Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : France. Excision : lancement d’une campagne nationale de prévention [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]




« 1 (2)

Re : Soyez favorable à l’excision ! Vous ne serez ni raciste ni islamophobe !
#4

Les matrones affairées autour d’une jeune et future excisée (Indonésie)

« Et tu seras bientôt femme, ma fille ! », c’est ce qu’on leur dit…

Un cri d’alarme vient d’être lancé aux Etats-Unis à propos de l’indifférence de la jeunesse universitaire face au crime qu’est l’excision ou FMG (Female Genital Mutilation) qui se développe dans le pays depuis la vague migratoire en provenance de l’Afrique sub-saharienne, de la Somalie et des pays islamiques. On estime que le nombre d’excisions a doublé aux U.S. au cours des 10 dernières années. Selon un rapport du Population Reference Bureau de 2015 (PRB), 507.000 femmes ou filles ont subi ou subiront une excision et 40% des femmes des 5 principales métropoles américaines risquent de subir un excision.

Une vidéo choc

Les Etats-Unis, comme l’Europe, sont touchés par cette pratique venant d’une religion exogène et servie par un lobby puissant, véhiculé par les associations estudiantines musulmanes (MSA, Muslim Student Association) qui font la loi dans plusieurs campus universitaires. Sous l’égide de Pamela Geller et de l’American Freedom Defense Initiative (AFDI), une enquête a été menée, avec une vidéo alarmante à l’appui, auprès de jeunes étudiants de l’Université Columbia. Cette population, censée représenter l’avenir de l’Amérique, ne se sent nullement concernée par le problème de la mutilation génitale ou plutôt elle refuse de prendre position. De peur de se trouver qualifiés « de racistes ou d’islamophobes », la plupart des étudiants ferment les yeux, excusent, esquivent lorsqu’on évoque devant eux l’introduction aux US de cette atteinte flagrante des droits de l’humain.

Cette vidéo montre la nécessité d’une éducation honnête et réaliste à propos de cette mutilation génitale de la femme et met en évidence l’échec de l’enseignement académique à assurer cette éducation.

En regardant cette vidéo, nous avons été consternés par l’indifférence des étudiants et par leur faible niveau de réflexion, digne d’enfants de classes élémentaires. Aucun n’a manifesté une réaction forte, une quelconque révolte face à ce fléau.

https://youtu.be/YQge2xTKPno

Tout d’abord, beaucoup de jeunes interrogés cherchent à échapper à la question en attribuant l’excision à un phénomène culturel non religieux. Ils disculpent ainsi l’islam car ce phénomène se rencontre presque exclusivement parmi les communautés musulmanes.

Malgré ces questions posées sur l’excision et l’évidence d’une violation des droits de l’homme, 1 étudiant sur 20 de l’Ivy League (groupe de 8 universités prestigieuses du nord-est des Etats-Unis) a répondu sans équivoque par un « non » : l’excision n’est pas une violation d’un droit fondamental.

Certains se sont même étonnés d’apprendre que l’excision n’est actuellement ni financée ni remboursée par les services sociaux. Ce qui prouve leur approbation de l’excision.

Revenons à cette pratique et examinons son sens et ses conséquences.

Qu’est-ce que l’excision ?

Ce n’est pas la pauvre fillette victime des sociétés musulmanes qui posera cette question, vu son ignorance de ce qui se trame autour d’elle. De toute façon, elle n’aura jamais une réponse, même partielle, jusqu’au moment où elle sera entraînée de force dans une « officine », une sorte d’échoppe de boucher ou dans le meilleur des cas dans un hôpital public. Là, la fillette recevra sa réponse : une chair marquée par des hurlements de douleur quand une main criminelle, alliée de la famille et de la société (les femmes elles-mêmes pérennisent cette odieuse pratique) , lui tranche le clitoris à l’aide d’un bistouri ou même d’une simple lame de rasoir ou d’un couteau de cuisine, très souvent sans anesthésie et même sans asepsie. Il y a très souvent un manque de soins médicaux élémentaires. De plus c’est un assassinat sexuel patent, une quasi amputation d’un pénis puisque clitoris et pénis émanent de la même origine embryologique.


https://vimeo.com/38503441

(Âmes sensibles : s’abstenir)

La « saison de coupe » se déroule, en Egypte par exemple, en mai et juin sous prétexte que le « désir sexuel est le plus fort pendant les mois d’été », question d’abaisser encore la femme et de l’accuser d’avoir un rut pendant les chaleurs estivales. C’est un comportement abject de misogynie.

Cette opération barbare, pratiquée pour des raisons non médicales, provoque, outre les douleurs, des hémorragies graves pouvant entraîner la mort, ou des infections. Des kystes peuvent aussi apparaître et laisser des séquelles. L’intervention engendrera des déchirures vulvo-périnéales très fréquentes lors d’un futur accouchement, accompagnées de troubles urinaires. Si jamais la jeune fille s’en sort, elle ne ressentira en tout cas aucun plaisir sexuel auquel elle a droit, elle n’aura jamais de jouissance, son destin se résumant à satisfaire le plaisir son futur mari.

A lire aussi:

Excisons, excisons, faut pas qu'elles prennent du plaisir ces salopes ! (4 articles)
PETITION: Stop aux mutilations génitales ! Stop à la barbarie islamique ! ("rituel musulman")
Un tribunal bavarois a-t-il légalisé la pédophilie ?
Barbarie islamique: Les musulmans de l'EIIL imposent l'excision massive des femmes ...
Des filles du Maghreb viennent en France pour se faire reconstruire un hymen flambant neuf
[GB] L’excision, scandale « national » au Royaume-Uni
[Suède] Toutes les filles d’une classe ont été excisées
[Somalie] Coupée au rasoir, recousue avec des épines: une Somalienne raconte sa mutilation
Assita Kanko: "Chaque minute qui passe, cinq petites filles sont mutilées dans le monde"
[Belgique] Excision féminine : aidez le GAMS à mener son combat en Belgique
Egorgement, mutilation, écoulement sanguin : ça c’est de l’islam, ça c’est de la fête !

Poussés par les campagnes des Nations Unies pour la protection de l’enfance, les Etats se sont pourvus de lois interdisant ces interventions. Mais aucun juge n’a l’autorité suffisante pour affronter la société islamique chapeautée par les religieux. Les Etats sont souvent complices, sinon indifférents. Un cas récent en Egypte en est la preuve. Trois accusés ont été déférés devant le tribunal après la mort d’une adolescente de 17 ans. Ils ont été condamnés : 1 an de prison et 263 $ pour le médecin, 1 an de prison et 52 $ pour la mère et 5 ans de prison par contumace pour l’infirmière. Mais les trois condamnations ne sont applicables qu’en cas de récidive dans les trois ans. Cette justice est laxiste : « Partez en paix et ne recommencez pas ». Et qui parle de la victime ? De ses droits ?

Cette intervention de l’excision, à jamais mutilante, peut aller jusqu’à l’ablation des petites lèvres et même jusqu’à l’infibulation, appelée « excision pharaonique », qui emporte tous les organes génitaux externes, ne laissant qu’un simple pertuis pour la miction et l’évacuation du sang menstruel. L’ONU estime que 130 millions de femmes ont subi cette mutilation, d’autres organismes avancent le chiffre de 200 millions. Chaque année, dans le monde, 3 millions de jeunes femmes continuent à la subir. Une mutilation génitale féminine est pratiquée dans le monde toutes les 15 secondes. Ces interventions se pratiquent couramment aussi en Europe dans la population immigrée, arabo-musulmane ou africaine sub-saharienne. On estime qu’il se pratique annuellement 500.000 excisions en Europe, dont 170.000 en Angleterre et environ 55.000 en France. Cela bien sûr, dans la clandestinité.

Mode d’emploi pour s’en sortir

Et surtout ne critiquez pas l’islam pour ce genre de pratiques ! Vous allez passer pour un raciste ou un islamophobe. Ce que l’islam demande, c’est la soumission de tous face à l’application de la charia. Si vous voulez avoir la paix, chaque fois qu’une pratique musulmane vous choque, passez outre votre ressentiment et montrez votre approbation :

– Face à la maltraitance de la femme dans l’islam, souriez.

– Montrez que vous êtes favorable aux mariages précoces forcés des filles, car c’est pour leur avenir. C’est une « prescription divine »…

– Acceptez sans broncher la lapidation de la femme adultère. C’est pour l’exemple.

– Entérinez la polygamie, c’est un bien-être pour la femme.

– Quand on vous oblige à manger une viande halal, répondez qu’elle est exquise.

– Quand les haut-parleurs des minarets vous réveillent en pleine nuit, réjouissez-vous car la nuit est belle et le matin est proche.

– Quand vous côtoyez des femmes en burqa, jubilez, puisqu’on vous dit que c’est une prescription du Coran d’Allah.

– Quand on oblige vos enfants à apprendre l’arabe à l’école et à psalmodier des versets du Coran même dans les églises, dites que c’est une extraordinaire ouverture aux autres religions.

– Quand on viole votre fille ou votre femme, réjouissez-vous, ce n’est que la culture d’enfermement des femmes qui est responsable de ce viol.

– Quand on vous interdit le vin, la viande de porc, pactisez, vous n’avez nullement besoin de festoyer avec ces aliments.

– Quand enfin vous rédigez votre testament, précisez par précaution et anticipation que vous souhaitez être enterré dans le carré musulman du cimetière.

Car à force de gober tout ce que l’islam veut vous imposer et pour éviter d’être taxé de raciste et d’islamophobe, vous n’aurez plus qu’à vous soumettre une bonne fois pour toutes : convertissez-vous à l’islam illico, c’est un geste très facile, une simple formule suffit. Au préalable, changez de prénom et de patronyme pour satisfaire aux injonctions divines.

Vive l’islam ! Vous aurez enfin trouvé un sens à votre vie !

Bernard Dick


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/01 20:26
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : France. Excision : lancement d’une campagne nationale de prévention
#5

excision des femmes en France - Prévention

Alors qu’une grande campagne nationale est lancée ce vendredi sur l’excision, des lycéennes de Seine-Saint-Denis ont créé un blog pour alerter sur ce sujet tabou. Cette mutilation reste pratiquée au nom de la tradition.

C‘est le paradisde l’ado. De belles images, des articles sur des stars branchées comme l’artiste malienne Inna Modja, un langage direct fait de tu et de toi. Pourtant, sur ce tout jeune blog* imaginé, conçu et alimenté par des élèves de seconde du lycée Jacques-Feyder à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), on ne parle pas vernis ou soirée à la mode. On parle d’excision.

Alice et Sokona veulent prévenir et alerter contre l’excision
Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), hier.
Les jeunes blogueuses Alice et Sokona veulent prévenir
et alerter contre l’excision.LP/MATTHIEU ROSIER

Mot tabou, sujet tabou, alors que 60 000 femmes vivant en France ont subi cette mutilation -tradition d’Afrique subsaharienne, d’Egypte, ou encore d’Indonésie- d’une partie des organes génitaux. « Déjà, le blog permet de dire que ça existe, ce que c’est, d’où ça vient et pourquoi il faut prévenir les jeunes que ça perdure », expliquent de leur voix enthousiaste Alice et Sokona, deux de ses créatrices de 15 ans. Dans cette classe de seconde générale, il n’y a qu’un seul garçon. « Nous avons l’option santé sociale, c’est pour ça », plaisantent-elles.

A lire aussi :

Excisons, excisons, faut pas qu'elles prennent du plaisir ces salopes ! (5 articles)
Excision et immigration en Europe : de la barbarie au paradoxe
Pour tout savoir sur l’excision et ne pas se laisser bourrer le mou par les "savants musulmans"
Les adeptes de la « tolérance zéro » tolèrent 3 millions d’excisions par an
Soyez favorable à l’excision ! Vous ne serez ni raciste ni islamophobe !

Leur initiative sera ce vendredi à l’honneur lors du lancement d’une grande campagne nationale de prévention à destination des 12-18 ans. Créée par des associations et soutenue par le gouvernement, Alerte Excision rappelle que, parmi les ados vivant en France et dont les parents sont issus de pays pratiquant cette mutilation, 3 sur 10 sont menacées d’excision ( lire ci-contre) pratiquée non pas sur le sol français mais lors de « vacances » dans le pays d’origine.

Conseils pratiques et témoignages

« On se dit que, peut-être demain ou dans un an, une personne de notre entourage ou de notre classe sera victime de ça. Ça motive pour agir », reprennent les jeunes filles. Alice, qui se rêve notaire, a des origines congolaises. Sokona, future concessionnaire auto (elle adore les voitures !), est le fruit d’un métissage entre le Mali et la Côte d’Ivoire. Trois pays où l’excision est pratiquée. « A titre personnel, je n’ai aucun risque, mais ça ne m’empêche pas de me sentir concernée. Ça peut toucher des filles de mon âge, ça touche à l’intime, ça émeut », note Alice. « Je n’en ai jamais parlé dans ma famille », reprend Sokona.

Rubriques Célébrités qui témoignent d’avoir été « assises sous le couteau » (mot employé par ceux qui refusent de nommer l’excision par son nom), Conséquences, mais aussi Conseils — que doit faire et qui peut appeler une ado menacée — leur site, conçu avec leur professeur principal, est digne d’un travail de professionnel. Il a vocation à tourner sur les réseaux sociaux consultés par les adolescentes et adolescents. « Je pense que le fait que des jeunes parlent aux jeunes peut avoir plus de poids que si c’est des adultes, dit presque gênée Alice. On a le même langage, la même façon de penser. Ça fait moins leçon de morale. » « Il est plus facile de se confier à quelqu’un de son âge. Et puis, par le biais d’un blog, c’est plus facile de parler de ça », renchérit Sokona.

Avec un tel blog, une bonne note devrait fleurir sur le bulletin… « Même pas ! corrige en rigolant Alice. C’est un projet, il n’y a pas de note. On fait vraiment ça pour prévenir et alerter. C’est notre seule motivation. »

L’excision, un crime puni de dix ans de prison

« Tu pensais partir en vacances ? » Sur l’affiche, un couteau où perle du sang fait office de réponse. Lancée dans l’Hexagone et en Belgique par Excision, parlons-en !*, la campagne s’adresse aux 12-18 ans. « On peut être une ado née en France et risquer la mutilation », souffle Moïra Sauvage, présidente de l’association. Parmi celles dont les parents sont issus de pays pratiquant cette mutilation, 3 sur 10 sont menacées.

On a tendance à penser que cette ablation totale ou partielle du clitoris et/ou des lèvres est pratiquée sur des bébés. « Non, car les consultations pédiatriques sont obligatoires en France jusqu’à 6 ans. Le départ dans le pays d’origine des parents se fait plus tard. Là-bas, même si les parents ne sont pas d’accord, il peut arriver que ce soit une tante, une grand-mère qui prenne la jeune fille pour la faire exciser », explique Moïra Sauvage, rappelant que les familles pensent « bien faire » : pour l’acceptation de l’enfant dans la communauté, lui donner une possibilité de mariage… « D’où la prévention à faire. »

En plus des terribles conséquences en matière de santé (hémorragies pouvant être mortelles, douleurs lors des règles, de l’acte sexuel, de l’accouchement, infections urinaires…), « imaginez les conséquences psychologiques chez une fille qui subit ça à 12, 13 ou 14 ans. Le souvenir traumatique est énorme ». En France, l’excision est un crime passible de dix ans de prison

www.alerte-excision.org.

Source


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/03 06:04
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !