Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Macron Président, Juppé Premier ministre. Ou l’inverse. Voilà le plan B ! [Actualité en France]




« 1 ... 35 36 37 (38) 39 40 41 ... 135 »

Re : Macron Président, Juppé Premier ministre. Ou l’inverse. Voilà le plan B !

Macron Président, Juppé Premier ministre Ou l’inverse - Voilà le plan B

Marine Le Pen sera donc la seule représentante de la droite
en mesure d’accéder au second tour…

Suite aux attaques répétées à l’encontre de François Fillon, Alain Juppé reprend du poil de la bête et devrait potentiellement pousser François Fillon vers la sortie. Ainsi Juppé serait le nouveau candidat de la droite et du centre ! Enfin, surtout du centre…

Tous les médias s’en réjouissent d’avance et nous affirment à grands coups de sondages que Juppé serait en tête au second tour de l’élection présidentielle. Pourquoi pas.

Le triomphe médiatique des candidats centristes qui, comme chacun sait, n’ont que des élus mais pas d’électeurs est généralement nettement amoindri par les urnes… Bulle médiatique ou réalité ? Nul ne le sait…

A lire aussi :

L’immigration selon Macron….et ce qu’il en est vraiment !
Comment Macron a liquidé un fleuron industriel français
Macron : « nous ne sommes pas aujourd’hui confrontés à une vague d’immigration »

La primaire avait apporté l’espoir d’un candidat plus conservateur et patriote que d’ordinaire et, aujourd’hui, tout devrait s’envoler à cause d’un acharnement médiatique abject ! Tant d’électeurs de la droite traditionnelle qui avaient littéralement plébiscité François Fillon déçus par ce brusque revirement ! Quelle négation de la démocratie ! Le régime médiacratique est bel et bien installé.

L’hypothèse d’un second tour Fillon-Le Pen, où la gauche serait terrassée, s’est envolée. Le mouvement « dextrogyre » cher à Guillaume Bernard ne s’est pas concrétisé politiquement, il s’agirait plutôt, dans le cas présent, d’un mouvement de recentrage. Quelle pitié ! Comment a-t-on pu en arriver là ?

Marine Le Pen sera donc la seule représentante de la droite en mesure d’accéder au second tour… Mais l’alliance, ô combien républicaine, d’Emmanuel Macron et d’Alain Juppé au second tour sauvera notre belle démocratie, soyez rassurés ! Imaginez un peu Macron et Le Pen au second tour ! La France cosmopolite et déracinée contre la France du peuple et des héritiers ! Le sursaut républicain conduira tout droit Emmanuel Macron au saint Graal de la présidence de la République.

Et là, comme un ultime aveu du cirque qui se déroule sous nos yeux, n’ayant pas de majorité parlementaire, Emmanuel Macron sacrera Alain Juppé Premier ministre ! À moins que ce ne soit l’inverse, puisque M. Juppé avait manifesté le désir, pendant la primaire, de faire une large ouverture au centre et à la gauche s’il était élu contre Marine Le Pen, contrairement à M. Chirac en 2002. L’apothéose de la bien-pensance : j’entends d’ici s’égosiller les médias « mainstream » qui salueront cette sage décision. Merveille de la démocratie moderne !


***

A VOIR AUSSI :

Marine Le Pen en visite au Salon de l'Agriculture à Paris | Marine 2017


https://www.youtube.com/watch?v=sQTZ4pXXoYA

Reportage au meeting de Nante


https://www.youtube.com/watch?v=8UpcnfYUxHQ



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/03/2017 07:36
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Macron « pour la tolérance zéro »… à l’égard des policiers !

Macron « pour la tolérance zéro »… à l’égard des policiers !

Ces propos sont indignes d’un candidat à la magistrature suprême

Les deux syndicats de police qui se sont agités face aux « propos menaçants » de Marine Le Pen à l’encontre de certains fonctionnaires réagiront-ils de la même manière suite aux paroles, pour le moins déplacées, prononcées par Emmanuel Macron lors de la présentation de son programme électoral ?

En effet, ce dernier, qui n’a manifestement aucune idée de la façon dont il combattra le terrorisme et la criminalité galopante que connaît notre pays, a choisi de s’en prendre directement aux policiers. Summum de la provocation : le chouchou des sondages a même évoqué la « tolérance zéro », non pas contre les délinquants mais contre les policiers !

A lire aussi :

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (124 articles)
Campagne Présidentielle 2017 de Marine Le Pen " Au nom du Peuple" - Front National patriote (74 articles)

Le cri d’alerte des policiers… avant la guerre civile ? (46 articles)

L’immigration selon Macron….et ce qu’il en est vraiment !
Comment Macron a liquidé un fleuron industriel français
Macron : « nous ne sommes pas aujourd’hui confrontés à une vague d’immigration »

Voilà une position qui fera certainement plaisir à Mélenchon, à la CGT et au Syndicat de la magistrature. Mais qu’en sera-t-il de l’ensemble de ces fonctionnaires de police qui, depuis des mois, travaillent sans relâche pour la sécurité des Français, au préjudice de leur vie de famille ? Qu’en penseront les centaines de policiers blessés lors des attaques terroristes, des manifestations violentes ou de l’embrasement de nos quartiers ? Apprécieront-ils l’amalgame fait entre l’immense majorité des gardiens de la paix, dévoués et irréprochables, et les quelques ripoux que compte une institution qui permet cependant à notre République de tenir contre vents et marées, même lorsqu’elle est dirigée par des incapables ?

Ces propos sont indignes d’un candidat à la magistrature suprême. Ils traduisent une méconnaissance profonde de nos administrations et de leur histoire. Ils traduisent aussi un réel parti pris en faveur du désordre, à peine dissimulé par une extraordinaire vindicte idéologique. En prenant de telles positions, Macron dévoile ce qu’il est en réalité : un laxiste et un démagogue de la pire espèce. Déjà, son programme en matière de sécurité, d’une rare indigence, dévoile son manque de connaissances en la matière, et la réalité de choix funestes à venir pour notre société, dans le cas malheureux où il serait élu.

Sa police de proximité du quotidien, ripolinage du fiasco de la police de proximité des années 2000, démontre en effet le décalage profond qui existe entre l’ancien banquier de chez Rothschild et la réalité sécuritaire vécue par de nombreux Français. Mais la tranquillité et la sécurité publiques ne sont pas la priorité de ces gens-là. Il est plus important d’envoyer des signes d’apaisement aux voyous que de se préparer à une guerre intérieure inéluctable, mais que l’on ne veut pas mener.

Et puis, les sondages ne disent-ils pas que de nombreux policiers seraient tentés par un vote en faveur du Front national ? Alors, pourquoi prendre des gants avec des séditieux ? Inutile de chercher à comprendre les raisons de ces intentions, si tant est qu’elles soient établies. Il faut envoyer un message fort, quitte à diviser, encore et toujours, un corps social déjà malmené.

Ainsi, policiers (nationaux et municipaux), gendarmes, agents de la pénitentiaire, tous sont maintenant prévenus de ce qui les attend en cas de victoire du fils spirituel de François Hollande. Tous savent désormais qu’ils ne seront plus les « chasseurs » mais le « gibier ». Qu’ils seront livrés en pâture à une racaille qui n’en demandait certainement pas tant. Et que, de la même façon que l’on n’attend même plus de connaître la vérité sur les enquêtes mettant en cause des policiers, ils seront susceptibles, eux et leurs familles, à chaque instant, de se voir frappés d’infamie et condamnés sans procès. Vive la démocratie !

Olivier Damien

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/03/2017 08:05
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Marine Le Pen : Mon analyse du programme de M. Macron

Marine Le Pen é Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a enfin daigné présenter un programme aux journalistes. Il était temps, à 50 jours du premier tour… Il a donc pris beaucoup de temps pour rédiger cela, avec le renfort nous dit-il de moult experts. Le résultat est pourtant bien décevant et constitue une menace majeure pour l’avenir de la France et des Français. Et même sur certains points, son projet consiste en une négation de la France.

Le premier grand problème est que ce n’est pas le projet d’un candidat à l’élection présidentielle. Il n’y a en effet dans ce catalogue aucune vision de ce que peut et doit devenir la France dans les années qui viennent. Son programme fleure bon le marketing politique mais se résume à une addition de promesses comme on en a déjà fait mille fois aux Français. Comme beaucoup dans la classe politique, M. Macron aime aller dans le sens du vent, mais son projet est vide de sens. M. Macron nous avait déjà dit “qu’il n’y a pas de culture française”, on a la confirmation avec ce programme qu’il ne comprend pas la France du tout.

À sa lecture, on est frappé par la ressemblance avec celui de François Hollande en 2012. Sur presque tous les sujets, son programme cache derrière de jolies formules, comme autant de fleurs envoyées aux Français, la continuation de l’aventure hollandienne, cet enfer que connaissent les Français. M. Hollande aurait d’ailleurs pu le signer s’il avait été candidat.

Ce constat n’étonnera personne, Emmanuel Macron ayant été l’un des principaux conseillers à l’Elysée de François Hollande, puis son ministre de l’économie, avant d’être son poulain, celui que MM. Hollande et Cazeneuve soutiennent de plus en plus évidemment dans cette campagne.

Avant de répondre à certains aspects particulièrement problématiques dans le programme d’Emmanuel Macron, il importe de soulever les trois points de continuité majeurs avec le quinquennat de François Hollande.

En premier lieu, ce programme prévoit d’accentuer la mise sous tutelle de la France avec la création d’un gouvernement économique de la zone euro et le silence radio sur les traités de libre échange négociés par Bruxelles qui ruinent notre industrie et notre agriculture. C’est finalement le programme de la souveraineté perdue, définitivement abandonnée et enterrée. La question de l’indépendance de la France, de sa capacité à agir, à véritablement avoir une prise sur le destin des Français est pourtant centrale dans cette élection. Car si les Français perdent confiance dans la politique, c’est avant tout parce qu’ils savent que les dirigeants n’ont plus de pouvoir. Le programme de M. Macron leur en enlève encore. Je considère que cette élection est au contraire le moment de décider si nous souhaitons que la France puisse redevenir un pays indépendant, retrouver des armes dans la mondialisation sauvage, à l’heure où plusieurs pays et non des moindres décident de revenir sur le libre-échange intégral et de protéger leur économie. L’autre option est de donner tout le pouvoir à une oligarchie qui décidera contre les intérêts des Français et des peuples.

Deuxièmement, ce programme fait quasiment totalement l’impasse sur les domaines essentiels que sont la sécurité des Français et la crise migratoire, comme en écho à l’inaction totale du gouvernement sur ces sujets depuis cinq ans. Or, il s’agit ici aussi d’un point au cœur des préoccupations des Français. Les mesurettes proposées par M. Macron dans ces domaines ne répondront jamais aux inquiétudes des Français, surtout quand on sait qu’il obéit au projet funeste de faire progresser massivement l’immigration en France, en témoignent les félicitations qu’il a adressées récemment à Mme Merkel pour l’accueil d’1,5 millions de migrants dans son pays. Je dis souvent que cette élection s’apparente à un choix de civilisation et pose notamment la question suivante : voulons-nous que la France reste la France ou devienne un territoire multiculturel où chacun est intégralement libre d’entrer et de s’installer ? C’est une question fondamentale, et je constate que les non-dits du projet de M. Macron y donnent une réponse diamétralement opposée à la mienne. Je note par ailleurs le caractère particulièrement antirépublicain du programme de M. Macron, là aussi dans la droite ligne de la politique menée depuis des années, dans la mesure où il consiste en un enterrement en bonne et due forme de la laïcité et une incitation au communautarisme, via des mesures choquantes concernant la place des religions dans l’espace public et leur financement.

Troisièmement, en continuité là aussi de la politique de M. Hollande, le programme de M. Macron entraînerait une franche aggravation des injustices et renforcerait les inégalités entre les territoires. Il s’inscrit en effet dans la logique d’un alourdissement de la fiscalité pour les classes populaires et moyennes, avec notamment la hausse générale de la CSG, et d’un abaissement pour les plus riches, avec la très forte réduction de l’ISF pour les très gros patrimoines financiers. Quant aux territoires, tout est à l’avantage des plus grandes métropoles, avec la disparition de nombreux départements. On est en outre frappé par l’absence totale de projet pour la ruralité.

Sur ces trois sujets centraux, ceux que je mets au cœur de la campagne présidentielle depuis des semaines maintenant, Emmanuel Macron s’enferme dans la poursuite du quinquennat de M. Hollande et n’apporte aucune solution nouvelle, si ce n’est des propositions qui aggraveront en réalité la situation.

Au-delà du contenu, la structure du programme interpelle et fait là aussi immanquablement penser à M. Hollande. Parce qu’on repère immédiatement qu’il s’agit d’un catalogue un peu brouillon, partant dans tous les sens, et manquant singulièrement de cohérence. Cela rejoint le problème de l’absence de vision politique. En réalité, Emmanuel Macron ne sait guère ce qu’il voudrait faire pour la France, si ce n’est maintenir le confort douillet des amis du système, sans jamais prendre en charge les attentes des Français, sans provoquer aucune rupture, et sans avoir le courage de s’attaquer aux défis fondamentaux qui sont devant les Français. Ce programme révèle l’absence totale de volontarisme de M. Macron, travers central qui affectait déjà M. Hollande.

Je vous laisse juger par vous-mêmes de quelques perles de ce programme si longtemps attendu…

➝ Europe : l’extinction définitive de notre souveraineté et de notre liberté

1) Renforcement de l’intégration de la zone euro et maintien de l’austérité : E. Macron veut « créer un budget pour la zone euro voté par un Parlement de la zone euro et exécuté par un ministre de l’Économie et des Finances de la zone euro », réduire les dépenses publiques à 52 % du PIB et garder la règle des 3 %. Nous n’aurons plus les mains libres ! Et il ne pourra pas mettre en oeuvre ses mesurettes économiques car il se heurtera au refus de l’Allemagne et du ministre du Budget de la zone euro qui sera le vrai dirigeant de la France. La souveraineté serait définitivement perdue.

2) Macron affiche des objectifs contradictoires pour la Défense :

Objectif 1 : Donner aux armées les moyens d’assurer la souveraineté stratégique de la France ;
Objectif 2 : Agir pour une Europe de la défense devenue indispensable.

Quelle incohérence ! La réalité, c’est que M.Macron veut un conseil européen de la sécurité, un quartier général européen permanent en lien avec l’OTAN, un Fonds européen de défense. La France perdrait la maîtrise de son armée et de ses équipements et serait soumise à la volonté des autres pays et de l’OTAN. La France ne serait plus du tout indépendante. Pis, avec le système que souhaite M.Macron, la France serait entraînée dans des guerres qui ne sont pas les siennes et n’aurait pas pu refuser de participer à la désastreuse guerre en Irak de 2003.

➝ Poursuite de l’immigration de masse et remise en cause de notre pacte républicain

3) Le projet de M. Macron n’évoque pas une seule fois le terme « immigration » : dans la continuité des félicitations qu’ils à adressées à Mme Merkel, E. Macron entend donc bien poursuivre la politique migratoire désastreuse menée ces dernières années. L’immigration de masse serait maintenue puisqu’aucune réduction des flux migratoires n’est envisagée. Son programme prévoit même une naturalisation plus facile : « la maîtrise de la langue », terme flou, étant appelée à devenir le principal critère de naturalisation. La nationalité serait donc une nouvelle fois affaiblie et distribuée au plus grand nombre, rendant impossible toute assimilation.

4) Maintien de Schengen et affaiblissement de la sécurité des Français : là encore, E. Macron s’inscrit dans les pas de François Hollande en refusant la remise en cause de Schengen. Ce refus dogmatique des frontières nationales ne déboucherait que sur une chose : une sécurité des Français toujours plus affaiblie.

5) Laïcité, une remise en cause tous azimuts. Son projet semble favorable au burkini, c’est donc un affront insupportable fait aux femmes : « Dans l’espace public (rues, plages), l’expression des convictions religieuses doit bien sûr rester libre à condition de ne pas porter atteinte à l’ordre public. » E. Macron tente dangereusement de contourner la loi de 1905 par un financement public et l’ingérence de la puissance publique dans l’organisation du culte musulman : son programme prévoit ainsi le « soutien des communes à la construction de mosquées », la conclusion de baux avec les responsables du culte, des contrats signés entre l’Etat et les aumôniers du culte musulman, l’immixtion de l’Etat dans la formation d’imams et même le lancement d’une nouvelle fondation publique pour la construction de mosquées…

➝ Le projet anti-social de M. Macron

6) Augmentation de la CSG : Il propose « une hausse de la CSG de l’ordre de 1,7 point ». Les ménages devront donc payer 20 milliards d’euros d’impôts en plus ! Par exemple, un couple de retraités touchant chacun une retraite mensuelle de 1 200 € verra le revenu de leur foyer amputé de 36 € par mois.

7) Quasi-suppression de l’ISF : E. Macron veut supprimer l’ISF pour les très gros actionnaires (ses copains du CAC40 et des banques d’affaires). La moitié des réductions d’ISF irait dans les poches des très riches actionnaires, soit 2,5 milliards €. Le patrimoine des plus riches parmi les riches est surtout constitué de capital financier.

Exemple : un patron du CAC40 qui a un patrimoine de 15 millions d’euros constitué de 5 millions dans l’immobilier et 10 millions en actions : Aujourd’hui il paye 170 000 euros d’ISF. Avec Macron il payerait 35 000 euros d’ISF.

8) Augmentation de la taxation de l’assurance-vie à 30 % contre 23 % aujourd’hui : E. Macron augmenterait donc considérablement l’impôt sur les petits épargnants. E. Macron prouve une nouvelle fois qu’il préfère les très riches aux plus pauvres.

9) Aggravation de la loi El Khomri par la mise en place d’un plafond des indemnités prud’homales à la suite d’un licenciement : c’est une loi El Khomri puissance 10. Affaiblissement de notre droit social et du code du travail : il prévoit un code du Travail recentré autour de quelques principes, dépouillé de ses mesures protectrices et qui pourra être contourné par l’organisation de référendums d’initiative patronale au niveau de l’entreprise, pour tuer toute chance de dialogue social. Cela crée une concurrence à l’intérieur même d’une branche professionnelle. En somme, des règles minimes, et moins de protection pour les salariés.

➝ Rien pour la ruralité, rien pour les territoires. La France des oubliés définitivement oubliée

10) Rien n’est dit sur les traités de libre-échange. M. Macron a pourtant pris position en faveur du CETA (accord commercial entre l’UE et le Canada) qui va miner notre agriculture et affaiblir toujours plus nos agriculteurs, poursuivre l’effondrement de notre économie et de notre industrie, etc. On le voit ici très clairement, E. Macron louvoie et ne s’attaque pas aux sujets fondamentaux, qui affecteront pourtant très durement la vie des Français.

11) Une organisation territoriale qui profite aux seules grandes métropoles : le monde rural est le grand lésé du programme d’E. Macron, puisqu’il en est tout simplement absent. Ses mesures aggraveraient même l’enclavement de nos campagnes, puisqu’elles prévoient d’accentuer l’éloignement des citoyens de l’action publique que la loi NOTRe a engagée. Ainsi, il prévoit de supprimer 25 % des départements, en subordonnant aux métropoles les territoires qui les entourent. Les petites communes rurales de ces zones perdraient toute autonomie.

Je vous propose de retrouver mon projet et mes 144 engagements pour la France ici !

Marine Le Pen

« J'ai besoin de Marine » | Marine 2017


https://www.youtube.com/watch?v=KfDD8fnm6bE

 

MARINE2017.FR

- @MarineLePen - marine_lepen (Instagram)

Marine2017 : vidéos sur Youtube

TOUTE L''ACTUALITE DU FRONT NATIONAL
TOUTES LES VIDEOS DU FRONT NATIONAL

PROJET PRESIDENTIEL 2017 de MARINE LE PEN
144 ENGAGEMENTS

Le programme de Marine pour l'Outre-Mer

Euro / monnaie nationale (désenfumage)

Tournée Marine 2017


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/03/2017 14:41
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 35 36 37 (38) 39 40 41 ... 135 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !