Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : L’imposture macronscopique [Actualité en France]




« 1 2 (3) 4 5 6 ... 135 »

Re : L’imposture macronscopique
#7

Emmanuel Macron - L’imposture macronscopique

A un ami qui ne voit pas l’énorme imposture macronscopique !

Mon cher Ami,

J’ai bien lu ton analyse de stratégie politique.

Qui te fait dire en résumé, que Macron serait un bon plan ratissant large, comme Juppé en quelque sorte pour lequel tu as encore un petit faible.

Alors d’emblée, je te réponds en dénonçant l’énorme imposture « macronscopique ».

EM

 

Et si tu veux bien confronter ton analyse très modérée aux miennes plus affirmées, ça pourrait évacuer de tes réflexions une certaine perplexité naïve contredite par les faits en ce qui concerne Macron et Juppé.

A lire aussi:

Macron : en marche pour le pognon !
Dix raisons de ne pas voter Juppé (72 articles)
Le syndrome de Stockholm, maladie de l’électeur français ?
On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France  (17 articles)
Primaires républicaines : entre purge et suppositoire…   (14 articles)

Contrairement à ce que tu dis, Juppé a des liens bien réels et non supposés avec l’imam bien radical et non modéré Tareq Oubrou de la confrérie des Frères musulmans dont je te rappelle la devise ostentatoire sans aucune ambiguité : « Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance ».

http://ripostelaique.com/video-accabl ... ens-freres-musulmans.html

Et mon dernier article paru sur RL qui enfonce le clou, à la suite du meeting de Juppé au zénith de Paris :

http://ripostelaique.com/juppe-au-zen ... s-dure-sera-la-chute.html

Voilà ce que je disais en avril sur ce Macron qui est comme Juppé un mondialiste multicultiraliste pro-islam : http://ripostelaique.com/emmanuel-mac ... -finance-mondialisee.html

Car la laïcité ouverte est à Macron ce que l’identité heureuse est à Juppé.

Et la sénatrice algérienne Khiari est à Macron ce que l’imam Oubrou est à Juppé.

Des musulmans hypocrites qui travaillent à l’islamisation de la France avec la complicité de la classe politique islamo-collabo.

En effet Macron n’a pas hésité à dire qu’il n’est pas inacceptable que les musulmans souhaitent la charia en France, comme Juppé nous dit que l’islam est compatible avec nos valeurs démocratiques.

Macron Laicite

 

Il apparaît donc impensable comme tu l’envisages que ce Macron pro-islam plaise aux partisans cathos de Philippe de Villiers qui voit la « France sans islam ».

Ces cathos suivent plutôt Fillon qui veut interdire les frères musulmans et l’UOIF.

Si tu n’as pas encore vu le dernier sondage, Opinionway donnerait Fillon vainqueur de la primaire de la droite contre Juppé ou contre Sarkozy.

Le débat de jeudi soir sur France 2 va être crucial à droite et on y parlera sans aucun doute de l’imposture macronscopique.

Car le paradis du vivre-ensemble finira mal. La Nation est en train d’imploser à cause de l’affirmation du prosélytisme islamique des origines, des islamo-collabos qui le servent et des idiots utiles qui croient encore à la religion de paix, d’amour et de tolérance.

islam democratie

Abdennour Bidar disait d’ailleurs dimanche dernier sur le plateau de C Polémique que les intellectuels musulmans qui aspirent à un islam des lumières se comptent sur les doigts d’une main et encore.

Il citait le défunt Malek Chebel, l’anthropologue du sexe en islam.

Qu’Allah l’approvisionne !

La fraternité générale de cet illuminé Bidar a donc de l’obscurantisme dans l’aile.

Malgré le matraquage télévisé.

Car l’amour fraternel n’existe pas avec l’autre dans le coran.

 Islam Religion paix

Et le monde attendra en vain que les grands théologiens de l’islam expurgent du coran toutes les sourates de haine envers les mécréants ou les apostats, comme par exemple la sourate 5 verset 51 :

« Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens; ils sont amis les uns des autres. Dieu ne dirige pas le peuple injuste ».

D’ailleurs de Villiers affirme que « la seule grille de lecture pour demain sera la résistance ou la collaboration ».

Constat qui date, car cette grille de lecture est opérationnelle depuis longtemps chez les résistants à l’islamisation de la France.

Amitiés.

Alain Lussay


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 18/11/2016 17:25
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Macron, l’excitation du renoncement
#8

Macron, l’excitation du renoncement

La primaire socialiste est peut-être lancée, mais rien ne l’indique vraiment. Quelques candidats improbables se sont, vaguement, exprimés dans une presse pas vraiment galvanisée. Valls a pourtant démissionné avec force mise en scène et reportages en direct de Matignon et de l’Élysée, mais rien n’y fait : objectivement, tout le monde s’en fiche. Parallèlement, Emmanuel Macron semble enflammer les foules.

C’est ainsi que le 10 décembre 2016, un véritable phénomène s’est produit au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris puisque des milliers de personnes ont été prises d’une transe quasi-biblique en écoutant el lider carismático Macròn exposer les grandes lignes de son « programme » politique.

Tout y était : ambiance surexcitée, drapeaux, discours fleuve, promesses à gogo (et à gogos), grandes déclarations lyriques et même l’indispensable voix cassée des fins de soirées en boîte de nuit à hurler des formules toutes faites pour essayer de choper. Pas de doute : on est bien loin du freluquet de la politique qui a passé deux ans de stage de « Field Office Manager » à Gouvernement SARL où il aura essentiellement apporté le café et des polycopiés baveux aux vieux éléphants socialistes et il aura régulièrement ruiné la communication des caciques par quelques sorties faussement choquantes sur l’entreprise, les profits et sa façon de faire les choses.

C’est, véritablement, un homme, que dis-je, une bête de scène qui vient de naître avec du poil aux pattes, de la testostérone à revendre et un vrai potentiel à signer pour une pub L’Oréal. Ça va dépoter sévère, ça va claquer de la mamie, ça va envoyer du steak, ça va brutaliser du chaton mignon, c’est Manu qui vous le dit !

No way

Et avant d’éplucher un peu le programme qu’il n’en finit pas d’esquisser, reconnaissons tout de suite que l’homme a su y faire puisque, défiant l’establishment, il est tout de même parvenu à rassembler des milliers de personnes à cette occasion, que la rumeur insiste qu’il aurait bel et bien levé près de 3 millions d’euros auprès de donateurs (dont on ne sait rien) pour financer sa campagne, qu’il en rencontre encore régulièrement et qu’il compte emprunter encore plusieurs millions afin d’assurer une campagne tonitruante.

Macron droite

Autrement dit, on sait maintenant qu’on n’a plus à faire à un individu lambda, qui se serait mis au trot en marche seul, mais bien à quelqu’un qui a, très probablement, préparé ses arrières et ce, depuis un moment. Tant mieux : il gagne ici en crédibilité et permet d’inquiéter durablement les autres candidats qui se bousculent au premier rang. Peut-être cela incitera ces derniers à clarifier leurs propositions et à se démarquer autant que possible les uns des autres, nous sortant ainsi de la purée de poix illisible dans laquelle les néo-corporatistes de droite et les paléo-socialistes de gauche ou l’inverse tentent de nous noyer depuis quarante ans.

Cependant, toute cette forme survitaminée aux couleurs chatoyantes et au micro qui pulse du décibel fébrile ne doit pas nous faire passer au-dessus du fond, car petit-à-petit se lève le voile sur ce qui se cache derrière « Je vous fais marcher » « En marche », le mouvement de Macron. Et là, c’est tout de suite moins excitant.

Oh, bien sûr, comme un précédent article de Contrepoints le faisait remarquer, il y a bien quelques points surnageant qui pourraient faire penser à une réforme dans le bon sens de l’État et de ses administrations : une fiscalité du travail plus engageante, un droit du travail simplifié, décentralisation, tout cela semble intéressant. Sauf que c’est très flou : peu ou pas de précisions sur la forme que prendraient concrètement ces réformes, leur ampleur, leurs coûts et la façon dont il envisage de financer tout ça (et non, là, le crowdfunding ou l’appel au don ne suffira pas).

En outre, il y a tout de même beaucoup trop de gros morceaux d’étatisme bien gras dans son « programme », terme décidément fort galvaudé et définitivement mal adapté à ce qui ressemble plutôt à un patchwork pastel de promesses vagues et de slogans un peu creux. Entre le camouflage des cotisations salariales dans une CSG bien dodue, une augmentation de la fiscalité du revenu du capital de 1,7% (alors même que la fiscalité du capital est déjà un handicap catastrophique en France), des bricolages plus ou moins heureux en défaveur des retraités par exemple, il y a largement de quoi prendre autant de recul que nécessaire de la Fabuleuse Aventure du Guilleret Monsieur Macron.

Mais surtout, et alors même que le premier tour des élections est encore à plusieurs mois, notre brave Emmanuel semble sur certain sujet clairement En Marche… Arrière : il semblait pourtant entendu que notre homme voulait revenir sur les 35 heures, qui sont devenues au fil des ans l’un des dogmes les plus intouchables et imputrescibles du système social à la française et surtout, le marqueur typique du socialisme français. Manque de bol, le discours de samedi dernier n’a guère laissé de doute : le candidat ne touchera finalement pas à la durée légale. Remballez. Et lorsqu’on lit l’avalanche de propositions sociales (socialistes) de Macron, on comprend que l’ex-ministre tente à présent de ramasser les miettes de la gauche du milieu, du centre et de l’à-peu-près auquel son programme chuchote assez bien.

Bref, avec plus de beurre en broche que de libéralisme, beaucoup d’éléments de langage mais rien derrière, des réformes comparables à des séries françaises (floues, mal cadrées et financées par tout le monde et personne à la fois) et, déjà, des renoncements sur des éléments majeurs, toute cette excitation nous a un petit parfum déjà senti, déjà vu, déjà entendu.

Oui, ce petit parfum d’attrape-gogos, qu’on peut déceler avec la couverture médiatique extrêmement complaisante à son égard (le nombre d’articles qui lui sont consacrés est bien plus grand que pour n’importe quel candidat de la primaire socialoïde, par exemple), qui occulte à présent avec application le bilan franchement médiocre de deux années au ministère de l’Économie, et qui refait furieusement penser aux meilleurs moments d’un certain Alain Juppé il y a quelques mois.

Macron et l'emploi

La presse semble désirer ardemment Macron, peut-être parce qu’il est neuf, parce qu’il n’a pas de casseroles, et parce qu’il permet peut-être enfin à la gauche de trouver un point de ralliement pas trop violent, presque décent, modestement centré et capable de fédérer à l’instar de ce que fut un Bayrou en 2007 qui n’est plus maintenant que l’ombre rabougrie de lui-même.

Macron, c’est un peu le centre gentil, réformateur mais pas trop, opposition rêvée à Fillon, qui ne viole pas trop l’égo des sociaux-démocrates, coincés sans lui devant un choix pathétique avec Montebourg, Hamon ou Mélenchon. Mais Macron, ça ressemble un peu trop à Juppé, la jeunesse en plus, avec ce côté phénomène très médiatique, trop peut-être pour être totalement authentique.

Et pour les Français, malheureusement et au vu du programme et de ses déclarations, tout tend à faire penser que Macron n’offre aujourd’hui qu’une révolution de coton, ce coton que les kidnappeurs enduisaient jadis de chloroforme…

macron uber cool

> H16 anime le blog Hashtable


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/12/2016 16:11
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Emmanuel Macron : le politicien imaginaire
#9

Emmanuel Macron : le politicien imaginaire

Il y a un public pour ce genre de spectacle politique

Emmanuel Macron. Un cas. Garanti 100 % bidon. De la politique de carton-pâte. Une parodie à lui tout seul. Ses discours à la tribune nous replongent dans ces films des années 70-80 où l’homme politique avide de pouvoir était joué à gros traits par un acteur plus ou moins crédible. Macron les a tous visionnés deux fois. Sa référence est là.

A lire aussi:

Macron : en marche pour le pognon ! (9 articles)
Valls ne nous fera pas oublier qu’il a été Premier ministre de Hollande !  (6 articles)
Hollande: lâche, traitre, menteur, incapable. Il bousille la France et son peuple. Jusqu'à quand ? (129 articles)
Nouveaux programmes scolaires: islam obligatoire, christianisme et Lumières facultatifs (160 articles)

Dans le documentaire qui lui était consacré sur France 3, l’homme s’est montré coaché par sa femme, son ex-professeur de théâtre, répétant les intonations comme s’il s’agissait de jouer Le Malade imaginaire. Le grand jour venu, la main sur le cœur, il déclame, récite ses tirades calibrées tandis qu’en coulisses, l’épouse-répétitrice suit sur un écran de contrôle les circonvolutions de son patineur politique. Léger dérapage vers la fin du meeting. L’acteur a surjoué, s’est laissé emporter par la dramaturgie. S’est pris pour de Gaulle ou Hitler, on ne sait pas ; en tout cas, s’est pris pour quelqu’un d’autre. A empiété sur un autre registre. Un « pas prévu » pendant les répétitions. « Alors là, coco, tu me refais pas ça, hein ! On avait dit meneur éclairé, pas illuminé, OK ? » L’auto-allumage guette le débutant.

Il y a un public pour ce genre de spectacle politique.

Théâtre des Champs-Élysées, Café de la Gare, Michodière, les soirs de relâche, il y a Macron. La pièce est bien foutue, le personnage principal imprégné du rôle. C’est assez distrayant. De toute évidence – et là se situe le vrai quiproquo théâtral -, personne n’est dupe du jeu joué par ce pantin. Dans cette farce, l’auditoire fait mine d’avoir trouvé son Messie ; en réalité, il n’en croit pas un mot. Il joue aussi. Fait semblant parce que – que voulez-vous – il faut bien que le corps exulte… Ou le cœur. À défaut de vrai, d’authentique et de grand, un certain public préfère encore l’ersatz au vide intégral. À la condition expresse que, surtout, il ne propose rien de très précis… D’où le flou artistique du positionnement politique. Les 35 heures : un jour oui, un jour non… Tout le monde s’en fout, de toute façon. L’important n’est pas là. La foule est venue pour le show, pour voir une caricature, pour essayer de croire en quelque chose… Macron pourrait réciter les pages jaunes… hurler les horaires de train… les gens présents seraient tout autant ravis. « Ah bravo ! Une autre ! Vive la Comédie-Française ! »

Interrogé sur la question du financement de son numéro de music-hall du « Palais des Sports », le presque Messie a expliqué que ce moment de pure déconnade avait coûté 400.000 €. Somme réunie grâce à des dons. Des gens donnent. Des mécènes. Des gagnants du Loto… Des désespérés. Pour se faire une belle image, des banques aident financièrement certains artistes. Elles pourraient faire un geste pour Macron…

Auteur pour la télévision.

Publié le: 14/12/2016 19:35
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !