...ça nous inquiète".

A Anderlecht, l'échevin de l'Enseignement, Fabrice Cumps, a aussi découvert cette année, l'ampleur du phénomène : "Tous les directeurs des écoles communales, m'ont relaté des cas semblables, on m'a même dit que quelques rares enfants de première primaire faisait le ramadan". Et cela l'inquiète car selon lui, il s'agirait plutôt d'une volonté des élèves de revendiquer une identité, une différence, ce que l'école ne veut pas défendre.

Michel De Herde, son collègue de Schaerbeek va même plus loin. Difficile de croire que les familles ne sont pas au courant. Il y aurait même, selon lui, une forme de "course" pour apparaître comme le meilleur musulman possible. Une surenchère dont les enfants seraient les victimes indirectes. Selon cet échevin, il y aurait actuellement un courant de pensée qui se répand à partir de la mosquée du Cinquantenaire. Ce courant se traduirait aussi en voilant des petites filles de 7 et 8 ans. 

 

Quelles solutions ont-elles déjà été envisagées à ce stade ?

A Anderlecht, comme à Schaerbeek, les écoles ont privilégié le dialogue et choisi d'éclairer les enfants (et leurs parents) sur les risques d'un jeûne pour des élèves de 11 ans. D'autant que cette année le ramadan coïncidait, en outre, avec une période intense de révisions et d'examens.

Elles rappellent aussi, que l'Exécutif des Musulmans de Belgique a dispensé les étudiants et élèves musulmans de jeûner pendant cette période. Une information relayée par les professeurs de religion islamique, avec un certain succès semble-t-il. La grande majorité des élèves auraient renoncé à poursuivre le jeûne après quelques jours.

 

 

Addendum important à l'article !!!

Restez vigilants face aux annonces émanant de l'Exécutif des Musulmans !!!

Si l'Exécutif des Musulmans de Belgique a dispensé les étudiants musulmans de jeûner, ce n'est que juste pendant la période des examens... et dans l'unique but de ne pas entrer en conflit ouvert avec les instances officielles de l'enseignement belge.

En réalité, les élèves musulmans doivent represter les jours de jeûne manqués pendant leurs vacances scolaires !!! (source 1, source 2, source 3)         

Tous les musulmans savent que le ramadan est obligatoire, mais qu'il peut être reporté en cas de force majeur, de voyage, de maladie ou de menstruations (pour les femmes et jeunes filles). Les musulmans n'ont pas besoin de cette annonce pour eux-mêmes. En réalité, elle ne leur est pas destinée mais c'est ce que l'Exécutif tente pourtant de nous faire croire. L'annonce nous est en fait destinée à nous, non musulmans.

Dans quel but l'Exécutif fait-il donc cette annonce alors ? Cette annonce n'est qu'un enfumage de plus destiné à nous endormir, nous, occidentaux non musulmans. L'Exécutif veut faire croire qu'il respecte nos coutumes et nos traditions occidentales en donnant la permission aux élèves de ne pas faire le ramadan, sans insister sur le fait qu'ils devront quand même faire le jeûne plus tard. C'est une forme de takiya : un mensonge par omission destiné à sauvegarder l'intégrité de la doctrine religieuse du musulman, face à des non musulmans.

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 30/06/2016 08:27
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !