Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Pujadas va-t-il montrer à la France entière ce salut nazi de Taubira ? [Actualité en France]




« 1 ... 10 11 12 (13) 14 15 16 ... 27 »

Re : Les méthodes de voyous de Pujadas, symbole des écuries médiatiques d’Augias
#37

Pujadas salut nazi

L’arrogant David Pujadas a encore fait des siennes, ce mardi 28 mars 2017, en recevant Marine Le Pen dans son émission L’Entretien politique. Par chance, le ridicule ne tue pas, car le présentateur de France 2 a eu plus que sa part ce soir-là.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire  (37 articles)
David Pujadas se ridiculise en tentant de piéger Marine Le Pen
France2 : Mission accomplie, Marine a eu réponse à tout 
Marine Le Pen sur FR 2 - "Des paroles et des actes". Déjà des magouilles de FR2 et de l'UMPS (8 articles)
France 2 en passe de battre le record de la désinformation
France 2 : télé de merde !
Pourquoi Pujadas préfère-t-il parler du cheval que du colibacille halal qui tue ?
David Pujadas, avez-vous au moins lu le coran ?

Dès le début, le ton était donné. Au lieu d’interroger son invitée sur la situation déplorable de la Guyane, sinistrée, abandonnée à la délinquance et l’immigration sauvage, Pujadas lui a demandé ce qu’elle pensait des déclarations du gouvernement, qui acceptait de négocier mais pas « avec des gens qui portent une cagoule ». Il espérait sans doute une démonstration autoritariste outrancière à exploiter ultérieurement, mais Marine, qui connaissait bien son sujet, ne s’est pas laissé prendre dans les filets de ce pêcheur de scandales, se focalisant plutôt sur le « fond du sujet » : « On est confronté à une révolte de nos compatriotes guyanais qui n’en peuvent plus parce qu’ils vivent une situation qui est insupportable […] Et ils ont raison de le faire. » Quant aux fameuses cagoules portées par les 500 Frères, Marine ne s’en est pas inquiétée, convaincue qu’ils les retireraient, démontrant que derrière il y avait des hommes fatigués de subir l’injustice en silence.


https://www.youtube.com/watch?v=28qsMG_BO5I

Pujadas, qui ne s’avoue jamais vaincu, a ensuite sorti le monstre de son placard : la promesse gaullienne de Marine, en cas de victoire à la présidentielle, de quitter ses fonctions si le référendum sur la sortie de l’euro était rejeté. Pour Marine, horreur, « le peuple a toujours raison » ! Pujadas a trouvé ça surprenant, le contraire nous aurait étonnés. Et de se voir répondre : « Qu’est-ce qui est surprenant, monsieur Pujadas, c’est qu’on demande leur avis aux Français ? » En bon petit soldat du système, le présentateur ne peut concevoir que la plèbe se mêle de son destin. Son seul droit est de voter pour des candidats qui promettent des chimères.
Fort logiquement, Marine a glissé de l’euro à l’Europe, évoquant notamment l’aberration d’interdire la mise en œuvre de la clause Molière, à savoir parler français sur les chantiers français. Là encore, le présentateur à côté de la plaque s’est distingué : « Le parapluie allemand nous protège, nous permet d’emprunter à des taux très bas. » Il nous permet surtout de subir un diktat économique, mais ça, il ne fallait pas le dire ! La candidate a cependant rappelé une vérité : « Ce n’est pas l’euro qui permet d’avoir des taux bas. » Décidément, la péronnelle avait révisé !
Comme c’était Marine Le Pen, il a bien fallu sortir les dossiers infamants. Sauf que ça déraillait ferme du côté de la régie : l’image n’était pas synchronisée avec les propos du présentateur, ce qui me fait dire que certains on dû morfler hors antenne, car il était visiblement très agacé. Marine en a rajouté une couche, constatant, avec un humour grinçant, que « la grosse manip ne [fonctionnait] pas, manifestement ».

On a tout de même eu droit à la mise en examen de Frédéric Chatillon, pour l’affaire de surfacturation des frais de campagne, et aux révélations du Canard enchaîné – qui prépare joliment le terrain pour le « chouchou » Macron ! – à propos du fait qu’il était salarié de la campagne présidentielle de la candidate. « Est-ce que ce n’est pas un bras d’honneur que vous faites à la Justice ? » a sournoisement demandé Pujadas. Aurait-il osé poser cette question à François Fillon ? J’en doute. D’autre part, ne serait-il pas un tantinet misogyne, estimant qu’on peut être plus volontiers grossier avec une femme ? Je pose la question !

Marine a rétorqué avec brio : « Ecoutez, monsieur Pujadas, si vous avez envie de passer juge, faites des études de droit et puis passez votre concours. »
Au soupçon de violation du contrôle judiciaire concernant Chatillon, elle a eu cette réponse formidable : « Permettez-moi de vous dire que compte tenu de la manière dont nous sommes regardés de très près par les magistrats, très certainement il y aurait eu une réaction de leur part. Donc, tout ça c’est du vent. »

Les affaires, les Français en sont effectivement « lassés ». Et Marine d’évoquer le traitement médiatique particulier selon tel ou tel candidat, soulignant très justement que la patronne de France Télévision était une amie de Macron, tout en considérant que trois reportages à charge, et successifs, de France 2 contre le Front national ça faisait beaucoup. Pendant ce temps, l’éolienne Macron peut remuer l’air et faire croire qu’elle produit de la lumière !

Comme si ça ne suffisait pas à rassasier les charognards, Pujadas a sorti une photo d’Axel Loustau, censé faire un salut nazi en levant le bras. En observant bien le cliché, on ne peut qu’être d’accord avec Marine : ce n’est pas un salut nazi, quel que soit le passé sulfureux dudit Loustau. Mais soyons prudents et retirons impérativement du Jeu de Paume de Versailles la statue de Jean Sylvain Bailly, immortalisé en train de prêter serment le 20 juin 1789, le bras tendu droit devant lui. C’est vrai, on pourrait se méprendre !

Oui, il y a eu des dérapages au Front national depuis l’arrivé de son actuelle présidente, mais ils ont été sanctionnés comme il se doit, ce qui n’est pas le cas d’autres partis.

Maintenant, combien d’antisémites actifs se trouvent dans les rangs des candidats de la gauche orthodoxe ? Combien parmi eux soutiennent le BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) pro-palestinien ? Qui a torturé et tué un jeune homme parce que juif, en 2006 ; qui a massacré des enfants juifs dans une école confessionnelle de Toulouse, en 2012 ; qui a exécuté des clients d’un commerce casher, en 2015 ; qui les juifs craignent-ils en France : les anciens gudards ou l’islam ? Demandez-leur !

Pujadas s’est excité à salir Marine en ayant recours à « des méthodes de voyou », comme le lui a signifié son interlocutrice. Il a insulté la fonction même de journaliste, se muant en instrument de propagande d’un système, ce qui est très français. De guerre lasse, Marine a au moins élucidé une vieille affaire : « Jack l’Eventreur, c’est nous ! »

Après cette descente dans l’abjection, il restait peu de place pour parler du fond, ce qui était le but recherché. Toutefois, entre deux attaques, la candidate patriote a su affirmer ses convictions politiques et économiques, pointant par exemple la tyrannie de la grande distribution au détriment des centres-villes désertés. Elle a définitivement « une autre vision de la France ».
Enfin, il y a eu la cerise sur le gâteau. A propos de son voyage en Russie, pour y rencontrer Vladimir Poutine, cette dernière a répondu : « Voyez, on ne donne pas de leçons de morale à l’Arabie saoudite ». Ce à quoi Pujadas a répondu : « On ne peut pas comparer l’Arabie saoudite à la Russie. » […] « Les Etats n’ont pas la même histoire. » Il tentera de se raccrocher aux branches en déclarant que « la Russie est plus proche de nous quand même », mais le mal était fait ! La Russie n’est pas islamique, donc on peut la cogner. Voilà ce que ça signifie en substance. Un pays où l’on décapite des femmes en plein rue, c’est plus acceptable que la Russie !
Pour finir, on a tenté de provoquer une dissension entre la présidente du Front national et sa nièce, la première se contentant de dire de la seconde qu’elle avait simplement les défauts de sa jeunesse et qu’elle n’envisageait pas de lui donner un ministère, pas plus qu’à son compagnon, a-t-elle ajouté, rompant avec la tradition des faveurs accordées aux proches, si chère aux partis républicains.

Définitivement, tout ce qui touche le Front national est de l’or quand on aime remuer la merde !

Charles Demassieux


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 29/03/2017 15:34
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Pujadas va-t-il montrer à la France entière ce salut nazi de Taubira ?
#38

Pujadas va-t-il montrer à la France entière ce salut nazi de Taubira ?

Hier, lors d’un entretien avec Marine Le Pen qui s’est transformé en scandaleux interrogatoire, accusant la présidente du FN d’être à la tête d’un parti de nazis, de racistes, de négationnistes et autres gentillesses, le procureur Pujadas a cru bon d’exhiber, devant des millions de téléspectateurs, cette photo d’Axel Loustau, dans lequel il a vu un salut nazi.

Loustausalut

Or, nous avons déjà publié (voir photo de tête) une illustration montrant Christiane Taubira en train de saluer le public, dans une posture qui évoque de manière autrement plus spectaculaire un salut nazi. Qui n’a pas un jour salué ses amis en levant le bras ? Cette mise en scène orchestré par le présentateur de France 2 est un véritable « coup de pute », un terme qui lui convient d’ailleurs très bien. Les Français ne seront pas dupes devant des méthodes, employées sur le service public, qui confirment que l’ensemble des médias a deux cibles, Marine et Fillon, et un protégé, Macron.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire  (38 articles)
David Pujadas se ridiculise en tentant de piéger Marine Le Pen 

Imaginons Benoit Hamon, sur un plateau de télévision, à une heure de grande écoute, sommé de justifier la photo de Taubira, qui le soutient ? Ou bien Macron interrogé de manière musclée, parce qu’il a été ministre avec la sinistre Garde des Sceaux Taubira ? Imaginons Pujadas, qui ose parler de moralité, interroger Macron et Hamon sur l’ensemble des affaires ayant éclaboussé ce gouvernement ? Imaginons Pujadas, qui parle moralité de la vie politique, interroger Mélenchon sur le maintien de son salaire de conseiller général, quand il était ministre, durant deux ans ? Bien sûr, cela n’arrivera pas, et n’est réservé qu’à Marine, et à Fillon, dans un autre registre.

On connaît le franc-parler d’Axel Loustau, qui a tout simplement qualifié Pujadas « d’ordure » et publié à son tour cette photo.

Pujadas salut nazi

Marine attaque Pujadas et la présidente de France 2.


https://www.youtube.com/watch?v=28qsMG_BO5I

On se souvient qu’en 1981, après la victoire de la gauche, le peuple exigeait la tête des duettistes Elkabbach-Duhamel… Cette fois, ce sera, entre autres, celle de Pujadas.

En tout, devant la scandaleuse impunité de Macron, et le traitement réservé hier soir à Marine Le Pen, on ne peut que donner raison à Axel Loustau, sur le qualificatif employé pour qualifier Pujadas.

Jeanne Bourdillon


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 29/03/2017 15:58
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Quand les français aimaient leurs médias
#39

1975 - Ce que pensent les Français des journalistes

La trente et unième enquête de La Croix publiée en février 2017,  baromètre de la confiance du public envers les médias et les journalistes, a constaté une aggravation de la défiance vis-à-vis de ceux qui nous informent. Plus de 67% des auditeurs, lecteurs, téléspectateurs pensent que les journalistes ne sont indépendants ni des pouvoirs publics ni des pouvoirs financiers. Qu’en était-il en 1975 ?

Un lecteur érudit et archiviste nous a fait parvenir un sondage de 1975 réalisé par la Sofres pour Le Nouvel Observateur (devenu depuis L’Obs).

Florilège : « Les Français accordent généralement aux journalistes l’ardeur à rechercher la vérité toute entière et le sérieux à la transmettre…

La majorité des Français voient raisonnablement dans le journaliste l’interprète mais non le créateur de l’information ».

À cette époque bénie 58% des sondés faisaient « confiance aux journalistes pour bien les informer ».

Mieux : 64% dans l’ensemble « croyaient au sérieux des journalistes » et pensaient qu’ils «  s’effor[çai]ent de connaître toute la vérité sur les choses dont ils parlent »

Le sondage ci-dessous mesure le fossé qui s’est creusé depuis.

Que s’est il passé en un peu plus de quarante ans ? Les lecteurs de l’Ojim doivent bien avoir une petite idée…


Publié le: 30/03/2017 23:05
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 10 11 12 (13) 14 15 16 ... 27 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !