Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re: Bruxelles veut vingt millions de migrants légaux en plus des illégaux ! [Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation]




« 1 ... 178 179 180 (181) 182 183 184 ... 318 »

Re: Bruxelles veut vingt millions de migrants légaux en plus des illégaux !

Front National - Premier Parti de France

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

L’Union européenne ne tire jamais les leçons de ses échecs. Alors qu’elle subit une véritable submersion migratoire que la pseudo- digue de l’espace Schengen est incapable d’arrêter, elle ne trouve rien de plus pressé que d’organiser une voie d’immigration légale.

Le 7 juin, le commissaire Avramopoulos a en effet présenté à Strasbourg une réforme de la « carte bleue » européenne créée en 2009. Destinée à attirer en Europe les étrangers qualifiés dont les entreprises auraient prétendument besoin, cette « carte bleue » n’a jusqu’à présent guère été utilisée par les Etats. Avramopoulos a donc expliqué qu’il comptait l’améliorer pour inciter les Etats à y recourir davantage.

L’objectif clairement affiché par la Commission de Bruxelles est de compléter l’immigration subie – sans doute pas assez nombreuse à son goût – par une sorte d’immigration choisie. Il s’agit officiellement de remédier ainsi au déficit démographique de l’Allemagne et de quelques autres Etats européens.

A lire aussi:

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (540 articles)
[UE] Haute trahison politique de plus: La Turquie en Europe, c’est fait dans 2 ans ! Allah Akbar ? (72 articles)
Libéralisation de visas à tout-va : l’Union Européenne favorise l’immigration clandestine (Front National patriote)

Mais curieusement, lors de sa conférence de presse Avramopoulos n’a donné aucun chiffre pour cette nouvelle voie d’immigration. Un journaliste italien lui a alors demandé si la carte bleue était bien destinée à accueillir « vingt millions au moins de migrants ». Un peu gêné, car il aurait manifestement bien voulu noyer le poisson, Avramopoulos a répondu : « Oui (…). L’Europe aura besoin de bras, aura besoin de migrants. D’où cette politique (…). Le chiffre est celui que vous avez cité mais il va peut-être augmenter, qui sait ? »

Il y a tout juste un an, le même Avramopoulos évoquait le chiffre de cinquante millions de migrants. Dans l’intervalle, le Front national en France et le FPO en Autriche ont enregistré des succès électoraux spectaculaires. La Commission a désormais peur de ceux qu’elle appelle les « populistes » et n’ose plus faire preuve de la même arrogance qu’auparavant.

Elle a bien raison d’avoir peur. En 2017, son immigrationnisme fou sera relégué au magasin des antiquités grâce à l’accession de Marine Le Pen à la présidence de la République !


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 16/06/2016 18:50
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Faire commerce de l’immigration, dernière trouvaille des libéraux-libertaires

Invasion migratoire - Invasion musulmane - Europe des traitres

« Et si on créait un marché de l’immigration ? » Tel est le titre d’une tribune publiée dans Les Echos sous la plume de Gaspard Koenig, « philosophe et président du think tank GénérationLibre ». Koenig raconte que, la semaine dernière, il s’est rendu au Musée de l’immigration où était décerné le prix littéraire de la Porte Dorée « qui récompense des ouvrages sur l’exil ». Là, il a constaté que, « parmi ce public choisi, chacun pense que l’immigration est un cadeau des Dieux – moi le premier, qui vis entre deux pays et suis marié avec un troisième ». Mais voilà, les peuples « les peuples ne l’entendent pas de cette oreille. Que faire ? « Plutôt que de s’en tenir à la rengaine de l’amour de l’Autre, il faut […] combattre le non politiquement correct des nationalistes par un non politiquement correct de l’ouverture. » Et la bonne idée existe. Il l’a trouvée dans un livre. Il explique. On s’assoit avant de lire encore que le risque existe de tomber de sa chaise…

A lire aussi:

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (541 articles)
[UE] Haute trahison politique de plus: La Turquie en Europe, c’est fait dans 2 ans ! Allah Akbar ? (72 articles)
Libéralisation de visas à tout-va : l’Union Européenne favorise l’immigration clandestine (Front National patriote)
Bruxelles veut vingt millions de migrants légaux en plus des illégaux !

« C’est exactement ce qu’entreprend Emmanuelle Auriol, économiste de la Toulouse School of Economics, dans un livre courageux : Pour en finir avec les mafias (Armand Colin). Dans la lignée de Jean Tirole, qui prend toujours soin de laisser la morale en dehors des réflexions de politique publique, Emmanuelle Auriol propose de légaliser ce qui fait l’objet des trafics illégaux, à commencer par le sexe et la drogue. S’agissant de l’immigration économique (bien distincte du droit d’asile, sacré et universel), sa solution est tout aussi simple et rationnelle : la vente des visas. “Puisque les politiques répressives de contrôle des frontières et d’identités ne sont pas efficaces contre les passeurs, écrit-elle, une idée naturelle est d’utiliser des instruments tels que les prix et le marché pour les éliminer.“

« A l’immigration clandestine se substituerait ainsi une immigration légale et payante, qui aurait le double avantage d’évincer les organisations criminelles, et de renflouer les caisses de l’Etat pour mieux organiser l’accueil ou lutter contre le travail au noir. Des négociations avec les entreprises et les partenaires sociaux permettraient d’identifier les secteurs les plus demandeurs, tandis que des accords bilatéraux avec les pays d’origine faciliteraient les processus, gérés par des agences de placement privées (l’Espagne s’est déjà engagée dans cette voie).

« Il est assez probable que mes nouveaux amis du prix littéraire de la Porte Dorée s’étrangleraient d’indignation à l’idée de vendre des visas, et m’accableraient de sermons sur le thème de la “marchandisation“. Mais vaut-il mieux laisser un Erythréen entre les mains de mafias sans scrupules, ou lui permettre d’acheter sa nouvelle vie à un prix raisonnable, et de prendre tranquillement l’avion pour l’Europe ? Si le marché est un instrument de gestion de la rareté, pourquoi ne pas le mettre au service d’une noble cause ? Pour gagner la bataille face aux populismes, il est temps que les bien pensants se mettent à penser bien ! »

Si le Grand Remplacement peut rapporter encore plus, pourquoi s’en priver.

Novopress


Karim Ouchikh

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 16/06/2016 19:19
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Le Grand Remplacement est aussi une arme politique au service de la gauche libérale/libertaire

Grand Remplacement arme politique gauche libérale libertaire

L’élection, sous l’étiquette travailliste, du nouveau maire de Londres, Sadiq Kahn, un musulman d’origine pakistanaise, illustre un autre aspect du Grand Remplacement des Européens : sa dimension politique.

La gauche, c’est-à-dire l’oligarchie libérale/libertaire qui a pris le pouvoir à la fin des années 1980, a en effet misé partout sur l’immigration et les « minorités » pour assurer son emprise politique sur la société – et réduire au silence les autochtones.

Elle a organisé le Grand Remplacement et elle compte désormais
en tirer un avantage politique décisif.


La gauche a misé partout sur l’immigration de peuplement

Aux Etats-Unis c’est la ligne adoptée par le Parti démocrate qui a assuré l’élection de Barak Obama, alors que la majorité des électeurs d’origine WASP (1) avait apporté ses suffrages au candidat républicain.

La candidate démocrate probable aux futures élections présidentielles américaines, Hillary Clinton, mise de même sur le vote des « minorités » afro-américaines et hispaniques, qui deviennent d’ailleurs majoritaires dans certains états : elle ne rate donc jamais une occasion de se faire filmer bien entourée de personnes de couleur ou d’origine mexicaine.

En Grande-Bretagne le Parti travailliste a repris des forces en misant sur le vote des personnes d’origine immigrée. A Londres, Sadiq Kahn a ainsi mobilisé 56,8% des électeurs, soit le meilleur score travailliste depuis des années.

En France le Parti socialiste a fait de même depuis le lancement de l’opération « SOS Racisme » en 1984. Différentes analyses montrent que François Hollande lors des présidentielles de 2012 a massivement bénéficié du vote des électeurs musulmans.

Si les partis de droite courent aussi après cet électorat, la gauche rafle partout la mise. Car une étroite symbiose s’est établie entre la gauche et le Grand Remplacement.

Le Grand Remplacement au service de la Grande Trahison libérale / libertaire

Par un heureux hasard, en effet, la gauche a choisi de défendre l’immigration au moment même où elle se ralliait au néo-libéralisme mondialiste.

L’immigré a alors remplacé le prolétaire dans la symbolique doloriste et le discours de gauche. Avec cette différence notable que l’immigration est au service du capitalisme mondialisé, alors que le prolétariat devait annoncer la fin du capitalisme national.

La promotion de Big Other, pour reprendre l’expression de Jean Raspail, a masqué la grande trahison de la gauche qui s’est opérée à la fin du XXe siècle, quand la gauche a renoncé à toute volonté de remettre en cause le système capitaliste, à la suite de l’effondrement de l’URSS et du communisme européen.

La promotion bruyante des « droits » et des prétendus malheurs des potes/immigrés « victimes-du-racisme-et-des-discriminations » a servi à masquer la déconstruction méthodique des droits sociaux des travailleurs européens, opérée au nom d’un néo-libéralisme auquel la gauche européenne s’est ralliée, comme le montre en France la « gauche Macron ».

Et la lutte contre le « racisme » a servi à mettre en accusation ceux que l’on trahissait : les peuples autochtones. Du grand art…

Un changement de sens significatif

La promotion du Grand Remplacement a servi à détourner l’attention de la Grande Trahison des élites de gauche, qui ont abandonné les peuples autochtones à la dure loi du marché mondialisé.

De fait dans le vocabulaire de la gauche les mots « populaire » ou « social » ont changé de sens.

Un « quartier populaire » ne désigne plus une zone de résidence où vivent des gens issus de notre peuple mais, au contraire, une zone peuplée de personnes issues de l’immigration. Et la « mixité sociale » n’a plus rien à voir avec les classes sociales : elle n’est en réalité qu’une cohabitation ethnique ou religieuse que l’on veut imposer.

Ce changement sémantique traduit le changement de perspective politique de la nouvelle gauche libérale/libertaire.

Un réservoir électoral convoité

L’immigration constitue en outre un réservoir électoral d’autant plus convoité à gauche que celle-ci est sur le déclin puisqu’elle a perdu sa raison d’être révolutionnaire et populaire et qu’elle a abandonné les classes moyennes.

C’est, en France, la stratégie préconisée par la Fondation Terra Nova : alors que les classes populaires se tournent vers le Front national, la gauche doit miser électoralement sur les « minorités », qu’elles soient immigrées, ethniques, religieuses ou sexuelles.

Cette stratégie de niches électorales ne manque pas de cohérence ni d’efficacité compte tenu du vieillissement de la population, du déclin de la classe ouvrière du fait de la désindustrialisation, et du dynamisme démographique des électeurs issus de l’immigration et/ou de religion musulmane.

La gauche instrumente le Grand Remplacement à des fins politiciennes

D’où l’attitude systématiquement bienveillante de la gauche vis-à-vis du communautarisme, notamment musulman, qui serait « tout-à-fait-compatible-avec-les-valeurs-de-la-République ». D’où aussi une politique de naturalisation plus que généreuse, car la fabrique de Français de papier permettra de bourrer les urnes demain. D’où aussi la « politique de la ville » destinée à acheter à la fois la paix sociale mais aussi les futurs électeurs. D’où aussi la menace, sans cesse évoquée à gauche, d’une ouverture du droit de vote aux résidents et non pas aux seuls citoyens.

D’où aussi enfin la volonté de diaboliser tout débat sur l’immigration ou l’islamisation, afin d’empêcher de remettre en cause ce fonds de commerce électoral de l’oligarchie libérale/libertaire – et les intérêts économiques qu’il recouvre.

L’immigration compte aussi sur la gauche

En contrepartie, les électeurs d’origine immigrée ont tendance à apporter leurs suffrages aux partis de gauche car ceux-ci sont à la fois les plus laxistes en matière de régulation de l’immigration et les plus redistribuants en matière de prestations sociales.

En votant pour les partis de gauche ils votent donc en réalité pour plus d’immigration, c’est-à-dire pour peser encore plus dans la société.

Ceux qui, à droite, pensent que les « réformes sociétales » ont compromis l’image de la gauche auprès de cet électorat s’illusionnent. Car la population d’origine immigrée reste pour l’essentiel étrangère au déclin des mœurs qu’elles induisent : elle continue de croire à l’autorité paternelle, à l’inégalité homme/femme, à se marier et faire des enfants, à la différence des bobos décadents.

Plus prolifique et dotée de parentèles et de croyances solides, la population d’origine immigrée profite en réalité du déclin sociétal des autochtones pour imposer ses préférences.

L’oligarchie : le parti de l’étranger

En d’autres termes, l’alliance entre la gauche et l’immigration se situe pour le moment dans une logique gagnant/gagnant pour chacune des parties : la gauche engrange des suffrages et l’immigration prospère. Cette alliance a donc toutes les chances d’être durable à moyen terme, car la France d’en bas, seule, subit la catastrophe migratoire (2).

L’oligarchie est donc bien devenue, dans tous les sens du terme, le parti de l’étranger : le parti de ceux qui misent sur les étrangers pour asseoir leur pouvoir et qui servent des intérêts de plus en plus étrangers à ceux de leur peuple.

L’oligarchie escompte bien aussi que l’évolution démographique permettra de marginaliser la révolte identitaire et populaire qui s’annonce partout en Europe : car du fait du Grand Remplacement, le temps politique dépend désormais du temps démographique. Et celui-ci est de plus en plus compté aux Européens.

A un an des échéances présidentielles de 2017, il serait temps d’en prendre conscience en France aussi.

Michel Geoffroy - Polémia
15/06/2016

A VOIR AUSSI:

Bill Warner, PhD: Jihad vs Crusades

(sous-titres en Français)


http://www.youtube.com/embed/I_To-cV94Bo

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 17/06/2016 16:12
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !