Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> François Hollande : le parti à l’étranger [Actualité en France]




« 1 ... 113 114 115 (116) 117 118 119 ... 135 »

Avec Raffarin et Cresson, Macron se met en marche… à reculons !

Avec Raffarin et Cresson, Macron se met en marche… à reculons !

La France compte 14 millions de retraités, et autant d’électeurs,
mais je ne suis pas sûr qu’ils soient très flattés par ce racolage des déambulateurs

On me disait qu’une campagne électorale se gagnait sur les réseaux sociaux, avec des start-uppers plus innovants les uns que les autres. Et, évidemment, avec M. Macron, on allait voir ce qu’on allait voir !

Quelle ne fut pas ma stupeur quand je découvris que, pour lancer ce front républicain qui ne veut pas venir à lui, le jeune prodige des fusions-acquisitions en tous genres avait, vendredi soir, chaussé et fait chausser des charentaises pour réunir autour de Brigitte deux anciens Premiers ministres, l’un de droite, l’autre de gauche.

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (309 articles)

L’inénarrable M. Raffarin, souvenez-vous : l’homme de L’Esprit de mai (2002), l’auteur enflammé des célèbres raffarinades : « Quand la route … » 68 ans.

Et puis… et puis… Je m’attendais à Ségolène, dans ce marais poitevin qui porte si bien son nom. Non, M. Macron est devenu une machine à remonter le temps. Vous pensiez qu’il allait nous faire entrer dans la modernité, pousser la France vers l’avenir, nous montrer de nouveaux visages attractifs ? Non, il est en marche vers le… passé. Au-delà de Hollande et de Ségolène, ses promoteurs.

Au-delà de Chirac, son nouveau dieu. À Châtellerault, il avait placé au premier rang, à côté de Brigitte, la célébrité locale oubliée : Édith Cresson. Pour les plus jeunes : Édith Cresson, 84 ans, avant-dernier Premier ministre de François Mitterrand en… 1991-1992. Le plus court séjour à Matignon. Une impopularité record. Un avant-goût du profil de son Premier ministre ?

Je me pose une question : dans sa seconde semaine de campagne, qui M. Macron va-t-il inviter pour son dernier meeting ? MM. Juppé et Balladur ? 72 et 88 ans . Ou alors ? Deux anciens Présidents : Brigitte flanquée de Chirac et Giscard ! 85 et 91 ans ! Vous imaginez les photos dans Gala ? Le coup de jeune que ça lui mettrait ! Avec elle, on arriverait à 250 ans ! L’Ancien Régime, quoi ! On imagine que, pour l’équipe d’En marche !, les tractations sont intenses, ces jours-ci…

Certes, la France compte 14 millions de retraités, et autant d’électeurs, mais je ne suis pas sûr qu’ils soient très flattés par ce racolage des déambulateurs.

Et puis, contrairement à M. Raffarin, M. Juppé et Mme Cresson, ils ont, eux, peut-être une once de remords d’avoir confié, des décennies durant, le pouvoir à cette armée de politiciens qui coulent aujourd’hui des jours de retraite privilégiés, quoiqu’un peu dérangés par les macroneries de leur poulain agité.

Le remords d’avoir élu et réélu ces hommes et ces femmes politiques qui ont, à tour de rôle, et ensemble, laissé la France dériver.

Dominique Monthus

 #LeVraiMacron - #EnMarcheArriere -Stoppons Macron ! - Le Vrai Macron#DangerMacron
 -
-


Danger Macron 1

Danger Macron 2

Danger Macron 3

MARINE2017.FR

- @MarineLePen - marine_lepen (Instagram)

ENL - Europe des Nations et des Libertés

Marine2017 : vidéos sur Youtube

TOUTE L''ACTUALITE DU FRONT NATIONAL
TOUTES LES VIDEOS DU FRONT NATIONAL


PROJET PRESIDENTIEL 2017 de MARINE LE PEN

144 ENGAGEMENTS

Projet présidentiel de Marine Le Pen - Livrets thématiques

Le programme de Marine pour l'Outre-Mer


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 01/05/2017 18:41
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


François Hollande : le parti à l’étranger

François Hollande  le parti à l’étranger

Là où François Hollande dépasse toutes nos espérances, c’est que son appel
à voter pour Emmanuel Macron, il nous l’a fait depuis Bruxelles. Tout un symbole

François Hollande ne nous aura décidément rien épargné. Il nous aura tout fait. Jusqu’au bout. Soyons honnêtes : des « quarante rois qui ont fait la France », nous n’eûmes pas que des aigles mais, au moins, ils avaient de la race, comme on disait jadis dans les bonnes maisons, chose dont semble à l’évidence totalement dépourvu François Hollande.

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France  (308 articles)

Sa dernière ? Son appel à voter Macron. « Cela ne devrait pas être un sujet de discussion pour les forces républicaines : le 7 mai, on prend le bulletin Macron et on considère que c’est le bulletin qui empêche l’extrême droite », a-t-il déclaré, solennel, presque menaçant. Mais on vous dit de le signer là, Madame Michu, ce foutu renouvellement de bail pour cinq ans. Vous n’allez pas discuter, tout de même ! C’est pour votre bien. Tiens, une idée : pourquoi ne pas partir pour un emphytéotique ? 99 ans, carrément. On s’épargnera des pertes de temps, des formalités administratives désuètes. Mourez, nous ferons le reste. Hollande and Co., entreprise de pompes funèbres nationales, syndic de faillite en tout genre. Du reste, M. Estrosi devrait lui donner l’adresse des sociétés où il achète ses caméras. En faisant fissa, on devrait pouvoir en placer dans tous les isoloirs de France et de Navarre, avant dimanche prochain. Ça ne coûtera rien, c’est l’État qui paiera.

A lire aussi :

La Haine de Mathieu Kassovitz contre Dupont-Aignan
Marine Le Pen est-elle le diable ?
Dupont-Aignan a raison : il faut voter Marine Le Pen !
Voter pour Marine, Macron ou s’abstenir ?
Mondialiste, cosmopolite, européen, jeune… Tout plutôt que français
Homme politique et chanteur : ils insultent et menacent Dupont-Aignan !
Droite LR : la décomposition inéluctable est « en marche » !
Ralliement de Nicolas Dupont-Aignan : un geste digne du général de Gaulle
Nicolas Dupont-Aignan, Premier ministre si Marine Le Pen l’emporte

D’ailleurs, je pense à un truc, maintenant : si ce n’est pas un sujet de discussion, à quoi bon que M. Macron débatte mercredi prochain avec Mme Le Pen. C’est vrai, ça, au fond. Chirac, qui était de la faïence dont on fait les bidets, comme disait la délicieuse Marie-France Garaud, n’avait-il pas refusé de débattre avec le père ?

Le monôme anti-Le Pen qui, faut reconnaître, semble avoir eu du retard à l’allumage la semaine dernière – lendemain de fête difficile à La Rotonde, peut-être – vient enfin de s’ébranler.

Les évêques restant, cette fois-ci, dans leur sacristie, on est allé dénicher le curé de Saint-Merry à Paris, look de soixante-huitard attardé, qui appelle à voter Macron. En 40, c’était Pétain. Les temps changent, que voulez-vous. Mais toujours le même esprit de soumission. Et puis, les étudiants aussi. C’est pas possible, quand on est jeune, on ne peut pas voter Le Pen. Il paraît que si, pourtant. Je vous épargne le message lu hier ou aujourd’hui à l’occasion de la Journée nationale de la déportation : un tract anti-Le Pen entre les lignes. Alors, de là à ce que le petit Emmanuel nous trouve un bien bon gros prétexte républicain pour ne pas discuter mercredi soir avec Marine Le Pen… Puisque ça ne se discute pas, qu’on vous dit !

Bon, mais au fond, tout ça, on s’y attendait un peu, non ? Là où François Hollande dépasse toutes nos espérances, c’est que son appel à voter pour Emmanuel Macron, il nous l’a fait depuis Bruxelles. Tout un symbole. Quand on vous disait que François Hollande n’était au mieux que le préfet de la Commission de Bruxelles, il paraît qu’on exagérait. La preuve par l’image. Naguère, pour appeler à « faire le bon choix », le Président, héritier de ces fameux « quarante rois qui ont fait la France » et toutes sortes d’autres choses, avait la décence de le faire depuis le palais de l’Élysée. Ça avait au moins un peu de gueule. Avec Hollande, plus de faux-semblants.

On parlait, jadis, du parti de l’étranger. François Hollande, c’est le parti à l’étranger. Qu’il y reste !

Georges Michel
Colonel à la retraite


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 01/05/2017 19:15
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron, otage du vote islamiste ?

Macron et l'islam - Macron et l'islamisme - Macron et musulmans

Avertissement :

Le décryptage qui suit ainsi que ses illustrations, en annexes, pourraient aider à faire un choix électoral (ou pas), le 7 mai prochain, au second tour des élections présidentielles. J’en suis conscient. J’assume ce que j’écris, comme je l’ai toujours été, y compris dans les prétoires. Je suis responsable de ce que je dis. Je ne suis comptable ni de ce que d’autres en feraient, ni des possibles instrumentalisations. Je rassure mes lecteurs que toutes les informations sont vérifiables à 100%. Plus de cinquante notes bibliographiques renvoient aux sources directes. Aucune source n’est un « fake news » d’origine russe. Les illustrations comportent d’autres informations complémentaires.

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (310 articles)
Macron : en marche pour le pognon ! (348 articles)
Hollande: lâche, traitre, menteur, incapable. Il bousille la France et son peuple. Jusqu'à quand ? (174 articles)
Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (875 articles)
[UE] Haute trahison politique de plus: La Turquie en Europe, c’est fait dans 2 ans ! Allah Akbar ?  (136 articles)
[UE] Eurislam : le projet des élites européennes (3 articles)

Certains diraient que ce ne serait pas le bon timing pour le publier. Ce qui est certain, c’est qu’il a été écrit après l’annonce des résultats du premier tour, en réaction aux diverses polémiques ambiantes, pour éclairer simplement le choix au second tour. Très condensé, il est composé de neuf parties et pourrait être lu en une seule fois, ce que je recommande vivement. Toutefois, il pourrait être lu aussi en petites doses. Comme tout texte à enjeu, en ces temps, il est susceptible d’avoir des effets indésirables : rougeur des joues, trouble de la vision, énervement, insomnie, stress, déprime et hypertension artérielle. Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnées dans cette introduction, veuillez m’en informer pour les textes à venir. Bonne lecture !

1- Mohamed Saou est-il un cas isolé ?

«Il a fait quelques trucs radicaux, c’est ça qui est compliqué, mais c’est un type bien Mohamed. Et c’est pour ça que je ne l’ai pas viré !»[1] expliquait Emmanuel Macron, hors antenne, le vendredi 14 avril 2017, sur la radio Beur FM, pour défendre Mohamed Saou,  son ex-référent du Val-d’Oise. Ce dernier avait dit, sur sa page Facebook en septembre 2016 : «Je n’ai jamais été et je ne serai jamais Charlie». Reprenant à son compte un slogan islamiste post-attentat de Charlie Hebdo, à l’image d’un certain Tariq Ramadan qui n’a jamais été «ni Charlie, ni Paris» : le fameux «ni, ni» des islamistes.

Marwan Muhammad, président de l’organisation frériste CCIF, avait lui aussi exigé des explications et a menacé d’utiliser son supposé poids électoral, contre Emmanuel Macron, dans le cas où Mohamed Saou était écarté du mouvement «En Marche !»  sous pression «islamophobe», disait-il. En effet, le 10 avril 2017, il a adressé une lettre au candidat Macron dont la conclusion fut, on ne peut plus claire :  «En fonction de votre réponse (ou de son absence), je serai alors en mesure de m’exprimer publiquement sur le sujet, en direction de nos contacts médias, de nos 17 antennes régionales, de nos 14000 adhérents et de nos 350000 abonnés, sur les newsletters et les réseaux sociaux. Chaque électeur sensible à ces questions pourra alors faire, en conscience, un choix éclairé»[2] : une intimidation.

Cependant, le cas de Mohamed Saou est-il un cas isolé au sein du mouvement d’Emmanuel Macron ? Ce candidat à l’Élysée serait-il, ou pas, « dans les mains des islamistes » ? Est-il le candidat préféré des Frères musulmans ? Hormis la présence anecdotique signalée de l’islamiste Soufiane Iquioussen, dans une réunion d’ «En Marche !» à Bouchain[3] dans le Nord, alors qu’il soutenait Benoît Hamon (!), dans ce qui suit, d’autres cas troublants seront dévoilés : de la commune de Oignies dans le Pas-de-Calais, à Bordeaux dans le Sud-Ouest, jusqu’à Mulhouse dans l’Est, en passant par Paris, des soutiens d’Emmanuel Macron, des islamistes (ou au service inconscient de l’islamisme conquérant) s’appellent : Noureddine Aoussat, Rachid El-Kheng, Yanis Khalifa, Yaman Mahfoud, et la meilleure pour la fin, une certaine Fatima Jenn  et ses principaux soutiens : Anouar Sassi et Aziz Senni.

2- Cap islamiste sur les législatives ?

Par ailleurs, d’autres noms pourraient même bénéficier de l’investiture d’ «En Marche !» pour les législatives. Difficile de faire un tour vérificatif des 577 circonscriptions. D’autant plus qu’Emmanuel Macron n’a pas encore révélé la liste complète de ses candidats, comme promis. A ce jour, sauf erreur de ma part, seuls 14 noms sur 577 ont été dévoilés[4]. Plus encore, à en croire un récent article du Figaro, «les investitures ne seraient pas nécessairement rendues publiques la semaine prochaine»[5]. On peut espérer qu’elles le soient, même partiellement, s’agissant des «400 à 450 candidats» déjà retenus. Emmanuel Macron dévoilerait-il cette liste avant le second tour des présidentielles pour lever toute suspicion légitime ? On peut l’espérer. Car cela est aussi un enjeu majeur dont l’éclairage urgent permettrait, à tout un chacun, de voter éclairé, ou de s’abstenir, le dimanche 7 mai.

Les musulmans qui soutiennent Macron

En attendant, ce qui est certain, c’est que des candidats pour les législatives, notoirement islamistes, soutenant Macron ou pas, sont déjà dans les starting-blocks, ici où là. Ils sont jeunes adultes, issus de la frérosphère et s’appellent : Yassir Louati, Jimmy Parrat, Jamel Oufqir, Hanan Zahouani, Abdelkrim Marchani, Samy Debah, etc. D’autres candidats issus du parti islamo-turc, le «Parti Egalité et Justice», proche de l’AKP d’Erdogan, pourraient présenter des dizaines de candidats, revendiquant leur communautarisme, comme aux départementales de 2015[6].  Par conséquent, le risque de voir quelques islamistes occupés des sièges au Palais Bourbon, au nom de la diversité, lors de la prochaine législature, est bien réel. «En Marche !», comme d’autres formations, pourrait leur offrir cette opportunité tant rêvée, tel un Cheval de Troie qui s’ignore dans la complaisance.

3- Quand les Frères musulmans appellent à voter Macron !

Aussi, il n’est pas inutile de rappeler que les Frères musulmans de l’UOIF, par exemple, depuis l’annonce des résultats du premier tour, ont publié deux communiqués appelant à voter Emmanuel Macron, à presque vingt-quatre heures d’intervalle. Le premier, datant du 24 avril, appelle les musulmans à «aller voter massivement pour faire barrage aux idées de xénophobie et de haine et donner au candidat Emmanuel Macron, le score le plus large»[7]. Le second, datant du 26 avril, réagissant au propos de Marine Le Pen, la veille sur TF1, qui avait affirmé qu’Emmanuel Macron était «entre les mains des communautaristes, et notamment des plus dangereux d’entre eux, comme l’UOIF». Les Frères musulmans de l’UOIF y dénoncent donc ce qu’ils considèrent comme «mensonge éhonté». Ils appellent en revanche «à voter massivement pour Monsieur Macron et à faire barrage à la menace incarnée par les idées de Madame Le Pen»[8].

communique-uoif contre Marine Le Pen la patriote

Pour une organisation qui se définit comme étant «apolitique»[9], cela laisse vraiment à désirer. Son allié stratégique, la Grande Mosquée de Paris, n’est pas en reste et fait de même en appelant «à voter massivement pour le candidat Emmanuel Macron»[10]. Comme si l’hypothétique «vote musulman» devait appartenir au leader d’ «En Marche !». L’UOIF aurait-elle des intérêts particuliers, qui seraient protégés, si Emmanuel Macron devient président ? La suite donnera quelques éléments d’analyse.

4- Et ce Noureddine Aoussat qui fait compagne pour Macron ?

D’autres frérosalafistes ont appelé à voter Macron, et dès le premier tour. Parmi lesquels on trouve le franco-algérien Noureddine Aoussat[11]. En effet, dans son lieu de culte, lors de son prêche du vendredi 14 avril, il a appelé ses fidèles à voter «contre les extrémistes», en faisant fi de l’article 26 de la loi du 9 décembre 1905, fondatrice de la laïcité et de la séparation des Églises et de l’Etat. Ledit article précise qu’ «il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte». Un flagrant délit. Mais, me diriez-vous, depuis quand un islamiste respecte la laïcité ? Jamais.

L'islamiste Noureddine Aoussat dans son univers

Le soir même, sur sa page Facebook, Noureddine Aoussat diffusa un extrait de son prêche du midi[12], accompagné d’un commentaire «Ni abstention, ni vote blanc ! Tous pour un vote utile dès le premier tour !». Car, selon lui, «l’élection va se jouer dès le premier tour cette fois-ci» et que «le dimanche 22 avril» (!), il faut voter «contre les candidats extrémistes et islamophobes». Une semaine plus tard, le 21 avril, ce partisan de Sayyid Qotb publia un long texte où il a expliqué pourquoi voter Macron était important. Pour lui, Emmanuel Macron est «le moins pire des quatre ou cinq candidats qui sont favoris». Il rajouta : «Je vote Macron pour barrer la route à Le Pen, Fillon et Mélenchon»[13] !

Noureddine Aoussat n’étant pas à son coup d’essai. Tous ceux qui ne partagent pas sa vision d’une laïcité soumise aux injonctions et revendications islamistes sont «islamophobes». Lors des primaires de la droite et du centre, il a appelé les musulmans de France, dans une vidéo, à voter contre François Fillon, auteur de l’essai «Vaincre le totalitarisme islamique»[14] — pour le coup, ça se comprend ! — et par déduction, à voter pour Alain Juppé. Aussi, lors des primaires citoyennes de la gauche, il a fait compagne pour Benoît Hamon et a appelé à voter contre Manuel Valls.

En effet, le 28 janvier 2017, sur son blog dans Mediapart, il a publié une tribune intitulée : «Pourquoi voter contre Valls ce dimanche ?» où il dit, je cite : «Quand on écoute Valls nous expliquer que sa conception de la laïcité est celle de Fourest et de madame Badinter, on comprend qu’il compte toujours continuer à être le porte-parole politique d’une conception falsifiée et dévoyée de la laïcité. Valls a donc choisi de s’appuyer sur deux béquilles, qui, hélas pour lui, sont présentement les symboles même d’une double faillite : une faillite intellectuelle, celle de madame Badinter ; et une faillite morale, celle de Fourest»[15]. Les intéressées apprécieront.

Noureddine Aoussat et Valls

Ainsi, quand il appelle désormais à voter, dès le premier tour, pour Emmanuel Macron, on peut craindre qu’il soit certainement rassuré que durant le prochain quinquennat, les acquis du «totalitarisme islamique», cultivés et entretenus durant les trente dernières années, seraient, au moins préservés, au pire revus à la hausse, préparant «la partition»[16] qui s’annonce. Noureddine Aoussat parie certainement sur le bon cheval !

5- Rachid El-Kheng, un extrémisme tolérable ?

Défenseur du voile islamiste, il semble axer son engagement dans «En Marche !» sur la vision d’Emmanuel Macron concernant l’islam (-isme). Une semaine avant le premier tour, il a publié un post intitulé «L’islam n’est pas un problème pour la France», reprenant une déclaration d’Emmanuel Macron. Et Rachid El-Kheng d’expliquer : «Nous ne nous laisserons pas déstabiliser par ceux qui ont comme unique projet la division des français, le repli identitaire ou l’exploitation du communautarisme à des fins politiques.  Notre position chez En Marche ! est saine, claire et respectueuse des croyances de chacun. Notre position chez En Marche ! servira le vivre ensemble et l’intérêt de la nation».

Rachid el Kheng à côté d'Emmanuel Macron

Jeune Manager dans un groupe international français de l’énergie électrique, il est le coordonnateur local du mouvement «En Marche !» dans le bassin minier à Oignies[17] (62590), dans le Pas-de-Calais. Il multiplie les apparitions médiatiques à côté d’Emmanuel Macron. Toutefois, son profil ressemble fortement à celui de Mohamed Saou, voire plus encore. Car, en matière de reprise de la rhétorique islamiste, Rachid El-Kheng semble être un expert, alimentant la théorie du «complot sioniste» ; reprenant à son compte la propagande frériste de la «Syria Charity» ; partageant des tribunes facebookiennes de Tariq Ramadan, comme lorsque celui-ci appelant à créer un «contre-lobby» pour contrer, je cite «des lobbys très puissants, intégristes laïcards, ou pro-sionistes» !

Un simple examen de son profil Facebook révèle son univers et les constances idéologiques extrémistes qui animeraient son action.  Son soutien pour les leaders des Frères musulmans n’est pas à prouver. Pro-Mohamed Morsi, il a osé publier, le 11 aout 2014, une photo d’une carte d’identité israélienne, sur laquelle on a mis la photo retouchée du président égyptien Abdel Fatah al-Sissi. Sur la tête de ce dernier, on a rajouté une Kippa et deux tresses ! Rachid El-Kheng mit alors ce commentaire : «Sissi, il a trouvé sa carte». Antisémitisme ou pas, chacun appréciera. Un autre jour, il partagea sur sa page un appel pour exiger la libération du frère musulman égyptien Khaled al-Qazzaz, l’ex-assistant du frère musulman Mohamed Morsi.

Rachid El-Kheng exige libération du frère musulman égyptien Khaled al-Qazzaz

L’expression de sa solidarité avec le peuple palestinien, humainement légitime, prend souvent d’étranges accents. En mars 2015, par exemple, il diffusa sur sa page le propos d’un certain Abu Yazan Gazaoui, je cite : «Le monde pense que Gaza est occupée par Israël. La vérité c’est que le monde arabe est occupé par Israël à l’exception de Gaza». D’autres posts et photos ne laissent aucun doute quant à son orientation idéologique. Lui aussi, comme Mohamed Saou, n’a jamais été Charlie. C’est son droit.

D’ailleurs, lorsqu’on analyse attentivement ses publications post-attentat de Charlie Hebdo, on trouve un concentré de complotisme et de reprise d’éléments de langage de la Dieudosphère. Le 11 janvier, le jour de la manifestation à Paris, il a écrit : «Je ne comprends pas la France et le rassemblement de la communauté internationale en France ? Et la Palestine cet été, ce n’était pas du terrorisme ?». Une mise en parallèle habituelle dans ses milieux. Rachid El-Kheng considère qu’ «il y a 4 types de mensonges : les petits mensonges, les grands mensonges, le 11 septembre 2001 et le 7 janvier 2015». No comment ! Emmanuel Macron dirait : « Il a fait quelques trucs radicaux, c’est ça qui est compliqué, mais c’est un type bienRachid » !

Lire la suite ICI
Article complet en PDF

Mohamed Louizi

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 01/05/2017 19:59
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !