Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : J’y étais : tout ce qui s’est dit lors du procès de Pierre Cassen [Actualité en France]




« 1 ... 5 6 7 (8) 9 10 11 12 »

Re : J’y étais : tout ce qui s’est dit lors du procès de Pierre Cassen
#22

30juinPierreCassen

En faisant la queue pour entrer au Palais de Justice, qui a duré une bonne heure, des français d’origine maghrébine derrière moi discutaient à bâton rompu sur le racisme, « fléau partagé par tous les peuples » et sur la politique d’arabisation en Algérie, instrumentalisée pour « islamiser » les campagnes kabyle. J’étais déjà dans le bain !

Dans la salle d’audience de la XVIIe chambre, l’affaire Cassen démarre enfin vers 15 h 45. Le prévenu est poursuivi par le Ministère Public pour avoir autorisé, en qualité de Directeur de publication présumé, la publication sur le Site de « Riposte Laïque » de deux articles signés Maxime Lépante, l’un daté du 18 juillet 2016 « Pour éviter le génocide des français, il faut expulser les musulmans » et l’autre daté du 19 juillet 2016 ; « Attentat à la hache dans un train allemand : musulmans dehors ».

A lire aussi :

Dictature socialiste - Ils en rêvent : 2017 pourrait être la dernière année de Riposte Laïque (22 articles)

Pétition contre "le mur des cons" du syndicat de la magistrature + démission de Taubira (12 articles)
Scandale ! Le MUR DES CONS, "nous sommes tous menacés" !!! Pétition (7 articles)
Du « Mur des Cons » au procès du Syndicat de la Magistrature

Sur un ton docte, Fabienne Siderey-Garnier, présidente du tribunal, lit d’un bout à l’autre les deux articles avec une diction parfaite. Selon l’accusation, ils tombent sous le coup des articles 23 et 24 de la Loi du 29 juillet 1881 pour « délit de provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personne en raison de leur origine, ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».

Maître Frédéric Pichon plaide d’emblée l’incompétence de la juridiction française, car il nous explique que l’infraction, c’est-à-dire la mise en ligne d’un article litigieux a été faite à partir d’un site internet basé en Suisse. Il plaide aussi le vice de forme pour le versement au dossier, par l’accusation, de pièces issues d’un autre procès fait par Mme Hildago à l’encontre de Pierre Cassen et qui à ce jour n’a pas fait l’objet d’un jugement définitif. D’où une violation du secret de l’enquête par les policiers.

Après une brève suspension de séance, l’audience reprend, étant précisé par le tribunal que, dans l’attente du verdict à venir, toutes les pièces du dossier pourront être évoquées au cours des débats. Commence alors une sorte de reconstitution de carrière du passé militant de Pierre Cassen, à partir de 2007, année où il a fondé l’association Riposte Laïque, dont les statuts n’ont été déposés qu’en 2012 sous la forme d’une association Loi 1901. Il doit s’expliquer sur les raisons pour lesquelles en octobre 2012, la gestion du site internet a été transférée en Suisse, via la création de l’association Riposte Laïque Suisse (RLS). Pierre Cassen explique sa lassitude après neuf années d’investissement pour différents sites internet. Il voulait « passer à autre chose », notamment se consacrer à l’édition et disposer de plus de temps pour les conférences qu’il donne ou organise en France et à l’étranger. Il est l’auteur de deux ouvrages dont une bande dessinée « Le guignol de l’Elysée » parue en 2014, en collaboration avec la dessinatrice Ri7. Il explique enfin comment l’opportunité d’une reprise du site « Riposte Laïque » s’est présentée, grâce aux liens qu’il a pu nouer avec des amis militants suisses, parmi lesquels se trouvaient des gens comme l’homme politique suisse Oskar Freysinger.

Après la reconstitution de la chronologie des présidences successives de Riposte Laïque Suisse, le tribunal tente de comprendre pourquoi Pierre Cassen est poursuivi  en France, alors qu’il n’est plus directeur du site depuis 2012. D’où des débats techniques sur le fait de savoir si le site internet « Riposte Laïque » est bien la propriété de l’association « Riposte Laïque Suisse » et non celle de Riposte Laïque « France ». L’enquête de police et la perquisition effectuée au domicile de Pierre Cassen suite à un signalement au Procureur par la DILCRAH (Direction interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT) apporte quelques réponses salutaires ! Oui l’I.P. (contraction de Internet Protocol, qui est l’identifiant d’un ordinateur connecté à Internet ) est bien en Suisse, oui une société de maintenance affirme que son client Riposte Laïque Suisse est bien domicilié à Luzerne. Oui les redevances sont bien effectuées à partir d’un compte suisse. Mais l’accusation refuse d’en démordre : l’adresse internet proposée aux usagers du site a pour extension « orange.fr » et «.fr » veut dire FRANCE ! De plus, le compte paypal proposé aux donateurs a pour titulaire Pierre Cassen. Enfin l’actualité traitée par les articles mis en ligne concerne essentiellement le « territoire » français… Pierre explique les problèmes techniques rencontrés par ses amis suisses avec le PayPal suisse et la solution provisoire qui a été apportée par Riposte Laïque « France » par solidarité. Il explique encore que la curiosité des Suisses francophones ne se limite pas aux derniers potins de Neuchâtel !

Pierre Cassen ne cache d’ailleurs pas qu’il fait toujours partie des contributeurs du site et qu’à ce titre, il lui arrive de participer bénévolement à différentes tâches : relecture de certains articles, mise en forme d’article, titrage, apportant ainsi une valeur ajoutée à la qualité du site. Ce fonctionnement est alors corroboré par la lecture par Madame la Présidente de témoignages écrits venant de différents contributeurs du site, et notamment le Directeur de publication actuel Guy Sebag, ancien avocat au barreau de Paris et président actuel de Riposte Laïque Suisse.

Avoir des « droits » sur le site pour effectuer certaines actions au même titre que d’autres contributeurs, est une pratique banale qui n’a rien d’illégal. Il faut vraiment manquer de culture informatique pour s’étonner d’un tel fonctionnement !

Pour autant, Pierre Cassen déclare s’interdire une quelconque ingérence rédactionnelle vis-à-vis de l’équipe suisse. A la question « Avez-vous eu connaissance de ces articles avant leur publication ? », il répond NON. A la question « Auriez-vous publié ces articles en tant que directeur de publication ? ». Réponse encore négative, argumentée par le fait que selon lui, l’article « manquait de nuances » tout en ne manquant pas d’ajouter, qu’il n’était pas toujours d’accord avec le contenu des articles mis en ligne, lorsqu’il était directeur de publication en France. Mais il réaffirme son attachement viscéral au débat contradictoire. Il fait par ailleurs remarquer que les Suisses ont des traditions démocratiques bien supérieures à la France, ce qui explique qu’ils aient publié cet article. Il ajoute que quand il animait le site en France, il n’y avait eu qu’une seule plainte en cinq ans. D’autre part, il fait remarquer au tribunal qu’en Suisse, pays doté d’associations antiracistes et musulmanes, aucune plainte n’avait été déposée contre le site, depuis 2012, alors qu’il y en avait des dizaines, en France. Une chose est claire : Pierre Cassen n’est plus le directeur de publication du site, ce qui a bien été confirmé par l’enquête de police, via la perquisition. Mais le but final de la procédure engagée n’est-elle pas de faire taire à jamais le soldat Pierre Cassen ? La logique aurait voulu que le Ministère public requière un juge suisse par commission rogatoire, ce qui n’a pas été fait pour des raisons sur lesquelles on est en droit de s’interroger.

Puis arrive l’heure du deuxième « entracte » avant les plaidoiries des parties civiles. Entre deux cafés, des sympathisants venus soutenir Pierre Cassen compulsent frénétiquement leur smartphone : une voiture bélier vient de se précipiter sur les grilles du Parlement britannique : un mort et de nombreux blessés dont trois lycéens français… (la suite nous dira le lendemain qu’il y a eu cinq morts et des dizaines de blessés). Les propos de Maxime Lépante qui viennent d’être lus à l’audience, résonnent comme une sinistre prophétie : « Nous ne sommes nulle part en sécurité (…) puisque des musulmans peuvent nous assassiner n’importe quand et n’importe où, comme nous le prouvent les attentats de … »

Ces graves événements de dernière minute n’enlèvent hélas rien à la verve des parties civiles qui s’acharnent de plus belle sur l’homme à abattre : l’avocate de la LICRA tente de jeter à nouveau le discrédit sur Riposte Laïque Suisse dont le fonctionnement interne manquerait de transparence. Elle s’en prend au site lui-même dont « tous les articles véhiculent des idées similaires ». Dans ce qu’elle appelle « son combat » elle cite Germaine Tillon pour avouer enfin que son association dispose d’une « équipe de veille » destinée à susciter de nouveaux procès pour financer les équipes en place. Tout est dit ! A la suite de quoi, elle maugrée contre le public de la salle, dont elle dit ressentir l’hostilité et qu’elle qualifie avec mépris de « fanatique ».

C’est ensuite au tour de l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme qui charge Pierre Cassen, l’accusant « d’avoir la lâcheté de ne pas assumer ses propos ». En effet, avant la pause, Pierre avait refusé de répondre aux questions de cet avocat, destinées à confronter celui-ci aux phrases « globalisantes » des articles incriminés. Concluant benoîtement que « qui ne dit rien consent »,  Pierre Cassen ne peut être que coupable ! L’avocat de la LDH ose cette fois ci demander 10 000 € et 400 € d’amende.

Mme le procureur prend ensuite la parole. Avec une rare violence verbale, elle soutient que le transfert du site en Suisse est opaque, bidon. C’est une « supercherie », un « « écran de fumée » et « c’est bien Monsieur Cassen qui est derrière tout ça ». En sa qualité de père fondateur, il serait donc responsable ad vitam aeternam de tous les actes de son « bébé » ! A la consternation générale, elle demande six mois de prison avec sursis et 2000 € d’amende afin d’aboutir, précise-t-elle, à une « jurisprudence exemplaire ».

Maître Pichon est hors de lui et dénonce d’emblée le rôle éminemment politique du parquet. Il enjoint le tribunal à résister à ces exigences extravagantes. Il ne décolère pas vis-à-vis des conseils des parties civiles : « Mais que font ces associations qui donnent des leçons de morale sur les droits de la défense ? ». Et encore : « Qui sont ces professionnels qui se joignent à l’audience pour récupérer des sous ? ». Il fait encore remarquer très justement qu’aucune associations musulmane n’est présente parmi les parties civiles. Bizarre pour une communauté aussi nombreuse, prompte à se défendre et visée en première ligne par les propos de Maxime Lépante !

Il rappelle qu’en matière pénale, le doute, si doute il y a, doit toujours profiter au prévenu. Pierre Cassen ne saurait donc payer pour un autre. « La messe n’est pas dite, je persiste à croire encore que la justice existe » conclue-t-il, en demandant la relaxe de son client.

Le mot de la fin revient de droit à l’accusé. Pierre Cassen se lance alors dans une tirade enflammée que la greffière a du mal à suivre. On lui demande un phrasé plus lent. Il remercie d’abord la Présidente pour la qualité de son écoute et s’en prend aux parties civiles « financées par Georges Soros ». Il cite Malika Sorel-Sutter, essayiste d’origine algérienne, qui dans un entretien récent a le courage de dénoncer les lois liberticides qui sclérosent tout débat démocratique. Puis il revendique sa responsabilité face aux générations futures, son devoir moral face à ses petits-enfants de continuer à se battre pour les valeurs laïques et républicaines auxquelles il a toujours été attaché.

Il rappelle à la Licra et à la LDH leur complaisance devant l’antisémitisme musulman, leur citant deux exemples accablants.

Il s’insurge contre la scandaleuse requête du Ministère Public d’un emprisonnement de six mois, avec une grande colère. Il rappelle comment ces lois liberticides ont mené devant ce tribunal des journalistes, des hommes politiques, des intellectuels aussi respectables qu’ Eric Zemmour, Ivan Rioufol, Renaud Camus, Pascal Hilout, Robert Ménard, Christine Tasin, jusqu’à Georges Bensoussan, spécialiste de la Shoah et bien d’autres !

Il mentionne enfin que selon une étude de l’Institut Montaigne, 29% des musulmans interrogés estiment que la charia est plus importante que la Loi de la République et que ce pourcentage passe à 44% chez les moins de 25 ans et invite les parties civiles à venir discuter avec lui quand ils le voudront.

Il conclut en leur disant qu’il avait visionné, la veille, le film « L’Aveu », et, se tournant vers les antiracistes et le procureur, leur dit qu’ils auraient fait merveille sous ces régimes.

L’audience s’achève à 20h45 tandis que dans le même temps, un article sur l’attentat de Londres parait sur le site de Riposte Laïque sous la plume du mystérieux Maxime Lépante ! Donc là, Pierre ne peut pas être dans le coup, puisqu’il est encore au tribunal !

Oser dire ou même penser que l’Islam n’est pas compatible avec la République est devenu un crime dans la France de M. Hollande ! Alors, comme l’a fait Voltaire à son époque, publier en Suisse n’est-il pas l’ultime recours pour ne pas être à jamais condamné au silence ?

Le verdict sera rendu le 3 mai 2017.

Hector Poupon

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 24/03/2017 02:43
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Le Procureur de Paris a lancé un véritable appel au meurtre de Pierre Cassen
#23

Le Procureur de Paris a lancé un véritable appel au meurtre de Pierre Cassen

Ainsi donc, j’apprends à la lecture de mon site préféré, que lors du procès de Pierre Cassen qui s’est déroulé le 22 mars 2017 devant la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris, la procureur aurait requis, outre 2000 euros d’amende, 6 mois de prison avec sursis !

Ma pauvre France, où es-tu en train de sombrer ?

Vers quel cataclysme, vers quels drames, vers quelle infamie, vers quelle abjection, vers quelle injustice nous amènes-tu avec de tels représentants de la loi ?

Qu’il semble s’éloigner le temps joyeux et insouciant de la liberté d’expression en France, du débat vif mais constructif, de la joute verbale gouailleuse, que l’on a connus avant l’arrivée du socialisme…

A lire aussi :

Dictature socialiste - Ils en rêvent : 2017 pourrait être la dernière année de Riposte Laïque (24 articles)

Depuis quand un honnête homme qui a travaillé toute sa vie, qui n’a jamais été une menace pour la société, qui n’a jamais proféré d’injures publiques, ni aucun acte de violence de quelque nature que ce soit, doit-il aller en prison, pour avoir été, faussement, accusé d’atteinte, à la liberté d’expression ?

Depuis la Terreur… cette période de la Révolution française, caractérisée par le règne de l’arbitraire et des exécutions de masse… sauf que cette fois, cette terreur des idiots utiles, n’aura qu’un objectif : l’avènement de la République Islamique de France, et de la charia.

Ce que la procureur ne dit pas, et là où elle maquille ses objectifs, et ses souhaits, c’est qu’elle réclame de facto, en réalité, une véritable condamnation à mort de Pierre Cassen.

Madame la Procureur, aux ordres de la Dilcra, et d’une clique politique idéologisée, veut un remake de « chronique d’une mort annoncée », mais pas pour une histoire d’amour cette fois, mais pour une histoire de haine, d’idéologie, de bêtise et de soumission…

Madame le Procureur, la Dilcra, la meute de charognards idéologisés dans le pseudo anti-racisme de pacotille veulent eux aussi leur Kevin Créan, ce jeune anglais condamné à 12 mois de prison ferme pour avoir mis une simple tranche de bacon sur la poignée de porte d’entrée d’une mosquée, et qui n’en est jamais ressorti.

http://ripostelaique.com/kevin-crehan ... mbon-sur-une-mosquee.html

En France, on n’aura même pas besoin de passage à l’acte. La simple pensée suffira…

En effet, imaginons, et ce n’est hélas plus une hypothèse d’école, que Pierre Cassen soit :
1) reconnu contre toute évidence juridique et factuelle, comme directeur de publication,
2) qu’il soit vraiment condamné à de la prison avec du sursis, et
3) que tout de suite après, dans foulée, la meute des hyènes et autres charognards de l’antiracisme de pacotille, le poursuivent à nouveau, sur ordre du Préfet Clavreul et le condamnent à nouveau : Pierre Cassen devrait alors aller en prison…

Et avec qui sera-t-il en prison ? Devinez.

Ne vous bouchez pas le nez, faites un effort d’imagination, en imaginant que c’est un quizz…

  • Y a-t-il, d’après vous, dans les prisons françaises, une part significative de personnes adeptes de « la religion d’amour de tolérance et de paix » ?
  • Pensez-vous que ces mêmes personnes qui se retrouvent entre elles, s’assagissent durant leur séjour en prison, ou plutôt qu’elles se radicalisent ?
  • Croyez vous que la prison les amènerait à s’affranchir, et à se retenir contre un ennemi déclaré de l’Islam ?

Ce réquisitoire signifie de facto, que Madame la Procureur a lâchement demandé la mort programmée et par procuration de Pierre Cassen…

Cette demande à l’encontre de Pierre Cassen, ce n’est plus un réquisitoire, c’est un appel au meurtre, c’est un contrat sur sa tête…

La Dilcra joue le rôle du parrain et comme dans les familles ou sociétés mafieuses, il y a une multitude de petites mains pour exécuter, chacun à son échelon les basses œuvres du parrain…

Chacun jouera son rôle… les faux gentils mais vrais crapules dites anti-racistes poursuivront, la procureur et les juges condamneront, les assassins assassineront, comme dernier maillon de la chaîne pour exécuter une proie innocente qu’on leur aura livrée sur un plateau.

Il y a là toute la mécanique implacable, d’une exécution à mort, organisée avec un soin minutieux, un cynisme absolu, et exécutée par les mafieux islamisés que l’on trouve dans les prisons… mais aussi par toutes les petites mains, tous les petits rouages de la mafia antiraciste, sans qui rien n’est possible.

Ah, ils pourront dire, la bouche en cœur, des trémolos dans la voix, avec une hypocrisie sans borne « mais on ne voulait pas ça ? », « nous ne sommes pour rien dans ce ‘drame’ , nous n’avons fait qu’appliquer la loi et demandé justice… ». « Nous avons fait notre devoir » « faut il s’arrêter de poursuivre ceux qui enfreignent la loi, au motif que la prison c’est dangereux ? » Ils oseront tout ! Voire, même, ils ne diront rien, se réfugiant dans le mépris et le cynisme le plus répugnant…

Mais Pierre Cassen sera mort, et je ne doute pas que dans quelques foyers, dans certains sièges associatifs, dans des cabinets noirs, et probablement dans certains cabinets d’Avocats, on sablera le champagne…

Les islamistes eux, feront une prière en disant que Allah est toujours le plus grand, et que cela montre pour l’exemple le sort que subiront tous ceux qui s’opposent à lui… en se demandant encore, comment leurs soutiens de fait dans ce processus peuvent être aussi cons… un cadeau d’Allah probablement…

Bref, pour jouer la pièce de la destruction de la France, chacun sera dans son rôle.

Il faudra alors prendre le maquis.

Albert Nollet


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/03/2017 16:13
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Cabinet noir contre RL ? 1 plainte sous Sarkozy, 42 plaintes sous Hollande, 0 plainte en Suisse
#24

Cazeneuve et les magistrats contre Riposte Laique et Résistance Républicaine

Les animateurs les plus connus de notre mouvance, Pierre Cassen et Christine Tasin, ont tous deux prononcé le mot « cabinet noir » pour expliquer le harcèlement judiciaire dont ils étaient l’objet, depuis plusieurs années, de la part du pouvoir socialiste.

Notre fondateur avait utilisé l’expression quand il avait décrit à nos lecteurs les attaques dont il était l’objet de la part de Gilles Clavreul, préfet socialiste mis à la tête de la Dilcra par son copain Manuel Valls.


https://www.youtube.com/watch?v=-AA9QV31oMc

Par le plus grand des hasards, François Fillon, au lendemain d’un procès où les antiracistes ont osé demander 21.000 euros contre Pierre Cassen, et le procureur 6 mois de prison, assorti cette fois de sursis – présenté comme un dernier avertissement, pour inciter notre fondateur à arrêter ses activités – a parlé, lui aussi, de cabinet noir.

Sur le plateau de LCI, curieusement, une des trois auteurs du brûlot « Bienvenue Place Beauvau, Olivia Recasens, joue sur les mots pour nier l’existence d’un cabinet noir à l’Elysée. Le journaliste François d’Orcival, se livrant à une lecture précise de ses écrits, n’a aucun mal à lui prouver que ce cabinet s’est d’abord occupé de Sarkozy, puis de Valls, puis de Fillon.



https://www.youtube.com/watch?v=iwne-pjmJVY

Dans un autre registre, Valérie Pécresse accuse ce cabinet noir d’avoir organisé des fuites en direction de la presse, et fait ordonner une perquisition chez elle. Le prétexte : son fils a été arrêté avec 4 grammes de cannabis sur lui, ce qui est un délit qu’elle reconnaît.

http://www.francetvinfo.fr/politique/ ... -de-cannabis_2115445.html

Mais la suite est plus étrange : 7 heures d’interrogatoire, fuite immédiate organisée en direction de la presse, et perquisition chez elle, bien que le-dit fils n’habite plus chez sa mère. Et Pécresse cite des noms, et explique que Hollande, Valls, Cazeneuve et Bartolone doivent rendre des comptes.

Cela commence tout de même faire beaucoup. Lors de son procès, Pierre Cassen a donné quelques chiffres à la présidente de la 17e Chambre, Fabienne Siredey-Garnier. Pendant les 5 années où il a exercé, en toute clarté, la présidence de Riposte Laïque, il n’y a eu qu’une plainte contre le site RL et contre lui, comme directeur de publication. Il a ajouté qu’il avait trouvé sa lourde condamnation, ainsi que celle de l’apostat de l’islam, Pascal Hilout scandaleuse. Il a établi ensuite une parallèle avec le sort subi par nos amis suisses, depuis qu’ils pilotent Riposte Laïque : 42 plaintes en France, 0 plainte en Suisse ! Et pourtant, la Confédération helvétique est une démocratie, avec des juges, des associations dites antiracistes, des associations musulmanes fort actives. Ainsi, l’avocat de nos amis suisses, Jean-Luc Addor, par ailleurs député UDC, sera-t-il poursuivi, et jugé, par les tribunaux, suite à une plainte de l’ineffable converti Blancho, que Pierre avait affronté à Montreux, en 2013, lors de son débat contre Hani Ramadan.

Pierre Cassen, Christine Tasin et Riposte Laïque ont-ils été victimes d’un cabinet noir, depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir ? Tout le laisse penser, à travers les faits que nous allons énumérer.

A lire aussi :

Dictature socialiste - Ils en rêvent : 2017 pourrait être la dernière année de Riposte Laïque   (24 articles)
Hollande : "je suis dans un travail de démolition"
« Cabinet noir » : plus grave qu’on ne peut l’imaginer ?
À l’Élysée, un cabinet noir nauséabond ?
L’imposture des sondages : l’opinion publique manipulée
Hollande abandonne Hamon, il votera Macron qui a d’ailleurs le même programme que lui
Xavier Raufer : Une partie de la gauche est dans le déni et la trahison la plus épouvantable !
Magouilles UMPS : Maintenant Bruno Le Roux. La liste des mafieux UE-UMPS s'allonge (3 articles)

Cazeneuve collabo 1940

Cazeneuve arrive place Beauvau en avril 2014. Curieusement, le Parquet demande une enquête sur le fonctionnement de Riposte Laïque, en 2015, quand la présidence du site est assurée par Khadija Ait M’Barek, d’origine marocaine, vivant en Thaïlande. Qu’est-ce qui a motivé cette enquête, alors que Riposte laïque continuait, comme il le faisait depuis 2007 sous la direction de Pierre, et ensuite en 2012 sous celle de nos amis suisses, le même travail d’information de nos compatriotes, et de tous nos lecteurs de pays francophones, sur la réalité de l’islam, et son incompatibilité avec notre civilisation ?

Pierre et Christine auraient-ils été mis sur écoute, à la demande de Cazeneuve, qui n’a jamais rien su refuser aux associations musulmanes, et dont l’entourage nous a fait savoir qu’il vivait très mal les dessins de Ri7, et le surnom de R2D2 que notre site lui avait attribué. Les enquêteurs auraient-ils été convaincus, suite à leurs écoutes (illégales) qu’ils avaient les moyens de coincer Pierre ?

Toujours est-il qu’à partir de ce moment, qui correspond à l’arrivée de Cazeneuve comme premier flic de France (dans la hiérarchie, pas dans les compétences), les choses s’accélèrent.

Ri7boucaultincompetent

D’abord Boucault, son pathétique préfet de Paris, dépose plainte contre Josiane Filio (et Richard Roudier, chef Identitaire de la Ligue du Midi). La « faute » de notre amie ? Avoir qualifié le préfet, régulièrement brocardé par la droite, d’incompétent. Il se trouvera, en premier jugement, des juges pour condamner Josiane et Richard, qui seront finalement victorieux en appel, suite à une remarquable plaidoirie de Nicolas Gardères. Coût de l’opération pour RL : près de 3000 euros !

C’est ensuite que les policiers de la BRDP multiplient les convocations de Pierre Cassen rue du Château-des-Rentiers. Au début, notre fondateur a accepté de répondre à toutes les questions, venant notamment à chaque fois avec le PV du verdict du tribunal de Grande Instance de Versailles, désavouant, en mars 2013, un machiniste de la RATP qui avait déposé plainte contre lui, en tant que directeur de publication. Et puis, devant la multiplication de ces convocations, Pierre a choisi, comme la loi le lui autorise, de garder le silence, venant à chaque fois avec une photocopie du jugement de Versailles.

Dans le même temps, les plaintes se sont accumulées, l’exemple venant de très haut : Bernard Cazeneuve (d’où notre certitude qu’il est impliqué dans le cabinet noir) a déposé quatre plaintes contre notre site. C’est quelques semaines après la nomination de R2D2, presque en même temps que la grotesque plainte de Boucault, qu’Anne Hidalgo déposera à son tour une plainte ahurissante contre Ri7, pour le dessin que tous les sites de réinformation connaissent à présent. Et, ne reculant devant rien, le maire de Paris déposera, après « Je suis Charlie » trois nouvelles plaintes contre notre dessinatrice, que les juges insisteront pour entendre à plusieurs reprises, malgré son éloignement. Les auto-colleurs se régaleront, dans les rues de Paris…

Hidalgo auto croule barbe

Outre Boucault, un autre obligé de Cazeneuve déposera plainte contre Riposte Laïque, le chef des flics parisiens, Jacques Méric, qui n’a pas supporté qu’un vrai policier, Géronimo, lui dise son fait en termes assez vifs.

Et pour ne pas être en reste, le patron du Monde, Pierre Bergé, s’est senti obligé, lui aussi, d’y aller de sa plainte contre RL.

Il suffit ensuite, sur ce récapitulatif de toutes les plaintes déposées contre nous, de voir la proximité politique avec le pouvoir socialiste pour que le doute ne soit plus permis : préfets, journalistes, élus de gauche, associations musulmanes…

http://ripostelaique.com/article-choc ... nt-42-sous-la-gauche.html

Ajoutez à cela la création de la Dilcra, dirigée par un copain de Valls-Cazeneuve, franc-maçon comme eux, Clavreul. Et comme nombre de policiers et de juges… C’est lui l’homme qui porte plainte, nominativement, contre Pierre Cassen. Il a décidé que notre fondateur était le vrai responsable de publication à Riposte Laïque, et, comme il n’a pas apprécié un article lui taillant un costard, il n’a pas hésité à demander à notre fondateur 30.000 euros, rien de moins ! Soit, sur deux affaires, 50.000 euros qui lui sont demandés !

http://ripostelaique.com/clavreul-nos ... -mais-cest-pas-assez.html

Et c’est encore Clavreul, comme aux heures les plus sombres de notre Histoire, qui a fait un « signalement » au Procureur contre les deux articles de Maxime Lepante, qui ont valu à Pierre Cassen d’être convoqué devant la 17e Chambre, et d’expliquer qu’il n’était plus responsable du site depuis bientôt cinq ans.

Que dire de certaines plaintes du Parquet, qui font passer nos magistrats pour les descendants des sinistres Vichinsky-Beria ? Par exemple, celle déposée contre Paul Le Poulpe, qui, bien que ne citant aucun nom, interpelait les préfets socialistes qui imposaient des clandestins dans nos villages ? Procès à venir !

http://ripostelaique.com/prefet-socia ... r-ainsi-les-francais.html

Autre fait curieux, qui a provoque une grande colère de notre avocat, Maître Pichon : il a constaté, sur différents dossiers concernant Riposte Laïque, qu’au niveau policier, des fuites importantes avaient eu lieu, et que des informations qui n’auraient du se retrouver que dans un seul dossier avait circulé abondamment. Cela s’appelle, selon notre avocat, un viol caractérisé du secret de l’enquête.

Dernière pièce, l’extrême diligence du Parquet de Paris à instruire les plaintes contre Riposte Laïque, mais à classer sans suite, par exemple, une plainte de Christine Tasin contre le journaliste islamo-collabo Askolovitch, qui avait gravement diffamé la présidente de Résistance républicaine sur RTL. Outre des plaintes ahurissantes instruites, nous sommes obligés de constater que François Fillon avait raison de s’étonner de la rapidité de certaines procédures. Alors qu’en temps normal, une plainte devant la 17e chambre met entre 18 mois et 2 ans pour être jugée, Christine et Pierre se sont retrouvés devant ce tribunal au bout de 7 à 8 mois, ce qui laisse pantois nombre d’avocats de nos amis.

Bien sûr, nous n’avons pas la prétention de penser que Pierre et Christine sont aussi importants que des personnes comme Sarkozy, Fillon ou Pécresse. Mais nos amis nous ont fait savoir, après avoir pris connaissance de différents dossiers, des milliers d’heures de travail qui ont été demandés à des policiers (parfois complaisants) ou à des magistrats (parfois complices) pour multiplier les recherches et tout faire pour les faire confondre.

La connivence entre le Parquet de Paris (sous le contrôle du gouvernement) et les associations dites antiracistes est aveuglante, à chaque procès qui se déroule devant la 17e Chambre. Le fait que, de manière ridicule, digne d’un pays totalitaire, les antiracistes aient osé demandé 20.000 euros de dommages et intérêts à Pierre, pour le faire taire (ce qui fut expliqué clairement), et que le procureur (dont nous aimerions avoir le nom) ait, au nom d’un dernier avertissement donné à notre fondateur, requis 6 mois de prison, même avec sursis, contre lui, montre les objectifs de ce cabinet noir.

Car les chiffres sont clairs : de 2007 à 2012, sous la droite, une seule plainte déposée contre Riposte Laïque, par la clique antiraciste. Depuis 2012, où notre site est sous la responsabilité de la Suisse, aucune plainte n’a été déposée chez nos amis helvétiques. Depuis l’arrivée de Cazeneuve place Beauvau, en avril 2014, près d’une trentaine de plaintes ont été téléguidées contre RL, notre fondateur a été perquisitionné, Alain Jean-Mairet a été condamné, sur plainte de la Licra, bien que répondant du droit suisse. Et RL a été incroyablement condamné par la vice-présidente du TGI de Paris, Caroline Kunhmunch, ancienne collaboratrice de Christiane Taubira, sur l’affaire des caissières voilées, alors qu’H et M avait déposé plainte contre les éditions Riposte Laïque ! Sans parler de l’acharnement judiciaire contre Christine, Renaud Camus, Eric Zemmour, Robert Ménard et même Georges Bensoussan. Cela fait vraiment beaucoup…

Les choses sont donc claires, et la sortie du livre « Bienvenue Place Beauvau », le confirme. Nous avons été victimes d’un cabinet noir, monté par le régime socialiste et ses plus hauts ministres, pour mettre hors de combat, par tous les moyens, les fers de lance de la résistance à l’islamisation de nos pays. Les islamistes veulent imposer la charia, et interdire, comme au Canada, toute critique de l’islam. Et comme ils arrosent toute la classe politique française traditionnelle, nos dirigeants n’ont rien à leur refuser.

Deux solutions : soit Macron, candidat de l’invasion migratoire, des musulmans, des Algériens, des socialistes, des centristes et de la finance, gagne, et cela va s’aggraver. Soit Fillon gagne, et ce mollasson ne va pas changer grand chose. Soit Marine gagne, et on peut espérer quelque chose…

Aux Français de décider, mais à nous d’utiliser au mieux les derniers jours de la campagne, et surtout l’affrontement qui s’annonce, pour le deuxième tour décisif pour notre avenir, mais surtout celui de la France.

Cyrano


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 27/03/2017 06:18
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !