Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Immigration : des écrivains sonnent le tocsin [Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation]




« 1 ... 252 253 254 (255) 256 257 258 ... 318 »

Re : Quelles solutions à la question de l’islam et des musulmans présents en France ?

Iislamisation de la Frence
Islamisation de la France : prières de rue à Paris


Les citoyens belges ressentent les mêmes négativités que leurs amis français :

67% d’entre eux disent qu’il y a trop d’étrangers en Belgique,  60% que l’islam est une menace , 74% considèrent l’islam comme une « religion d’intolérance », 77% ne se sentent plus « chez eux comme avant » (1)…

Nous pouvons rapprocher les résultats de cette enquête d’opinion récente des résultats d’enquêtes précédemment menées en France, de 2013 à 2015 sur les mêmes thèmes et qui débouchent sur des pourcentages massifs de refus devant l’immigration galopante, la prégnance islamique, la dénaturation de notre espace historique et sociétal (2).

Un tel constat permet de dire qu’aujourd’hui, dans notre pays (et dans les autres pays de l’Europe Occidentale, des Pays Bas à l’Autriche en passant par la Belgique, le Danemark, l’Italie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie….)  la question migratoire et son corollaire, l’invasion par l’islam, sont un problème majeur qu’il faudra traiter, et rapidement, en gardant présents à l’esprit les résultats indiscutables des multiples enquêtes d’opinion qui montrent, toutes, ce que pensent et que veulent les Français.

A lire aussi:

[Belgique] Entraînement spécial pour la police belge afin de mieux se comporter avec les musulmans
[Belgique] Ce sont les avocats du PTB qui défendent la famille syrienne, à qui Theo Francken refuse un visa (2 articles)
[Belgique] 60% des Marocains et Turcs « belges » sous le seuil de pauvreté: FAUX!
[Belgique] Noir Jaune Blues: la déroute du « Vivre ensemble »

[Belgique] « Populisme », keksekça?
[Belgique] Belgique : quand la bien-pensance récupère les attentats et fait des amalgames
Islam : ce que prône Riposte Laïque n’est pas réaliste
2017 : Et si la France retrouvait un peu de courage viril ?
Pour Filoche, les voitures brûlées, c’est à cause de la fraude fiscale !
Alain Finkielkraut ne doit pas lire Riposte Laïque : dommage !

La question est donc au coeur de la prochaine campagne électorale, présidentielle et législatives mêlées, et nul ne pourra l’évacuer sous un quelconque prétexte même si les pantins socialistes de la primaire l’occultent soigneusement tant ils se sentent « merdeux » en la matière.

Aussi il semble important de lancer ici le débat des « solutions » à apporter à ce problème complexe, débat que j’ai moi même engagé depuis quelques mois à travers deux articles auxquels je renvoie le lecteur (3).

L’approche doit être menée à partir de deux axes différents qui se complètent.

D’abord, la nécessité de bien cerner ce qu’est l’islam, cette pseudo-religion qui est, en fait, un projet politico-religieux qui veut conditionner les individus dans leur totalité et diriger la société  dans sa globalité.

Projet idéologique aliénant, privant les individus de leur libre arbitre et de leur liberté de conscience, refusant l’organisation démocratique de l’espace politique et sociétal, il est une sorte de fascisme totalisateur qui s’oppose littéralement à l’organisation et au fonctionnement de notre espace public laïque et démocratique. Et il double cette nature profondément « déshumanisée » et « déshumanisante »   d’une volonté expansionniste qui le conduit à détruire tout ce et tous ceux qui ne sont pas lui…

Ceux qui auraient quelques doutes à ce propos doivent impérativement s’informer sur l’histoire de la naissance et du développement de ce projet politico-religieux, sur la manière avec laquelle il s’est imposé dans maintes régions et pays, sur les textes fondamentaux qui sont les assises des 57 pays dits « musulmans » recensés sur notre planète et qui se retrouvent autour de la loi islamique, la charia, comme autour de « la déclaration des droits de l’homme en islam » dont chacun devrait prendre connaissance, par Internet et Wikipedia interposés, afin d’être édifié!

Il y aura donc un combat idéologique, politique et d’éducation à mener contre l’islam qui s’est répandu chez nous par le biais des invasions migratoires des 50 dernières années.

Mais notre pays compte, du fait de ces politiques migratoires portées par 40 années de gouvernements PS et UMP confondus, 7 à 8 millions de personnes de « religion et culture musulmanes » (beaucoup étant de nationalité française par la grâce, le laxisme et la complicité de ces gouvernants qui ont distribué notre nationalité comme un « cadeau Bonux »…) dont il faudra préciser la place.

Les axes à ouvrir seront multiples… D’abord lier à l’immigration la question de l’islam, produit d’importation car l’islam n’a jamais appartenu à notre Histoire, à notre pays, à notre Nation, (nous nous sommes faits en mangeant du cochon, en buvant du vin et en ignorant le couscous), ses seules incursions y furent de type guerrier ou barbaresque pour nous détruire, ravager notre sol ou nous enlever comme esclaves… Vous parlez d’un apport civilisationnel ! ( Mort de rire quand j’entends la bobocratie socialo-écolo tenter de nous vendre cette ineptie digne de sa vacuité intellectuelle!);

Il n’y a pas d’islam de France, il y a des musulmans en France… et quand ils sont des immigrés illégaux, des délinquants avérés ou des étrangers sans emploi, il faudra les expulser sans état d’âme ni hésitation aucune, prise de position à élargir à ceux qui voudraient utiliser « le droit d’asile » pour venir ici jouer les immigrés « économiques » sans le déclarer.

Pour ceux qui ont la nationalité française, ils devront se conformer à ce qui fonde cette nationalité : la loi démocratiquement élaborée, loi civile primant sur toute autre loi, et le respect strict de la loi de 1905 qui fonde la laïcité de notre espace civil, sociétal et social… et interdit tout financement de quelque nature à toutes les religions.

Tout manquement sera sanctionné, toute provocation de quelque type qu’elle soit sera interdite, tout accommodement de type sociétal, social ou coutumier sera refusé aux tenants de cette pseudo religion… et toute velléité de départ de la part de ces personnes sera favorisée, d’autant que beaucoup ont une « double nationalité »!

Cette politique nouvelle qui concernera aussi  le contrôle strict de nos frontières rétablies, la suppression du regroupement familial, l’effacement de l’assistanat social, pompe aspirante migratoire, et la mise au pas de l’Europe de Maastricht (qu’il faudra d’ailleurs quitter après un référendum victorieux)… sera soumise à référendum afin que notre Peuple exprime dans les urnes l’opinion massive qu’il dévoile dans les enquêtes  citées ci dessus.

Renverser le rapport de force politique qui nous est imposé depuis 40 ans et mettre à la gouvernance le seul projet porteur d’une rupture par rapport au passé et d’une possibilité de régler clairement la question de l’immigration et celle de l’islam qui lui est connexe, voilà l’objectif à atteindre pour les citoyens de notre pays .

Et que l’on ne vienne pas dire ici que cela n’est pas possible…. Le Brexit a eu lieu, Trump a été élu, l’Autriche a donné 47% de ses voix à un patriote anti-immigration,  l’Italie a chassé par référendum l’européiste immigrationniste Renzi….

A nous de jouer.

Robert Albarèdes

1 – http://www.valeursactuelles.com/socie ... -secoue-la-belgique-59372


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 11/01/2017 11:01
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Immigration : des écrivains sonnent le tocsin

Edit Mantes

En 1973, le succès presque immédiat et bientôt international du Camp des saints de Jean Raspail éclipsa l’autre grand roman d’anticipation sur l’immigration paru quelques années plus tôt, L’Occident (éditions Robert Desroches, 1969), publié en anglais sous le titre The Walled City : redoutant d’être attaqués, les provinciaux fuient leur campagne et affluent vers la ville, mais les remparts de la cité ne les protégent pas car l’omniprésent et protéiforme ennemi est déjà à l’intérieur.

Qualifié de « grand livre hallucinatoire » par le critique Robert Poulet, qui n’hésitait pas à comparer à Céline le libraire Marcel Clouzot (frère du célèbre cinéaste Henri-Georges),

L’Occident devait marquer durablement l’imaginaire de la droite dure, inspirant par exemple ses célèbres « rats noirs »
à Jack Marchal, le dessinateur du Groupe Union Droit qui faisait alors trembler les gauchistes.


Depuis Clouzot et Raspail, la veine ne s’est jamais tarie, au contraire, à mesure que montaient les flux migratoires. Qu’on pense à La Toussaint blanche de Philippe Gautier (éd. Les 5 Léopards, 1993), à La Mosquée Notre-Dame de Paris 2048 de la romancière russe Elena Tchoudinova (éd. Tatamis 2009), la date de 2048 étant un clin d’œil au 1984 d’Orwell, aux Chiens enragés de Marc Charuel (Albin Michel 2014, http/::www.polemia.com:chiens-enrages-de-marc-charuel:) et à maints autres.

Tout récemment : Le Grand Rembarquement d’Emmanuel Albach, qui se déroule en 2019, et L’Edit de Mantes de Modeste Lakrite (1), situé en 2027. Autrement dit demain.

Par leurs prémisses, les deux romans se ressemblent. A partir des banlieues et de certains centres villes dont les auteurs connaissent visiblement la triste réalité quotidienne, avec leur population indigène déjà tombée en dhimmitude et la si prospère économie parallèle qui finance les réseaux djihadistes (2), la France est grignotée, puis largement occupée et violentée par ses immigrés.

Autochtones impuissants et souvent terrorisés, pouvoirs publics dépassés et d’ailleurs noyautés par une kyrielle de politiciens issus de l’immigration et habiles au double jeu, armée malade de la « diversité » laïque et obligatoire, cette déliquescence totale au sommet se double d’une panique générale à la base. Inévitablement on pense à la terrible lettre prémonitoire adressée par Albert Camus à son ami Jean Grenier en 1957, année où l’écrivain reçut le prix Nobel de littérature : « A longue échéance, tous les continents (jaune, noir et bistre) basculeront sur la vieille Europe. Ils sont des centaines et des centaines de millions. Ils ont faim et ils n’ont pas peur de mourir. Nous, nous ne savons plus ni mourir, ni tuer. Il faudrait prêcher, mais l’Europe ne croit à rien. »

Pourtant, des résistances s’organisent.

L’Edit de Mantes

Dans le livre de Lakrite, la Ligue des Vieux Habitants réveillée par Geneviève Nisat (un anagramme ?), ainsi prénommée sans doute en hommage à la sainte patronne de Paris qu’elle défendit contre les Huns, puis contre les Francs païens de Childéric, et sorte de pasionaria de Riposte laïque revue par la Manif pour tous, fait front et le commissaire Lelièvre (car le roman d’anticipation se double d’un roman policier) ne s’en laisse pas conter. Une partie du territoire sera sauvée, mais à quel prix ! L’Edit de Mantes, réédition de l’Edit de Nantes par lequel Henri IV avait garanti les droits des protestants, est un concordat avec les musulmans mais il conduit à la partition. Quelle humiliation pour la « fille aînée de l’Eglise » !

Le Grand Rembarquement

Le titre en témoigne, Le Grand Rembarquement se veut plus optimiste. Si les Shabeb, clones hexagonaux des Shebab ayant instauré par la terreur la Charia en Somalie, ont imposé leur loi au gouvernement, des citoyens se lèvent. Considérant qu’en ne les protégeant pas la République a violé l’antique Traité de Saint-Clair-sur-Epte, la Normandie s’insurge, bientôt suivie par d’autres provinces. Les cadres d’entreprise mettent à profit leurs capacités pour organiser l’opposition aux allogènes ; la notion de salut public renaît.

Finalement convaincus d’évacuer la France, où la présidente Marie Lapotre a succédé au président Noël Servi, les Shabeb s’éloignent, avec l’assurance que femmes et enfants les rejoindront très vite. Ainsi « de nouveau, dans les campagnes, et en ville aussi, comme jadis, on peut laisser sa maison et sa voiture ouvertes sans risquer le vol ou le pillage. En outre, comme les insurrections locales ont été l’occasion d’arracher et de détruire tous les radars du réseau routier, l’ombre menaçante de la tracasserie étatique a aussi disparu, détendant sérieusement l’atmosphère. Pour tout dire, les Français se retrouvent libres, et savourent pleinement cette liberté retrouvée, bien décidés par ailleurs à ne plus jamais laisser l’Etat s’ériger en persécuteur permanent, ni en créature “bruxellisée” ».

Trop beau pour être vrai, que ce retour au meilleur des mondes ? « Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer », disait, avant Pierre de Coubertin, Guillaume Ier d’Orange-Nassau, auquel cette devise ne réussit pas si mal puisqu’il se retrouva Stathouder de Hollande (avant, il est vrai, d’être assassiné). Quand, et surtout comment, va-t-on entreprendre la reconquête tant qu’il en est encore temps pour éviter les années vraiment les plus sombres de notre histoire ?

Camille Galic
8/01/2017

Modeste Lakrite, L’Edit de Mantes, Ed. Diffusia, novembre 2016, 496 pages.

Emmanuel Albach, Le Grand Rembarquement, Ed. Dualpha, juillet 2016, 331 pages.

Notes :
(1) Cet étrange pseudonyme a été choisi en référence aux akrites, soldats-paysans grecs chargés par Byzance de protéger ses frontières anatoliennes des incursions de la cavalerie turque, comme les Habsbourg devaient ensuite mobiliser les Uskoks et autres Haïdouks slaves du sud contre l’envahisseur ottoman menaçant l’Autriche.

(2) Sur L’islamo business, de Jean-Paul Gourévitch, lire http://www.polemia.com/un-peu-dislamologie-pour-2017/

Correspondance Polémia – 10/01/2017


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/01/2017 21:11
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Les faux mineurs migrants coûtent environ 50.000 euros par an chacun à la communauté

Les faux mineurs migrants coûtent environ 50.000 euros par an chacun à la communauté

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vi ... -depuis-dix-ans-!-2965699

Les recours en remboursement quand la fraude est décelée paraissent illusoires en raison de l’insolvabilité à peu près certaine du migrant dans la plupart des cas.

Combien de clandestins aidés par des immigrés légalement admis à séjourner en France, comme dans ce cas exposé par le journal « la Nouvelle République » ?
« Un Guinéen de Poitiers faisait le passeur vers l’Italie
Un minibus de neuf places avec à son bord dix-sept ressortissants guinéens, avait été intercepté par la Police aux frontières près du tunnel de Montgenèvre dans les Hautes-Alpes fin décembre. Au volant, un Guinéen de Poitiers âgé de 47 ans, en situation régulière. C’était le seul. Il avait été condamné dans la foulée en comparution immédiate pour aide au séjour irrégulier. Il était ressorti libre du tribunal correctionnel de Gap qui n’avait pas prononcé le mandat de dépôt requis par le parquet pour la partie ferme de la peine fixée à six mois. Le parquet a fait appel de ce jugement qui avait aussi écarté la mise en danger de la vie d’autrui, le mini-bus étant largement surchargé en passagers. L’enquête avait établi que ce Guinéen, et son frère, avaient déjà loué dix-sept fois le véhicule pour des passages vers l’Italie. Une comptabilité sommaire retrouvée par les policiers permettait de penser que chaque passage dégageait un bénéfice de 3.000€ ».

Ces agissements présentent des similitudes avec la traite des êtres humains compte tenu du déplacement massif de migrants à des fins d’enrichissement personnel illicite :
http://www.coe.int/fr/web/conventions ... ions/rms/0900001680083731

Maxime


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 14/01/2017 19:43
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !