Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Combine, honte, trahison : tout y passe [Actualité en France]




« 1 ... 110 111 112 (113) 114 115 116 ... 135 »

Combine, honte, trahison : tout y passe

Marine Le Pen et  Nicolas Dupont-Aignan

N’est-il pas risible d’entendre les Juppé et autres Accoyer parler de « trahison » ?

Le vendredi 28 avril 2017 restera un grand jour pour les patriotes. En effet, à l’occasion de cet entre-deux-tours de l’élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, et Marine Le Pen, candidate finaliste du Front national, ont décidé de passer un accord de gouvernement et de s’allier en vue du second tour d’une élection qui, décidément, ne ressemblera à aucune autre.

Ils étaient nombreux, les patriotes, à espérer depuis longtemps une alliance de cette nature. Alliance seule à même de contre-battre le fameux pacte républicain qui n’avait, en réalité, d’autre objectif que d’empêcher le premier parti de France d’accéder aux responsabilités et de maintenir aux affaires une caste de profiteurs. La décision courageuse de Nicolas Dupont-Aignan rebat donc aujourd’hui les cartes. Elle ouvre les yeux à de nombreux électeurs, qui pourront désormais, sur la base d’un programme solide porté par deux personnalités politiques crédibles, enfin faire entendre leur voix.


Stoppons Macron !
- Le Vrai Macron - #LeVraiMacron - #EnMarcheArriere
 -

Suite à cette alliance historique, à en juger par les réactions de la classe politique en place, la dynamique est manifestement en train de changer de camp. Et de voir celles et ceux, de droite, du centre ou de gauche qui, depuis de si nombreuses années, trompent les Français et ruinent la France se répandre en invectives et parfois même en insultes, démontrant ainsi leur profond désarroi.

Ainsi, n’est-il pas savoureux d’entendre le banquier Macron parler de « combine d’appareil », lui qui ne cesse, depuis un an, de casser le système en place à son seul profit, grâce au soutien de la haute finance internationale.

N’est-il pas risible d’entendre les Juppé et autres Accoyer parler de « trahison », alors qu’ils ont laissé leur propre candidat, François Fillon, au milieu de la tourmente, se gardant bien de lui venir en aide, précipitant ainsi leur parti dans le chaos. N’est-il pas succulent de voir le sieur Bayrou parler « d’immense honte », lui qui n’a eu de cesse de se faire élire tantôt avec les voix de droite, tantôt avec les voix de gauche, pour aujourd’hui se convertir sans vergogne à un mondialisme destructeur. N’est-il pas plaisant, enfin, d’entendre Jean-François Copé évoquer « une immense faute politique et morale », alors qu’il a tout fait pour détruire Sarkozy et Fillon, et ruiner le parti dont il avait envisagé d’être le président. Et la liste pourrait être longue de ceux qui, ayant passé leur carrière à profiter du système de façon éhontée, et trahi en de multiples occasions, sans le moindre scrupule, leurs alliés politiques et leurs électeurs, venir donner des leçons de morale et d’éthique aux Français.

Quant à ceux qui désertent, ces jours-ci, Debout la France, laissons-leur le temps de la réflexion. Car il est vrai que sans des convictions solidement ancrées, il est difficile de résister à la chasse aux sorcières organisée par une élite politique qui craint de perdre son pouvoir, et des médias dont il est inutile de chercher où se situe les intérêts. Regardons plutôt vers l’avenir. Et aussitôt après l’élection présidentielle où Marine Le Pen peut encore créer la surprise, les législatives qui pourront envoyer à l’Assemblée nationale un groupe de patriotes qui saura travailler pour le renouveau de la France. Et puis pensons encore plus loin, à la recomposition du paysage politique français. Paysage au sein duquel un grand rassemblement des patriotes pourra, à l’issue de la dynamique créée par cette nouvelle alliance, tenir la place qui lui revient naturellement dans une France qui aura retrouvé ses valeurs, ses ambitions et son influence dans le monde.

Olivier Damien
Docteur en droit – Commissaire divisionnaire honoraire


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 30/04/2017 10:55
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


On n’a jamais vu candidature aussi éloignée des valeurs républicaines que celle de Macron

valeurs républicaines Macron

Emmanuel Macron a sans doute parié avec lui-même qu’un Bel Ami
pourrait devenir chef de l’État en se payant les électeurs et en se moquant de la République

Jamais, de toute la Ve République, nous n’avons eu une candidature à l’élection présidentielle aussi parfaitement éloignée des valeurs républicaines que celle d’Emmanuel Macron.

Repentance coloniale allant jusqu’à accuser la République de Jules Ferry de « crime contre l’humanité », généralisation des discriminations positives, déni stupéfiant et répété de la culture française, négation de toute continuité, culte de l’évanescence, de la mobilité, éloge du mondialisme et du sans-frontiérisme, saupoudrage de « droits » distribués à toutes les communautés, et même un programme pour l’enseignement supérieur résumé à la « généralisation d’Erasmus », c’est-à-dire du bougisme jeuniste et du tourisme estudiantin inconsistants. Tout n’est que désaffiliation républicaine et brouillage des repères dans la bulle macroniste.

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (301 articles)
Macron : en marche pour le pognon ! (338 articles)

Au-delà du racolage clientéliste et communautaire distillé au hasard d’une communication désordonnée, c’est la candidature elle-même qui rompt totalement avec la tradition républicaine. La vacuité et la contradiction des propositions sont clairement assumées et revendiquées par un personnage hors-sol qui se dispense d’autant plus volontiers de programme qu’il ignore ce qui sortira des urnes aux législatives, et s’en moque d’ailleurs. Sa profession de foi du premier tour est éclairante. On n’y trouve que du bavardage creux sur les deux premières pages et un catalogue désinvolte de commercial paresseux dans la dernière.

L’on se souvient qu’il y a quelques années, un fêtard parisien avait parié chez Castel, avec sa bande de noctambules, qu’il réussirait à épouser la célèbre et jolie héritière d’une principauté rocailleuse. Le séducteur parvint à ses fins, condamnant plus tard la princesse humiliée à plaider à Rome le vice du consentement issu de ce jeu de mauvais garçon.

Emmanuel Macron lui ressemble. Il a sans doute parié avec lui-même qu’un Bel Ami pourrait devenir chef de l’État en se payant les électeurs et en se moquant de la République.

On peut assurément discuter de la personnalité de Marine Le Pen et de la qualité de son entourage, ainsi que du bien-fondé et de la faisabilité politique et juridique de plusieurs éléments de son programme. L’on peut même constater qu’elle se propose d’ajouter dans nos lois républicaines des règles qui s’y trouvent déjà et que son idée de garantir les crèches de Noël dans la Constitution est aussi ridicule que le service national obligatoire d’un mois proposé par son rival ! Mais ni l’organisation d’un référendum européen, ni la limitation importante de l’immigration, ni les mesures accordant une priorité d’embauche aux nationaux (appliquées en Grande-Bretagne bien avant le Brexit) ne sont contraires aux valeurs républicaines.

Il n’existe rien, dans la tradition et les principes républicains, qui impose le droit du sol, oblige à ouvrir les frontières sans limites, interdise les quotas d’immigration ou impose l’égalité entre nationaux et étrangers. Le Conseil constitutionnel le rappelle : « Aucun principe non plus qu’aucune règle de valeur constitutionnelle n’assure aux étrangers des droits de caractère général et absolu d’accès et de séjour sur le territoire national. » Le droit d’asile est strictement réservé par la République à « tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté » et l’article 5 de la Constitution affirme solennellement que le président de la République est le « garant de l’indépendance nationale ». Le Conseil constitutionnel en a déduit en 1986 que les privatisations d’entreprises nationalisées devaient se faire dans le respect de ce principe.

Que l’on discute donc, honnêtement et point par point, de la qualité, de l’opportunité, de la faisabilité et de l’efficacité respectives des propositions des deux protagonistes du deuxième tour, c’est une exigence démocratique. Mais que l’on arrête cette imposture consistant à prétendre opposer un prétendu front républicain à une candidate dont les préoccupations sont sûrement moins éloignées de la tradition républicaine que la personnalité et le catalogue de son rival. Michel Onfray a eu bien raison d’observer, dans Le Figaro du 24 avril, la malhonnêteté intellectuelle et l’hypocrisie phénoménale de tous ceux qui crient à un loup qu’ils ont minutieusement fabriqué pour faire triompher, au final, l’ectoplasme postmoderne si peu républicain qu’ils appellent de leurs vœux.

Anne-Marie Le Pourhiet
Juriste spécialiste de droit constitutionnel,
professeur de droit public à l’Université de Rennes I

Jamais Macron

Macron et ministres, M Rothschild et M SFR

elite francaise collabo avec allemands aujourd'hui avec  Islamistes
Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus...   (874 articles)
Pourquoi les lois d’Allah sont pires que les lois nazies  (60 articles)

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 01/05/2017 09:10
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Le défilé des « faux culs » au service de Macron, candidat de « l’extrême banque » !

Le défilé des « faux culs » au service de Macron, candidat de « l’extrême banque » !

Le multi millionnaire en euros, au portefeuille boursier et immobilier bien garni et payant ses impôts en Espagne, par ailleurs footballeur de talent formé par les structures éducatives et sportives de notre pays, a raison : il faut se méfier des « extrêmes »… (1)

et donc du fringant financier Macron, candidat de l’extrême banque !

Et il faut d’autant plus s’en méfier que ce VRP de Rothschild, du CAC 40, du Medef, des milliardaires Pinault, Drahi, Bolloré, Arnault , Bompard, Bergé, Niel ( liste non exhaustive…), tous patrons de presse et de media (eh, les Français, il y en a qui savent faire fructifier leurs intérêts particuliers !) est soutenu par tout ce que notre pays compte de politiciens pestilentiels et gavés de prébendes, qui se sont succédé depuis 40 ans au pouvoir pour conduire la France (et son Peuple) dans le mur !

A tout seigneur, tout honneur…

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (303 articles)
Macron : en marche pour le pognon ! (339 articles)

 #LeVraiMacron - #EnMarcheArriere -Stoppons Macron ! - Le Vrai Macron
 -

Le scootériste libidineux encore à l’Elysée y est encore allé de son discours pro-macronien, logique pour quelqu’un de lâche au point de n’avoir même pas osé se présenter devant les électeurs et qui tire les ficelles dans l’ombre tout en accusant Marine de mensonge et de dissimulation…

C’est le larron qui cache le bras qui a dérobé, le gamin qui accuse son copain du forfait qu’il a commis, le menteur qui crie « au loup » tout en guidant le prédateur vers le troupeau…

Car, mentir, dissimuler, enfumer, le bougre, il n’a fait que cela pendant 5 ans, détruisant, par sa malfaisance politicienne pilotée par les forces financières apatrides, notre économie, notre système social, nos valeurs laïques, démocratiques, familiales et sociétales…

Un destructeur qui veut poursuivre son oeuvre à travers la créature qu’il a créée et que tient en laisse toute l’oligarchie financière, économique, idéologique de notre pays (2).

A sa suite, ils sont tous venus…

Le Valls, ce cadavre politique déliquescent qui veut se refaire une virginité en violant sa parole , en assassinant froidement le candidat de son parti et en allant quémander un strapontin à celui dont il briguait la place… tout en souillant de sa bave obscène celle qui, elle, représente le vrai Peuple !

Le Cambadélis, dont les tièdes appels à voter Hamon hier puis aujourd’hui – à tue tête – Macron, sont d’autant plus inaudibles qu’ils sont couverts par le fracas des casseroles judiciaires qu’il traîne à chaque pas…

Le Bayrou, cette vieille carne toujours à l’affût de quelque râtelier à vider et jamais en retard d’une trahison, qui, après avoir vilipendé le petit financier, le rejoint pour promesse de sièges électoraux, et qui se permet – au nom de sa turpitude naturelle – de juger les autres…

L’Estrosi pétaradant, passé de sa proximité à Jean Marie Le Pen à l’UMP puis à LR tout en acceptant les voix de « gauche » pour être élu à la tête de la région PACA, et qui se place sous le Macron en espérant recueillir les miettes d’un festin promis… Girouette ? non, ventilateur tant il brasse du vent à chacune de ses interventions…

Le Borloo, sans doute de retour d’un stage de désintoxication, qui offre ses services (c’est quand même pas « un cadeau » !) à l’hystérique glapissant qui doit lui rappeler quelque crises passées …

Le Cohn Bendit, sorte de consommateur permanent d’argent public à travers ses sinécures électives comme d’autres sont consommateurs de drogues plus ou moins douces ou de petits enfants par pédophilie plus ou moins déclarée, n’ayant jamais travaillé mais occupant toujours les media complaisants qui chantent les louanges de cet inutile par nature…

Le Collomb, vieux cheval de retour de la politique politicienne, apparatchik socialiste blanchi sous les mandats, magouilleur en chef de la marche du petit banquier, et représentant typique de ces « hommes nouveaux » promis par le VRP des banques !

Le Kouchner qu’on croyait disparu dans un sac de riz oublié sur un quelconque tarmac et qui réapparaît toujours aussi putride dans ses réflexions marquées du sceau de l’ineptie intellectuelle…

Le Baylet, vieux routier de la politique politicienne, ministre radical de Hollande, patron millionnaire du groupe « La Dépêche  » (et du  » Midi Libre » ) groupe de presse relancé dans les années 50 par René Bousquet, le pétainiste ami de Mitterrand  responsable des déportations de juifs et de la « rafle du Vel d’Hiv », et soutien de Mitterrand, Jospin, Hollande …et de Macron aujourd’hui!

Et, pour arrêter là une liste qu’on pourrait allonger tant les prébendiers qui depuis 40 ans mangent l’argent public pour le compte des féodalités financières apatrides sont légion, unissons le duo des cocos fossilisés Robert Hue-Laurent Pierre (apparatchik de toujours au sein d’un PCF moribond où il a succédé à son père Paul…) qui roulent pour l’homme de la Bourse, du CAC 40, du Medef et de Rothschild réunis … A mourir de rire !

Eh, les cocos et ce qu’il vous reste d’ électeurs, attention, Georges Marchais va sortir de sa tombe et venir vous hanter !

Franchement, un électeur « de gauche », vraiment de « gauche » au sens ancien du terme, peut-il voter pour un candidat qui n’est que l’homme de paille du « grand capital » mondialiste, européen et français, le représentant de « l’extrême banque » et du libéralisme destructeur de la libre circulation des capitaux ?

Dans le même ordre d’idée, un électeur « de droite » et « de base », marqué par sa culture nationale et ses racines chrétiennes, attaché à ses valeurs historiques et familiales, peut-il vraiment voter pour un candidat qui a porté la loi Taubira, qui soutient la PMA-GPA, qui milite pour la « théorie du genre » et qui dilue la famille dans le fatras nauséabond d’un mondialisme libertaire?

Alors, pour les uns comme pour les autres, il n’y a qu’un vote possible : celui de Marine Le Pen.

Empédoclatès

1 –http://ripostelaique.com/zizou-appell ... maillot-fly-emirates.html
2 – http://www.minurne.org/?p=10621

Quelles sont les idées d'Emmanuel Macron ?
Ses électeurs sont sans réponse !

Les fameux électeurs de Macron, édifiant

Macron, la haine c'est vous !

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 01/05/2017 09:50
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !