Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : L’oligarchie merdiatique prise en flagrant délit de plagiat ! [Actualité en France]




« 1 ... 9 10 11 (12) 13 14 15 ... 27 »

Re : L’oligarchie merdiatique prise en flagrant délit de plagiat !
#34

articles plagiés par la caste médiatique

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (34 articles)
La liste des 200 médias les plus subventionnés par l’État français (11 articles)

Une vraie petite pépite. Le site fdesouche fournit, précieuses ressources de l’internet, un aperçu des pratiques de nos sémillants journalocrates. En tapant une occurrence peu banale sur Google, tirée d’une dépêche AFP, le moteur de recherche met à disposition de l’utilisateur un panel d’articles qui reflètent bien la riche diversité de l’information circulant par les voies officielles.

http://www.fdesouche.com/835495-les-a ... e-plus-en-plus-uniformes#

On constate ici combien la lecture du Parisien, du Point, de L’Expansion (L’Express), de TV5 Monde et de la plupart des grands merdias français offre à l’internaute des points de vue divers et variés, permettant l’indispensable prise de recul par rapport à un phénomène ou un événement.

L’article de fdesouche fait écho à une étude de l’INA sur ce thème. Soucieux de préserver son image de marque, le gros poisson de la merdiasphère Libération publie une contre-attaque dont la fatuité n’a d’égal que la superficialité de l’analyse.

http://www.liberation.fr/direct/eleme ... -articles-en-ligne_60412/

Ainsi que le signale un commentateur de la publication de fdesouche, l’AFP fournit le gros (ce monsieur est très prudent avec ses 50 %) de l’information dont dispose les « rédacteurs » de brève sur internet. Lorsqu’ils n’ont pas un stagiaire sous la main, les journaux ont tendance à écourter cette tâche, peu rémunératrice ; ainsi, les prédisposés font des copier-coller en y laissant régulièrement des fautes. Signe qui ne trompe pas, on retrouve parfois les mêmes coquilles dans différents journaux.

« L’AFP », commente cet internaute, « fournit 50 % des infos au moins qui sont reprises telles quelles dans la quasi-totalité des grands médias, de droite, du centre et de gauche. Un petit tour sur Wikipédia permet de constater que cet organisme est étroitement lié à l’État, qui nomme directement trois de ses administrateurs (les autres étant les grands patrons de presse, eux-mêmes largement tenus par l’État du fait des subventions directes et indirectes perçues par les organes de presse), et qui représente un tiers du chiffre d’affaires réalisé par cet organisme du fait des commandes publiques. L’info est largement verrouillée en France, ce qui explique le classement catastrophique de notre pays pour la liberté de la presse. »

Voilà qui donne le ton. J’ajouterai, pour le côté financier, la concentration des grands groupes proches du pouvoir dans les principaux organes d’« information » français.

http://www.acrimed.org/Concentration-des-medias-2-convergences-et

Et si quelqu’un avait le moindre doute sur le classement que nous attribue reporter sans frontières (RSF), pourtant pas la plus nauséabonde des ONG :

https://rsf.org/fr/classement

http://www.atlantico.fr/pepites/liber ... ment-mondial-2671241.html

Un aspect n’est cependant pas abordé par le commentateur : l’idéologie. En effet, loin d’être des esclaves relayant à leur corps défendant l’AFPravda, la plupart des journalocrates postés dans les merdias sont intimement convaincus du bien-fondé de leur entreprise. La majorité des écoles de journalisme « reconnues par la profession » distillent un message bisounours et universaliste, exaltant la diversité et l’égalitarisme et rejetant au registre de l’immonde tout ce qui a trait à nos identité et souveraineté nationales.

Dans les rédactions, on brandit à la moindre occasion cet étau dans lequel doit impérativement s’insérer toute forme de vue sur le monde, recouvert de la douce expression de « valeurs ».

La convergence d’intérêt entre affairisme des grands groupes et idéologie de la « base militante » suffit à elle seule à expliquer la situation catastrophique de l’information dans notre pays. Une vague d’espoir est née avec l’émergence de la « réinformation » – vague qui ne faiblira pas de sitôt, étant donné l’entêtement du système officiel à défendre sa structure dans un réflexe humain de conservatisme et de panurgisme.

Lou Mantély

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/03/2017 21:03
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Mépris politique de "La voix du Nord"
#35

On est chez nous !

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (34 articles)

Une sorte de pastiche d’une chanson célèbre d’Enrico Macias décrivant les gens du nord. Qui ne se souvient pas de cette chanson, cette ode aux gens du Nord si peu respectés par cette Voix du Nord qui se vautre dans l’infamie subtile.

Après avoir présenté un événement grave, la distance du récit laisse pantois : une militante a reçu un coup au visage mercredi alors qu’elle collait des affiches près de la gare de Boulogne. Son agresseur a pris la fuite.

L’agressée n’est pas n’importe qui ! Elle est Conseillère Municipale dans la ville de Boulogne. Elle collait avec des militants des affiches pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen. C’est toute la différence avec une éventuelle agression sur des colleurs d’affiches de Mélenchon, Hamon, Fillon et autres trublions comme Macron.

Frapper une femme est indigne, dénotant une bassesse d’esprit évidente, mais qu’importe pour La Voix du Nord. Frapper une militante du Front National est probablement normal pour Cyril Mazurel, journaliste à cette Voix du Nord si étrangement basse sur cet épisode, si pitoyable sur ces faits !

Voix-Nord-FN

L’« articulet » paru dans « La Voix du Nord », indiquant l’agression contre le FN.

Sous le sous-titre Lecture Zen, (cela ne s’invente pas) l’auteur décrit la scène : « Vers 21 h 30, rue Ferdinand-Buisson, près de la gare de Boulogne, une militante a été prise à partie puis agressée par un homme qui passait en voiture. D’après le leader frontiste boulonnais, Antoine Golliot, l’individu est descendu de son véhicule et a été “insultant et menaçant”, puis il a donné un coup au visage de la militante, Liliane Pognant, conseillère municipale de Boulogne. »

Antoine Golliot assure que « la motivation » de l’agresseur prend sa source dans le collage d’affiches, décriant ainsi un geste politique.

Une motivation qui n’est pas venue à l’esprit de Cyril Mazurel qui se contente de rapporter d’une « façon zen », un acte politique consistant à l’agression d’une femme qui collait des affiches FN. Un collage d’affiches effaçant de facto l’indignation d’une agression contre une femme. Ce sexisme avéré de ce journaliste de la gauche bien pensante est patent. Reste à savoir, si son information zen aurait été de la même teneur, si cela avait été une militante socialiste !

Une plainte contre X a été déposée au commissariat de Boulogne, qui confirme que l’agression se déroule dans un contexte « lié aux élections ». Une enquête est en cours pour tenter de retrouver l’agresseur. Autrement dit, quelle importance, n’est-ce pas !

Dans la situation politique actuelle, le contexte de médias ouvertement anti-Front national, d’une justice à deux vitesses, tous les gens du Nord peuvent penser qui si cela avait concerné une jeune fille « issue des minorités », venant des « banlieues défavorisées », La Voix du Nord aurait interrogé les témoins présents, nous aurait décrit l’agresseur, surtout s’il était de type européen, grand, blond, à l’accent chti,… bref, un de ces Nordistes qui ont dans les yeux, le bleu qui manque à leurs décors et collent des affiches Bleu Marine !

PS (sic) et pour info : en novembre 2015, dans le cadre de la campagne des élections régionales, le quotidien dont les relations sont décrites comme « très tendues » avec le Front national prend ouvertement parti contre celui-ci en publiant le 11 novembre une Une tout en noir. Réagissant à une seconde Une, Marine Le Pen dénonce ce qu’elle nomme « un tract pour le Parti socialiste » qu’elle avance être la « contrepartie aux neuf millions d’euros de subventions touchés [par le quotidien] du Conseil régional socialiste » lors de la dernière mandature.


Publié le: 28/03/2017 05:17
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Face à un service public partial, à quand la révolution médiatique ?
#36

Ruquier de France 2, corrompu au système UMPS, au mondialisme

À quand la révolution populaire contre une télévision publique totalement partiale ?

À quand la révolution populaire contre une télévision publique totalement partiale ?

La semaine dernière fut un point d’orgue pour la liberté de la presse, celle qui autorise une explosive partialité sous le fanion crapoteux de la déontologie journalistique. J’avais déjà, avec mon précédent papier en contretype, fustigé le spectacle politique de Pujadas consacré à – ou plutôt monté contre – François Fillon.

Samedi soir, c’était au tour, en pire, du commando Ruquier et de ses trois invités, séides intermittents mais soigneusement choisis. Les deux permanents du tribunal inquisitorial, la vipère suffisante Vanessa Burggraff et l’affreux présomptueux Yann Moix, furent confortés par une Isabelle Saporta presque égale en véhémence brouillonne à la Angot du jeudi, et deux acteurs vedette du film récent Corporate : Lambert Wilson et Céline Sallette.

L’écrivain invité pour son livre, Du courage !, qui dénonce en particulier l’usage des pesticides usa sans réserve de « fillonicide » à l’endroit d’Hervé Mariton, le premier invité politique du soir pour défendre son candidat des Républicains. Si le célèbre acteur fut plus nuancé, sa partenaire du film afficha dans son silence toute sa moue de dégoût et, lors de ses interventions, la case politique « bien-pensante » dans laquelle elle est enfermée. Il faut dire que le film dont ils venaient faire la promotion est une diatribe contre l’entreprise qui asservit les employés et les manipule au profit des salauds d’actionnaires.

Sûr que Hamon, Arthaud, Poutou et quelques autres iront le voir pour applaudir !

Mais les attaques des petits soldats ne suffisant pas en la grave circonstance, l’animateur Ruquier s’est lui-même fortement engagé, et sans son habituel humour nasillard auto-hilarant. Bien que non salarié de la chaîne, son revenu (aux frais des contribuables français) en tant que producteur-animateur de l’émission – auquel Mariton a joliment fait allusion lors d’un débat sur les indemnités parlementaires – a dû être augmenté d’un bonus pour action civique salvatrice…

La télévision publique reçoit, chaque année, la plus grosse part du pactole de quatre milliards d’euros de la « contribution à l’audiovisuel public », communément et à juste titre nommée « redevance télé » par le citoyen de ladite classe moyenne, celui qui s’en acquitte quelle que soit sa fidélité aux programmes de France Télévisions. Certains Français en sonT dispensés, précisément ceux qui adhèrent volontiers à la doxa médiatique officielle et qui alimentent l’audience bienveillante, voire convaincue.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (36 articles)
La liste des 200 médias les plus subventionnés par l’État français (10 articles)

Le CSA, qui veille à l’égalité des temps de parole, se soucie apparemment comme d’une bille en couleur de l’équité des propos et autres commentaires propagés par les animateurs et grands prêtres des plateaux télé.

Pour les contribuables asservis mais réticents, la grève du programme ou, plus encore, le boycott de la télévision publique ne saurait suffire à bousculer la dictature de la bien-pensance. Une immense protestation « Petit écran noir » n’aurait que peu d’incidence, encore que l’audience des émissions soit régulièrement publiée lorsqu’elle est forte. Dans le cas contraire, nul n’en sait rien…

À défaut de privatiser tous les organes d’information, ce qui engendrerait probablement des effets pervers, le futur Président d’une alternance réelle devra nous libérer du totalitarisme soviéto-médiatique, en commençant par nous délivrer de l’actuelle présidente de France Télévisions. Les journalistes immuables, tels des totems des « avantages acquis », devront laisser leur place et, si leur droit à retraite dorée n’est pas encore complété au niveau convoité, se recycler dans une chaîne pseudo étrangère telle CNews, à l’instar du nécessiteux et toujours jeune Elkabbach.

Certes, les bonnes âmes retirées sur leur île déserte de Saint-Germain-des-Prés crieront au massacre de la liberté de la presse. Elles pourront toujours se replier sur les médias privés, heureusement pas encore privés de subsides et de puissants bienfaiteurs…

Henri Gizardin
Ancien pilote de chasse

Son blog.

LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE




Publié le: 28/03/2017 16:47
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 9 10 11 (12) 13 14 15 ... 27 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !