Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Mélenchon veut augmenter de 100 milliards d’euros les impôts pour régulariser tous les clandestins [Actualité en France]




« 1 (2) 3 4 5 ... 10 »

Re : Après les filles Le Roux, la fille Mélenchon !
#4

Après les filles Le Roux, la fille Mélenchon !

En décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher
par le conseil général de l’Essonne

A lire aussi :

Magouilles UMPS : Maintenant Bruno Le Roux. La liste des mafieux UE-UMPS s'allonge (2 articles)
Quinquennat Hollande : 5 ministres démissionnés, 10 ministres en délicatesse avec la justice…

Souvenez-vous du débat, lundi soir, et de cette délimitation entre le camp du bien, représenté par nos trois ex ou post-socialistes, et les deux candidats de droite, lestés de leurs « affaires ».

Rappelez-vous ces formules mélenchonnesques qui ne cessent de nous enchanter, surtout quand on vient d’entendre Hamon, sa façon gouailleuse et littéraire à la fois de se donner pour celui qui met les pieds dans le plat : « J’ai admiré vos pudeurs de gazelles ! » lançait-il à ses adversaires.

Et c’était bien lui, le Monsieur Loyal de la cérémonie :

« Quand vous dites que le débat a été pollué par les affaires de certains d’entre nous, pardon, pas moi ! Ici, il n’y a que deux personnes qui sont concernées : M. Fillon et Mme Le Pen. Nous n’avons rien à voir avec tout ça, alors s’il vous plaît, ne nous mettez pas dans le même sac. »

​‌

C’était beau comme l’antique, cette façon d’empoigner dans sa toge de vertu les deux petits jeunots Hamon et Macron ! D’un coup, le soir de l’affaire Le Roux, Mélenchon nous refaisait une gauche vierge et incorruptible ! Du grand art !

Mais M. Mélenchon était allé un peu vite en besogne. D’abord, est-il vraiment assuré que ses amis socio-traîtres, pour parler son langage, soient aussi vierges que cela face à l’argent ? On a compris, avec M. Le Roux, que ce n’est pas le socialiste aux sourcils les plus froncés contre les affaires de népotisme qui en est forcément le plus innocent. N’en déduisons pas le théorème inverse. Mais nos socialistes indignés devraient vraiment faire preuve de pudeurs… d’éléphants !

Et puis, M. Mélenchon lui-même, dès qu’on déroule un peu sa toge d’élu PS d’un département de la banlieue parisienne – l’Essonne -, nous révèle des choses que nous avions oubliées et qu’un élu centriste de ce département est allé sereinement rappeler au magazine Capital.

Morceaux choisis :

« En décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher par le conseil général de l’Essonne. […] Qui voit-on arriver à un poste de « chargée de coopération » ? La fille d’un ancien vice-président du conseil général, par ailleurs toujours sénateur de l’Essonne. La fille de l’ami des présidents socialistes successifs du conseil général – à l’époque, c’est Michel Berson qui est à sa tête. Vous avouerez que c’est quand même une étrange coïncidence. D’autant plus étrange que ce n’est pas la première. Son premier job, elle le décroche comme agent administratif à la mairie de Viry-Châtillon, toujours dans l’Essonne. On est en 1998 et elle a 24 ans. Son père est déjà vice-président du conseil général. C’est, avec Julien Dray, l’un des leaders de la gauche socialiste, un courant du PS qui entraîne dans son sillage pas mal d’élus de l’Essonne. Justement, le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon s’appelle Gabriel Amard, et c’est le maire de Viry-Châtillon. Mieux : on le surnomme « monsieur gendre », parce qu’il est le compagnon de Maryline. Si ce n’est pas du favoritisme, je voudrais qu’on me dise ce que c’est. »

​‌

Alors oui, on va nous expliquer que c’était légal, que c’est prescrit, que depuis… etc.

Nos socialistes, honteux de l’avoir été au point de quitter cette étiquette, n’auraient-ils pas autre chose à faire que de se muer en donneurs de leçons ? Plus ils parlent fort, plus leur passé les accable.

Alors, pas de pudeur de gazelle pour Mélenchon non plus. Et qu’il dégage, lui aussi ! C’est le meilleur hommage à lui rendre.


Dominique Monthus

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 23/03/2017 12:11
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Maryline Mélenchon contre-attaque. On attend encore les réponses de Jean-Luc…
#5

Jean-Luc Mélenchon et Maryline Mélenchon

Maryline répond. Et a saisi la justice.

Le clan Mélenchon contre-attaque. Dans un article publié ce jeudi sur Boulevard Voltaire, nous vous informions des déclarations de Christian Schoettl, maire de Janvry (Essonne) et ancien conseiller départemental, au magazine Capital, au sujet de monsieur Mélenchon et de sa fille.

A lire aussi : La terrible et criminelle "bevue" de Jean-Luc Mélenchon (5 articles)

En substance, le maire UDI expliquait à propos du candidat à la présidentielle :

« En décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher par le conseil général de l’Essonne. […] Qui voit-on arriver à un poste de « chargée de coopération » ? La fille d’un ancien vice-président du conseil général, par ailleurs toujours sénateur de l’Essonne. La fille de l’ami des présidents socialistes successifs du conseil général – à l’époque, c’est Michel Berson qui est à sa tête. Vous avouerez que c’est quand même une étrange coïncidence. D’autant plus étrange que ce n’est pas la première. Son premier job, elle le décroche comme agent administratif à la mairie de Viry-Châtillon, toujours dans l’Essonne. On est en 1998 et elle a 24 ans. Son père est déjà vice-président du conseil général. […] Justement, le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon s’appelle Gabriel Amard, et c’est le maire de Viry-Châtillon. Mieux : on le surnomme « monsieur gendre », parce qu’il est le compagnon de Maryline. Si ce n’est pas du favoritisme, je voudrais qu’on me dise ce que c’est. »

​‌

Aujourd’hui, Maryline répond. Et a saisi la justice :

« J’ai été autorisée, par une Ordonnance d’un juge au TGI de Paris, à assigner Christian Schoettl en « référé d’heure à heure » pour diffamation. C’est une procédure exceptionnelle, prévue pour les cas où le préjudice est grave et imminent. »

​‌

Et d’expliquer, sur son compte Facebook, que l’idée qu’elle aurait pu bénéficier de privilèges dus à la personnalité de son père lui est proprement insupportable. Et que son nom lui « a plus souvent fermé des portes qu’il ne lui en a ouvert ». C’est possible. Mais avouons que, dans un contexte d’élus socialistes comme celui décrit par Christian Schoettl, cela paraît peu probable…

Pour autant, Maryline Mélenchon prend soin d’expliquer soigneusement son parcours, les concours qu’elle a passés, les entretiens d’embauche auxquels elle s’est soumise. Dont acte. Après tout, le juge des référés tranchera.

En revanche, on attend toujours la réponse de monsieur Mélenchon sur la suite des accusations portées à son encontre par Christian Schoettl, décidément en verve. Morceaux choisis :

« En 1998, Jean-Luc Mélenchon est chargé de l’information et de la communication au conseil général. Il passe commande d’une campagne de relations presse pour vanter les mérites de la Fête de la République à Euro RSCG, l’agence amie des socialistes, que dirigent Jacques Séguéla et Stéphane Fouks. Eh bien, ces sept journées d’attachée de presse ont coûté 98.972 francs, soit 15.088 euros au conseil général ! Un beau cadeau aux copains. »

​‌

« En 2004, d’avril à juin, JL Mélenchon a utilisé pendant trois mois un véhicule avec chauffeur du conseil général. Or il n’y avait plus droit puisqu’il n’était plus au Conseil général. Cela pourrait s’apparenter à un détournement de fonds public dont il a bénéficié, lui, et personne d’autre. J’ai porté plainte, ce qui a conduit le procureur de la République à lui signifier un rappel à la loi sous la forme d’un avertissement solennel. »

​‌

Un petit dernier, pour la route ?

« Entre 2000 et 2002, lorsqu’il était devenu ministre délégué à l’Enseignement professionnel, il n’a quasiment jamais plus mis les pieds au Conseil général. Mais plutôt que de démissionner, il a continué à percevoir une indemnité de 2.300 euros par mois. Au total, c’est 57.500 euros d’argent public qu’a perçu le conseiller fantôme. »

​‌

De tout cela, bien sûr, personne ne parlera. Affaires prescrites ou déjà jugées pour l’utilisation indue du chauffeur… Cela n’a pourtant gêné personne de rappeler les antécédents judiciaires d’Alain Juppé durant la primaire de la droite… Et pourtant, pour lui aussi, c’était « du passé »… N’empêche, voilà qui permet à notre candidat d’extrême gauche de se parer des atours de la vertu sans oublier de professer ses leçons de morale au passage. Qui y croit encore ? Heureusement, plus personne… « La France insoumise » ? Ça ne coûte rien de le dire…

Emmanuelle Duverger
Journaliste et essayiste
Directrice de publication de Boulevard Voltaire

Publié le: 25/03/2017 09:48
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Mélenchon veut augmenter de 100 milliards d’euros les impôts pour régulariser tous les clandestins
#6

Mélenchon veut augmenter 100 milliards euros impôts,régulariser clandestins

Excellent Florian Philippot une fois de plus, sur Valls et Macron, sur Mélenchon et Hamon.

Il résume l’imposture Mélenchon en quelques mots, « il a un problème avec la nation ». A partir de la minute 6 notamment.


https://www.youtube.com/watch?v=-dlMN3kvQ9c

On s’amusera de la question de la journaliste interloquée :  » vous êtes sûr que son programme c’est de régulariser tous les clandestins ?  » ( Même à elle cela paraît surréaliste).

Christine Tasin

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 31/03/2017 19:03
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !