Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Comment Fillon et les autres nous arnaquent avec le « solde migratoire » [Actualité en France]




« 1 ... 32 33 34 (35) 36 37 38 39 »

Re : À l’Élysée, un cabinet noir nauséabond ?

À l’Élysée, un cabinet noir nauséabond

Cette nouvelle « révélation », bien nauséabonde, ne peut qu’ajouter au discrédit
qui touche de plus en plus la vie politique et les politiciens

François Fillon a provoqué un scandale, hier soir, sur le plateau de « L’Émission politique », en accusant François Hollande d’orchestrer des fuites à son encontre et en demandant que soit ouverte une enquête : « On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé, ce cabinet noir ! », a-t-il lancé. 

Il se fonde sur un article de Valeurs actuelles qui titre, ce vendredi, en couverture : « Écoutes, filatures, surveillance… Les dossiers noirs de l’Élysée ». Le magazine publie des extraits exclusifs du livre-enquête écrit par trois journalistes d’investigation au Canard enchaîné, intitulé Bienvenue Place Beauvau. Police : les secrets inavouables d’un quinquennat, qui doit paraître incessamment.

A lire aussi : L’imposture des sondages : l’opinion publique manipulée

Avant la fin de l’émission, l’un des auteurs a démenti catégoriquement : « On n’a jamais écrit ça […]. La seule personne qui croit qu’il y a un cabinet noir à l’Élysée c’est François Fillon. » De son côté, François Hollande a condamné, dans un communiqué, « avec la plus grande fermeté [ces] allégations mensongères », assurant qu’il n’a été informé « que par la presse » des affaires de François Fillon.

Il a de nouveau réagi ce matin sur l’antenne de Radio France : « Tout est clair ici, et ce qui n’est pas clair, c’est ce que François Fillon doit justifier auprès de la justice. […] Ma position a toujours été l’indépendance de la justice, le respect de la présomption d’innocence, et ne jamais interférer. Je crois que c’est très différent de mes prédécesseurs. »

Chacun, en fonction de ses préférences politiques – car, telles les puissances trompeuses définies par Pascal, elles peuvent altérer le jugement –, prendra le parti de l’un ou de l’autre. Essayons donc d’apporter au débat des éléments d’information qui aident à se faire l’opinion la plus objective possible.

Il est fort probable que François Fillon, en attaquant ainsi François Hollande, a voulu allumer un contre-feu. Mais cela ne signifie en aucun cas que ses affirmations soient erronées.

Les « cabinets noirs », sous différentes appellations, ont déjà existé sous la Ve République – et bien avant, dans l’Histoire. S’ils n’étaient pas nécessairement dirigés par les Présidents en personne, qui voulaient garder les mains propres, des proches s’occupaient des basses besognes.

Citons, pour mémoire, l’affaire des écoutes de l’Élysée, commandées par François Mitterrand pour éviter des révélations au sujet de sa fille naturelle. Chaque président de la République a peu ou prou fait surveiller des personnalités pour des raisons qui ne concernaient pas seulement l’intérêt de l’État. François Hollande serait-il le seul Président impeccable ?
N’a-t-il pas confié lui-même, le 17 février 2014, devant des députés socialistes : « Sarkozy, je le surveille, je sais tout ce qu’il fait » ? Vanité du personnage ou maladresse d’un Président qui ne devrait pas dire ça ?

Qu’apprend-on exactement dans l’ouvrage sur l’existence éventuelle d’un « cabinet noir » ? « Il n’est pas possible d’en apporter la preuve formelle. Comme il n’est pas possible de prouver le contraire ! », écrivent les auteurs. « Mais l’addition d’indices troubles et de témoignages étonnants interroge. » De quoi douter tout de même…

« Plusieurs observateurs bien placés dans l’appareil policier » leur ont décrit « par le menu l’existence d’une structure clandestine, aux ramifications complexes, et dont le rayon d’action ne se serait pas cantonné au seul renseignement territorial ». Nicolas Sarkozy était visé. Manuel Valls aussi. Et François Hollande ne serait pas au courant ? Qui, alors, tenait les ficelles ? Un ami qui lui veut du bien ?

Affaire à suivre. En attendant, cette nouvelle « révélation », bien nauséabonde, ne peut qu’ajouter au discrédit qui touche de plus en plus la vie politique et les politiciens.

Jean-Michel Léost
Professeur honoraire
***

A Lire aussi :

Le Cabinet noir

Question écrite de Gilbert Collard, Député du Gard

Type de question : QE

Ministère interrogé : Ministère de la justice

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le garde des sceaux, ministre de la justice sur les révélations dévoilées par un livre récemment publié : « Les secrets inavouables d’un quinquennat ».

Selon cet ouvrage, certains services de l’État seraient totalement détournés de leur mission initiale; et ce dans le seul but d’accomplir une mission d’espionnage et de basse police destinée à discréditer les adversaires de l’Élysée et du candidat manifestement favorisé par le Président sortant. Certains extraits de ces révélations ont été publiés par deux hebdomadaires sérieux, mais de sensibilités opposées (Valeurs Actuelles et Les Inrocks); sans donner lieu au moindre démenti ni droit de réponse. Les constats sont convergents : à Bercy, la cellule Tracfin serait plus préoccupée par le ciblage de personnalités d’opposition que par la lutte contre le blanchiment ou le financement du terrorisme. Mais le constat le plus accablant, non réfuté à ce jour, concerne la Chancellerie, c’est à dire votre propre administration centrale. En effet, selon là encore des informations non démenties, votre Direction des affaires criminelles et des grâces serait très impliquée dans une dérive politicienne de notre Justice. Le traitement de certaines affaires serait accéléré ou au contraire ralenti par le Directeur concerné, Monsieur Robert Gelli. Ce magistrat, dont nul n’ignore les affinités politiques et syndicales, interviendrait de façon intempestive dans certains dossiers qui lui seraient principalement révélés par un journal satyrique paraissant le mercredi. Or, ce Directeur d’administration centrale occupe actuellement un emploi discrétionnaire révocable ad nutum.

M. Gilbert Collard souhaiterait donc savoir si le Garde des sceaux a d’ores et déjà diligenté une mission d’inspection; afin qu’une personnalité aussi partiale cesse de jeter le discrédit sur l’ensemble de l’institution judiciaire.

Entre cabinet noir et pouvoir de l’ombre
Journal TV Libertés du vendredi 24 mars 2017

Plein feu sur le cabinet noir de l‘Elysée. Après avoir tourné en rond, François Fillon a décidé lors de son émission politique de désigner ceux qui ont organisé sa “tentative d’assassinat politique” : François Hollande et ses hommes de l’ombre. Une révélation qui secoue une nouvelle fois la présidentielle.


https://www.youtube.com/watch?v=3ka9T1RlXOM


Pas de cabinet noir ! Depuis le Général de Gaulle, les présidents français successifs niaient l’existence d’une cellule secrète oeuvrant dans l’ombre… Pourtant, quand en 2016, dans le livre l’Elysée OFF, Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri accréditent l’existence d’un cabinet noir sous la présidence de François Hollande, personne ne fait un communiqué pour démentir. Après des semaines dans le viseur de la justice, le candidat les Républicains a clairement pointé d’une doigt une machination des pouvoirs politique, médiatique et judiciaire. Tout viendrait du cabinet noir de François Hollande… lequel a considéré ses déclarations indignes. En dénonçant ce pouvoir à l’intérieur du pouvoir, François Fillon a réclamé qu’une enquête soit faite… Une demande passée sous silence pour donner du grain à moudre aux polémiques. Pourtant, il faut dire qu’avec les informations dont disposaient les journalistes sur les déclarations faite à la police de François Fillon, son épouse ou ses enfants, il est impossible de nier que certains oeuvrent pour sa perte. Qui tire les ficelles ? Les accusations sont désormais portées contre le sommet de l’Etat. Le magazine Valeurs Actuelles revient sur l’existence d’un cabinet noir dans son dernier numéro… Les éléments sont accablants. Selon les enquêtes, Jean-Pierre Jouyet le secrétaire général de l’Elysée, copain de promo de l’ENA du président, jouerait le rôle d’informateur et apporterait les différents éléments demandés par François Hollande sur ses ennemis… ou futurs ennemis politiques. On y apprend qu’il n’est probablement pas étranger aux affaires de Nicolas Sarkozy… En 2014, François Hollande laissait échapper au sujet de son prédécesseur à l’Elysée qu’il le surveillait et savait tout ce qu’il faisait… Dans le livre Bienvenue Place Beauvau, tout juste dans les librairies, on lit au sujet des affaires de Sarkozy je cite “que Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les rivaux du président sortant, il est difficile de ne pas voir la patte de Hollande”

On se rappelle d’ailleurs dans ce cadre que Christiane Taubira, alors Garde des Sceaux, avait nié être tenue au courant des avancées de la justice en brandissant des documents devant les journalistes… Des documents qui, contrairement à ce qu’affirmait la Guyanaise, prouvaient le contraire… Tant qu’à prendre les gens pour des truffes, autant y aller à fond…
Bref, si avec Sarkozy, les manoeuvres du pouvoir socialiste sont avérées… Tout porte à croire qu’elles existent également dans les affaires compromettant François Fillon. Au delà des faits reprochés et de leur véracité qui reste à prouver, la rapidité avec laquelle le parquet national financier -dirigé par une proche de Taubira, Eliane Houlette – s’est saisi établit les premiers doutes. D’ailleurs, on se souvient que l’homme de l’ombre, Jean-Pierre Jouyet, est celui qui a présenté Emmanuel Macron à François Hollande… L’ancien banquier Rothschild travaillait en effet avec Jouyet à l’inspection des Finances. A cela s’ajoute évidemment Gaspard Gantzer, le responsable de la communication de l’Elysée. Homme de main de François Hollande et copain de l’ENA d’Emmanuel Macron, Gaspard Gantzer avait été, selon les dires de certains journalistes, aperçu avec Michel Gaillard, le patron du Canard Enchaîné, quelques jours avant les premières révélations dans le palmipède sur l’affaire Fillon… Sans doute une coïncidence… Les documents concernant le Penelope Gate pourraient d’ailleurs émaner du ministre de l’Économie … où Emmanuel Macron a officié… Dans ce cadre, un autre énarque, Thomas Cazenave, aurait servi de messager… pour que le dossier arrive à François Hollande, lequel aurait passé le bébé à Gantzer pour que JE CITE “il en fasse bon usage”. Bref, des méthodes presque mafieuses à des fins politiques. A toute cette organisation, s’ajoute logiquement l’aide des journalistes, plus friands de scoops que d’objectivité comme l’émission politique de jeudi soir l’a encore une fois démontrée…
David Pujadas a mené une partie de l’entretien avec François Fillon de manière accusatoire. Le journaliste de France 2 a choisi ses éléments de langage pour s’adresser au candidat des Républicains. Faisant référence à la société de conseils de François Fillon, Pujadas a répété à plusieurs reprises que de l’argent avait été “empoché”… pour désigner tout simplement les facturations d’une entreprise. L’apothéose de l’émission a été atteinte quand Christine Angot, scribouillarde ex-amante de Doc Gynéco, s’est mise à apostropher François Fillon sur le terrain de la morale. Celle qui racontait dans ses livres comment son concubin rappeur tentait de la sodomiser jour et nuit s’est alors lancée dans une tirade accusatoire rapidement ridicule. Au cas où les téléspectateurs auraient eu encore des doutes, Angot a ensuite lancé à son interlocuteur qu’il ne s’agissait pas d’un débat… aussi aurait-elle pu ajouter qu’elle n’était là que pour vociférer… Après de lourdes et pesantes minutes, le public a fini par se plaindre de la tirade et l’androgyne hystérique a finalement quitté le plateau… indiquant que les journalistes l’avaient invitée pour qu’elle dise à François Fillon ce qu’eux ne peuvent dire… Une conclusion significative !

L’émission en tant que telle a donc été considérablement polluée. Le fond de l’intervention du candidat de la droite est minoré. Comme lors du débat, Fillon aura été en retrait dans la première partie de l’émission où les coups pleuvaient plus que les questions. Le passage consacré à l’économie lui a donné l’occasion de s’exprimer plus objectivement sur son programme. Le candidat est toutefois apparu hésitant sur les questions relatives à l’immigration. Le maire FN d’Hénin Beaumont a rappelé le nombre d’immigrés entrés en France lors du quinquennat Sarkozy… François Fillon a donc rappelé qu’il souhaitait mettre en place des quotas pour réduire l’immigration – ce qu’il considère être une nouveauté – et qu’il fallait également améliorer les conditions de traitement des demandes sur le droit d’asile.

François Fillon a également évoqué le pouvoir d’achat des Français en rappelant qu’il souhaitait augmenter la TVA et baisser les charges sociales. Le candidat les Républicains a également affirmé vouloir mettre tout en oeuvre pour faire baisser le chômage… Face à un professeur militante de Jean-Luc Mélenchon, Fillon est revenu sur l’importance de revoir l’enseignement de l’histoire de France, trop idéologisé selon lui. Il s’agira non pas de l’idéaliser, comme le dénonçait son intervenante, mais de l’apprendre dans son intégralité. Gageons que dans quelques siècles, on écrira la vérité sur le cabinet noir de François Hollande dans les manuels scolaires.


Le bras droit d’Emmanuel Macron soutient le boycott d’Israël. Selon les informations exclusives de Breizh-info, Richard Ferrand, conseiller régional en Bretagne mais surtout secrétaire général du mouvement en Marche a utilisé une partie de sa réserve parlementaire pour l’antenne bretonne de l’association France-Palestine Solidarité… une association oeuvrant pour l’amitié entre les peuples français et palestinien et l’établissement de la paix juste et durable au Proche-Orient, fondée sur la reconnaissance des droits du peuple palestinien. Problème : les méthodes de l’association. En effet, France-Palestine défend le boycott d’Israël… une disposition totalement illégale en France. Malgré les différents jugements, l’association en partie soutenue par le bras droit de Macron poursuit ses actions en faveur du boycott… Pourtant, l’ancien Ministre de l’Economie s’était exprimée sur ces pratiques, considérant qu’il n’y avait pas à revenir sur leur illégalité. Ces positions sont donc étonnantes pour Emmanuel Macron… sauf si le but est d’engager une stratégie électoraliste dans les banlieues, où la cause palestinienne est plutôt porteuse… tout comme le fait de qualifier la colonisation en Algérie de “crime contre l’humanité”…

Il y a toutefois un français qui n’est pas dupe de toutes ses manoeuvres… David Van Hemelryck. Il s’était fait connaître avec son slogan “Hollande Dégage” et alors que son voeu est en passe d’être exaucé, son combat continue… avec le poulain de l’Elysée… Emmanuel Macron. Après avoir traqué le président de la République partout, David Van Hemelryck compte bien se faire entendre et faire le maximum pour dévoiler la face cachée de l’ancien banquier Rothschild.

De son côté, Marine le Pen se taille un costume présidentiel en Russie. Pour la première fois, Vladimir Poutine a reçu officiellement la présidente du Front National au Kremlin.  Lors de l’entretien – qui ne figurait dans aucun des agendas – Marine le Pen a rappelé sa volonté de coopérer avec la Russie. La présidente du Front national a affirmé qu’en cas de victoire à la présidentielle, l’une de ses premières tâches consisterait à remettre en cause les sanctions prises à l’égard de la Russie depuis le conflit ukrainien.

Vladimir Poutine s’est dit ravi de la rencontre, considérant que Marine Le Pen était un partenaire à part entière dont le courant politique prenait de plus en plus d’ampleur en France. Vladimir Poutine a également expliqué qu’il se réservait le droit de communiquer avec les différents candidats à la présidentielle française, tout en assurant que la Russie ne voulait pas influencer la campagne présidentielle… comme pour répondre aux attaques à venir. Rappelons que, peu de temps après l’élection de Donald Trump, des voix démocrates s’étaient élevées pour dénoncer l’hypothétique action de la Russie dans la campagne américaine.

Marine Le Pen a également pris part aux travaux de la commission des affaires étrangères de la Douma sur la lutte contre le terrorisme. La présidente du Front National a, à cette occasion, félicité la Russie pour son action en Syrie.

Retrouvez l'actualité de la WebTV sur notre site : http://www.tvlibertes.com/
Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/tvlibertes
Suivez ce lien pour nous suivre sur Twitter : https://twitter.com/tvlofficiel


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/03/2017 14:56
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Comment Fillon et les autres nous arnaquent avec le « solde migratoire »

Mensonges et enfumage caste UMPS sur l'invasion migratoire

La manipulation de François Fillon et du Figaro
sur le « solde migratoire » 
26/03/2017

Lors de L’Emission Politique hier, François Fillon a été interpellé par le maire FN d’Henin-Beaumont sur l’immigration. Pour tenter d’alléger son bilan d’environ 200 000 titres longs séjours délivrés chaque année sous le quinquennat de son gouvernement, François Fillon a rétorqué qu’il faut mieux prendre le chiffre du solde migratoire de 140.000. L’auditeur moyen se trouvait peut-être rassuré, sans savoir que les émigrations retranchées concernent surtout les natifs français diplômés cherchant du travail à l’étranger. Le Figaro a sauté sur l’occasion pour faire un procès en falsification de chiffres envers Steve Briois.

Dans son livre « Assimilation, la fin du modèle français » (éditions du Toucan, 2013) la directrice de recherche à l’Institut national d’étude démographique (INED), organisme d’état, Michèle Tribalat, fait litière de cet artifice utilisé pour tenter de camoufler l’immigration massive. Après un chapitre technique rempli de chiffres officiels, elle conclut :

Malgré l’imbroglio qui caractérise la statistique sur l’immigration étrangère en France, ses difficultés d’ajustement aux évolutions et les freins mis à l’exploitation la plus judicieuse possible d’un appareil statistique très déficient, il semble que, comme dans d’autre pays européens, le solde migratoire global combine un solde négatif des natifs ou des nationaux et un solde positif des immigrés ou des étrangers. C’est pourquoi il apparaît si faible en France. Toute argumentation fondée sur le solde migratoire global- estimé par l’Insee comme un résidu de l’équation démographique annuelle- pour relativiser l’importance de l’immigration étrangère est donc irrecevable. Sa pratique est néanmoins courante comme on va le voir dans le prochain chapitre » (page 51)

Ce qui est étonnant, c’est que Le Figaro défend l’utilisation du solde migratoire… alors qu’il invite très souvent la démographe Michèle Tribalat dans ses colonnes en lui reconnaissant son expertise ! Ou comment se prendre les pieds dans le tapis.

Mais plus gênant encore pour François Fillon, Claude Guéant, son propre ministre de l’Intérieur, parlait lui aussi des 200 000 titres longs séjours sans utiliser ce solde trompeur, pour évoquer le caractère massif de l’immigration :

VIDEO : L’immigration annuelle de la taille d’une ville comme Rennes (sur BFMtv – Bourdin) ; invité Claude Guéant, son propre ministre de l’Intérieur du gouvernement Fillon



https://www.youtube.com/watch?v=ubSGpJGDam4.

Il est évident que les étrangers extra-européens, une fois ayant obtenu le précieux sésame du titre de séjour automatiquement renouvelable tous les dix ans, ouvrant le droit à la panoplie d’aides (RSA, Allocations, scolarité, CMU…) n’ont nullement envie de retourner dans leurs pays d’origine en crise (Maroc, Algérie, Tunisie, Turquie etc.).

Pour en savoir plus sur le bilan migratoire du précédent gouvernement de droite, télécharger le dossier complet Bilan migratoire gouvernemental 2002-2012 de l’Observatoire de l’islamisation https://app.box.com/files/0/f/0/1/f_1747878040 

ARTICLE : La manipulation de François Fillon et du Figaro sur le « solde migratoire »
AUTEUR : Michel Janva – (Salon Beige)

Observatoire de l’islamisation.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 27/03/2017 18:38
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Penelope Fillon inculpée pour recel d'escroquerie aggravée et de détournement de fonds publics

Penelope Fillon inculpée pour recel d'escroquerie aggravée et de détournement de fonds publics

Après son mari le 14 mars dernier,
c'est au tour de Penelope Fillon d'être mise en examen

L'épouse du candidat François Fillon a été mise en examen après son audition par les juges d'instruction, qui la suspectent d'avoir été bénéficiaire d'un emploi fictif en tant qu'assistante parlementaire de son mari.

Ce 28 mars au soir, Penelope Fillon a été mise en examen à l'issue de son audition par les juges d'instruction qui enquêtent sur ses possibles emplois fictifs à l'Assemblée nationale et à La Revue des deux mondes, a-t-on appris de source judiciaire.

A lire aussi :

Macron : en marche pour le pognon ! (189 articles)
Attendu au Croisic, François Fillon change de train et sème les casseroles des manifestants
«Probable que je sois sur écoute» : Fillon en remet une couche sur le «cabinet noir» de Hollande

L'épouse du candidat de la droite à la présidentielle François Fillon a été inculpée pour «complicité et recel de détournement de fonds publics», mais également pour «complicité et recel d'abus de biens sociaux» et «recel d'escroquerie aggravée», a précisé la source. Il s'agit de la troisième mise en examen dans cette enquête après celles de François Fillon et de son ancien suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud. 

Penelope Fillon est soupçonnée d'avoir bénéficié de plusieurs emplois fictifs entre 1983 et 2013, à l'Assemblée nationale en tant qu'assistante parlementaire de François Fillon, mais aussi à la Revue des Deux Mondes, dont le propriétaire, Marc Ladreit de Lacharrière, est un proche du candidat.

La semaine dernière, en plus des soupçons d'emplois fictifs, plusieurs chefs d'accusation ont été ajoutés au dossier par les juges d’instruction au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris : «escroquerie» et «faux et usage de faux». Ceux-ci sont liés aux déclarations d'heures travaillées qui ne correspondraient pas aux règles comptables en vigueur au moment des faits.

Quant à François Fillon, il a été mis en examen le 14 mars - une première pour un candidat majeur à l'Elysée. Il est accusé de détournement de fonds publics, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 29/03/2017 00:02
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !