Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Attentat de Nice : la policière niçoise porte à nouveau plainte pour «abus d'autorité» [Actualité en France]




« 1 ... 24 25 26 (27) 28 »

Re : Attentat de Nice : plaintes classées sans suite, l’Etat ne savait pas qu’il y avait des risques
#79

Attentat de Nice  plaintes classées sans suite

Nous voilà prévenu aux yeux de la justice nos vies ne valent pas plus qu’un pet de lapin .

Cette phrase du procureur est hallucinante, et impardonnable :

Pour que l’infraction soit constituée, il ne faut pas simplement avoir été imprudent mais qu’il y ait eu conscience d’un risque important, que la couverture de ce risque ait été prévue et que le responsable ait sciemment décidé qu’il n’en ferait rien.

Ainsi, en juillet 2016, après Charlie Hebdo, le Bataclan, les multiples tentatives d’attentat mises en échec, après des mois de discussion sur la déchéance de nationalité, de traitement des déradicalisés, de prévention, de surveillance des fichés S, d’état d’urgence, on ne peut pas reprocher à l’Etat français d’avoir eu conscience d’un risque important et de n’avoir rien fait…

C’est énorme et monstrueux !

Attentat de Nice : les plaintes contre l’Etat et la municipalité classées sans suite
19 janv. 2017, 14:27 – Avec AFP [Association Française de Propagande]

Le parquet de Nice a annoncé qu’il classait sans suite les plaintes déposées contre l’Etat et la municipalité de Nice pour mise en danger de la vie d’autrui, déposées par 23 familles ou proches de victimes de l’attentat de Nice.
Les familles et proches des victimes de l’attentat de la promenade des Anglais à Nice, le 14 juillet 2016, qui avaient porté plainte contre l’équipe municipale et l’Etat pour mise en danger de la vie d’autrui, estimant le dispositif de sécurité inadapté, ont vu leur requête classée sans suite. «Aucun fait de nature à engager une quelconque responsabilité pénale à l’encontre de quiconque», a jugé Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, à l’issue de l’enquête préliminaire conduite depuis septembre.
«J’ai décidé par conséquent du classement sans suite des 23 plaintes déposées et de l’enquête judiciaire initiée ensuite, au motif de l’inexistence d’une infraction pénale», a déclaré le procureur au cours d’une conférence de presse.
«Pour que l’infraction soit constituée, il ne faut pas simplement avoir été imprudent mais qu’il y ait eu conscience d’un risque important, que la couverture de ce risque ait été prévue et que le responsable ait sciemment décidé qu’il n’en ferait rien», a-t-il souligné.
Le soir de l’attentat, plus de 30 000 personnes assistaient au feu d’artifice de la Fête nationale, lorsque Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Franco-Tunisien de 31 ans, a foncé dans la foule avec un camion. L’attentat a été revendiqué par Daesh.

https://francais.rt.com/france/32555-a ... aintes-contre-etat-classe


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 22/01/2017 16:29
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Attentat de Nice : la policière niçoise porte à nouveau plainte pour «abus d'autorité»
#80

Attentat islamiste Nice

Sandra Bertin lors d'une cérémonie commémorative le 25 jullet 2016 à Nice

La policière municipale Sandra Bertin qui assure avoir subi des pressions après l'attentat de Nice pour modifier un rapport sur le dispositif de sécurité et dont une première plainte avait été classée sans suite, a relancé la procédure pour «abus d'autorité», a-t-on appris le 30 mars auprès de son avocat.

Sandra Bertin est elle-même poursuivie en diffamation par le chef du gouvernement Bernard Cazeneuve pour avoir dénoncé des pressions du ministère de l'Intérieur après l'attentat de Nice, et doit comparaître le 7 juin dans ce dossier à Paris.

A lire aussi :

Attentat musulman à Nice: Allah akbar et le prophète Mohamet ont encore tué - Coran oblige ! (80 articles)
Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus...   (836 articles)
[UE] Eurislam : le projet des élites européennes (3 articles)
Sami Aldeeb : 17 fois par jour, les musulmans prient contre les chrétiens et les juifs (2 articles)
Pourquoi les lois d’Allah sont pires que les lois nazies (60 articles)
L'islam, la plus grande machine de guerre de l'Histoire
Complices de l’islamisme: il faudra rendre des comptes un jour… (23 articles)

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France  (187 articles)
Campagne Présidentielle 2017 de Marine Le Pen " Au nom du Peuple" - Front National patriote (111 articles)

Sa nouvelle plainte avec constitution de partie civile a été déposée auprès du doyen des juges d'instruction de Nice pour «abus d'autorité» mais aussi pour «escroquerie aggravée» car selon son avocat Adrien Verrier, l'ambiguïté a été délibérément entretenue auprès de Sandra Bertin pour lui faire croire qu'elle devait répondre à des demandes pressantes émanant, non pas de la police nationale, mais directement de la place Beauvau et du cabinet du ministre.

Lire aussi : Sandra Bertin face à Bernard Cazeneuve, mais qui dit vrai dans cette affaire ?

«Les dépositions résultant de l'enquête confirment les dires de Sandra Bertin, et démontrent à la fois qu'elle a éte victime a minima de faits d'abus d'autorité et aussi qu'elle n'a jamais diffamé personne, à commencer par Monsieur Cazeneuve», a précisé à l'AFP Me Adrien Verrier, confirmant une information de Nice-Matin.

Selon des extraits des dépositions cités par le quotidien régional, Sandra Bertin, qui était responsable du centre de supervision urbain de Nice où parviennent les images de vidéosurveillance de la ville, a reçu pas moins de 13 appels téléphoniques et plusieurs sms en 1h40 en milieu d'après-midi le 15 juillet, pour relayer les demandes de la direction centrale de la sécurité publique, selon le journal. La policière était à ce moment-là en train de rédiger un rapport sur les effectifs de police visibles sur les images de vidéosurveillance, alors que la polémique enflait entre les élus locaux et Bernard Cazeneuve, alors ministre de l'Intérieur, sur le dispositif de sécurité prévu dans la ville le soir de l'attentat.

Attentat islamiste de Nice

Soutenue par l'ex-maire de Nice Christian Estrosi et son successeur Philippe Pradal, elle maintient qu'on a voulu lui extorquer un rapport «modifiable» et qu'on lui a demandé «de faire apparaître sur certains endroits des positions de la police nationale» qu'elle ne voyait pas.

Bernard Cazeneuve s'est toujours défendu de toute volonté de mentir sur le dispositif de sécurité prévu pour le feu d'artifice de la fête nationale, endeuillée par la mort de 86 personnes écrasées par un camion-bélier qui a foncé dans la foule sur la promenade des Anglais.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 31/03/2017 11:35
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Attentat de Nice : enquête sur les failles du dispositif de sécurité
#81

Attentat-a-Nice-le-chauffeur-du-camion-a-tire-avec-un-pistolet-avant-d-etre-abattu

Une information judiciaire sur les failles de la sécurité le soir de l’attentat islamiste du 14 juillet à Nice vient d’être ouverte. Les parents du petit Yannis, 4 ans, tué lors du carnage au camion perpétré par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, estiment que le dispositif prévu par l’Etat et la mairie sur la promenade des Anglais était « manifestement insuffisant ».

Le 19 janvier, le magistrat avait classé leur plainte sans suite, considérant qu’aucun élément ne pouvait constituer une infraction pénale. Les parents ont alors déposé un recours qui a abouti en s’adressant directement au doyen des juges d’instruction et en se constituant partie civile. Leur procédure vise la mairie et l’Etat.

A lire aussi :

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (844 articles)
[UE] Eurislam : le projet des élites européennes (3 articles)

L’enquête doit porter notamment sur l’organisation de la « Prom Party » le soir du 14 juillet sur la promenade des Anglais : l’absence de plots de sécurité, la défaillance des contrôles, le nombre insuffisant de policiers nationaux et de militaires. Dans une interview à Présent du 28 juillet dernier, Olivier Bettati, conseiller municipal FN, avait qualifié de « faute lourde » la décision de Christian Estrosi, adjoint au maire chargé de la sécurité, de mettre en place un simple « dispositif de circulation » et non pas un « dispositif de sécurité » à l’entrée de la zone festive. C’est-à-dire sans les quatre blocs de béton qui auraient dû être déposés de chaque côté de la Promenade des Anglais et auraient permis de bloquer l’entrée du camion tueur.

L’hypothèse d’un attentat au camion-bélier avait été envisagée une semaine avant pour l’Euro 2016 de football, sur la partie dite de la « Fan Walk », mais pas pour le soir du 14 juillet où 30 000 personnes étaient rassemblées pour assister au feu d’artifice. C’est précisément au volant d’un camion de location que Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, a foncé dans la foule faisant 86 morts dont 20 enfants et adolescents et 450 blessés. Le ministère de l’Intérieur de Bernard Cazeneuve et l’adjoint à la sécurité de la ville de Nice, Christian Estrosi, n’avaient cessé de se renvoyer la responsabilité de la tuerie.

Les parents du petit Yanis ont également demandé le « dépaysement » du dossier loin de Nice, leur avocat, Me Bouzrou, estimant que les liens du parquet avec la mairie et la préfecture, notamment sa participation aux réunions préparatoires sur les risques d’attentat avant le 14 juillet, compromettaient l’objectivité de l’enquête. Tout est normal…

Et pendant ce temps, grâce au beau boulot d’Estrosi, l’islamisme s’implante de plus en plus à Nice et l’emprise des Frères musulmans s’étend sur 80 % des mosquées de la ville (qui en compte 20).

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 7 avril 2017


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 07/04/2017 01:17
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !