Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Certains disaient déjà « vous n’aurez pas ma haine » aux nazis… [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]




(1) 2 3 4 ... 22 »

Certains disaient déjà « vous n’aurez pas ma haine » aux nazis…
#65

Certains disaient déjà « vous n’aurez pas ma haine  » aux nazis…

Illustration : le nazi Helmut Knochen interviewé par Jean-Philippe Larrose
 http://livreblanc.maurice-papon.net/interv-knochen.htm

« VOUS N’AUREZ PAS MA HAINE » N’EST PAS SI NOUVEAU

L’un des sujets d’Histoire auxquels je m’intéresse le plus étant la Seconde Guerre mondiale, je lis souvent des articles sur Internet à ce sujet. Dernièrement, découvrant un document, je suis resté stupéfait… Voyez plutôt :

Le colonel SS Helmut Knochen fut chef du Service de Sécurité (SD, Sicherheit Dienst) et de la Police de Sécurité (Sipo, Sicherheit Polizei, incluant la Gestapo) pour la France et la Belgique. Notons au passage que le SD était une émanation directe du parti nazi et n’avait donc aucune compétence légale à exercer en dehors de ce parti, et que la SS elle-même était une armée privée ; toutefois la confusion entretenue de fait conduisait à parler de « Sipo-SD ». Helmut Knochen avait ses locaux à une adresse restée célèbre, le 72 avenue Foch à Paris. Au titre de cette fonction, Helmut Knochen fut donc directement impliqué dans la politique d’extermination des Juifs et dans l’exécution des Résistants français et belges. Vers la fin de la guerre, il fut membre des commandos de la Gestapo qui accouraient sur les lieux de crash des avions alliés, avant les soldats de l’armée régulière, pour en assassiner les équipages.

A lire aussi :

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (951)
[UE] Haute trahison politique de plus: La Turquie en Europe, c’est fait dans 2 ans ! Allah Akbar ? (143)
Pourquoi le talentueux Naëm Bestandji renvoie-t-il dos-à-dos CCIF et FN ?
Complices de l’islamisme: il faudra rendre des comptes un jour… (29)
Attentats musulmans : Mélenchon devrait être jugé pour complicité de crime contre l’humanité

Helmut Knochen fut condamné à mort par un tribunal britannique pour le meurtre d’aviateurs et par un tribunal français pour sa participation active et organisationnelle dans la déportation des Juifs et l’assassinat des Résistants. Pourtant il fut gracié par le président Vincent Auriol, sa peine de prison fut diminuée par le président René Coty, et finalement il fut libéré de prison par le président De Gaulle, semble-t-il au titre de la réconciliation franco-allemande. Sa libération fut concomitante avec celle de son supérieur hiérarchique, le général SS Karl Oberg, lequel était titulaire du surnom de « Boucher de Paris ». On ne sait si Helmut Knochen était doué d’humour, mais il choisit après sa libération le métier de courtier en assurances-vie.

Ni pendu ni fusillé, Helmut Knochen mourut tranquillement en 2003 après cette prestigieuse carrière. Quelques années auparavant, en 2000, il avait accordé un entretien à l’écrivain Hubert de Beaufort, lequel avait dû laisser de côté le souvenir de ses frères assassinés par la Gestapo, puisqu’en plus de cet interlocuteur singulier, il eut à cette occasion pour intermédiaire et interprète Jean-Philippe Larrose. Celui-ci, qui avait été interprète-négociateur du Rectorat et du maire de Bordeaux auprès des autorités allemandes durant l’Occupation, s’était étonné lors d’une émission de TF1 précédant le procès de Maurice Papon que des actes de collaboration aient pu valoir des ennuis à leurs auteurs. On peut lire l’article concernant cet entretien accordé à Hubert de Beaufort et organisé par Jean-Philippe Larrose en suivant le lien ci-après :

http://livreblanc.maurice-papon.net/interv-knochen.htm

Incroyable… après l’entretien avec Knochen, Hubert de Beaufort dialogue avec Larrose. Il le questionne à propos du SS : « Ce système terrible, est-ce qu’il le commandait ou est-ce qu’il le subissait ? » Et Larrose de répondre : « J’ai l’impression qu’il le subissait, car dans le fond, c’était un tendre. » Devant la surprise d’Hubert de Beaufort, Larrose répond en deux mots exactement avant de revenir sur un passage de l’entretien avec Knochen. Après quoi, devant l’insistance d’Hubert de Beaufort, il dilue les responsabilités en renvoyant à la hiérarchie nazie.

Oui, vous avez bien lu : le SS-Standartenführer Knochen, chef de la Gestapo de Paris, était un tendre ! On peut considérer sans s’offusquer qu’à la période où Larrose connut Knochen lorsqu’ils étaient étudiants à l’Université de Göttingen en 1932-1933, ils aient pu se lier d’amitié. Mais que pendant l’Occupation et plus encore après la guerre, où les réalités du nazisme furent révélées dans toute leur horreur, Larrose ait pu conserver quelque estime sentimentale envers ce nazi si bien appliqué au service de son idéologie est aussi aberrant que ce que l’on voit et entend aujourd’hui .

Lorsque un terroriste islamiste vient de commettre un attentat, les journalistes trouvent de sa famille ou de ses amis pour dire qu’il était un bon musulman, qu’il n’était pas extrémiste, qu’il était gentil avec tout le monde, qu’il était un bon voisin, etc. Tout comme Larrose considérait Knochen comme un tendre, peut-être au souvenir de leurs années universitaires à Göttingen où l’Allemand, ayant obtenu un diplôme de philosophie, avait pu se montrer bon camarade, bon étudiant, bon vivant, bon philosophe, un humaniste presque… Il n’empêche que huit ans plus tard il était SS-Standartenführer, chef de la police nazie à Paris, pourvoyeur des convois de la mort et des pelotons d’exécutions. Une forme de « radicalisation », peut-être… Hubert de Beaufort a dû passer outre le souvenir de ses frères assassinés pour dialoguer avec un tel individu et se compromettre avec une figure ambiguë du temps de la collaboration, juste pour enquêter sur l’organisation de la police nazie. Alors, quand on découvre qu’aujourd’hui on peut écrire « Vous n’aurez pas ma haine » à propos de l’attentat du Bataclan, on ne s’étonne pas : ceux qui sont prêts à tendre l’autre joue sont encore nombreux.

Daniel Pollett

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/06 07:53
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Hitler, la propagande et le monde arabe – ou le legs incongru du nazisme qui continue de nous hanter
#64

Hitler, la propagande et le monde arabe - Jeffrey Herf

Cet excellent ouvrage qui nous fait pénétrer dans la lettre et l’esprit de la propagande nazie pendant la 2e Guerre mondiale a de quoi surprendre par bien des aspects, qui restent sinon largement escamotés de nos jours. Bien sûr, on peut d’abord y mesurer toute l’ampleur et la profondeur de la propagande anti-juive déployée par l’Allemagne nazie. Ainsi que la proximité, pour ne pas dire l’intimité des dirigeants nazis et de leaders religieux musulmans de l’époque. Mais on y découvre aussi et surtout que la propagande nazie, dans le monde arabe, était totalement imprégnée de culture musulmane.

Il est commun aujourd’hui de penser ou d’avancer que le nazisme a influencé négativement le monde arabe, lui a inoculé un venin anti-juif concocté dans un chaudron de nationalisme raciste et hégémonique. Mais à la lecture des textes de propagande destinés au monde arabe, et qu’on est vite porté à qualifier plutôt de prêches, on s’aperçoit en fait que la propagande nazie en arabe se fondait essentiellement sur les croyances musulmanes, et faisaient systématiquement référence au Coran, à Mahomet, à la glorieuse histoire des conquêtes arabes… et à la haine anti-juive secrétée par la religion musulmane.

Oui, la propagande nazie a donné à l’antisémitisme un caractère quasiment cosmique en affirmant que les juifs dirigeaient le monde entier – l’Amérique, l’Union soviétique, l’empire britannique et tout ce qui n’était pas l’Axe – et en voulaient la destruction. Mais non, les nazis n’ont pas enseigné le nazisme aux Arabes – ils leur ont servi leur propre culture, très ostensiblement musulmane. Et les dignitaires (religieux) musulmans qui les y ont aidés voyaient en eux avant tout des ennemis des juifs, c’est-à-dire les meilleurs ennemis de leurs ennemis héréditaires. Il est de bon ton, aujourd’hui, de dire que les juifs ont pu s’entendre avec les musulmans au Moyen Âge, mais dans la mesure où cela a pu être vrai, ce n’était pas grâce à la religion musulmane. Trois références pour s’en convaincre: Le statut légal des non-musulmans en pays d’Islam, Le tribut (jizya) dans l’islam: Interprétation du verset coranique 113/9:29 relatif au tribut (jizya) à travers les siècles et L’Exil au Maghreb – La condition juive dans l’Islam (1148-1912).

Parallèlement, la nécessité pour l’Allemagne nazie de se donner une bonne réputation auprès des populations arabisées et islamisées d’Afrique du Nord et du Proche-Orient a favorisé des efforts de propagande pro-islam en Europe. Et ceux-ci n’ont guère été combattus par les alliés, soucieux eux aussi de ne pas se mettre à dos les populations du monde arabe, où leur situation restait fragile. Ces précautions ont d’ailleurs aussi conduit les alliés, parfois, pour ne pas dire aux pires moments, à ne défendre que très mollement les juifs, surtout sionistes, et à ne pas trop relayer leurs clameurs devant les signes de plus en plus évidents de la Shoah en cours en Europe.

Bref, l’effort de propagande nazie a eu pour effet majeur mais peu connu de conforter, en arabe, le monde arabo-musulman dans des certitudes religieuses qui étaient déjà les siennes, ou du moins de donner à ces certitudes religieuses, je mets en gras et je souligne «religieuses», un écho massif, inconnu jusqu’alors. Ceci tout en fournissant à l’islam, dans nos langues, une auréole de sainteté pour le moins baroque (jusqu’au XIXe siècle, l’islam était l’ennemi déclaré de «l’Europe chrétienne»), mais que personne, alors, n’avait trop intérêt à contrer. Et cette propagande-là a été largement poursuivie ensuite, et même amplifiée par les pétrodollars, jusqu’à nos jours.

Ainsi, alors que la composante spécifiquement nazie de la propagande de haine produite industriellement pendant la 2e Guerre mondiale a été très fortement combattue en Occident après la guerre (surtout en Allemagne, bien sûr), sa composante spécifiquement musulmane a été laissée à elle-même. L’effort de propagande nazie a donc déclenché ou fortement accéléré un processus toxique de radicalisation religieuse dans le monde arabo-musulman et d’apologie de l’islam dans nos pays, dont les effets se font toujours sentir. Et à ce jour, ce legs incongru du nazisme continue de proliférer sans entraves.

Source

Alain Jean-Mairet


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/06 20:25
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Similitudes entre Mein Kampf et le Coran (2)
#63

Coran Hitler - Islam nazisme - nazislam

Pourquoi les lois d’Allah sont pires que les lois nazies (63)

Suite - 1ère partie à lire ici

Hitler et Mahomet étaient les plus heureux des hommes lorsque les gens mouraient pour eux.
Mein Kampf:198 “Sans mettre votre vie en jeu, la vie ne sera jamais gagnée. Le sacrifice de notre existence est la condition la plus essentielle pour la formation et conservation d’un Etat avec le sentiment nécessaire de l’homogénéité. L’empressement à risquer sa vie de tous les moyens possible pour cela, est quelque chose que mènera à la création des vertus héroïques.
Allah disait :
Coran 003,195 “Pour ceux qui ont combattu et ont été tués pour Ma Cause, je voilerai leurs péchés et les admettrai au paradis.
Mein Kampf:200 “On ne meurt pas pour affaire, mais pour des idéaux. Quand un homme combat pour le gain économique, il essaye d’éviter la mort, car ceci lui volerait le plaisir de la récompense de son combat. Seul le combat pour la conservation de l’espèce aryenne conduira des hommes vers les lances de l’ennemi.
La version islamique dit :
Bukhari : V4B52N65 “L’homme vint vers le prophète et lui demanda, ‘Un homme combat pour le butin; un autre combat pour la renommée et un troisième combat pour s’exhiber; lesquels d’entre eux combat pour la cause d’Allah ?’ Le prophète dit, celui qui combat pour ce mot d’Allah, Islam, est supérieur, combat pour la cause d’Allah.’

Parlant comme s’il était Mahomet se vantant de la blessure de Sa’d à la bataille du Fossé, Hitler dit :
Mein Kampf:220 “Si les meilleurs hommes ont été tués sur le front, on devrait au moins détruire la vermine [juifs] à la maison.

Vantant la puissance de la religion et de l’épée, Der Führer situe l’étape de la guerre sainte :
Mein Kampf:220 “Est ce que les idées spirituelles peuvent être éteintes par l’épée ? Est ce que l’on peut combattre les “visions de la vie” par la force brutale ? En contemplant l’Histoire dans une perspective religieuse, le fait fondamental suivant m’est venu : Les mouvements ayant une certaine base spirituelle, exacte ou erronée, ne peuvent être cassés par la puissance que tôt dans leur développement, et seulement si les armes physiques sont en même temps soutenues par une nouvelle idée, ou une vision de la vie. L’utilisation de la force seule, sans la force conductrice d’une idée spirituelle, ne mènera jamais à la destruction d’un mouvement et de sa propagation, à moins que la nouvelle idée spirituelle combine un reniement complet de la dernière tradition. Ceci exige un sacrifice de sang et d’une présupposition spirituelle.
Hitler, comme Mahomet, ne pourraient pas détruire le judéo-christianisme par la force seule. Les deux hommes ont eu besoin d’une nouvelle “vision de la vie” -une religion- combinée avec la force pour accomplir leur ordre du jour. Leur nouvelle “idée spirituelle” ou “vision de la vie” s’est appelée nazisme et Islam.

Hitler a éclairé la technique de Mahomet qui consiste à revêtir une doctrine militante d’un costume religieux. Ce sont parmi les mots les plus perspicaces jamais écrits par un homme diabolique :
Mein Kampf:222 “Toutes tentatives d’extinction d’une doctrine et de ses effets par la force sans base spirituelle mènent à l’échec. Seule l’utilisation éternelle et régulière de la force constitue la condition préliminaire au succès. Cette persévérance est seulement et toujours le résultat d’une certaine conviction spirituelle. Toute force qui ne jaillit pas d’une base spirituelle ferme sera hésitante et incertaine. Elle manquera de la stabilité qui ne peut résulter que d’une vision fanatique de la vie, lui donnant une détermination brutale.
Si Hitler a raison, ce passage a des implications sinistres pour l’Amérique parce que la motivation unique de la terreur islamiques et du Djihad est spirituelle – ainsi ils seront implacables, fanatiques et brutaux.

Allah montrait en écho des sentiments similaires:
Coran 004,084 “Continuer à combattre dans la Voie d’Allah … poussez les croyants à combattre les infidèles.
Coran 004,090 “Ils se lasseront de vous combattre.

Revenons à Mahomet et Allah se vantant que l’Islam était la ‘religion d’Abraham’. Je vous ai fait part de quelque chose que j’espère vous avez trouvé choquant : le mot ‘religion’ n’existe pas dans le Vieux Testament. Il apparaît trois fois dans le Nouveau Testament, mais chaque référence est dérogatoire. Le judéo-christianisme n’est pas une religion, il est une relation. Toutes les religions, y compris nazisme et Islam, sont les constructions faites par l’homme. Elles sont toutes spécifiquement conçues pour commander et voler des personnes, motivant des hommes pour combattre au profit du clergé et du roi.

Mein Kampf:222 “Chaque vision de la vie [religion], que ce soit à caractère plus politique ou plus religieux (parfois la frontière entre les deux est difficile à fixer), [c.-à-d., l’Islam ] combat moins pour la destruction négative des idées de l’adversaire que pour la mise en oeuvre positive de sa propre doctrine. Par conséquent, son combat est moins une défense qu’une attaque. Le but consiste en la victoire de sa propre idée et la destruction de la doctrine de l’ennemi. L’attaque d’une vision de la vie sera plus soigneusement planifiée et plus puissante que la défense d’une doctrine. Mais le combat contre une puissance spirituelle au moyen de la force est seulement une défense tant que l’épée elle-même n’apparaît pas comme le défenseur, le propagateur, et annonceur d’une nouvelle doctrine spirituelle.
C’est pourquoi j’ai inventé le mot “religiotique” pour décrire les doctrines comme le nazisme et l’Islam qui étaient aussi politiques que religieuses. Cette “poligieuse” vision de la vie est de loin la force la plus menaçante sur terre. Elle multiplie la tyrannie, l’intolérance, la duperie, la mort, le vol et la terreur. Et non fortuitement, ce sont les marques de l’Islam.
Coran 048,028 “Il est Lui Qui a envoyé son messager avec la religion de la vérité (l’Islam), celui qui peut la rendre supérieure à chaque autre religion, la glorifiant sur toutes les autres. Mahomet est le prophète d’Allah. Ceux qui sont avec lui sont sévères avec les infidèles incroyants.

Mein Kampf:222 “Chaque tentative de combattre une vision de la vie au moyen de la force échouera, à moins que le combat contre elle le soit pour une nouvelle direction spirituelle. L’arme de la force brute utilisée sans interruption et impitoyablement ne peut emporter la décision en faveur de son camp que s’il y a lutte entre deux visions de la vie… On a besoin d’une impulsion spirituelle pour une lutte pour la vie et la mort.
Vantant la même ligne de conduite, le Coran prêche:
Coran 008,059 “Les infidèles ne devrait pas penser qu’ils peuvent contourner l’Islam. Assurément ils ne peuvent pas partir.

La seule différence entre l’Islam et le nazisme est que l’ancien était sournois. Der Führer a précisément indiqué aux ‘moutons’ ce qu’il allait leur faire.
Mein Kampf:232 “La propagande doit être populaire et doit adapter son niveau spirituel à la perception du moins intelligent de ceux qu’elle prévoit d’influencer.
Après avoir enduré les exposés idiots sur la création et les abâtardissements effrontées de la Torah, vous savez que l’Islam a été conçu pour les personnes qui ne pensent pas, là aussi.

Mein Kampf:233 “Plus les prétentions spirituelles et le bagage scientifique sont modestes, plus il considère exclusivement les sentiments des masses, plus son succès sera saisissant.
Dans la perspective d’Hitler, l’Islam est la religion parfaite. Elle a été simplifiée vers un plus bas dénominateur commun.

Parlant de la façon dont Hitler a conditionné ses fidèles à haïr, Goebbels disait : “A partir du moment où nous avons sortis les dissident de nos réunions avec des gourdins, l’audience s’est agrandie. Peu de personnes à l’origine se sentaient antisémites, mais la joie ressentie par le plus grand nombre à la promesse d’un traitement à glacer le sang pour sortir une minorité impuissante les ont rendues sensibles à nos suggestions. Nous comptions sur les fenêtres brisées et les combats de rues pour gagner la foule. Nous atteindrons notre but quand nous aurons le courage de rire pendant que nous détruisons, pendant que nous fracassons, tout ce qui nous est sacré comme la tradition, l’éducation, l’amitié, l’affection humaine. Le peuple exprime un plaisir étrange aux douleurs infligés aux juifs.
Le rire de Mahomet au milieu du massacre des juifs Qurayza, la poésie exaltée malveillante de ses mercenaires après le massacre, témoignent de la similitude entre les méthodes nazies et islamiques.

Ni Mahomet ni Hitler n’ont vu ceux qu’ils ont séduits.
Mein Kampf:234 “Les capacités réceptives des masses sont très limitées, leur compréhension est petite, mais leur manque de mémoire est grand. Toute propagande efficace doit se limiter à très peu de points sous forme de slogans jusqu’à ce que même le tout dernier des hommes puisse imaginer ce qui est derrière un tel mot.”
Dans l’Islam, ces slogans étaient: “Soumettez-vous et obéissez”, “butins pour les combattants” et “paradis pour les martyrs.”

Expliquant pourquoi le Coran était si répétitif et engourdissant pour l’esprit, Der Führer dit,
Mein Kampf:239 “Cherchant de nouveaux stimulants, le peuple se lasse de tout après quelque temps … Le slogan doit donc être illuminé de divers côtés. Le succès vient d’une accentuation continuelle, régulière et cohérente. La propagande doit être limitée à quelques points de vue, être calculée exclusivement pour les masses, et être pratiquée infatigablement.”
Allah a répété le thème de la “punition douloureuse” mille fois dans le Coran. L’argument interminable, qui a été conçu pour terroriser ceux qui ont rejeté l’Islam, a été rejoué quatre cents fois. Les vingt dernières sourates se concentrent sur un trio d’injonctions : soumettez, payez, et combattez.

Ernst Bohle, le directeur du journal des nazis disait : “Nos plus importantes armes sont : l’affirmation que Hitler est le rempart de la civilisation contre les marxistes, et la doctrine que les juifs sont la racine de tout le mal. Il y a beaucoup qui craignent les communistes et beaucoup plus qui peuvent être persuadés de détester des juifs. Quand le nationalisme violent est dans une pente ascendante, comme c’est le cas actuellement, juif et chrétien souffrent nécessairement.
Hitler confie :
Mein Kampf:673 “Si les juifs continuent sans limitation, ils accompliront finalement leur prophétie – les juifs dévoreraient les nations du monde, ils deviendraient leur maître.”
Nous sommes arrivés au noyau sur lequel s’édifient les conceptions Sataniques appelés Islam et nazisme.

De même:
Ishaq:245 “L’apôtre disait souvent, Aimez-vous les juifs et leur religion, vous âne au cœur de foie et pas Mahomet ? Leur religion ne marchera jamais avec la nôtre.
Ishaq:239 “Les rabbins juifs ont l’habitude de gêner l’Apôtre avec des questions et d’amener la confusion.
Ishaq:240 “Je vins à l’Apôtre et dit, ‘les juifs sont une nation de menteurs … un peuple déloyal et mauvais.’
Ishaq:248 “Allah aggrave leur maladie. Un funeste destin de tourments attend les juifs.
Mein Kampf:252 “Les juifs ont volé la nation entière … Et devaient inéluctablement nous lancer désespérément dans l’abîme.
Mein Kampf:268 “Misérables et malheureux criminels. Ces nuits ma haine a surgi contre les instigateurs … Avec les juifs il n’y a aucune négociation, mais seulement l’implacable “c’est eux ou nous”. [“votre argent ou la vie” de l’Islam]“.
Allah allait au même pas :
Coran 059,014 “Ils sont un peuple divisé exempt de jugement. Une punition pénible les attend.
Coran 059,004 “Ceci parce qu’ils ont résisté à Allah et à Son Messager. Si quiconque résiste à Allah, en Vérité Allah est sévère en punitions et représailles.
Mein Kampf:244 “J’ai souvent ressenti la fureur et l’indignation monter en moi. J’étais torturé par la pensée du Destin m’ayant placé parmi des fripouilles de dirigeants, incapables, criminels, incompétents.
Dans les premières révélations du Coran, Allah a dû menacer un Mahomet presque suicidaire pour l’obliger à ramper hors de son lit et à accepter son devoir prophétique.
Coran 074,001 “Ô toi couvert d’un manteau, lève toi et prêche.

Hitler se considérait lui-même comme un “fabricant de programme” ou le fondateur de la religion nazie. Dans ce passage il indique clairement, de même que Mahomet, que les fins justifient les moyens.
Mein Kampf:283 “La tâche d’un fabriquant de programme n’est pas d’énoncer les divers degrés d’une quelconque faisabilité, mais de le décrire en tant que tel. Cela signifie qu’il doit s’inquiéter moins de la manière, mais plus du but.
Les moyens des fins de Mahomet étaient le vol et le commerce d’esclave. Son dieu a dit que les fins justifiaient les moyens quand il proclama:
Coran 008,069 “Mais dorénavant, le butin vous avez pris et son usage est légal et bon.
Le hadith suivant démontre comment l’Islam s’est appuyé sur le comportement criminel pour accomplir ses buts:
Bukhari : V4B52N153 “Les propriétés de Banu Nadir qu’Allah a transférées à son Apôtre comme butin… ont été employés pour acheter des bras et des chevaux qui serviront pour la cause d’Allah.

Complétant Mahomet, Hitler disait,
Mein Kampf:285 “Les fondateurs de religions sont parmi les plus grands hommes sur terre.
Il se considérait lui-même comme un des principaux prophètes – leur pareil.
Mein Kampf:286 “Le fabricant de programme peut être compté parmi ceux dont on dit que les dieux les aiment seulement s’ils demandent, et désirent, l’impossible. Ils renonceront toujours au présent. Il moissonnera la renommée de la postérité pourvu que ses idées soient immortelles. Sa vie est déchirée entre l’amour et la haine.
Mein Kampf:287 “Leur vie et leur travail sont suivis dans l’admiration touchante et reconnaissante, et particulièrement les jours sombres, il sera capable d’élever des coeurs brisés et des âmes désespérées.
Mein Kampf:289 “Nous devons combattre pour la sécurité et l’existence de notre race … pour l’accomplissement de la mission que le Créateur de l’univers a assignée.

Mahomet était aussi un démagogue. Comme nous l’avons appris dans la trente-troisième sourate, Allah disait qu’il était l’exemple suprême – le paradigme parfait – le prototype de la perfection.
Coran 033,021 “Vous avez vraiment un noble paradigme dans l’Apôtre d’Allah.

Mein Kampf:297 “Je n’avais pas l’intention de joindre un parti prêt à l’emploi, mais souhaitait trouver un parti pour moi.
Tout comme Mahomet. Plutôt que de commencer sa propre escroquerie religieuse, il a dérobé Qusayy à ses héritiers légitimes. Il a incorporé chaque rituel païen existant à l’Islam. Ensuite il a volé le judaïsme aux juifs, a joint leur club prophétique, et leur a acheté leur sainte écriture pour une maigre somme.

Ni Hitler ni Mahomet n’ont beaucoup aimé des journalistes.
Mein Kampf:335 “La liberté de la presse est une nuisance qui permet à des mensonges non punissables d’empoisonner le peuple.
Der Führer et Der prophète ont leurs imbéciles qui assassinent tout ce qui attaque l’horreur de leurs régimes.
Bukhari : V4B52N270 “Le messager d’Allah disait, ‘Qui est prêt à tuer Ashraf ? Il a dit des choses pernicieuses au sujet d’Allah et de son Apôtre.’ Maslama s’est levé et dit, Aimeriez vous que je le tue ?’ Le prophète proclama, ‘Oui.’
Il n’était pas le premier de tout ceux qui paient le prix suprême pour le courage de parler ouvertement.

Der Führer croyait :
Mein Kampf:335 “Une institution qui n’est pas déterminée à se défendre avec toutes les armes, pratiquement abandonne“.
Mein Kampf:336 “Un obus de 30cm a toujours sifflé davantage que mille vipères de journal juives; laissez-les donc siffler.
N’ayant pas de canon, Mahomet a été forcé d’utiliser des épées. Les deux hommes, cependant, étaient toujours prêts à menacer de la colère de dieu.
Mein Kampf:338 “Dans un pieux dégoût envers cette maladie méchante, Dieu fera pleuvoir le feu et le soufre sur ces Sodome et Gomorrhe pour faire un exemple de ce déshonneur de l’humanité.
Incapable d’obtenir de l’aide de leur “dieu”, les tyrans ont maltraité des juifs pour lui.
Bukhari : V4B52N280 “Mon jugement est que leurs hommes soient tués et que leurs enfants et femmes deviennent des esclaves.

Les deux tyrans étaient des hypocrites. Ils étaient coupables de pédophilie, d’inceste, de polygamie, et de viol, pourtant ils ont condamné un tel comportement chez les autres.
Mein Kampf:346 “Il n’y a aucune liberté au péché. Aujourd’hui toute notre vie publique ressemble à une serre chaude de stimulants sexuels.
Il a pu y avoir une méthode derrière leur folie.
Une note de l’éditeur dit : “Le communisme avait un noyau hédoniste. Beaucoup de sages Allemands se sont tournés vers l’hitlérisme parce qu’ils ne purent digérer l’approbation communiste des contraceptifs libres, de l’aide aux amoureux célibataires, et du sexe sans restriction.
Mein Kampf:348 “Notre culture doit être nettoyée … et nous devons lutter contre ces maux … sinon nous perdrons de vue Dieu et insulterons le Très Haut.

Mahomet a incorporé des rituels païens de Qusayy à l’Islam.
Ishaq:53 “L’autorité des Qusayy sur le Quraysh était comme une religion que le peuple suivait et qui ne pouvait pas être violée; ils agissaient selon ses lois. Il prit pour lui la mosquée (endroit de la prosternation) de la Ka’aba.
Hitler était conforme à sa stratégie:
Mein Kampf:356 “Plus une nouvelle institution est misérable et malheureuse, plus elle essayera d’éteindre les dernières traces des périodes passées, mais une rénovation vraiment valable doit inclure les réussites des générations passées.
Mein Kampf:357 ” Des mouvements révolutionnaires supérieurs adapteront les vieilles formes [de rituel et de dogme]. Ce n’est que par les rayons du soleil que la lune est capable de briller. [Satan est cohérent si rien d’autre.] Toute nouvelle idée, nouvelle doctrine, ou nouvelle vision de la vie qui essaye de nier le passé ou veut s’en moquer, le rendant sans valeur et douteux échouera.
Ishaq:57 “L’Apôtre d’Allah dit, ‘Quoi qu’il y ait eu durant les jours d’ignorance, l’Islam le renforce.

Les premiers musulmans étaient à l’aise avec l’Islam, et lui faisaient confiance parce que dans la pratique il n’était pas différent des conceptions mystiques de Qusayy.
Tabari VI:25 “Les ordres de Qusayy n’étaient jamais désobéis”.” En ce qui concerne le hadj, il confirma le droit des Arabes de continuer leur anciennes coutumes. Il les considéra comme un devoir religieux qui ne devait pas changer.
Mein Kampf:358 “Les hommes de raison détestent les nouvelles lunes sur leur infériorité ou leur mauvaise intention. Une rénovation véritablement heureuse se construit là ou la dernière fondation prend fin. Il n’est pas honteux d’employer des vérités déjà existantes. Les nouvelles pierres de construction ne devraient pas détruire le vieux bâtiment, mais il faut plutôt retirer les choses inappropriées qui ont été mal adaptées et ensuite les ajouter à cet endroit.“.
L’image de Mahomet des “Trois constructeurs – juifs, chrétiens et musulmans” vient à l’esprit (page 6 et Bukhari : V3B36N471). L’Islam est l’incarnation parfaite de la mantra d’Hitler. Il a été construit sur des fondations judéo-chrétiennes pour les raisons que Der Führer précise : le faire apparaître comme “digne de confiance.”

Hitler explique pourquoi Mahomet a dû changer son Qiblah en la Ka’aba.
Mein Kampf:364 “Nos villes manquent de symbole marquant de la communauté nationale. Le manque d’un tel symbole mène à l’émoussement spirituel qui se manifeste dans l’indifférence.
Der prophète convoitait les flots de revenus qui coulaient de la S.A. Ka’aba. Dans la 2ème sourate il utilisa ce sanctuaire païen pour justifier le meurtre de masse et l’enlèvement avec rançon. Il l’utilisa pour transformer l’émoussement et l’indifférence spirituels en fureur violente.
Coran 002,217 “Ils vous questionnent au sujet de la guerre et du combat mais c’est un plus grand péché de faire obstacle à ceux qui sont pour la cause d’Allah et barrer l’accès de la sainte Mosquée [Ka’aba], et de les sortir hors de son enceinte. L’oppression est pire que le massacre.

Les despotes exigent l’uniformité du but.
Mein Kampf:364 “Parmi les symptômes de la décadence il y a le manque d’une vision commune de la vie et l’incertitude dans le jugement et la définition d’une attitude envers les diverses grandes questions.
Vous noterez qu’Hitler ne suggère pas que les Nazis posent des questions mais plutôt qu’ils tous sont d’accord avec ses réponses. “Par conséquent tout commence par une éducation hésitante et indécise qui esquive la responsabilité et finit dans la lâche tolérance des maux manifestes.
Cela synthétise la trente troisième sourate. Le mal manifeste était les juifs. Les musulmans ont appris à les détester. On leur a dit que quelqu’un qui n’était pas d’accord avec l’interprétation de Mahomet ne pouvait être toléré. Quiconque qui s’accommodait des juifs, et vivait paisiblement avec eux, était un hypocrite.

Mahomet, pendant les batailles d’Uhud et du Fossé, avait peur que son monde soit sur le point d’imploser. Ses adeptes commençaient à penser par eux-mêmes. Ils interrogeaient sur la justice d’une religion basée sur la terreur et le butin – “Ils avaient de vaines pensées au sujet Allah.
Ainsi les sourates de Médine établirent ce que Der Führer suggérait :
Mein Kampf:364 “Des convictions religieuses uniformes sur la vision de la vie sont nécessaires.
Hitler a même reconnu la supériorité de l’Islam à cet égard.
Mein Kampf:365 “Alors que les cultes catholiques et protestantes établissent des missions à l’étranger afin de convertir de nouveaux adeptes à leur doctrine (une activité, qui comparée aux avancées de la foi de Mahomet, ne montre que des succès très modestes), en Europe ils perdent des millions d’adhérents qui maintenant font face seuls à la vie religieuse. La conséquence est défavorable.
Hitler avait bien vu que Mahomet ne toléraient pas les renégats et que l’épée de l’Islam fut utilisée au-dessus des cous de ceux qui contemplèrent l’indépendance ou la liberté. Def Führer et Der prophète voyaient la religion comme le nec plus ultra – sans elle il n’y n’était pas possible d’acquérir la puissance, la richesse, et l’éloge qu’ils sollicitaient.

Hitler a averti les fondateurs “religiotiques” de faire attention à ne pas détruire complètement ce qu’ils attaquent:
Mein Kampf:365 “Le combat violent contre les dogmes fondamentaux des diverses églises ne doit pas faire oublier que sans elles l’existence pratique d’une foi religieuse est impensable aux hommes. Les masses populaires ne se composent pas de philosophes, et leur foi est l’unique fondement d’une vision de la vie morale. Les diverses substitutions des anciennes fois religieuses n’ont pas prouvé qu’un échange était utile.
Ainsi dans l’esprit tordu d’Hitler une nouvelle foi était nécessaire – sa foi. Sans elle il savait qu’il n’y aurait que chaos après le passage de son attaque du christianisme. Et alors que le chaos à l’étranger était soutenu par l’Islam et le nazisme, ça ferait désordre à la maison. “Mais si la doctrine et la foi religieuses sont vraiment destinées à capter les grandes masses, alors l’autorité absolue du contenu de cette foi doit devenir la base de toute efficacité.”. Le dogme de la religion, ou l’idée spirituelle, doit être limitée et mis en forme sans hésiter sinon elle ne deviendra jamais une foi.
Hitler explique que le but de la religiotique dérivée de Mein Kampf et du Coran/Sunnah était d’établir l’autorité absolue. Allah dit :
Coran 059,006 “Allah donne l’autorité à son Apôtre sur qui il lui plaît.

Ce hadith décrète l’autorité absolue de l’Islam (et explique pourquoi la doctrine poligieuse était allergique à la démocratie):
Bukhari : V4B52N203 “J’ai entendu l’Apôtre d’Allah dire, ‘Nous sommes les derniers mais seront les premiers à entrer au Paradis.’ Le prophète ajouta, ‘Celui qui m’obéit, obéit à Allah, et celui qui me désobéit, désobéit à Allah. Celui qui obéit au chef, m’obéit, et celui qui désobéit au chef, me désobéit. L’Imam est comme un abri pour lequel les musulmans confiants devraient combattre et chercher la protection.
George Bush aurait dû lire ce hadith avant de renverser le sang américain en poursuivant un impossible but – établir une démocratie en Irak sans traiter l’Islam d’abord. Quand nos politiciens sont ignorants et agissent impulsivement sans penser, cela produit de mauvaises choses.

Mein Kampf dit que si une vieille religion n’a pas concentré l’autorité sur un homme unique, alors une nouvelle religion est nécessaire.
Mein Kampf:366 “Pour un politicien, la valeur d’une religion existante se mesure moins par ses insuffisances que par la présence d’un produit de remplacement visiblement meilleur. Aussi longtemps qu’il n’y a aucun produit de remplacement apparent, la religion existante ne peut être démolie que par des imbéciles ou des criminels.
Mahomet et Hitler attaquèrent le judéo-christianisme parce qu’ils croyaient que leur religion était un produit de remplacement supérieur, en ceci qu’elle furent conçues pour porter leurs ambitions personnelles. Leur religiotique consistaient en des mécanismes de commande. “Soumettez-vous et obéissez” est juste une vague commande. Selon les traducteurs de Mein Kampf : “Hitler tenta de se faire lui-même prophète de la nouvelle religion allemande. Il croyait que si un nouveau mythe pouvait être créé et propagé inlassablement, cela donnerait aux allemands une nouvelle foi que les masses aimeraient aussi tenacement qu’elles avait précédemment suivi le christianisme.
Comme l’Islam, le nazisme était une religion de remplacement ou de substitution. Ces doctrines sont les deux faces de la même pièce de monnaie.

Der Führer comme Der prophète, durent condamner ceux qui se sont dressés sur leur chemin. Bien que ces deux dictateurs soient devenus ce qu’ils ont dénoncé, ils durent nettoyer le monde des rivaux.
Mein Kampf:367 “Le pire de tout, ce sont ceux qui maltraitent les convictions religieuses dans des buts politiques. On ne peut procéder trop agressivement contre ces misérables profiteurs qui aiment voir dans la religion un instrument qui peut leur rendre des services politiques ou commerciaux. Ces menteurs éhontés crient leur foi au monde avec une voix de Stentor pour que d’autres puissent mourir afin qu’ils puissent mieux vivre. Toute la foi est à vendre. Pour le trône du pouvoir ils épouseraient certainement le diable.
C’est la définition la plus claire du Modus Operandi derrière l’Islam qui n’ait jamais été écrite.

Suite et fin

Craig Winn, auteur de Prophet Of Doom


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 02/06 21:59
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !