Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Hollande : "je suis dans un travail de démolition" [Actualité en France]




« 1 ... 51 52 53 (54) 55 56 57 ... 59 »

Re : Hollande : "je suis dans un travail de démolition"

François Hollande - "Je suis dans un travail de démolition"

Vous êtes d'accord. Partagez !


Samedi dernier, François Hollande a défini très simplement ce qu'il fait de notre Nation depuis son élection.
Blague ou pas, cette phrase raisonne terriblement dans nos oreilles.

A lire aussi :

À l’Élysée, un cabinet noir nauséabond ?
L’imposture des sondages : l’opinion publique manipulée
Xavier Raufer : Une partie de la gauche est dans le déni et la trahison la plus épouvantable !
Macron : en marche pour le pognon ! (179 articles)
Fillon : candidat de l'ultra libéralisme, de l'invasion migratoire, de la dette publique, du chômage (102 articles)

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (178 articles)
Campagne Présidentielle 2017 de Marine Le Pen " Au nom du Peuple" - Front National patriote (101 articles)

 François Hollandea méthodiquement mis en place, pendant 5 années, les leviers qui permettent de déstructurer notre société.
- La famille. En taxant toujours davantage les classes moyennes et en touchant aux APL. Les retraités non plus n'ont pas été épargnés.
- Le travail. Depuis 2012, le nombre de chômeurs s'est accrue fortement alors que ce chiffre baisse dans tous les pays d'Europe.
- La sécurité. Des manquements graves à la sécurité publique et la mise en place tardive de l'état d'urgence n'ont pas empêché un bilan catastrophique et un Pays tout entier qui vit quotidiennement avec la peur au ventre.
- Une souveraineté davantage affaiblie. François Hollande hérite d’une dette de 1869,1 milliards d’euros (90,2 % du PIB). Au troisième trimestre 2016, six mois avant de quitter l’Elysée, la dette a gonflé de près de 300 milliards d’euros, à 2160,4 milliards d’euros (97,6 % du PIB)

Le verbatim de la conversation devant la Basilique de Saint-Denis :
François Hollande à Valérie Pécresse : « Madame la Présidente, je suis dans un travail de démolition que je mène depuis cinq ans avec obstination... Donc, euh... Laissez-moi faire ! »
- Réponse de Valérie Pécresse : « Je vous fais confiance. »

Source

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/03/2017 15:16
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Oui, le cabinet noir existe !

Oui, le cabinet noir de l'Elysée existe !

Fillon a mis sur la place publique ce qui n’est plus un secret pour personne : le pouvoir socialiste utilise l’appareil d’État pour détruire ses adversaires politiques. Revoilà posée la question du “Cabinet Noir de l’Élysée” dont Hollande et  la Gauche nient l’existence.

A lire aussi :

Macron : en marche pour le pognon ! (188 articles)
Fillon : candidat de l'ultra libéralisme, de l'invasion migratoire, de la dette publique, du chômage (104 articles)
Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire  (34 articles)
À l’Élysée, un cabinet noir nauséabond ?
Pour Hollande, le programme de Macron serait un «copier-coller» du sien en 2012
Hollande : "je suis dans un travail de démolition"
L’imposture des sondages : l’opinion publique manipulée
Xavier Raufer : Une partie de la gauche est dans le déni et la trahison la plus épouvantable !

Quinquennat Hollande : 5 ministres démissionnés, 10 ministres en délicatesse avec la justice…
Magouilles UMPS : Maintenant Bruno Le Roux. La liste des mafieux UE-UMPS s'allonge (3 articles)

Des “cabinets noirs”, beaucoup de gouvernements républicains en ont eu. Après tout, le renseignement sur l’état de la nation et les dangers intérieurs et extérieurs fait partie de la mission du ministre de l’Intérieur et il y a des services dédiés à cette activité. Le cabinet noir, lui, est toujours secret, c’est-à-dire qu’il n’apparaît pas dans l’organigramme ni le budget de l’Élysée ou du ministère de l’Intérieur qui est l’endroit le plus logique pour le domicilier. Il doit être secret parce qu’il traite les sujets “hors-la-loi”, tels que protéger les secrets personnels du Président. Chez Mitterrand, c’était François de Grossouvre * qui avait la mission de protéger l’anonymat des maitresses, et Christian Prouteau celui de sa fille Mazarine. On le sait parce que François de Grossouvre a été suicidé, ce qui a provoqué une enquête, confidentielle cela va de soi, et Prouteau a été jugé en 2005 avec une douzaine de ceux qui travaillaient avec lui dont sept ont été condamnés.

Le dernier mort de Mitterand - Raphaelle Bacqué

François de Grossouvre devait suivre Mitterrand partout.

Avec François Hollande, c’est pire. Il se sert du cabinet noir non seulement pour protéger ses maitresses, mais aussi pour attaquer ceux qu’il considère comme ses ennemis, dans l’opposition comme dans son propre parti. Finie la présomption d’innocence, fini le secret de l’instruction, fini le respect de la vie privée, finis les droits de la défense, fini le secret professionnel de l’avocat de la défense, finie l’indépendance de la Justice… Tout est espionné, écouté, filmé, analysé et disséqué par les agents du cabinet noir de l’Élysée. Rien d’officiel bien entendu, personne ou presque n’est payé par l’Élysée qui souvent ne fait que mettre des bureaux et du matériel à leur disposition. Ils sont une centaine, dit-on, et sont détachés de ministères comme la Justice (magistrats) ou l’Intérieur (policiers), de l’Armée (hackers, informaticiens), ou d’autres administrations. Ils n’ont pas de service officiel avec un chef et celui-ci n’est pas Hollande directement, mais Jean-Pierre Jouyet, ce qui apparut quand il s’impliqua personnellement pour piéger Fillon dans un restaurant proche de l’Élysée en laissant “fuiter” à la presse que Fillon lui avait demandé d’accélérer les enquêtes sur les affaires supposées concernant Sarkozy pour tuer politiquement celui-ci, ce que Fillon nia mais en fut le dommage collatéral.

Ce cabinet noir monte des affaires de toutes pièces et savoir si Fillon ou Le Pen, ou même Bruno Le Roux, sont coupables ou non de supposés délits commis dans un cadre parfaitement légal n’a guère d’importance. La seule question qui se pose vraiment est de savoir à qui profite le crime. Le pouvoir socialiste a transformé la presse en Inquisition médiévale (ou stalinienne) où peu importe que le présumé-coupable le soit ou non, l’important est qu’il avoue et signe des aveux. Mais l’inquisition médiatique n’arrive plus à cacher la main de la Gauche derrière ce lynchage.

Alors, y a-t-il un cabinet noir de l’Élysée ? Bien sûr, n’en déplaise à la journaliste (de Gauche mais excellente par ailleurs) Sophie Coignard qui fréquente beaucoup l’Élysée et affirmait à C dans l’Air ne l’avoir jamais trouvé. Évidemment.

Comme certaines planètes extra-galactiques sont découvertes par l’analyse des perturbations d’orbites ou l’ombre qu’elles provoquent sur leur étoile, l’existence du cabinet noir de l’Élysée se déduit de l’avalanche inédite d’ennuis qui s’abat sur les opposants. Tout cela est trop articulé, trop cadencé, pour ne pas être orchestré. Et pour orchestrer, il faut quelqu’un à la baguette, Jouyet le Secrétaire Général de la Présidence, mais avec un exécutant efficace, le colonel Bio-Farina. Pour l’avocat de Castelnau (il fut mis en examen dans l’affaire de l’ex-président de PACA Jean-Noël Guérini), « Tout au long de son mandat, François Hollande a passé son temps à abîmer les institutions et saper l’autorité de l’État. À croire qu’il a décidé de complètement les détruire. C’est une situation grosse de dangers. L’opération Macron est une tentative avérée de continuer comme si de rien n’était. Dire que le télévangéliste est l’héritier en tout point de l’actuel président de la république est une évidence. Mais les méthodes utilisées pour le faire advenir [à la Présidence] à base de violations des libertés publiques et des principes républicains… [sont dangereuses pour la République] ».

Bienvenue Place Beauveau

Pas vraiment classés à Droite, trois journalistes, Didier Hassoux du Canard Enchaîné, Christophe Labbé qui a rejoint le palmipède il y a quelques mois après avoir été au Point pendant de longues années, et Olivia Recasens qui a quitté l’hebdomadaire il y a quelques semaines, ont publié une enquête nourrie aux meilleures sources. Ils racontent comment le chef de l’État se serait servi du cabinet noir pour discréditer ses concurrents à la Présidentielle de 2017. Élection à laquelle il se préparait à concourir en duel face à Nicolas Sarkozy, avant de se prendre les pieds dans le tapis et de finalement disparaître du jeu. Leur livre (Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat) prouve et même aggrave les charges pesant contre l’Élysée révélées en octobre 2013 par Valeurs Actuelles. Il faut être logique, si la Gauche dit que les enquêteurs du Canard sont excellents quand ils accablent Fillon, elle ne peut pas dire qu’ils sont mauvais quand ils enquêtent sur les crimes de Hollande, Jouyet et leur cabinet noir.

François Hollande a utilisé le ministère de l’Intérieur et ses outils de surveillance et de collecte d’informations pour servir (sans succès) un intérêt politique : sa réélection et maintenant l’élection de Macron. Il utilise aussi la presse, n’hésitant pas à faire fuiter opportunément des informations compromettantes sur ses opposants jusque dans son propre camp, comme ce fut le cas manifestement contre Manuel Valls. L’espionnage politique au sommet de l’État semble être devenu une pratique courante, tout comme les nominations au sein de l’appareil judiciaire : la procureur Houlette, le juge Tournaire, pour pouvoir mener et contrôler en permanence  les affaires politico-financières du moment. À lire les trois auteurs, les écoutes téléphoniques et la diffusion de leurs transcriptions sur des “blancs” (notes sans en-tête ni signature remises à des journalistes “amis”) se sont généralisées. La production de ces notes blanches sur la vie privée de concurrents et sur les affaires judiciaires touchant à la politique a explosé depuis 2012. Méthodiquement, chaque adversaire politique fait l’objet d’un traitement individuel avec une utilisation systématique de leviers variés : campagnes de presse, divulgations de procédures judiciaires, révélations et menaces sur la vie privée de candidats potentiels à la présidentielle. Les auteurs du livre l’affirment : « Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du Président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande. »

Elysee off

Dans l’Élysée off , Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, en 2016, confirmaient : « Oui, il y a bien un cabinet noir à l’Élysée. » Les informations collectées transitent par Jean-Pierre Jouyet, le Secrétaire Général de l’Élysée, qui les « distille ensuite au Président de la République ». Le système ne veut pas de candidat de droite à la présidentielle. Qu’il se soit appelé Sarkozy ou maintenant Fillon ou Marine Le Pen.

Fillon « a affaire aux mêmes juges [du Syndicat de la Magistrature] que Nicolas Sarkozy : Serge Tournaire, Aude Buresi ; au même service d’enquête, l’OCLCIFF (Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales) ; au même parquet, le PNF ; les journalistes qui bénéficient de la violation du secret de l’instruction pour publier leurs scoops sont aussi précisément les mêmes. La technique des “poupées russes” ou des “filets dérivants” se révèle d’une efficacité redoutable : une affaire permet d’en ouvrir une autre, et ainsi de suite. Diaboliquement efficace pour convaincre l’opinion publique de la culpabilité d’un homme politique. Mais aussi, de moins en moins discrète, c’est l’objet de cette enquête : montrer comment, depuis le sommet de l’État, sont orchestrées les cabales politiques, judiciaires et médiatiques ». 

Le Cabinet Noir de Hollande est une structure clandestine, aux ramifications complexes. Il utilise beaucoup Tracfin (le service de renseignement financier de Bercy), ministère piloté durant tout le quinquennat par Michel Sapin, un ami de quarante ans du Président. Là, cent-vingt fonctionnaires sont habilités à fourrer leur nez dans les comptes en banque de n’importe qui. Chaque semaine, le patron de Tracfin prend le chemin de l’Élysée pour assister, avec les directeurs des six autres services secrets, à la réunion organisée par le coordinateur du renseignement. Afin d’allumer la mèche d’une affaire politico-financière, il suffit que Tracfin pêche au bon endroit, remonte dans ses filets une infraction et la transmette officiellement à la justice ou la laisse fuiter à un journaliste. « Sur l’opportunité d’ouvrir une information judiciaire, des consignes sont données… mais oralement », précise un magistrat. Chaque fois, ce sont les mêmes juges d’instruction qui sont désignés pour les affaires qui intéressent le Château. Ils sont moins de cinq (dont Tournaire), dont on retrouve le nom dans tous les dossiers qui concernent Sarkozy, Fillon et Marine Le Pen. Des habitués de la méthode des poupées russes.

Mais il n’y a pas de cabinet noir, affirme l’Élysée…

L’Imprécateur

* Grand copain de jeunesse de Mitterrand à l’Action Française, François Durand de Grossouvre était fils de banquier (Banque de Salonique et Sté Générale de Beyrouth), il trouvait chaque soir une fille pour Mitterrand. Il les draguait avec sa très belle voiture, souvent de jeunes journalistes. De Grossouvre avait connu Maurras, Bousquet et Darnand, mais aussi Pierre Mendès-France à qui il présenta Mitterrand à la fin 1944. Membre du Service d’Ordre Légionnaire (SOL) de Darnand à Vichy, il réussit une fois passé dans la résistance en fin 1943 à faire croire que s’il avait fait partie du SOL, c’était pour l’infiltrer ! Après la guerre, il devint propriétaire de la Générale Sucrière et obtint la licence de fabrication Coca-Cola. Il créa L’Express avec Françoise Giroud et Jean-Jacques Servan-Schreiber. Il finançait les campagnes de Mitterrand et fut le parrain de Mazarine. En 1981 il fut nommé conseiller spécial de Mitterrand responsable des chasses présidentielles, ce qui lui permettait effectivement de chasser filles et politiques à gagner à la cause de Mitterrand. Le 7 avril 1994 vers 19:30, il est trouvé mort dans son bureau voisin de celui de Mitterrand d’une balle dans la tête du 357 mg que lui avait offert Mitterrand. Pas d’enquête balistique ! Le rapport d’autopsie précise que le corps présentait « une luxation  de l’épaule gauche et une ecchymose à la face » mais la version suicide n’est pas remise en cause par l’Élysée. Or Grossouvre était un excellent tireur et connaisseur en armes expérimenté. Un tel homme ne se luxe pas l’épaule en tirant. Le capitaine Barril (Guerres secrètes à l’Élysée) soutient la thèse de l’assassinat déguisé en suicide : des éléments étayent cette version :

  • l’absence d’enquête sérieuse, notamment auprès des personnes présentes ce soir-là à l’Élysée ;
  • la disparition de la totalité de ses notes au Président de la République, de nombreuses autres archives et surtout du manuscrit de « souvenirs » que François de Grossouvre rédigeait ;
  • la luxation de l’épaule gauche de la victime, découverte lors de l’autopsie, qui pourrait être due au fait qu’il aurait été maintenu de force lors du « suicide » ;
  • la dégradation continue des relations entre la victime et François Mitterrand rapportée par des familiers ;
  • des remarques de François de Grossouvre vers la fin de sa vie affirmant qu’il se sentait menacé : « ils vont me tuer… » ;
  • les suicides en série : Pierre Bérégovoy, le capitaine Pierre-Yves Guézou (chef des écoutes au cabinet noir de l’Élysée) ;
  • les pressions, menaces et mises en examen des enfants de Grossouvre qui effectuaient des recherches sur la mort de leur père.

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 28/03/2017 04:36
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : La Guyane s’invite dans la campagne présidentielle

La Guyane s'invite dans la campagne présidentielle

La Guyane s’invite au coeur de la campagne présidentielle. Entre chômage de masse, explosion de la violence et chaos migratoire, le département français est au bord du gouffre. Le gouvernement socialiste est pétrifié, et les candidats à l’Elysée se bouchent le nez…

Hé non, la Guyane n’est pas une île, mais cette erreur est significative… Les politiques se moquent de ce département d’outre-mer, situé en Amérique du Sud, entre le Surinam et le Brésil. Il faut dire qu’au delà de ses ressources de bois, le territoire n’est pas très accueillant. Avec un homicide par semaine, et un taux de chômage qui dépasse les 20 % … soit 1 personne sur 5, la Guyane est le territoire le plus criminogène de France.


https://www.youtube.com/watch?v=lD_NhRjfc2s

En 2016, le Ministère de l’Intérieur recensait 3 vols pour 1000 personnes… 13 fois plus que dans le reste de la France. Une insécurité qui s’ajoute à de grandes difficultés sociales… un cocktail idéal pour l’explosion d’un pays. En effet, la Guyane, à la manière de Mayotte qui subit également une très forte crise, est un territoire subissant de plein fouet les flux migratoires. Marine Le Pen a estimé qu’il fallait au moins doubler le nombre de gendarmes en Guyane pour rétablir la sécurité et endiguer cette situation catastrophique. La présidente du Front National a ajouté qu’avant tout, il fallait arrêter les pompes aspirantes de l’immigration, point clé des dysfonctionnements de la santé et de l’école.

A lire aussi :

Hollande: lâche, traitre, menteur, incapable. Il bousille la France et son peuple. Jusqu'à quand ? (161 articles)
Macron : en marche pour le pognon !   (189 articles)
Fillon : candidat de l'ultra libéralisme, de l'invasion migratoire, de la dette publique, du chômage (105 articles)
Hamon s’y croit, le pauvre (4 articles)
La terrible et criminelle "bevue" de Jean-Luc Mélenchon 
(5 articles)
Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire  (36 articles)

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (185 articles)
Campagne Présidentielle 2017 de Marine Le Pen " Au nom du Peuple" - Front National patriote   (108 articles)
Guyane : stop à l’abandon ! Marine Le Pen
Le programme de Marine Le Pen pour l'Outre-Mer
Marine Le Pen à l'Ile de la Réunion - vidéos (7 articles)
Abandonnée par l'Etat, étouffée par l'Union européenne, la pêche guyanaise ... (ENL)

Depuis plusieurs semaines, face à une situation invivable, les grèves de syndicats en tout genre s’enchainent. Des compagnies aériennes – dont Air France – ont été contraintes de cesser les liaisons pour éviter des débordements. Une grève générale a été votée par 37 syndicats réunions dans l’Union des Travailleurs Guyanais… (oui oui, il en reste), une organisation qui cumule une proximité avec la CGT et les thèses indépendantistes. Face au blocage du territoire, le premier ministre Bernard Cazeneuve a une nouvelle fois démontré l’incapacité du gouvernement à agir… en se contentant d’appeler au calme. Pourtant, la situation est grave et les risques de pénuries commencent à planer sur la Guyane. Il y a  une dizaine de jours, en déplacement à Cayenne, le ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a estimé que la situation était grave et qu’elle nécessitait des décisions politiques. Le ministre avait ajouté que les attentes des Guyanais étaient totalement justifiées. Pour autant, sa visite a été écourtée pour des raisons de sécurité après qu’elle a été chahutée lors de la 14e conférence de la  convention de Carthagène par le collectif des 500 frères, un groupe musclé et cagoulé qui réclame la fin de la violence sur le territoire.

Le collectif s’est constitué après un énième assassinat dans un quartier populaire, il y a près d’un mois. Depuis, la situation n’en finit plus de s’envenimer… dans le flou politique total. Ce lundi, face au tumulte, une mission interministérielle a été envoyée en catimini pour éviter les esclandres. Le soutien de François Fillon, François Baroin, ancien ministre de l’Outre mer, a fustigé la surdité et le mépris de ce gouvernement. De son côté, le ministre actuel, complètement inconnue avant aujourd’hui, Ericka Bareigts, considère que les conditions ne sont pas réunies pour se rendre sur place. En réalité, le territoire est en situation totalement insurrectionnelle et l’Etat n’a pas plus la main. En 2014, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan avait proposé que la France installe un camp de détention pour les djihadistes à Cayenne, en clin d’oeil aux bagnes d’antan… il a désormais fait volte-face en présentant ses excuses aux Guyanais… il est vrai qu’on imagine mal installer une zone où l’ordre règne sur le territoire…

Et le premier ministre, Bernard Cazeneuve, s’est exprimé en milieu de journée. Il a déclaré qu’une délégation de ministres se rendrait en Guyana avant la fin de semaine afin de conclure JE CITE “un pacte ambitieux”. L’ancien locataire de la Place Beauvau a toutefois précisé que le voyage ne pourrait avoir lieu que si les conditions du respect et de l’ordre républicain sont réunies. De son côté, le ministre de l’Outre mer, Ericka Bareigts, s’est dite prête à se rendre sur place pour un dialogue à visages découverts.

Loin de la Guyane, qu’il ne sait donc pas situer sur une carte, Emmanuel Macron était en déplacement dans une autre région d’Outremer, la Réunion. Dans une salle de Saint-Denis, face à une salle visiblement clairsemée( ILLU https://www.facebook.com/tvlibertes/ph ... 48302/?type=3&theater ) malgré la technique de l’équipe en marche pour enjoliver le tableau, Macron s’est adonné à une séance de questions réponses en lieu (ILLU https://twitter.com/EmmanuelMacron/sta ... a-la-reunion-2030255.html) et place d’un meeting à proprement parler… L’ancien banquier a donné son maximum pour apparaître sympathique et proche des gens, pour autant, la foule n’était pas en liesse et la communication semblait parfois difficile…

C’était pas la grosse ambiance… Un nouvel échec donc pour le candidat en Marche puisque, bien que passé inaperçu, son meeting à Dijon la semaine dernière était également un échec avec 2000 personnes au rendez-vous malgré une salle de 7000 places.  

Après ces ratés successifs, Macron peut toutefois se consoler avec le soutien sans faille du Journal du dimanche qui publiait une Une sur la sale campagne présidentielle… mettant le paquet sur le Penelope Gate et titrant allègrement sur je cite “Les amis Nazis de Le Pen”… pendant que les autres pages transpiraient tout autant d’objectivité. On y trouve une démonstration sur les liens entre Macron et Patrick Drahi, qui, malgré la présence du banquier du magnat des média dans l’équipe de Macron, n’existent pas…

Dans la rubrique Opinion, le sénateur du Rhône et ex-ministre de Fillon, Michel Mercier explique pourquoi il a rejoint le mouvement Emmanuel Macron… Vient ensuite la page “lire”, consacrée au soutien d’Emmanuel Macron… Pierre Bergé. Le numéro du JDD s’achève ensuite sur la “femme du dimanche”… avec Laurence Haïm, ancienne journaliste désormais porte-parole d’Emmanuel Macron !

De son côté, Marine Le Pen , incontestée dans son camp poursuit sa campagne. Toujours en tête des intentions de vote au premier tour, la présidente du Front National semble inarrêtable. En effet, sans avoir prévenu la presse, Marine Le Pen a rencontré la semaine dernière Vladimir Poutine, de quoi s’imposer une fois pour toute sur la scène internationale/

De retour en France, Marine Le Pen n’a pas eu de mal à se recentrer sur la politique nationale. En meeting à Lilles, dans des terres favorables au FN, la présidente du Front National a profité de sa popularité pour attaquer de plein fouet ses principaux adversaires, Emmanuel Macron et François Fillon.

Retrouvez l'actualité de la WebTV sur notre site : http://www.tvlibertes.com/
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/tvlibertes
Suivez ce lien pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tvlofficiel

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 29/03/2017 01:42
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 51 52 53 (54) 55 56 57 ... 59 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !