Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> La France macronisée [Actualité en France]




« 1 ... 123 124 125 (126) 127 128 129 ... 135 »

Chantal Ladesou : « Macron, en privé, on ne comprend pas ce qu’il raconte, Brigitte traduit »

Chantal Ladesou : « Macron, en privé, on ne comprend pas ce qu’il raconte, Brigitte traduit »

Encore un témoignage confirmant la confusion mentale de Macron.

Une actrice de théatre, Chantal Ladesou, confirme qu’Emmanuel Macron n’est pas clair, qu’on ne comprend pas ses propos

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France  (333)
Macron : en marche pour le pognon !   (376)


https://www.youtube.com/watch?v=v5BRy7dNHow:

pikachu


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 04/05/2017 11:27
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Rectificatif : François Ruffin n’a jamais appelé à voter Macron

François Ruffin

Le quotidien de Patrick Drahi, nous voulons dire Libération, est devenu très tôt comme l’ensemble des médias de l’empire Drahi BFMTV en tête un ferme soutien du candidat Macron. Laurent Joffrin s’est livré régulièrement au « comptage des soutiens » comme par exemple le 28 avril 2017 dans son éditorial : « François Ruffin et José Bové voteront pour Macron. Ruffin a précisé qu’il glisserait un bulletin dans l’urne le jour du vote mais qu’il serait un opposant dès le lendemain. Le bon sens n’est pas tout à fait mort. » À ceci près que François Ruffin n’a jamais dit ça. Nous avions repris imprudemment les termes de Laurent Joffrin, voici notre rectificatif.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire   (54)
Macron : en marche pour le pognon ! (376)
On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (333)

Dans un communiqué publié le lendemain, François Ruffin précise les choses :

« … micros et stylos me courent aujourd’hui après pour que « j’appelle à voter Macron ». Or, je n’appelle à rien du tout. Je ne délivre aucune consigne à personne. Quand il nous reste le choix entre un banquier d’affaires et le Front national, chacun se démerde comme il peut, avec ses tourments, ses hésitations, ses doutes, et je comprends parfaitement qu’on fasse des choix contraires au mien. »

Et d’enfoncer le clou au sujet d’Emmanuel Macron :

« …Nous sommes sans doute, à Fakir, depuis un an, parmi les plus fins macronologues (et macronophobes). J’ai lu les deux biographies du bonhomme, son bouquin Révolution, son programme, ses discours, etc.
C’est pour moi le pire des années Hollande. C’est lui qui, à l’Élysée, puis à Bercy, a conseillé à François Hollande de dériver toujours plus sur sa droite (comme si l’ex- avait besoin qu’on le pousse pour glisser sur cette planche). Ses collègues témoignent que, devant lui, « il était interdit de dire du mal du Medef ». C’est par lui, raconte Stéphane Richard, PDG d’Orange, que transitaient les demandes du patronat pour toucher le président. On lui doit le pacte de responsabilité, le Crédit impôt compétitivité emploi, le travail du dimanche, la loi El Khomri, autant de « réformes » dont il tire gloire. Et son programme n’a rien de nouveau: il est dans la droite ligne du dernier quinquennat, dans la continuité des trente dernières années où, contre le chômage, on n’a rien essayé, juste d’ « alléger les charges » pour les employeurs et de « flexibiliser le travail » pour les employés. »

Merci à Picardie Debout de nous avoir remis en mémoire ce communiqué qui nous avait échappé et nos excuses à François Ruffin et à nos lecteurs.


OJIM


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 04/05/2017 11:38
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


La France macronisée

La France macronisée

Le candidat Macron, peut-être dopé par le muguet, à moins que ce ne soit par les sondages, joue de plus en plus à l’hercule de foire. Dans sa dernière pitrerie, il vient de faire de Madame Le Pen la candidate de l’Anti-France !

Cela en devient risible et ce n’est pas sans évoquer une supercherie historique : la bataille de Valmy, qui fut selon les doctes historiens militaires une « bataille à fronts renversés ». Effectivement, les Prussiens, venus de l’Est, se retrouvaient à l’Ouest du terrain, et les Français étaient séparés de la direction de Paris par l’armée ennemie. Cela n’avait guère d’importance, puisque les généraux savaient qu’ils ne livreraient qu’un semblant de bataille.

Tout se réduisit, en effet, à une canonnade, qui fit néanmoins quelques centaines de morts des deux côtés. C’était le prix, acquitté par les malheureux figurants, pour créer une légende nationale française et laisser repartir chez eux des généraux d’Outre-Rhin, enrichis par quelques bijoux de la couronne, volés au Garde-Meubles par le sieur Georges Danton (ministre de la Justice !) et ses monte-en-l’air… les mœurs de voyous de nos honorables excellences de la Ve tirent leur origine des « Grands Ancêtres ».

La galéjade macronesque de cette fin de campagne ressemble fort à la comédie burlesque de septembre 1792 et, comme ce fut le cas il y a 230 ans (ou presque), ce sont des Français qui vont faire les frais des macroneries, comme ils devinrent de la chair à canons durant les vingt années qui suivirent la « Victoire de Valmy ».

Prenons le Macron-rigolo au mot : Marine = Anti-France. Cela revient à dire que :

1 – L’immigration-invasion d’extra-européens, singulièrement d’imams et d’ulémas gueulant leurs appels au djihâd : nos exotiques, « c’est la France », selon saint-Macron.

2 – Les financiers et négociants cosmopolites, les spéculateurs à l’argent tellement volatil qu’à la fin d’une journée de boursicotages, il a fait trois fois le tour (fictif) de la planète : « c’est la France » de Macron, le politicien issu du monde merveilleux du capitalisme de spéculation.

3 – La désertification industrielle de la France, liée aux délocalisations d’entreprises (nettement plus nombreuses en France qu’en Allemagne) : « c’est la France » de Macron, l’homme lige de l’économie globale.

4 – que l’intégration programmée de l’agriculture française au sein d’énormes groupes multinationaux : « c’est la France », chère à Macron-mondialisation.

5 – Que l’insécurité dans les quartiers non-chics (donc non ou à peine surveillés par la police), les forces de l’ordre perpétuellement défiées et ridiculisées par les voyous gauchistes et les délinquants d’origine extra-européenne : « c’est la France » de Mignon-Macron.

L’étude des promesses de Papa Noël-Macron démontre à l’évidence que la seule Anti-France, c’est celle que nous concoctent, nous préparent, nous fignolent ceux qui agitent les ficelles de Macron-Pantin.

Dès le 8 mai (quel symbole !), les Français vont apprendre à souffrir plus encore qu’actuellement. Ils en viendront même à regretter Bouffon Ier !


Publié le: 04/05/2017 11:47
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !