Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Le soutien de Chevènement à Macron : le primat de l’islamo-collaboration [Actualité en France]




« 1 ... 126 127 128 (129) 130 131 132 ... 135 »

Macron va ruiner les petits épargnants !

Macron va ruiner les petits épargnants !

Pour qui a lu le programme de M.Macron, voici un passage qui intéressera les petits épargnants (et non les gros épargnés).

Extrait du programme de M. Macron dans la rubrique « Fiscalité et prélèvements obligatoires », paragraphe « soutenir l’investissement » :

» En outre, nous maintiendrons les grands principes de l’Assurance vie, produit aujourd’hui détenu par 1 ménage sur 3 :

Les avantages liés aux successions seront maintenus, y compris les abattements de 30 500 € ou 152 500 € selon l’âge de versement des primes.

· Les revenus (déjà accumulés ou futurs) des versements déjà effectués ne seront pas concernés par la réforme : le prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5% au bout de 8 ans et l’abattement de 4 600 € (9 200 € pour les couples) seront maintenus pour ces revenus.

Les revenus perçus sur les sommes versées après la réforme et qui contribuent au développement de l’économie ne seront pas non plus concernés, sauf pour les encours supérieurs à 150 000 euros.
La mise en place du PFU n’aura donc aucun impact sur l’immense majorité des Français qui détiennent un contrat d’Assurance Vie. »

Or, pour mémoire :

La directive BRRD est en application depuis le 1er janvier 2016, traduite en droit français par l’Ordonnance n° 2015-1024 du 20 août 2015 portant diverses dispositions d’adaptation de la législation au droit de l’Union européenne en matière financière autorise donc les banques en faillite aux prélèvements sur les comptes de particuliers.

http://resistancerepublicaine.eu/2015 ... ur-renflouer-les-banques/

Cette disposition a été étendue en 2016 aux contrats d’assurances vie.

J’ai quand même gardé la version originale de l’ordonnance car la version en ligne sur légifrance est évidemment incompréhensible !

Quelques liens et un article déjà paru sur le sujet sur Résistance républicaine rappelant que les députés et sénateurs français amis de Macron ont voté un texte permettant aux banques de prendre TOUT l’argent, même en-dessous de 100000 euros, contrairement à ce que prévoie la directive européenne :

À partir du 8 novembre 2016, les pouvoirs publics peuvent :

I Fixer arbitrairement les rendements des assurances vie, à la manière du livret A et à la place des companies d’assurance, ils peuvent notamment fixer un taux négatif, c’est-à-dire un prélèvement forfaitaire annuel sur votre épargne.

Ce dispositif permet à l’État pour la première fois de se servir légalement et arbitrairement dans vos économies, sans aucun contrôle ni garde-fou. L’idée même qu’un pouvoir aussi puissant puisse tomber en de mauvaises mains devrait dissuader toute personne censée de voter une pareille loi, mais ce n’est pas tout, l’État pourra aussi :

II Geler indéfiniment les retraits de vos assurances vie — c’est à dire que vous ne pouvez pas jouir de votre épargne même si vous en avez besoin. Ce qui s’apparente à de la spoliation.

Tout cela, sous prétexte que vous ne consommez pas assez et ne faites pas entrer suffisamment d’impôts dans les caisses de l’État.

La solution est donc simple : soit l’État arrive à vous dissuader d’être prévoyant soit il ira se servir directement.

Lire l’extrait d’une pétition qui circule ici :

Un article de loi, caché dans les méandres d’un projet de loi fleuve est en train d’être passé « en catimini, de façon délibérément invisible et incompréhensible au non-initié », comme le note amèrement le sénateur Pierre-Yves Collombat [1].

Cette loi n’a reçu presqu’aucune résistance de la part des députés et sénateurs car les seules personnes réellement spoliées n’avaient pas été averties jusqu’à présent : vous.

Pour la première fois depuis 1945, l’État pourra légalement saisir votre bien —spoliation légale— sans contrepartie et de manière totalement arbitraire, à moins que vous n’éleviez votre voix sans attendre.

Il s’agit d’un trésor de 1 500 milliards d’euros d’économies qu’ont patiemment épargné 15 millions de familles en France.

Ce trésor, ce sont les contrats d’assurance vie, l’épargne préférée des Français.

Personne n’avait encore osé toucher à cet ultime trésor, patiemment épargné année après année par des familles soucieuses de l’avenir.

C’est pourquoi j’en appelle à la population. Quand vous aurez lu ce qui suit, je pense que vous conviendrez qu’il est absolument urgent d’empêcher cet ultime coup de poignard du quinquennat le plus destructeur de la Ve République.

Dès l’automne 2013, François Hollande annonçait une grande réforme de l’assurance vie.[2]

L’assurance vie, c’est ce produit d’épargne qui n’aurait pas d’intérêt particulier s’il n’était largement défiscalisé.

C’est cette défiscalisation qui permet aux contrats d’assurance vie de présenter le meilleur rapport rendement / sécurité pour les épargnants, du plus modeste au plus fortuné.

C’est ainsi que les contrats d’assurance vie représentent aujourd’hui un trésor de 1 500 Mds€, les 2/3 de la dette de l’État.

Et voilà que l’État et le gouverneur de la banque de France, M. Villleroy de Galhau, trouvent que c’est trop, qu’il y a en France un « excédent d’épargne » [3].

Les économistes les plus brillants de leur époque ont été incapables de trouver les solutions à la grande crise économique dans laquelle nous nous débattons depuis 2008.

Toutes leurs tentatives ont été vaines :

Le déficit, l’impression monétaire à outrance, les relances massives de l’État n’ont en rien diminué, ni la dette, ni le déficit de l’État.

Et alors que l’avenir est plus noir que jamais…

Ils ont décidé de mettre la main sur le trésor de vos économies.

L’État entend en prendre le contrôle grâce à l’article 21 bis de la loi du 8 novembre 2016 sur « la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique », dites Sapin 2, loi fourre-tout et indigeste dont les articles se discutent en colliers de perles jusque tard dans la nuit de l’hémicycle : le 21bis a été approuvé à 1h du matin, en force, comme amendements « techniques ».

https://www.le-vaillant-petit-economiste.com/derniercoup/

En complément, l’intervention du sénateur  Pierre-Yves Collombat du 3 novembre  à ce sujet. Il avait, le brave homme, demandé que les assurances vie, comme les comptes bancaires, en cas de crise bancaire ne soient pas ponctionnés en-dessous de 100000 euros, conformément à la directive européenne… Il n’a pas été entendu :

Pierre-Yves Collombat

http://resistancerepublicaine.eu/2016 ... oler-votre-assurance-vie/
http://eric.et.le.pg.over-blog.fr/201 ... gal-depuis-aout-2015.html
http://www.soregor.fr/nos-offres/cree ... caire-garantie-des-depots

Marine Le Pen dénonce les trahisons et les silences de l'UE envers les peuples... (2)
[UE] Epargnants ? L'Europe des traitres envisage clairement de ponctionner vos économies dès 2016
Marine dénonce "seule" que l'UE peut saisir vos comptes d'épargne...
[Belgique-Chypre] Epargnants belges : grâce au PS, vos comptes ponctionnés comme à Chypre ?
[Grèce] Les épargnants grecs ont retiré 3 milliards d'euros des banques cette semaine
Le FMI envisage de taxer vos comptes d'épargne de 10% ... comme à Chypre !

Marine "prévient" Mario Draghi de la BCE: Ne nous faites pas le coup de Chypre...

Ce que j’en déduis, c’est que M.MACRON, en confirmant son soutien à ce type de placements d’épargne, incite les particuliers à y placer leurs économies. Ce qui, en cas de faillite bancaire, sera tout bénéfice pour ses amis de la finance. Et les économies des particuliers…oups !

D’autant qu’avec un gouvernement par ordonnance, il aura vite fait de changer les règles….

Allez, bonne chance !

Equaliser


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/05/2017 11:05
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Le soutien de Chevènement à Macron : le primat de l’islamo-collaboration

Chevenement bisounours

L’appel de Jean-Pierre Chevènement à un « vote résolu » pour Emmanuel Macron est tombé dimanche 23 avril à 20 h 35, peu de temps après l’annonce des premières estimations. « Stupeur et étonnement ! Appeler à voter pour un candidat communautariste et eurobéat au nom des idées républicaines et souverainistes » écrit dans les commentaires Jean François Cayla, un fidèle du Che de très longue date, depuis Patrie et Progrès, il y a plus d’un demi-siècle !  Pascale Fourier, enseignante et journaliste qui avait naguère réalisé pour Radio Aligre des entretiens de qualité, entre autres du Che, de Jacques Sapir, d’Emmanuel Todd, de Jacques Nikonoff, de Bernard Cassen a réagi par un long et argumenté commentaire en expliquant pourquoi elle ne votera pas pour Macron. Les autres commentateurs ne sont pas en reste.

A lire aussi :

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (342)

Macron : en marche pour le pognon ! (386)
Chevènement soutient Macron : l’aboutissement de 55 ans de trahisons
La Fondation pour l’islam de France : des millions pour mieux faire connaître la religion musulmane
Belkacem impose l’arabe à nos enfants, Chevènement l’islam à la France
Requiem pour l'école: Quand Chevènement achève la réforme Belkacem-Valls
Européennes : quand Chevènement appelle à l’abstention, qui trahit-il ?

La magnifique Anne-Marie Le Pourhiet, juriste constitutionnaliste, membre du Conseil scientifique de la fondation Res Publica de Jean-Pierre Chevènement, déclare dans un article publié le 30 avril dernier par Boulevard Voltaire que « Jamais, de toute la Ve République, nous n’avons eu une candidature à l’élection présidentielle aussi parfaitement éloignée des valeurs républicaines que celle d’Emmanuel Macron ».

Non seulement le Che n’appelle pas à voter pour Marine qui a présidé le FN, seul parti d’envergure patriote social et républicain, mais il appelle à un vote résolu pour Macron qui incarne une contre-révolution libérale que n’aurait pas reniée Burke, ce contre quoi le Che s’est opiniâtrement battu tout au long de sa vie.

En 1967, il avait écrit avec Didier Motchane et Alain Gomez sous le pseudonyme collectif de Mandrin, un livre qui s’intitulait L’Énarchie ou les Mandarins de la société bourgeoise (c’est au Che que nous devons ces néologismes d’énarchie et d’énarque). On pouvait déjà y lire : « Cessant de se vouloir missionnaire d’un service public dont il délaisse le discours au profit de la rhétorique moderniste du « management », l’énarque est souvent devenu et souhaite parfois devenir un cadre comme beaucoup d’autres ». Thèse confirmée par Régis Debray qui écrit dans Mai 68, une contre-révolution réussie :

 « L’Etat comble chaque jour son retard. La transcroissance du système, indispensable à sa survie, s’est opérée, et continue de le faire, sur la lancée de Mai. Les nouvelles fonctions du capital ont trouvé leurs organes adéquats. Après que le Patriarche s’est vu signifier son congé (avril 1969, contrecoup de Mai 68) par la voix combinée des agents de change de la Bourse et des agents du changement de la Sorbonne, Pompidou le latiniste, né à Montboudif de parents instituteurs, débarrasse le plancher devant Giscard l’économiste, né à Coblence d’un père financier international. L’humanisme classique passe le flambeau au systémisme du M.I.T., les normaliens des cabinets ministériels aux brain-trusts d’énarques. La vieille bourgeoisie d’Etat à la nouvelle bourgeoisie financière. II y eut bien subversion dans le passage de l’archéo au néo, mais elle n’a renversé que les rapports unissant, au sein de la société libérale, les techniques de gestion aux pratiques de domination. Nous sommes passés d’une technocratie honteuse (cachée derrière un charisme patriarcal) à une technocratie triomphante, c’est-à-dire d’un autoritarisme triomphant (mais en façade) à un autoritarisme honteux (plus diffus, et plus réel) ».

 Pour la petite histoire, Macron est un énarque qui a échoué par deux fois à l’écrit du concours d’entrée à Normale Sup, un énarque pur jus en quelque sorte. Non pas mandarin de la société bourgeoise comme l’écrivait naguère le Che mais mandarin du néo-capitalisme qui s’attaque à la fois au prolétariat et à l’archéo-bourgeoisie, à la famille et à la patrie. Le normalien Régis Debray écrivait dans l’opuscule cité plus haut : « Le développement du mode de production et de distribution capitaliste n’avait plus besoin de tout ce qui survivait ici et là, dans les têtes et le tissu social, du Travail-Famille-Patrie.

« A quoi bon le culte du travail, quand la source de la plus-value n’est plus dans la quantité de travail fourni, mais dans sa qualité technologique, c’est-à-dire dans la matière grise utilisée ? Et quand les loisirs deviennent eux-mêmes une marchandise – activité génératrice d’emplois et de superprofits ? »

Ce à quoi l’on pourrait aujourd’hui ajouter, à quoi bon le culte du travail quand, par exemple, l’incendie de voitures par des « jeunes » (euphémisme le plus souvent usité pour désigner des islamo-racailles) contribue à augmenter le PIB ? On comprend mieux pourquoi ces incendies volontaires, pénalement des crimes, sont qualifiés d’incivilités, un autre euphémisme. Cette sorte de « destruction créatrice » a d’autres avantages. Avec la violence que subit quotidiennement le peuple, on n’a plus besoin d’envoyer la troupe contre lui. Le peuple est terrorisé, mis en coupe réglée, pillé, assassiné. Jamais la répression n’a été aussi efficace. On a du coup moins besoin de policiers et de gendarmes, on ferme de plus en plus de commissariats et de gendarmeries.

Nous sommes un peuple de vieille souche paysanne, laborieuse et parcimonieuse, ce qui contribue à une saine économie mais n’est plus en phase avec le néo-capitalisme, lequel favorise le flux au détriment du solide, ce qui bouge au détriment de ce qui demeure. C’est pourquoi Emmanuel Macron s’est engagé à surtaxer l’immobilier et à exonérer les valeurs mobilières. L’ISF et la taxation des plus-values immobilières (les « maîtres » qatariens en sont exonérés) seraient aux classes aisées ce que la loi SRU est à la classe ouvrière, un instrument de captation des biens immobiliers au profit du Grand Remplacement. L’immigration de masse (de peuplement et assez peu de travail) est elle aussi dans un premier temps un facteur d’augmentation du PIB (cf. Les déclarations de Christine Lagarde, de Pierre Moscovici et de beaucoup d’autres à propos des « migrants »). Sa fonction première n’est pas de faire baisser les salaires comme on a trop coutume de le dire mais de disposer d’une armée de réserve de consommateurs. Une armée de réserve avide de biens de consommation ce qui aura pour avantage de « fluidifier » le bas de laine des autochtones, légalement par la « nécessaire » solidarité, l’impôt, ou encore illégalement par la rapine. A la fois jizya et butin en quelque sorte.

Je développerai dans un autre article la question de la famille et de la patrie qui sont avec le travail devenus des choses encombrantes, des obstacles aux conditions modernes de production et de distribution. Le libéralisme économique va de pair avec le libéralisme sociétal. Et la peste sociétale rime avec antisocial. Et antisocial rime avec islam. Il y a dans l’islam un profond mépris des travailleurs et des paysans. En revanche le commerce y est loué, le « beau » modèle (Mahomet) était commerçant (et voleur). Le marché s’accommode bien de l’islam, beaucoup moins du catholicisme. L’islam n’aime ni les femmes ni la famille, sources de désordre. Il n’aime pas les patries non plus et ne jure que par l’oumma. Travail, famille, patrie, la boucle est bouclée, l’islam concentre à lui seul tout ce qui est nécessaire pour détruire l’ordre ancien, le nôtre. En bon mandarin du néo-capitalisme Emmanuel Macron s’accommode parfaitement de l’islam qui le lui rend bien, il est le candidat de la Mosquée de Paris et des Frères musulmans de l’UOIF, lesquelles préparent un projet terrifiant pour la France comme révélé par Lina Murr Nehme.

Jean-Pierre Chevènement invité par Zemmour et Naulleau le 26 avril dernier faisait part de sa souffrance de voir que l’Est de la France avait placé Marine en tête. L’ami Gérard Couvert dans un article publié par Boulevard Voltaire le 28 avril dernier avait eu la lumineuse idée de superposer la carte des résultats avec celle des mosquées. Le résultat est éloquent !

Par ailleurs, le même Gérard Couvert qui avait naguère fait partie du Pôle républicain et qui a glorieusement contribué à la réunion qui permit à Nicolas Dupont-Aignan d’ébranler la France, donne une explication originale à cette incroyable trahison du Che. Pour ma part j’avais déjà écrit que Jean-Pierre Chevènement a un faible pour l’islam et que c’est le seul domaine où il prend des libertés avec ses principes et même avec sa légendaire probité. Il semble que c’est de ce côté qu’il faille chercher les raisons de ce naufrage : Macron est le candidat adoubé par la Mosquée de Paris et par les Frères musulmans de l’UOIF, Mosquée de Paris et UOIF que Jean-Pierre Chevènement avait funestement contribué à installer à la table de la République.

Pascal Olivier

http://reconquete-republicaine.fr/
http://blog.pascalolivier.fr/


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/05/2017 11:21
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Le pire, dans l’affaire Guillon, c’est le silence complice de la presse

TCHO Journalistes eliront President

On connaissait l’art engagé. Place maintenant à l’art enragé. Nombreux sont les artistes qui prêtent leur voix ou leur plume à la défense de telle cause, au soutien de telle personnalité. Il est cependant plus rare de les voir user de leur notoriété pour injurier ou menacer ceux avec qui ils auraient des désaccords.

Hélas, beaucoup d’artistes engagés sont bien souvent enragés : Nicolas Dupont-Aignan l’a découvert à ses dépens lorsqu’il s’est vu invectivé, moqué et menacé suite à son ralliement à Marine Le Pen.

A lire aussi :

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (343)
Macron : en marche pour le pognon ! (387)
Hollande: lâche, traitre, menteur, incapable. Il bousille la France et son peuple. Jusqu'à quand ? (175)
Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (54)

On relèvera entre autres les insultes de Gilles Lelouche, Matthieu Kassovitz et Benjamin Biolay, des zartistes notoirement orientés à gauche, qui ont posté sur twitter des messages injurieux à l’encontre du président de Debout La France. « Grosse merde », clame le premier; « trou du cul », annone le second. Quant au chanteur Benjamin Biolay, il traite l’élu de « petite pute » et va jusqu’à le menacer : « c’est à tes risques et périls, tu vas le payer cher« … Une belle leçon de démocratie stalinienne que nous dispensent ces zartistes au grand cœur et à la larme facile.

Des propos qui ont décidé Nicolas Dupont-Aignan à déposer plainte contre les trois zartistes dont deux (MM. Biolay et Lelouche) ont par la suite retiré leurs publications. Matthieu Kassovitz persiste quant à lui : « je t’encule Thérèse » dit-il classieux, et d’ajouter : « impatient de te revoir au tribunal pour parler de ton anus de vierge effarouchée ».

Il en est qui ne se satisfont pas de l’injure personnelle. Il leur faut encore salir les morts. C’est à Stéphane Guillon que l’on décernera la palme de l’infamie. Invité hier matin sur LCI, l’humoriste est allé jusqu’à faire des traits d’humour sur le décès de la mère de Dupont-Aignan survenu ce jeudi 27 avril : « Il a perdu sa maman il y a deux jours donc j’ai respecté ce moment. Je me suis dit que ma mère aurait fait la même chose si je m’étais engagé aux côtés de Marine Le Pen et si j’avais déclaré être son Premier ministre, vouloir travailler avec elle : je pense que ma mère se serait aussi laissée mourir comme madame Dupont-Aignan« . Avec un fils aussi immonde, Mme. Guillon devrait effectivement se poser des questions sur l’éducation qu’elle lui a prodiguée.


https://www.youtube.com/watch?v=SezIH6j8zdg

Dieudonné appelle très clairement à voter pour Marine...

On notera le digne silence de Nicolas Dupont-Aignan qui n’a pas réagi à ces attaques. C’est Laurent Jacobelli, secrétaire général de DLF, qui est monté au créneau pour dénoncer les propos « abjects » de l’humoriste.

L’art est par essence impertinent, dira-t-on avec justesse. Un artiste est le porte-parole des sentiments de son époque et doit à ce titre clamer haut ce que d’aucuns chuchotent, quitte à enfiler sur ses frêles épaules la toge de l’immonde, quitte à marquer son nom du sceau de l’infamie. Ovide, Lucien le Rhéteur, François Villon, Sade, Georges Bataille… Il serait long d’établir la liste des ces artistes, de ces princes noirs qui, avec une plume caustique et impertinente, ont moqué, bousculé voire foulé aux pieds l’ordre social établi, certains allant jusqu’au crime.

Leur impitoyable plume ténébreuse a souvent raillé, dénudé et flétri ce que d’autres tenaient pour sacré : rois, lois, morts et dieux. Il y a cependant trois différences majeures entre eux et les zartistes de gauche qui attaquent Nicolas Dupont-Aignan.

Les premiers, si odieux fussent-ils, n’ont jamais fait de la vulgarité leur saint patron. Les plus sombres œuvres de Sade et de Bataille ont été écrites sous le sceau de la grâce et de l’élégance. On n’imagine pas Voltaire traiter Louis XVI de « trou du cul », pas plus qu’on n’imagine Ovide menacer de mort un sénateur romain. S’ils s’en sont abstenus, ce n’est pas tant par la crainte du cachot que par un talent d’urbanité qui leur permettait d’écrire les pires diatribes en conservant leur élégance. Car même la raillerie et le mépris se nimbent de grâce quand ils émanent d’un homme raffiné. Le vulgaire est toujours un indicateur d’inculture.

De plus, les artistes maudits dont nous avons parlé étaient (à la différence de MM. Lelouche, Kassovitz, Biolay et Guillon) indépendants et réellement insoumis. Le flot acide de leur encre coulait selon son propre cours, et ces auteurs ne se prostituaient pas à telle ou telle personnalité, fût-ce un roi ou un empereur, préférant souvent l’exil ou la mort à la servitude de leur pensée. Quand Sénèque se moque d’un empereur mort, il n’attend pas en retour d’être stipendié par les deniers publics et sait qu’il risque au moins l’exil et la disgrâce. Et surtout, il le fait pour lui-même et pour sa liberté, non pour complaire à tel candidat ou se faire le porte-voix de tel parti. A l’inverse, de Guillon et Kassovitz qui, en grands assistés, veulent être des « artistes d’Etat » et cracher leur fiel au nom de la gauche, aux frais du contribuable qui paye sa redevance télévisuelle et qui les finance par ses impôts.

L’on se demandera enfin ce qui est le plus scandaleux : que des artistes enragés de gauche menacent et insultent un élu et raillent sa mère décédée, ou bien l’indifférence complaisante dans laquelle se déroulent ces abominations. La presse ne se serait-elle pas enflammée, la classe politique toute entière ne vomirait-elle pas ses indignations, si un des (rares) artistes de droite avait tenu pareils propos à l’égard d’un Bayrou rallié à Macron ou de toute autre personnalité de gauche ?

Des personnalités subversives ont dû comparaître devant la sacro-sainte 17e chambre pour moins que ça. Il a suffi d’une caricature pour que l’esprit Charlie soit oublié et que Soral soit condamné à passer trois mois dans les geôles. Idem pour l’humoriste Dieudonné qui s’est vu accusé de… racisme, après quelques blagues de mauvais goût sur Christiane Taubira. Le microcosme médiatico-politique qui s’agite devant le moindre soubresaut de la « fachosphère » garde un silence de cimetière face aux infamies dont ses propres zélateurs se rendent coupables. Aux purs, tout est pur. Toutes les infamies, toutes les outrances vous seront permises si vous appartenez au camp du Bien.

Nicolas Kirkitadze

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/05/2017 11:43
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !