Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Les Français sont-ils encore un peuple ? À lui de le dire le 7 mai 2017 [Actualité en France]




« 1 ... 112 113 114 (115) 116 117 118 ... 123 »

La colère de Marine : il fallait que ça sorte !

La colère de Marine Le Pen sur Macron  il fallait que ça sorte !

On en conviendra objectivement, ce débat du 3 mai a été brouillon et mal préparé par Marine Le Pen. Peut-être est-ce là la stratégie de son équipe de communication et comme je ne connais pas le brief, je n’en dirai pas plus. J’avais, également adopté la même position sur Riposte Laïque lors de la présentation du logo à la Rose Bleue, il y a quelques mois.

Durant tout le débat, le langage corporel de Marine Le Pen était révélateur. Les dossiers dans lesquels elle cherchait des infos – (alors que son tract contenait l’essentiel de ce qu’il y avait à dire, comme me le faisait remarquer l’une de mes amies) -, son stylo pointé parfois sur l’adversaire, sa position décontractée, à la fin, appuyée sur le dossier de son siège, ne donnait pas une image très présidentielle. Mais après tout, cela ne veut rien dire… Lors du débat des présidentielles, en 2012, François Hollande – « Moi Président » – fut d’un très bon niveau face à Nicolas Sarkozy et devint, aussitôt après avoir été élu, le président le plus nul de la Ve République !

Cela dit, sur la forme, le petit banquier, en face, n’avait pas plus l’allure d’un Président. Il ressemblait au responsable de mon compte, à la banque “schmoll” qui essayait, il y a quelques années, de me faire signer une caution personnelle. Et sur le fond, il fut souvent difficile de le suivre !

Hier soir donc, Marine frappait la première et mettait l’essentiel de ses arguments dans la force de son coup de poing : « Monsieur Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l’ubérisation, de la précarité, de la brutalité sociale, de la guerre de tous contre tous, du saccage économique notamment de nos grands groupes, du dépeçage de la France par les grands intérêts économiques, du communautarisme, et tout cela piloté par Monsieur Hollande ! » Il fallait que ça sorte et c’est sorti. Tout était dit en peu de mots.

Le reste du débat visait à débusquer Macron . À le faire sortir de ses gonds. Cet objectif n’a pas été atteint. Cela étant, elle réussit à le faire paraître dans sa vraie nature, froide, cynique, péremptoire et, même s’il affichait une apparence tranquille, on le sentait également tendu. C’était certainement dû au fait qu’il craignait de se révéler, derrière l’énoncé des différents points de son programme, de trahir l’essentiel de celui qui étouffe nos compatriotes depuis tant d’années. L’effort cosmétique et le packaging étaient hier à leur meilleur pour nous le présenter à nouveau sous une forme plus séduisante, mais le contenu en est encore plus dur à avaler. Et « Lui Président », pour cela, n’a pas hésité à se parer de son plus beau sourire carnassier. Pour marcher sur le trottoir qui mène à l’Élysée, il faut connaître l’art du maquillage !

Emmanuel Macron préconisait ainsi, je le cite : « … des transferts de souveraineté avec, entre autres, la création d’un gouvernement économique et l’instauration d’un budget de la zone euro. Ce nouveau gouvernement pourrait assurer des transferts financiers entre Etats membres et emprunter sur les marchés, tout en promouvant les réformes souhaitables dans les états membres… » Il est certain que notre Chère Madame Michu, à Guéret, dans la Creuse, là où bat le cœur de notre France au plus profond de sa ruralité, ne va pas y trouver son compte en allant acheter son pain de deux livres ! Mais sur un plateau de télévision, avant le caviar et les petits-fours de la Rotonde, à Paris et devant Maman Trogneux, ça en jette !

Alors soit, Marine a été agressive, hier soir, mais bon Dieu, elle avait de quoi l’être ! Devant le boulevard offert à Emmanuel Macron depuis des mois sur les chaînes de télévision et les radios, devant la hargne que les journalistes affichent à son endroit depuis si longtemps, devant l’injustice des traitements qui lui sont réservés par les éditorialistes, elle avait toutes les raisons de l’être. Devant la morgue condescendante des acteurs corrompus de la vie politique et leur mépris le plus total pour les dix millions de Français qui la suivent, elle avait largement de quoi se mettre en colère face à l’individu qui, sans honte, racole sur les trottoirs de l’Assemblée, dans les milieux d’affaire et dans ceux du show-biz pour se construire une stature d’homme d’état.

Et puis, convenons-en également, elle a marqué positivement sa différence et a gagné du terrain sur le champ de la crédibilité, car tout le travail de redressement de notre pays ne pourra être valablement engagé que si le ménage est fait sur notre territoire, dans nos administrations et dans certaines mentalités qui sont autant de cancers qu’il faut éradiquer sans tarder. Sur ce point, s’agissant notamment de la question de l’Islam dans notre société, rien de constructif ne pourra être entrepris tant que ce problème ne sera pas réglé. Si nous devons être le premier pays en Europe à éradiquer la montée en puissance du communautarisme musulman et à mettre un frein définitif à l’immigration sauvage pour apaiser notre société, cela permettant de reconstruire notre tissu social sur de bonnes bases, ce sera déjà une grande victoire pour Marine Le Pen. Je reprends ici une phrase de Saint-Exupéry que j’affectionne particulièrement pour illustrer mon propos : « On n’hérite pas la terre de nos ancêtres, on l’emprunte à nos enfants. » Cette Terre, cette société, cette France qui souffre d’être abîmée, meurtrie dans sa chair sociétale par ceux-là même qu’Emmanuel Macron est allé honteusement draguer jusque dans la Kasbah d’Alger, nous nous devons de la laisser propre pour nos enfants et nos petits-enfants. Et chacun sait qu’une partie de ces gens-là ne sont pas les parangons de l’ordre et de la propreté, il n’y a, pour s’en rendre compte, qu’à se balader dans les rues de leur capitale abîmée aujourd’hui. Alors oui, il fallait que ça sorte au nom de toutes celles et ceux qui lui font confiance et qu’elle dénonce sans ambiguïté la collusion de son contradicteur avec les milieux musulmans en France et à l’étranger.

S’il ne fallait retenir qu’un point de ce débat, ce serait celui-ci car pour commencer un travail efficace de reconstruction de notre société et de son économie, pour présenter au Monde une image apaisée de la France, il est urgent de la nettoyer. Et le Karcher de Nicolas n’y suffirait pas. Il est nécessaire de la débarrasser de toutes les sources de déstabilisation qui l’entraînent aujourd’hui vers le déclin qu’Emmanuel Macron et tous ses complices de l’Extrême Gauche et de la Droite molle, de Jean-Luc Mélenchon et Robert Hue à Christian Estrosi, qui tous ont honteusement rejoint le panache bariolé du jeune banquier, veulent cacher sous une grande idée d’universalité contrôlée par la finance et le profit à tout prix. (S’agissant de Hue et des insoumis, on se bidonne !)

Et si la colère de Marine Le Pen a été perçue hier comme un manque de self-contrôle, il faut plutôt l’en remercier car il faut parfois savoir s’emporter pour ne pas se laisser emporter.

Jean-Louis Chollet


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/05/2017 11:31
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Marine Le Pen visite une grande entreprise française de Transport

Publié le: 05/05/2017 12:41
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Les Français sont-ils encore un peuple ? À lui de le dire le 7 mai 2017

Les Français sont-ils encore un peuple ? À lui de le dire le 7 mai 2017

Il y a une déception de la part des patriotes. Pourquoi ?

Il semble, selon ce que je lis parmi nos amis – puisque je n’écoute pas la radio, tant je sais à l’avance les ricanements des vendus, partis pris et autres, sur madame Marine Le Pen -, qu’il y a une déception de la part des patriotes. Pourquoi ?

Les uns disent qu’elle ne fut pas à la hauteur du débat technique et on peut le comprendre. Un chef d’État n’est pas obligé de savoir décortiquer des comptes et des budgets. Il n’est pas tenu de faire un audit financier, puisqu’il est là pour impulser et orienter. Je connais une auditrice et je sais qu’en matière sociale et politique, elle n’a pas à prendre en compte la dimension humaine. Ce qu’on lui demande, c’est une analyse froide des faits, et des réponses tout aussi froides, qui n’ont rien d’humain.

D’autres disent qu’elle aurait dû attaquer plus, faire sa différence, etc.

Au risque de la faire tomber dans le piège d’un Macron qui aurait fait des parallèles sur les heures les plus sombres et donner du grain à moudre à des médias enchantés de l’aubaine ! Cruel dilemme !

Alors oui, elle n’a pas fait l’ENA, elle est avocat. Elle n’a pas appris à dépouiller des entreprises et à en tirer les actifs en laissant le passif (les salariés) sur le trottoir, en attente de la déchetterie sociale. La poubelle de Pôle emploi, la misère et le désespoir.

Il fut froid comme un comptable, faux-cul comme un serpent, menteur sur son pseudo-amour de la patrie, lui qui considère les patriotes comme des rats de l’extrême droite à éradiquer d’urgence. (Ils sont là, partout, vous les croisez chaque jour, etc.)

Avocat, elle a parlé avec ses tripes, son âme, et si elle a oublié quelques virgules, quelques ponctuations, son regard avait une sincérité humaine face au serpent qui était en face d’elle.

Son discours était juste et ses actions passées sont assez évidentes pour faire foi de sa sincérité. Les patriotes, les électeurs vont-ils changer d’opinion ? Il faudrait être fou pour ce faire.

Voter pour un monstre froid parce qu’il a été formé à nier la partie humaine d’une gestion d’entreprise ou de ministère, serait une grave erreur.

Le général Charles de Gaulle n’a jamais fait ces écoles de commerce, ni même l’ENA (et pour cause), mais il sut mettre au travail des hommes de capacité et non des fonctionnaires à la 1984 d’Orwell.

Les comptes seront peut-être justes avec Macron, mais la France ne sera plus. Il sera tel le médecin qui se glorifie d’avoir guéri un mort. Molière est plus que jamais d’actualité. Sait-il, ce Macron, qui est Molière, lui qui affirme qu’il n’y a pas de culture française ?

Pour ma part, si ce peuple de France se donne à un inconnu, se prostitue à un bébé Hollande, tel un gamin à un adulte, s’il n’a pas l’intelligence de comprendre ce qui l’attend au bout du chemin, alors il ne vaut rien.

Gérard Brazon
Ancien responsable syndical à la RATP


Publié le: 05/05/2017 14:23
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !