Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : L’heure est grave : Macron se déguise en berger façon Lassalle, Brigitte en guerrière [Actualité en France]




« 1 ... 79 80 81 (82) 83 84 85 ... 135 »

Re : L’heure est grave : Macron se déguise en berger façon Lassalle, Brigitte en guerrière

Cette campagne est décidément bien étrange

Cette campagne est décidément bien étrange

Cette campagne est décidément bien étrange. Mélenchon est soutenu par Le Pen, Minute et Patrick Buisson. Il est vrai que, puisque les spécialistes nous disent que le vote se fera sur des hologrammes et des acronymes, on peut facilement passer de JMLP à JLM.

Mais il y a plus étrange, plus incongru. Jean Lassalle, déjà. Une incongruité à lui tout seul . Mais quand il est dans les rues de Saint-Denis, il devient vraiment un extraterrestre.

Figurez-vous qu’il y a encore mieux, il y a Emmanuel Macron dans les Pyrénées.

A lire aussi :

Macron a réintégré l’islamiste Mohamed Saou, suite aux menaces de Muhammad
Macron, un vernis qui se craquelle sur du vide ?
Macron en veut à notre liberté
Comment Hollande peut gagner l’élection présidentielle sans y participer
Macron est parti pour vous interdire de rouler pour un rétroviseur électrique qui ne marche pas !
Tout sauf Macron ! Rendez-vous à Bercy le lundi de Pâques
Macron est parti pour vous interdire de rouler pour un rétroviseur électrique qui ne marche pas !
Après Attali et Minc, BHL soutient Macron : c’est le coup de grâce !
« En marche, ça marche » : une chanson du niveau de Macron
Macron, Mélenchon, Fillon, Hamon veulent plein d’Africains en France

Le prétexte, c’était Bayrou, bien sûr, et un meeting à Pau. Mais l’épisode a donné lieu à un storytelling sur « une partie des racines » du petit Emmanuel, les retrouvailles avec son ami d’enfance « Éric » et, bien sûr, une séquence Brigitte.

Derrière tout ce ridicule, que peut-on deviner de sérieux ? De jeunes analystes électoraux ayant vu des clignotants passer au rouge vif dans certaines circonscriptions rurales ? Il est évident que l’électorat Bayrou préfère l’authenticité lassallienne, que les électeurs ruraux, populaires, ont vraiment du mal avec ce produit bobo-techno. Donc les startuppers de Macron l’ont envoyé dans les Pyrénées, lui ont enlevé le costard-cravate et lui ont fait pousser la chansonnette au café. La vidéo postée par Macron sur Twitter ne dure que 40 secondes. On n’ose imaginer l’avant et l’après…

Macron au pays, poussant la chanson au milieu de deux vieux militants socialistes locaux, ça sentait vraiment Giscard et l’accordéon de Chamalières… Une grande ringardisation ridicule… Il ne manquait plus que Danièle Gilbert !

Mais elle y était ! Enfin, Brigitte. Omniprésente partout, au QG, sur les plateaux télé, dans Closer, et jusque dans cette séquence de com’ en altitude. La photo de trop ?

N’y a-t-il personne dans l’équipe de com’ pour leur dire que Brigitte donnant la main au petit Emmanuel pour le rassurer sur le télésiège au-dessus de pistes sans neige, ça ne sert en rien la présidentialisation du jeune homme ?

Les Français attendent une autre épaisseur humaine que cette relation fusionnelle avec Brigitte…

Ils vont être servis : le dernier numéro de Closer fait (encore) sa une sur Brigitte : « Sa guerre avec la mère d’Emmanuel Macron. »

On savait que la situation internationale se tendait et qu’il nous faudrait un Président pétri d’expérience, de sagesse et de sérénité. On avait déjà eu la guerre Royal-Trierweiler autour de M. Hollande. Avec Macron, c’est la guerre des mères qui nous attend.

Décidément, le nouveau quinquennat commence bien…


Pascal Célérier

***

A VOIR AUSSI :

Clip officiel de campagne de Marine Le Pen | Marine 2017


https://www.youtube.com/watch?v=CbigtMwHM1g



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 14/04/2017 08:27
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : La machine à chantage se met « En Marche ! »

La machine à chantage se met « En Marche ! »

En ne maîtrisant pas le placement de sa dette, la France est sous le chantage constant du Système.
La France, d’ailleurs, ne maîtrise plus grand-chose.

Le Figaro du 11 avril titre : « La crainte d’un possible duel Le Pen-Mélenchon fait monter le coût de la dette française. ». Le 13 avril, l’obscur juge Portelli annonce urbi et orbi sa démission en cas de victoire de Marine Le Pen. Un mois plus tôt, l’ambassadeur de France au Japon, Thierry Dana, non moins obscur que le juge Portelli, avait lui aussi annoncé son refus de servir un éventuel gouvernement du Front national. Mélenchon étant un leurre, le message du « Système » est essentiellement celui-ci : si vous votez Le Pen, non seulement votre dette sera beaucoup plus chère (et vos impôts plus lourds), mais vous n’aurez plus d’État.

A lire aussi :

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France  (216 articles)
Campagne Présidentielle 2017 de Marine Le Pen " Au nom du Peuple" - Front National patriote (129 articles)

Macron : en marche pour le pognon ! (244 articles)
Fillon : candidat de l'ultra libéralisme, de l'invasion migratoire, de la dette publique, du chômage (109 articles)
La terrible et criminelle "bevue" de Jean-Luc Mélenchon (16 articles)
Hamon s’y croit, le pauvre  (7 articles)

L’idée que les Français devront se passer des services du juge Portelli et de l’ambassadeur Dana ne nous empêche pas de dormir. Le peuple français doit être servi par des fonctionnaires et des magistrats qui ont à cœur ses intérêts plutôt que par des caciques déracinés qui servent des intérêts obscurs ou par des illuminés qui ne servent que leurs fantasmes marxistes. La France regorge de jeunes talentueux prêts à remplacer tout ce beau monde. Pas besoin de processus de « lustration », comme dans les pays de l’ancien bloc soviétique, pour se débarrasser des apparatchiki véreux. Ils partent tout seuls.

La question de la dette est, en revanche, beaucoup plus grave. L’article 123 du traité sur l’Union européenne interdit à la France d’emprunter auprès de la Banque de France, l’obligeant ainsi à emprunter sur les marchés internationaux. Notre dette est détenue pour plus de 60 % par des banques, assurances, fonds souverains étrangers.

Si les marchés sont confiants dans la stabilité du pays et dans sa capacité de remboursement, ils acceptent des rendements bas en échange de la sécurité du placement. S’ils ne sont pas confiants, il faut les payer plus cher pour qu’ils nous prêtent de l’argent. Or, le comportement des marchés dépend des notes que trois sociétés privées américaines (Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch) attribuent à la dette de la France, des analyses que les grands quotidiens financiers internationaux font de la stabilité politique, économique et sociale du pays et des déclarations de tel ou tel dirigeant du FMI, de la BCE ou de la Commission européenne. Les choix politiques, économiques et sociaux du peuple français sont donc tributaires de la volonté de quelques dizaines de décideurs à New York et Londres et de leurs serviteurs zélés à Paris, Berlin et Bruxelles.

En 2011, le Système a eu raison en quelques semaines du dernier gouvernement Berlusconi. Procédure : les agences de rating abaissent la note de l’Italie, le Financial Times attaque sa politique économique, le président de la BCE (Trichet) et son futur successeur (Draghi) envoient une lettre secrète au gouvernement italien (opportunément fuitée au Corriere della Sera) demandant plus d’impôts, Merkel et Sarkozy donnent le coup de grâce lors d’une conférence de presse conjointe. Résultat : l’écart de rendement entre la dette italienne et la dette allemande explose, l’Italie risque de rester à sec, Berlusconi démissionne. Qu’on aime ou pas le personnage, il avait été choisi par le peuple italien et sa politique s’est révélée moins destructrice que celle des gouvernements successifs imposés par le Système.

En ne maîtrisant pas le placement de sa dette, la France est donc sous le chantage constant du Système. La France, d’ailleurs, ne maîtrise plus grand-chose. C’est le seul membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU qui n’ait pas de politique monétaire. De Gaulle avait réussi à sortir le pays de la défaite et à le hisser dans le club des vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, notre politique monétaire est décidée à Francfort, par un banquier italien aux ordres de banquiers allemands. Ironie de l’Histoire.

Virginie Joron
Conseillère régionale Front national de la région Grand Est

Publié le: 15/04/2017 07:10
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Les tentatives de reprise en main des médias alternatifs vont s’accélérer

Macron et la pieuvre médiatique mondialiste

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (47 articles)
La liste des 200 médias les plus subventionnés par l’État français (10 articles)

Macron : en marche pour le pognon ! (246 articles)

En cette période agitée, nous avons eu la chance de rencontrer Claude Chollet, spécialiste des médias et fondateur de l’Ojim. Il a accepté de répondre à nos questions.

Riposte Laïque : Vous êtes connu comme étant le principal animateur du site Ojim. Depuis quand existe-t-il, et pourquoi l’avoir créé ?

Claude Chollet : L’Observatoire des journalistes existe depuis septembre 2012, c’est un tout en ligne spécialisé sur l’analyse critique des médias.

Il existait déjà certains sites sur ce créneau, Acrimed d’inspiration trotskiste classique créé en 1995 ou Arrêts sur images de Daniel Schneidermann.

Les deux apportent un certain éclairage sur les médias, une vision marxisante un peu vieillie pour l’un ou des vidéos intéressantes pour l’autre mais il nous a semblé qu’il manquait l’envers du décor. Une information n’existe pas en tant que telle, un fait quel qu’il soit devient une information dès qu’il est transmis par un médiant, ce médiant au premier chef c’est le journaliste. Il prend un fait et choisit soit de le passer sous silence (manipulation par omission) ou d’en occulter une partie (manipulation par soustraction) ou de le traiter sous tel ou tel angle (manipulation par choix de la perspective). Je veux dire par là que l’objectivité ne peut pas exister. Un journaliste est nécessairement subjectif, il a une langue, une culture, une histoire, un patron, des actionnaires, une idéologie. On ne peut lui demander l’objectivité mais l’honnêteté, c’est à dire une certaine distance avec lui-même, un respect des faits et une certaine indépendance d’esprit. Nous en sommes loin d’où la nécessité d’ « informer sur ceux qui nous informent » ce que nous faisons à travers nos articles

Riposte Laïque : Quelles sont vos principales actions, depuis vos débuts ?

Claude Chollet : Nous avons publié plus de 200 portraits de journalistes suivant une grille de lecture calibrée : origines, formation, carrière professionnelle, engagements politiques, publications, citations. Tous ces portraits sont rigoureusement référencés et nous n’avons jamais eu aucun procès. Nous réalisons des infographies de qualité professionnelle sur les groupes de presse : qui possède, qui dirige, qui écrit (ou parle). A ce jour nous avons en ligne plus de 25 dossiers qui donnent au lecteur des grilles de lecture pour savoir qui lui parle et au nom de quels intérêts. Nous publions également des dossiers sur un média particulier ou une émission pour mettre en lumière certains partis pris. C’est ce que j’appelle « l’effet vampire ». Pour mettre en fuite un vampire il suffit de l’éclairer et il disparaît.

Riposte Laïque : Vos articles suscitent-ils des réactions, parmi les journalistes des grands médias, ou bien préfèrent-ils les ignorer ?

Claude Chollet : Les réactions sont très variées. Parmi les 5000 personnes qui nous suivent sur twitter, il y a une grande majorité de journalistes, d’étudiants en journalisme et d’universitaires. Cela ne signifie pas qu’ils sont tous d’accord avec nous mais qu’ils nous prennent en considération comme source d’information. Les réactions indirectes que nous avons sont parfois sur le ton de l’indignation « comment osent-ils ? » mais à chaque fois que je participe à un événement où les médias sont présents, certains journalistes viennent me voir en « off » en me disant : ne me citez pas mais surtout continuez votre travail il est salubre. Pour l’anecdote nous avons aussi des sollicitations sur le ton « vous avez parlé de tel confrère, pourquoi n’ai-je pas mon portrait ? »;

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur le traitement de l’élection présidentielle, par les médias traditionnels, ceux que Jean-Yves Le Gallou appelle les médias de propagande ?

Claude Chollet : Le traitement de l’élection correspond à ce que nous pouvons savoir d’une majorité de la caste journalistique. Je dis bien la majorité et non tous. Mais il faut savoir que dans une profession en voie de précarisation, il est difficile pour un journaliste honnête (il y en a plus que l’on ne croit) de garder son indépendance vis à vis des pouvoirs économiques ou des pressions politiques ou de sa rédaction.  Quand les milliardaires comme Patrick Drahi (Libération, L’Express, BFM) ou Niel (Le Monde et d’innombrables participations) ou Arnault (Les Echos, Le Parisien) prennent le contrôle d’un média ils ne le font pas pour gagner de l’argent mais pour avoir de l’influence. Comme l’ambiance générale est « libérale libertaire », de manière automatique les candidats s’inscrivant dans le système seront favorisés. Le groupe Drahi roule sans complexes pour Macron qui a facilité le rachat de SFR et le macronisme ambiant ne fait que refléter des intérêts financiers et idéologiques. Dans ce contexte Fillon qui dans la primaire semblait vouloir s’affranchir de certains codes du politiquement correct est rattrapé par la police médiatique, sans parler de Marine Le Pen qui joue le rôle de punching-ball.

Riposte Laïque : Ce que vous décrivez dépasse-t-il tout ce que vous avez connu ?

Claude Chollet : Non ce n’est pas pire qu’avant. Sur le plan médiatique c’est égal, mais les périodes électorales sont propices à des prises de position plus nettes, moins insidieuses qu’en temps normal car de lourds intérêts sont en jeu.

Riposte Laïque : Sentez-vous, de la part du pouvoir socialiste, la volonté de museler ce qu’ils appellent la fachosphère ? Et selon vous, pourraient-ils disposer de moyens efficaces ?

Claude Chollet : Le terme de fachosphère est dépréciatif, je le récuse. Et s’agit il seulement du « pouvoir socialiste » ? Si Macron est élu demain en dehors et contre une grande partie du PS les choses ne changeront pas. Ce que l’on peut appeler les « pouvoirs forts », banques, grands médias, patronat, syndicats partagent pour l’essentiel la même idéologie libérale, celle du laisser faire, laisser passer. Laisser passer les capitaux, les entreprises et les hommes au nom de la mondialisation heureuse qui profite aux Chinois (je simplifie) et aux classes de l’oligarchie en Europe et aux Etats Unis. L’élection de Trump (qui semble bien repris en mains depuis son élection), le Brexit, Renzi qui perd son référendum en Italie ont été autant de signaux inquiétants pour l’oligarchie qui, mise en danger, se défend par tous les moyens mis à sa disposition : judiciaires, financiers, médiatiques.

Les tentatives de reprise en main vont donc s’accélérer on le voit avec l’intrusion des grandes sociétés numériques de Californie qui veulent maintenant qualifier l’information.

Pour la première fois en France, un site politique administré par un Français depuis le Japon a été déférencé par Google à la demandes des autorités françaises.

Riposte Laïque : Donc, vous êtes inquiet, ou pas, sur l’avenir de la réinfosphère, dont vous faites partie avec l’Ojim ?

Claude Chollet : Je ne considère pas que je fais de la réinformation mais de l’information, je me situe donc différemment. A court terme les poursuites judiciaires peuvent s’accélérer sous les prétextes les plus divers, l’antiracisme est devenu le communisme du XXIe siècle et ses serviteurs subventionnés ont pignon sur rue. A moyen terme je vois une immense offensive de Google et de Facebook pour servir de filtre à la « mauvaise information » . Les fake news dont on nous rebat les oreilles ne sont que les bons vieux bobards de la guerre de l’information. Ce qui est nouveau, c’est que les médias dominants qui ont perdu de leur superbe veulent se reposer sur les géants américains pour que ceux ci leur disent le Vrai, le Beau, le Bien. Ce faisant ils se rendent prisonniers de Google et de Facebook dont le premier objectif est de récupérer le maximum de valeur ajoutée dans le traitement de l’information. Plus la classe dominante se sentira en danger, plus elle sera agressive envers ceux qui la défient.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Claude Chollet

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 15/04/2017 08:46
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 79 80 81 (82) 83 84 85 ... 135 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !