Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re: La France décore le terrorisme, la lapidation et la décapitation [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]




« 1 ... 3 4 5 (6) 7 8 9 10 »

Re: Hollande, dis-moi qui tu décores, je te dirai qui tu es !
#16

prince Mohammad ibn Nâyef

Le prince Mohammad ibn Nâyef dans son bureau

(Photomontage)

Quand un président se contente d’inaugurer les chrysanthèmes et de distribuer des décorations, c’est que l’Etat est en déliquescence. Et quand le récipiendaire d’une décoration n’a rien pour en mériter l’honneur, c’est l’image de la France qui est encore bafouée et déshonorée.

A lire aussi:

Débile mais réel ! L’Arabie saoudite convoite la présidence du Conseil des droits de l’homme ! (16 articles)
Le traitre Hollande remet la médaille d'honneur au PDG de Qatar Airways en catimini
Rafale : Hollande bouffe dans la main du Qatar…

Nous apprenons ainsi par l’agence de presse saoudienne SPA (pas de confusion svp …) que, en grande pompe à l’Elysée mais en catimini et avec la discrétion des médias français, le président de la République française, au nom du peuple français, a décerné, le 4 mars 2016, le titre de Grand Officier de la Légion d’honneur, une des plus grandes distinctions de l’Etat, à son altesse le prince saoudien Mohammad ibn Nâyef âl-Saoud, le prince héritier, vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, pour « sa grande contribution dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme dans la région et dans le monde ».

Comment peut-on accepter que la France vienne attribuer tous les honneurs à une figure d’un des Etats les plus arriérés du globe et les plus irrespectueux des droits de l’homme ? La Légion d’honneur devrait être un symbole fort dans un monde en perte de repères, car elle réunit, pour leur mérite personnel au service de la nation, des citoyens et des personnalités célèbres.

Cette attribution nous éclabousse et nous salit : par delà le marché des armes et une alliance contre-nature dans le dossier syrien, on ne peut pas dire que l’Arabie Saoudite et le dauphin du roi aient apporté à la nation française, pays de l’humanisme et des Lumières, une quelconque contribution digne d’éloge. Au contraire. Voyons comment l’Arabie Saoudite est une championne hors pair d’un comportement international fait de duplicité, en Orient et dans le monde :

C’est l’Arabie Saoudite qui soutient matériellement et financièrement le terrorisme et les groupes terroristes qui commettent en Syrie et en Irak les pires massacres, et qui envoie des jihadistes se faire exploser au milieu de la population des villes et des villages.

C’est l’Arabie Saoudite qui agresse le Yémen et mène une guerre d’anéantissement humain et économique dans ce pays, un des plus pauvres de la planète.

C’est l’Arabie Saoudite qui occupe militairement les terres du Bahreïn, sous différents prétextes, afin de museler les mouvements pacifiques de libération nationale.

C’est l’Arabie Saoudite qui vient de stopper son aide à l’armée libanaise parce que le Liban a refusé de se soumettre à son diktat.

C’est l’Arabie Saoudite qui attise la zizanie dans les mouvements palestiniens.

C’est l’Arabie Saoudite qui diffuse dans le monde le wahhabisme et le salafisme et qui jette l’anathème sur tous ceux qui ne suivent pas sa doxa.

C’est l’Arabie Saoudite et son wahhabo-salafisme qui est le principal destructeur de la chrétienté d’Orient, le responsable de son anéantissement. Ses exactions indirectes par les groupes salafistes poussent les chrétiens à quitter l’Irak et la Syrie. Les chrétiens étaient majoritaires dans cette région avant la conquête musulmane qui fut un colonialisme de terreur par l’intimidation et le glaive.

C’est l’Arabie Saoudite qui est le berceau d’al-Qaeda, qui est la mère nourricière de l’Etat Islamique et qui attise en Irak et en Syrie le conflit entre sunnites et chiites. Elle se comporte en activateur du terrorisme hors de ses frontières tout en prenant soin qu’il ne menace pas ses propres frontières ni le trône de cette monarchie des sables.

C’est l’Arabie Saoudite qui a manigancé le 11 septembre : la majorité des terroristes sont saoudiens.

C’est l’Arabie Saoudite qui finance les mosquées dans le monde et en France. Elle propage l’idéologie wahhabo-salafiste, terreau du jihadisme, qui mine la sécurité et l’avenir de notre pays et de la planète. C’est elle qui, par jihadistes interposés, vient de toucher la jeunesse française en plein cœur.

C’est en Arabie Saoudite, lors du pèlerinage à La Mecque, à Mana, qu’environ 1.200 personnes ont perdu la vie, piétinées, en raison d’une mauvaise organisation. Et c’est le prince Mohammad ibn Nâyef qui en était le responsable en tant que ministre de l’Intérieur du royaume.

C’est en Arabie Saoudite que, début janvier 2016, ont eu lieu 70 exécutions publiques pour « terrorisme » par décapitation au sabre. En 2015, 153 personnes ont été exécutées pour des crimes de viol, de vol à main armée ou de trafic de drogue.

C’est dans l’Arabie Saoudite du prince Mohammad ibn Nâyef qu’a été exécuté un dignitaire chiite, Nimr al-Nimr, un opposant au régime, ce qui a provoqué une crise diplomatique entre Riyad et Téhéran.

La liste serait fort longue pour ce pays, le plus fondamentaliste de la planète et qui fonctionne dans un équilibre de la terreur, sans constitution ni libertés publiques, et qui se targue de vouloir imposer la démocratie aux pays limitrophes. La famille royale d’un côté et la caste des imams wahhabites de l’autre sont les deux composantes de ce royaume. Elles possèdent leurs propres institutions et œuvres sociales qui alimentent le terrorisme dans le monde entier, tout en clamant haut et fort officiellement que l’Etat lutte contre ce fléau.

La France, donc, gratifie un grand destructeur des valeurs humaines sur un fondement mercantile et de piètre facture. François Hollande n’est pas à une bassesse près.

Que reste-il d’honneur au corps de la Légion d’honneur quand, parmi ses membres, figure désormais un terroriste bédouin archi pétro-dollarisé ? Les membres de cette honorable Légion vont-ils rendre leurs décorations après ce méfait honteux du petit prince de l’Elysée ? Combien le feront ?

Il y a des Jean-Paul, des Marcel, des Philippe, des Geneviève qui doivent bien rire sous cape …

Bernard Dick

Ignace - legion d'honneur prince heritier saoudien et Hollande terro-737x1024


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 07/03/2016 23:11
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: La France décore le terrorisme, la lapidation et la décapitation
#17

Hollande remet la légion d'horreur à un prince saoudien

A lire aussi:

Le traitre Hollande remet la médaille d'honneur au PDG de Qatar Airways en catimini
Hidalgo à Philippot : Touche pas à mon Qatar !
Lettre de Florian Philippot à Hollande: Le Qatar,dictature islamiste, menace ma liberté d'expression
Plainte en diffamation contre Florian Philippot par… le Qatar !
Quand FIFA rime avec mafia

Vendredi 4 février 2016, dans le silence assourdissant des médias français, on apprend par l’agence de presse saoudienne SPA que François Hollande vient de remettre la Légion d’Honneur, plus haute distinction française au « Prince Mohammed bin Nayef bin Abdelaziz Al Saoud, prince héritier, vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur ». (1). Fait exceptionnel, cette nomination n’a pas été publiée au Journal Officiel.

L’Arabie Saoudite

L’Arabie Saoudite est une des dictatures les plus meurtrières de la planète. En 2015, 153 personnes ont été exécutées par pendaison, lapidation ou décapitation. C’est la pire année depuis 20 ans. L’année 2016 a été inaugurée par l’exécution de 47 personnes la même journée dont un opposant religieux Chiite, ce qui a déclenché une crise sans précédent avec l’autre grande puissance régionale: l’Iran.

L’Arabie Saoudite est le régime le plus barbare de la planète. Les femmes adultères sont lapidées. On coupe la main aux voleurs. On coupe les mains et les pieds aux auteurs d’actes de banditisme. Les personnes reconnues coupables de diffamation ou d’avoir bu de l’alcool sont fouettées sur la place publique.

Nul besoin d’être un sujet saoudien pour se voir appliquer ces peines moyenâgeuses. Ainsi en 2015, un retraité britannique a été condamné à 350 coups de fouet parce que la police a retrouvé sur le siège arrière de son véhicule une bouteille de vin.

L’Arabie Saoudite abrite le plus célèbre prisonnier politique au monde. Fin 2014, le blogueur Raïf Badawi a été condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet parce qu’il avait critiqué sur son blog la police religieuse saoudienne.

La France, championne auto-proclamée de la laïcité décore donc un dirigeant d’un pays où l’apostasie est punie de la peine de mort. La France, championne de la défense des droits des homosexuels décore un dirigeant d’un pays où l’homosexualité est punie de la peine de mort.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Les dignitaires saoudiens, eux, sont réputés dans le monde entier pour leurs parties de débauche. Depuis des dizaines d’années, ils viennent passer l’été au large d’Ibiza dans des yachts ultra luxueux, entourés de prostituées. Récemment, ils se sont mis à débarquer sur les côtes françaises en privatisant des plages.

Fin 2015, le prince Majed ben Abdulaziz Al-Saoud est accusé d’avoir menacé de mort des employées qui refusaient ses avances sexuelles pendant un séjour à Beverly Hills. Selon elles, le prince passe sa vie à se saouler, prendre de la cocaïne et mener une vie de débauche avec des prostituées. (2)

Alors pourquoi cette décoration ?

En 2015, La France a vendu pour 16 milliards d’euros d’armement dont 13 milliards au proche-orient. Le plus gros client de la France est… l’Arabie Saoudite.

Si les pétrodollars servent à équiper le royaume saoudien qui se lance aussi dans ses propres guerres, comme celle qu’il mène au Yémen avec la bienveillance des occidentaux, la manne pétrolière est également utilisée pour équiper les voisins. Ainsi l’Arabie Saoudite finançait

un contrat de 3 milliards d’euros destiné à la modernisation de l’armée libanaise. Contrat suspendu en raison du soutien jugé trop mou du Liban aux dirigeants Saoudiens dans leur persécution contre leurs opposants.

Et puis, le tableau ne serait pas complet si on ne mentionnait pas les Mistral. En prenant prétexte de la situation en Crimée et de la guerre civile en Ukraine, Hollande avait refusé de livrer les Mistral aux Russes, violant ainsi un contrat pourtant signé en bonne et due forme. (3)

Qui est venu sauver la face ? L’Arabie Saoudite, une fois de plus, qui a généreusement financé l’achat des deux bâtiments par une autre très grande démocratie qui brille pour son sens aigü du respect des droits de l’homme: l’Egypte.

La légion du déhonneur

Cette remise intervient un an après les attentats de janvier qui ont ensanglanté la France. Après ces attentats revendiqués par Daesh, François Hollande avait remis la Légion d’Honneur à titre posthume à plusieurs victimes qui doivent aujourd’hui se retourner dans leur tombe en voyant qu’on décore aussi un des principaux leaders du régime qui inspire, arme et finance les plus grandes organisations terroristes de la planète.

Le régime qui est décoré à travers l’un de ses principaux dirigeants est une dictature sanguinaire qui applique à la lettre la Charia, comme l’Etat Islamique. Quelle est la différence entre Daesh, érigé faussement en ennemi numéro 1 de la France et l’Arabie Saoudite ?

Comme Daesh, l’Arabie Saoudite lapide les femmes adultères, décapite les opposants, coupe les mains aux voleurs. Mais l’Arabie Saoudite vend du pétrole à la France et surtout lui achète des armes, beaucoup d’armes.

On proposerait bien aux dirigeants de Daesh de passer quelques commandes d’armement à la France pour voir si on ne leur propose pas en plus la Légion d’Honneur.

Enfin, le prétexte de la lutte contre le terrorisme est une vaste Hollanderie, pardon, fumisterie. Une de plus. L’Arabie Saoudite a été à l’origine des principaux mouvements terroristes qui ensanglantent la planète, à commencer par Al-Quaïda et Ben Laden.

Selon l’ancien responsable français des renseignements, Bernard Squarcini, l’Arabie Saoudite est le principal financeur des mouvements terroristes en Syrie.

Alors, donner la légion d’honneur à un dignitaire saoudien pour sa contribution à la lutte anti-terroriste, c’est comme décorer un pédophile pour son amour des enfants.

C’est d’une hypocrisie sans nom. En décorant l’Arabie Saoudite François Hollande décore le terrorisme. Et oui. Parce que le terrorisme est indispensable au gouvernement actuel pour se maintenir au pouvoir.

C’est la menace terroriste qui permet au gouvernement actuel de violer toutes les libertés fondamentales dans le pays auto-proclamé des droits de l’homme. C’est encore la menace terroriste qui permet d’appeler à la sacro-sainte unité derrière François Hollande.

C’est enfin la menace terroriste qui permet d’instaurer une répression sans précédent sur toute contestation en instaurant l’état d’urgence permanent qui sera bientôt inscrit dans la constitution.

Sans Daesh, les socialistes français ne sont rien. Toute leur politique depuis 4 ans n’est qu’une succession d’échecs, aussi bien en ce qui concerne la dette, le chômage et maintenant la réforme du code du travail qui va mettre des millions de personnes dans la rue.

S’il n’y avait pas les terroristes et ceux qui les soutiennent pour faire croire aux Français que ce gouvernement sert à quelque chose, il aurait été balayé depuis longtemps. (4)

Ca vaut bien une petite médaille non ?

> Philippe Alain anime un blog.

1. http://www.spa.gov.sa/viewstory.php?lang=fr&newsid=1474085
2. http://www.dailymail.co.uk/news/artic ... -pleasured-male-aide.html
3. http://philippealain.blogspot.fr/2015 ... ix-politique-du-porc.html
4. http://philippealain.blogspot.fr/2015_11_01_archive.html

****

Askolovitch a gagné de haute lutte la légion d’honneur saoudienne

Ri7askolovitch-fourest

CAR C’EST AINSI QU’ALLAH EST GRAND.

Askolovitch à la soupe ! Claude, mon petit chroniqueur préféré, je vais te faire une confidence : tu me manquais, ces temps-ci. Tu avais l’air un peu absent, rêveur, ailleurs en quelque sorte. Manque de sujets bandants ? Peut-être. Et là, subitement, te voici tel qu’en toi-même, à la défense d’une belle et noble cause : les 459 exécutions au sabre en Arabie Saoudite, depuis le début de l’année. Avis au public : écoutez bien ce que nous dit le démiurge de Qatarworld, ça vaut son pesant de lait de chamelle :

Alleluiah, Askolovitch nous est rendu ! Sonnez clairons, résonnez buccins ! Désinformer, truquer, mentir, « taqquier » pour mériter sa pâtée, la bénédiction de l’émir et la gratitude du Président : ta raison d’être est la plus forte. Je t’envie, moi qui doute dès le réveil, d’être aussi clair dans ta tête. Admirable mini-télégraphiste de Doha! Goinfre-toi, petit canaillou, car le jour où la banque fermera, tu feras ceinture, je le crains. Ma foi, à tout prendre, ce sera peut-être bon pour ton cholestérol. Je te parle de ça avec franchise parce que je t’aime vraiment beaucoup, que, ces derniers temps, tu as visiblement tendance à t’empâter un peu, et qu’enfin tu entres dans l’âge des risques cardio-vasculaires maximaux. Et si tu quittais le journalisme de propagande pour ouvrir un de ces très innocents clubs de rafistolage physique, où l’on rame, éperdu, à contre-courant de sa propre vie ? Une bonne idée, non, Claude ….? Claude…? Tu es là, choubijou…? 

Tiens, ami du Paris-Saint Qatar, puisque l’on cause décapitations, mille et une nuits, démocratie arabe et libertés essentielles, un message pour ton idole, merci de le transmettre. « Et si le bourreau était « Français »? Tu as pensé à ça, François Hollande, avant de lui proposer de revenir au pays pour se faire… comment dites-vous déjà, entre vous ? Ah oui, « déradicaliser ». Ben mon colon, Mémé Bouzar va avoir du taf avec celui-là.

Décapitation en Arabie Saoudite

Décapitation en Arabie Saoudite 2

Lis ça, Claude Askolovitch. Et dis moi ton sentiment.

Scénario 3e Guerre mondiale

 

***

TOUS LES SITES & MEDIAS PATRIOTES:
... contre l'islam conquérant, contre l'Europe des traitres politiques & médiatiques.

Retrouvons notre liberté, notre souveraineté, nos droits,
et protégeons l'avenir de nos enfants en partageant chaque jour 
au maximum les articles des patriotes.




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 08/03/2016 03:00
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Quand un président honore ses ennemis, il trahit son peuple
#18

Le traitre Hollande - médaille honneur prince saoudien

Le président français, François Hollande, ne sait plus quoi faire pour réussir sa réélection en 2017.

Aller jusqu’à trahir son peuple, pour parvenir à ses fins, ne lui pose aucun problème.

En 2012, son premier voyage de président à l’étranger fut pour remercier Bouteflika de l’avoir grandement aidé à accéder au pouvoir. Il est reconnu que le vote des musulmans algériens (que l’on nomme franco-algériens, à tort, parce qu’ils sont plus Algériens que Français !) a pesé lourd de son côté sur la balance, d’autant qu’un différend entre Sarkozy et Bouteflika privait définitivement le président sortant des voix algériennes en France.

Donc, en 2012, après s’être rendu en Algérie pendant sa campagne et à peine élu, il s’en fut remercier Boutef.

Depuis les Régionales, Hollande est parti en campagne pour la présidentielle de 2017. Mais, en nommant des ministres marocaines  – TROIS ! – dans le gouvernement de Valls, il a froissé les dirigeants algériens qui se considèrent lésés. Et oui ! Les Algériens estiment que la France leur appartient. Ils ont un esprit de revanche exacerbé.

Que ce soit le Maroc, ennemi héréditaire des Algériens, qui se retrouve à gouverner en France, n’a pas été pour leur plaire, loin s’en faut.

Que pouvait donc faire Hollande pour réparer sa gaffe et s’assurer, ainsi, des prochains votes des Algériens ?

Il a donc été décidé, dans les arcanes du pouvoir, que le président se fendrait d’un discours lors de sa participation aux commémorations du 19 mars 1962, au quai Branly à Paris.

Mais que représente cette date, pour vous, Français de France, si vous ne connaissez pas l’Histoire de l’Algérie Française ou si vous êtes trop jeunes pour en avoir, seulement, entendu parler ?

Néanmoins, nous ne doutons pas un instant que vous comprendrez très aisément ce qui va suivre parce que vous connaissez, maintenant, ce dont sont capables des terroristes musulmans et, de surcroît, de souche algérienne comme les Kouachi, Merah et autre Djamel Zitouni.

Nous allons donc vous dire ce que représente ce 19 mars 1962 pour la France, le plus succinctement possible pour ne pas être accusé d’incitation à la haine.

Un retour en arrière est nécessaire. Depuis 1954, les terroristes algériens commettent des attentats sur tout le territoire Français, principalement en Algérie. Terrorisme qu’ils avaient déjà tenté en mai 1945, alors que les soldats Français étaient encore au front mais qui fut vite réprimé.

Les gouvernements qui vont se succéder en France de 1954 jusqu’en 1958, vont s’attacher à défaire cette montée islamiste, révolutionnaire disaient-ils, appelez-la comme vous voudrez, la méthode a toujours été la même, hier comme aujourd’hui.

En 1958, lorsque le général De Gaulle est arrivé à Matignon, l’armée française avait réussi à stopper les massacres de Français civils et militaires. Les quelques chefs terroristes algériens, encore debout, se rendaient à la France.

C’était compter sans la détermination du nouveau chef du gouvernement de se défaire de l’Algérie.

Quelles qu’aient été ses raisons, quelle qu’ait été la légitimité de cet abandon, c’est la méthode utilisée par le président français que nous n’accepterons jamais parce qu’elle a été criminelle dès le 19 mars 1962.

Nous sommes donc dans les années 1958/1962. Après maints pourparlers secrets, depuis un an, avec les terroristes de la première heure, De Gaulle décide de proposer une « déclaration gouvernementale » franco-française, qu’il appellera plus tard « Accords d’Evian ». Dans cette déclaration, il propose aux terroristes de former un gouvernement provisoire algérien (GPRA) qui œuvrera, conjointement avec la France, à la destinée de l’Algérie indépendante.

Jusque là, vous nous suivez.

Ces propositions ne conviennent pas au FLN qui refuse d’entériner le document. Donc, dans un  premier temps, nous dirons qu’il n’y a jamais eu  » d’accords ».

Mais de Gaulle ira jusqu’au bout de sa décision, faisant croire au peuple Français que ce sont de vrais accords, les engageant même dans un referendum duquel les habitants de l’Algérie (dont 1 million de Français) ont été exclus. Les Français d’Algérie n’ont pas pu s’exprimer à ce referendum qui a eu lieu au mois d’avril 1962.

Donc, au soir du 18 mars 1962, il décide que sa proposition est acceptée par toutes les parties et la rend publique, le 19 mars 1962. Elle stipule un « cessez-le-feu » qui n’a été accepté que par la France et UN SEUL représentant de la partie algérienne. 

Le FLN, qui n’a pas voulu accepter ces propositions, envoie un message à tous les moudjahidin de « l’armée de libération » dans et hors de l’Algérie, transmis par leurs chefs, disant que : « la rébellion est finie mais la guerre continue ». (document INA)

A partir du 19 mars 1962, la France ne gouverne plus en Algérie. Les autorités françaises passent les pouvoirs aux « autorités » algériennes. L’armée est rapatriée en France, les Harkis sont désarmés et les quelques militaires qui restent sont consignés sur les lieux stratégiques avec interdiction d’intervenir dans les trois départements français d’Algérie.

MAIS NOUS SOMMES, ENCORE, EN FRANCE !

Vous imaginez la liesse des Algériens (pas tous) mais, surtout, leur liberté à tuer, massacrer, égorger les Européens. Les enlèvements vont se multiplier par mille. A l’heure actuelle, nombreux sont les militaires et civils que la France n’a même pas cherché à retrouver après cette date fatidique malgré les témoignages de la Croix Rouge Internationale.

Pendant toute cette période allant du 19 mars 1962 jusqu’à l’indépendance officielle de l’Algérie, il y a eu plus de morts européens, harkis et Algériens pro-français que pendant les huit années de terrorisme. Ce fait est reconnu par tous les historiens honnêtes.

Le 26 mars 1962, à Alger le massacre des européens dans la rue d’Isly restera dans les mémoires. Une semaine, seulement, après la « déclaration gouvernementale » de De Gaulle, une manifestation pacifique des pro Algérie française, se transforme en une ignoble boucherie. Hommes, femmes, enfants sont fusillés alors qu’ils défilent avec, pour seules armes, des drapeaux tricolores.

Qui a tiré ? Nul n’est capable de dire exactement d’où sont venus les premiers tirs. Mais une compagnie de tirailleurs algériens, postée sur le parcours, est désignée par d’autres militaires présents à cette manifestation, comme responsable du mitraillage sur la foule.

A partir du 19 mars 1962, tout Européen qui s’aventure dans les quartiers arabes est certain de ne pas en sortir vivant. Les commissariats, sont dirigés par des Algériens. Les employés français ne sont là que pour la forme. La chasse aux Français pro Algérie française est ouverte. Ce 19 mars 1962 a sonné l’hallali.

Mais, nous ne le répèterons jamais assez, nous vivions en France !

De toute cette horreur, le point d’orgue fut atteint par le massacre de la population civile européenne à Oran, les 5, 6 et 7 juillet 1962.

Le président De Gaulle annonce, à la télévision française, le 3 Juillet 1962, que l’Algérie est devenue indépendante.

Les Algériens décidant que leur D-Day serait le 5 juillet, ils envahissent les rues d’Oran ce jour-là et tuent,  égorgent, enlèvent, brûlent les Européens qui étaient encore au pays. A cette date, nous étions « chez » les Algériens. Mais, si les « soi-disant accords  » avaient été respectés, il n’y aurait pas eu ces tueries et la France aurait dû nous protéger.

Or, depuis le 19 mars 1962, les Français ont été livrés, désarmés, à la vindicte des Algériens.

Le président de la République française, François Hollande, sait que le 19 mars 1962 est fêté en Algérie comme le Grand Jour de la Victoire.

Par sa présence aux côtés des Algériens, des communistes et autres indépendantistes, en ce jour néfaste pour la France et les Français, ce président bafoue la mémoire des civils et militaires qui ont perdu la vie pendant cette période d’après le 19 mars 1962 qui a livré les pro Français de toutes confessions, aux couteaux des égorgeurs.

Il n’a pas le droit, pour des objectifs purement électoralistes, de salir la mémoire des Patriotes, de souiller l’honneur des Français.

Bien entendu, pour tous ceux d’entre vous qui voudraient connaître plus précisément les conséquences de cette date, nous tenons à votre disposition le texte de la déclaration gouvernementale du 18 mars 1962, les preuves du nombre de tués ou enlevés, les charniers trouvés.

Tout ce qui fait que nous ne pouvons pas reconnaître – et nous ne reconnaitrons jamais – la date du 19 mars 1962 comme un jour à honorer.

Danièle Lopez


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 11/03/2016 01:28
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 3 4 5 (6) 7 8 9 10 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !