Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Décryptons le Macron ! [Actualité en France]




« 1 ... 56 57 58 (59) 60 61 62 ... 135 »

Emmanuel Macron veut faciliter la construction des mosquées et approuve le « soutien des communes »

Macron islamo-collabo pour la construction des mosquées

Macron : en marche pour le pognon ! (175 articles)

Lu sur le site officiel du mouvement "En Marche ":

« En 2016, le gouvernement a créé la Fondation pour l’islam de France, mais, en raison de la loi de 1905, celle-ci ne prend en charge que des projets sociaux et culturels à l’exclusion des questions proprement cultuelles.

A lire aussi : Clichy : les islamistes, expulsés de leur local municipal, prient dans la rue coupant la circulation

Demain, une nouvelle structure permettra de relancer les principaux chantiers du culte musulman en France : la construction et l’amélioration de lieux de culte dignes là où c’est nécessaire et la formation en France des imams. La liberté de culte, c’est aussi la liberté de le pratiquer dans des conditions dignes.

  • Créer une Fédération nationale de l’islam de France regroupant des associations cultuelles locales créées dans le cadre posé par la loi de 1905.

Ces associations, qui pourront recevoir des dons et legs dans des conditions fiscales avantageuses, permettront de financer la rénovation et la construction de mosquées et la formation d’imams. Il faut encourager l’engagement de nouvelles générations de musulmans, qui sont nés, ont grandi et travaillent en France, dans la gestion du culte musulman. (…) 

  • Nous conditionnerons les différentes formes de partenariats publics (prêts de locaux, agréments etc.) aux associations dans le secteur social et culturel au respect strict des principes républicains.Le soutien des communes à la construction de mosquées sera conditionné au respect des mêmes principes » Source En Marche.fr    

Pour en savoir plus sur l’aide des communes de gauche et de droite aux mosquées lire l’enquête Ces maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015). Rappelons que le maire de Lyon et principal soutien d’Emmanuel Macron, Gérard Collomb, a fait voté par sa ville un million d’euros de subventions pour un Institut Islamique en plein coeur de Lyon.

Observatoire de l'islamisation


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 23/03/2017 11:58
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Décryptons le Macron !

Décryptons le Macron !

On est en droit de se demander si Emmanuel Macron
n’appartiendrait pas au genre du cyborg,
voire à celui du pur robot programmé et télécommandé

À l’heure où les intelligences artificielles sont si développées que leurs réseaux de neurones sont capables de comprendre la structure grammaticale de textes complexes, on est en droit de se demander si Emmanuel Macron n’appartiendrait pas au genre du cyborg, voire à celui du pur robot programmé et télécommandé. J’en veux pour preuve son ultime argumentaire lors du « Grand Débat », qui lui a valu les moqueries de Marine Le Pen. Oui, Emmanuel Macron parle parfois pour ne rien dire, dévoilant le « vide abyssal » de sa pensée.

Couché par écrit, le texte deviendrait presque incompréhensible. Le problème ne tient d’ailleurs pas dans la difficulté du propos, assez simple au fond ; mais dans la nature même de cette longue phrase qui n’a que peu de rapports avec la langue française. « La politique de la France, une indépendance de la France, non pas pour s’y fondre, non pas pour s’y confondre », disait ainsi Emmanuel Macron à la toute fin du « Grand Débat », faisant passer les phrases ampoulées de Christiane Taubira pour du Voltaire.

Celui que son épouse Brigitte qualifie de génie semble inapte à formuler une phrase intelligible. Tout de même étonnant, pour un garçon qui a préparé le concours d’entrée de l’École normale supérieure à trois reprises… En se frottant de trop près au lyrisme, Emmanuel Macron s’y est piqué. La télévision est un juge aussi impartial que sévère. Ce qui passait inaperçu en meeting a été, ici, vu par près de dix millions de Français.

Et ce qui devait arriver finit par arriver : le gentil Emmanuel s’est ridiculisé.

Il y a toutefois pire. Le champ lexical de la campagne d’Emmanuel Macron, entièrement anglophone, ne laisse pas de nous surprendre et de nous amuser. Dans cette start-up qui s’est mise En Marche ! pour achever notre façon de faire de la politique depuis la plus haute antiquité – le combat d’Emmanuel Macron n’étant, au fond, que de renverser les ordres anciens, tri-fonctionnalité en tête -, point de « bénévoles » mais des « helpers » en lieu et place.

Tyrannique, la novlangue technico-commerciale pour faux geeks d’une Silicon Valley toute fantasmée s’est imposée dans les réunions militantes de l’ancien conseiller de François Hollande. On ne fait plus de « retours d’expérience » mais des « feedbacks ». On se « brainstorme » la tête entre deux infusions macrobiotiques. On planche sur des « process ». On est « proactifs ». Peut-être ne s’y drague-t-on plus que par le biais d’applications pour « smartphones »… Bref, on est déjà ringards avant même d’avoir été à la mode.

L’« open space » depuis lequel les fans d’Emmanuel Macron travaillent est une bulle hors du monde. Futuriste, le Macron ? Non, car présentéiste. Il ferait plutôt penser à ces auteurs de science-fiction qui prédisaient que les automobiles de l’an 2000 voleraient, tout en n’imaginant pas un seul instant que les téléviseurs seraient plats…


Gabriel Robin
Juriste
SG du Collectif Culture, Libertés et Création du RBM


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 23/03/2017 12:19
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Affaire Bruno Le Roux, nouveau rideau de fumée pour cacher les casseroles de l'imposteur Macron

Macron la magouille

Pour mieux protéger la candidature véreuse d’Emmanuel Macron dénoncée lundi-soir sur TF1, notamment par Benoît Hamon, au cours du débat de la primaire du 1er tour des Présidentielles, le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux a été sacrifié pour leurrer les électeurs qui commencent à trop bien comprendre la propagande et la protection médiatique et judiciaire dont bénéficie Macron. Le débat de lundi soir a été très révélateur de ce point-de-vue. La ficelle Le Roux est grosse, surtout quand on observe qu’elle a été lancée comme par hasard sur TMC, immédiatement relayée sur « BFMacron« , deux des chaines de Patrick Drahi, l’obligé de Macron dans l’affaire de la vente de SFR. Mais il fallait neutraliser la très mauvaise prestation de Macron sur TF1 et surtout la dénonciation de ses casseroles en direct par son ancien camarade de gouvernement, Hamon, reprise de volée par Jean-Luc Mélenchon.

Les plus grosses casseroles d’Emmanuel Macron

Macron, soupçonné de haute trahison dans le scandale d’Alstom-énergie et auteur du scandale de la livraison de SFR au magnat de la presse Patrick Drahi n’a aucun problème avec le PNF, celui-ci préférant s’occuper de ses concurrents directs à la course à l’Elysée, Marine Le Pen et François Fillon. L’ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre de l’Économie de François Hollande n’est pas non plus poursuivi pour de forts soupçons de dissimulation fiscale sur son  patrimoine fabuleux de 3,5 millions d’euros acquis comme banquier de Rothschild en l’espace de deux ans et demi seulement et dont curieusement, il ne resterait plus rien à déclarer… (Voir les deux vidéos ci-après)

Le PNF et l’Elysée agitent le rideau de fumée qu’est l’affaire Le Roux

Macron avec ses ÉNORMES casseroles commençant à sérieusement faire du tintamarre, l’Elysée a donc concocté en contre-feu le sacrifice de Bruno Le Roux pour servir de rideau de fumée. Oh, certes, un tout petit sacrifice sans conséquence, « Paris vaut bien une messe »: il vient de démissionner un mois avant la fin de ce gouvernement, pour des affaires futiles et légales d’emplois familiaux. S’il ne faut que cela pour faire croire aux électeurs que le Parquet National Financier ferme les yeux sur les casseroles de Macron uniquement parce qu’il n’y aurait rien à voir, pourquoi s’en priver ?

Parquet national Fiancier - membres du PNF tous nommés par Hollande et Christiane Taubira en 2013

Photo des membres du PNF tous nommés par Hollande et Christiane Taubira en 2013

Le Roux est l’alibi du Parquet National Financier

Le Parquet National Financier (PNF) qui a été créé par Hollande sous prétexte de lutter contre les fraudes des politiciens suite au dissimulations fiscales du son ministre des Finances, Jérôme Cahuzac, n’en finit plus de manœuvrer au profit de son héritier. Mais le PNF n’a-t-il pas été créé dans ce seul but ? Tous ces membres, photo ci-dessus, ont été nommées par François Hollande et Christiane Taubira, alors ministre de la Justice, en 2013. Depuis janvier 2017 ce parquet organise avec la complicité des médias aux ordres, le lynchage des principaux concurrents d’Emmanuel Macron, que sont François Fillon et Marine Le Pen, afin que la route vers l’Elysée lui soit déblayée.

A lire aussi :

Macron : en marche pour le pognon ! (176 articles)
Magouilles UMPS : Maintenant Bruno Le Roux. La liste des mafieux UE-UMPS s'allonge (3 articles)
Quinquennat Hollande : 5 ministres démissionnés, 10 ministres en délicatesse avec la justice…
Qui a dit que la Justice doit être juste et indépendante? Photo des membres du Parquet National Financier qui poursuit Fillon et Marine Le Pen – Vidéo
Emmanuel Macron: haute trahison et pillage de l’industrie française – Vente d’Alstom aux Américains et de SFR à Drahi 

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (176 articles)

Ainsi les journalistes en chœur sur BFMTV et autres chaines mainstream, peuvent s’exclamer: « voilà la démonstration que la PNF est indépendant, il ne s’occupe pas que de Fillon et Marine Le Pen! » Sauf que Bruno Le Roux n’est pas candidat à la présidentielle, et qu’il ne risque rien, il continuera de toucher ses émoluments de ministre et le Système saura le remercier.  Le Roux sert en réalité d’alibi au Parquet National Financier sur sa cécité devant les ÉNORMES casseroles de Macron. 

Fillon le principal obstacle de Macron pour le second tour

Si du côté de Macron les magistrats du PNF ne voient toujours rien à enquêter, en revanche on ne peut pas leur reprocher de rester inactifs contre le principal obstacle à l’Elysée de Macron, puisque ce mardi François Fillon -ou sa femme- est poursuivi, en plus du reste, pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux »

Marine Le Pen, même si elle est en tête des sondages du premier tour, et si elle est le seul véritable adversaire du Système oligarchique mondialiste qui dirige la France à travers l’UE, est considérée comme exclue au terme du second tour, ce qui fait d’elle l’adversaire idéal, même si des poussées de fièvre agitent l’Etat profond par vagues successives, avec des attaques d’une violence inouïes par reportages, débats et autres émissions spéciales, sur toutes les chaines, lorsque la candidate frôle les 50% dans les sondages au second tour. Mais il semble que la victoire de Marine Le Pen soit un scenario tellement horrifiant pour l’Établissement, qu’il lui n’arrive pas à l’envisager longtemps, comme un syndrome de cécité à la manière de l’élection de Trump en quelque sorte. Et puis le PNF et les médias sont là, avec leur pouvoir de nuisance, pour veiller à la constante diabolisation de Marine Le Pen.

Mais c’est Fillon qui leur semble l’obstacle le plus sérieux face à Macron pour accéder au second tour, car si Marine Le Pen franchit la barre du second tour, son adversaire devrait être le vainqueur définitif, selon leurs estimations.

D’autre part Fillon persiste et signe sur sa ligne de politique étrangère pour une alliance avec Vladimir Poutine contre le terrorisme et une reconnaissance de la Crimée russe. C’est le seul aspect de son programme, particulièrement original et anti-conformiste, qu’il a pris le temps de bien développer lundi soir. Benoît Hamon, quasi-ahuri lui a demandé s’il n’entendait tout-de-même pas s’allier avec Bachar el-Assad, horresco referens? Mais le candidat LR ne l’a pas détrompé.  Or la diabolisation de Poutine est le ressort nécessaire à la justification des guerres que l’oligarchie répand sur toute la terre pour ses fructueuses affaires dont l’immigration sauvage fait partie. C’est l’originalité d’un candidat qui a eu l’audace, avant d’être la proie du PNF, de s’être réclamé des racines chrétiennes de la France. Un candidat ainsi fragilisé au regard du Système, qui pourtant, par ailleurs, est parfaitement européiste et libéral.

Or d’après un sondage fuité des Renseignements généraux, le candidat Fillon (+ de 20%) serait confortablement installé loin devant Macron (seulement 13%) au premier tour, tandis que Marine serait à 32%. Ce qui permet d’ajouter quelque crédit à ce sondage des RG c’est l’acharnement dont le Système fait preuve contre Fillon; s’il n’était pas un réel obstacle sur la route de Macron à l’Elysée, pourquoi se donnerait-il tant de mal pour le discréditer?

Le scandale d’Alstom, de la haute trahison

Emmanuel Macron n’est toujours pas poursuivi alors que comme Secrétaire Général-Adjoint de l’Elysée et ensuite ministre de l’Économie il a favorisé: ses propres intérêts, des intérêts capitalistes et des intérêts étrangers contre les intérêts nationaux. Ainsi il a cédé aux Américains un pan capital de l’indépendance énergétique de la France: Alstom-Energie. « C’est une défaite catastrophique, nous avons été roulés dans la farine. Général Electric et les Américains ont eu absolument ce qu’ils voulaient, quand ils voulaient, et probablement en mettant moins d’argent et en rencontrant moins de difficultés que ce qu’ils avaient prévu. » Eric Dénécé, dans Spécial Investigation de Canal+

Macron est clairement désigné comme celui qui a été placé à Bercy en remplacement de Montebourg qui avait verrouillé l’affaire par un décret, pour supprimer le décret et trahir les intérêts de la France au bénéfice des intérêts américains, dans l’émission de Canal+ Spécial Investigation, diffusée en 2016:


https://www.youtube.com/watch?v=dOnGH9v-oIA

L’info et la Justice du PNF instrumentalisés

Macron, cet associé de la banque Rothschild, n’est pas davantage poursuivi pour avoir livré SFR au magnat milliardaire de la presse Patrick Drahi, faisant de ce dernier son obligé qui, depuis le début de la campagne électorale, organise la propagande du candidat d’En Marche sur ses chaines d’information, tout-en court-circuitant et faisant lyncher par ses journalistes les opposants de son mentor. L’ancien conseiller de François Hollande et son ancien ministre n’est pas davantage poursuivi pour avoir dissimulé au fisc son fabuleux patrimoine de plus de 3 millions d’euros acquis comme banquier de Rothschild en l’espace de deux ans et demi seulement...   

Les manœuvres de l’oligarchie en faveur de la candidature Macron sont beaucoup trop importantes pour ne pas désigner cet imposteur comme le plus grand danger actuel pour la survie de la France.

Mais où est donc passé le patrimoine fabuleux d’Emmanuel Macron ? Une opacité qui n’intéresse pas le PNF…


https://www.youtube.com/watch?v=teP3XL_3PDY

Emilie Defresne

***

A VOIR AUSSI :

Les médias rattrapent Macron par la culotte
Journal TV Libertés du mercredi 22 Mars 2017


https://www.youtube.com/watch?v=DCHWJ1pYl9c


Sauver le soldat Macron ! Voilà le défi que se sont fixés les grands médias du système. Après une prestation médiocre lors du premier débat de la présidentielle, les journalistes viennent à la rescousse du produit médiatique

Mettre des rustines sur la bulle Macron, c’est la nouvelle tâche sur laquelle planchent les journalistes français. Après le débat entre les 5 principaux candidats où l’ancien ministre de l’économie a plus brillé par son autodérision que par sa connaissance des dossiers et ses propositions, il faut à tout prix sauver les meubles. Porté aux cieux depuis le début de la campagne, le produit Macron a dû pour la première fois affronter d‘autres candidats… L’exercice est plus ardu que le meeting d’En Marche. Pour l’homme aux deux alliances, pas de chauffeurs de salle, pas de t-shirt, pas de texte écrit à grand coup d’algorithme… le débat n’était pas une sinécure. Après l’effort – passablement raté -, le réconfort. Retour dans le giron des alliés : la presse.

Figure de proue du sauvetage de Macron, le groupe Next Radio, c’est à dire RMC et BFM TV (renommé pour l’occasion Broadcast for Macron) a pris le dossier en main. Dès l’aube, le lendemain du débat, le fiasco rhétorique du banquier était en opération camouflage. Le meilleur outil pour cela… les sondages ! L’institut Elabe aurait interrogé les téléspectateurs pour prendre la température après la joute oratoire et là… Miracle ! (ILLU http://www.bfmtv.com/politique/debat- ... nt-melenchon-1126198.html)  Macron est le plus convaincant ! 30 % des sondés pensent que son projet est le meilleur pour la France… Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu… Information à prendre content ! Si vous vous demandez comment les Français peuvent préférer le projet d’un candidat qui précisément, n’a pas de projet eh bien… arrêtez le mauvais esprit et faites preuve d’imagination…

Comme à l’accoutumée, les autres médias de panurge ont suivi. Ainsi, franceinfo, jamais en reste… reprend la même information et en rajoute une louche… Après tout, on ne fait jamais assez allégeance… Eh hop, un sondage Opinion Way consacre encore Macron.

http://www.francetvinfo.fr/politique/ ... les-sondages_2107466.html Cette fois, un peu de retenue, le jeune loup de la finance rafle la mise, mais avec 25 %…

La presse régionale, toujours soucieuse de suivre les tendances parisiennes, ne se démarque pas. Ainsi, Ouest France (http://www.ouest-france.fr/elections/ ... hon-depasse-hamon-4873813) chante également la gloire de Macron. Pourtant, tout est parti du sondage Elabe… un sondage auquel ont répondu 1 157 personnes… pas grand monde quoi ! Pourtant, avec un panel aussi réduit, on arrive à une vague macronienne dans tous les medias.
Il faut alors rappeler que le sondage d’Elabe a été commandé par BFM… Cette chaîne info appartenant à Patrick Drahi… lequel, après avoir racheté SFR en 2014… a racheté le groupe NEXT Radio (BFM et RMC donc) … pour le faire fusionner avec Altice Media et ce, quand Emmanuel Macron était Ministre de l’économie, ce qui lui a permis de donner son feu vert. La transaction finale a alors été ficelée par un certain Bernard Mourad, banquier d’affaires, ancien de chez Morgan Stanley… Actuellement, Bernard Mourad est un des proches d’Emmanuel Macron… La boucle commence donc à se boucler.

Le stratagème est encore plus visible si l’on s’intéresse à la presse étrangère. En effet, au lendemain du débat, le Financial Times titrait, Macron misses his moment, Macron loupe le coche dans le débat… L’article développe que le jeune banquier de 39 ans n’est pas parvenu à s’imposer face à l’attrait de Marine Le Pen et au sérieux de François Fillon… Pour le journaliste, cet échec est surtout l’échec du mondialisme incarné par Emmanuel Macron, face au patriotisme… Pas étonnant que le système se rebelle.

Du côté du gouvernement en place, on n’a pas le vent en poupe. Alors que plane déjà une atmosphère de fin de règne, le scandale des emplois présumés fictifs des filles de Bruno Le Roux secoue le pouvoir…

Le Roux a sauté. Après les révélations sur les filles de Bruno Le Roux, embauchées comme assistantes parlementaires dès l’âge de 15 ans, celui qui occupait la place Beauvau depuis 3 mois a démissionné. Une démission sans doute soucieuse de ne pas déranger l’inaction du gouvernement…

Son passage à l’intérieur n’aura pas suffi pour rendre célèbre Bruno Le Roux, qui n’a pas eu d’attentat à affronter… toutefois, il sort par la grande porte médiatique. En effet, en plus de l’âge auquel l’ancien député de Seine-Saint-Denis a fait travailler ses filles, celles-ci auraient en plus eu une autre occupation au même moment… L’une d’elle en Belgique… L’on se demande donc comment, entre leurs compétences d’adolescentes d’abord, et leurs tâches annexes, les filles de Bruno Le Roux pouvaient être sur la brèche parlementaire. Acculé avec le Penelope Gate dont la rapidité de traitement a surpris tout le monde, le Parquet National Financier a dû ouvrir une enquête sur celui qui, à la fin des années 80, avait traîné ses guêtres à la MNEF, la mutuelle nationale des étudiants de France… une structure satellite du Parti Socialiste qui permettait de dégager des salaires…

Bruno Le Roux a donc céder sa place à plus inconnu que lui encore, Matthias Fekl. Pourtant, le député du Lot-et-Garonne avait déjà servi de rustine après les déboires de l’affaire Thévenoud. C’est ainsi qu’il avait atterri au secrétariat d’Etat chargé du commerce… Une fonction qui ne l’avait pas fait sortir de l’anonymat… En octobre, il avait pourtant voulu créer son propre parti politique, la Movida, le mouvement pour la vie des idées et des alternatives… (ha oui, même Macron n’avait pas osé)… Faute de succès du parti, Matthias Fekl est désormais devenu le plus jeune ministre de l’intérieur de la 5e République en succédant à Bruno Le Roux… Son passage sera certes furtif… 2 mois à peu près… pour autant… ce mandat bouleverse un peu ses plans. En effet, Matthias Fekl faisait partie de l’organigramme de campagne de Benoît Hamon… Le ministre de l’intérieur étant également le garant du bon déroulement des élections, Il a donc démissionné de ses fonctions aux côtés du candidat socialiste… Dommage pour Benoît Hamon qui aurait bien besoin d’un coup de pouce… Il devra donc se contenter des rares accointances qu’il a avec la presse, notamment avec Léa Salamé dont le compagnon actuel, Raphaël Glucksmann, écrit les discours du candidat socialiste… car contrairement aux apparences et aux ratés de prononciation, les discours de Benoît Hamon… ne sont pas de l’improvisation.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 23/03/2017 21:50
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 56 57 58 (59) 60 61 62 ... 135 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !