Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> “Savoir prier”: un piège à ingénues #1 Meilleure vente sur Amazon… [Application de la charia]





“Savoir prier”: un piège à ingénues #1 Meilleure vente sur Amazon…
#1

“Savoir prier”: un piège à ingénues #1 Meilleure vente sur Amazon…

Visiblement rédigé et illustré à l’intention des jeunes filles francophones, ce petit livre contient tout le nécessaire pour jouer à la musulmane avec les copines. Et il évite très soigneusement tout ce qui pourrait permettre de comprendre les implications désastreuses de ce jeu dangereux.

La première de ces implications est le sens, l’exégèse, de la fatiha, la 1ère sourate du Coran dans l’ordre canonique, qui doit être récitée à chaque rakah, c’est-à-dire au moins 17 fois par jour. En la récitant, la musulmane prononce une malédiction contre les juifs et les chrétiens, dont le Coran (par ex. 5.60 et 5.77) et Mahomet (dans plusieurs hadiths) nous disent clairement qu’ils sont désignés, respectivement comme encourant la colère de Dieu et comme étant égarés, dans le 7e verset de cette sourate.

C’est une malédiction, car dire en s’adressant à Dieu que tels et tels gens encourent sa colère et/ou sont égarés, c’est les maudire, comme on pourra s’en convaincre en consultant un dictionnaire de la langue française. Pour les preuves «musulmanes» de ces affirmations, voir notamment La Fatiha et la culture de la haine: Interprétation du 7e verset à travers les siècles ou Commentaire de la sourate Al-Fâtiha ou encore Explication détaillée de la sourates al Fatiha.

Le livret recommande aussi, comme 2e sourate (il faut le plus souvent réciter deux sourates, la fatiha et une autre), al kafirun (les infidèles), l’une des sourates les plus citées par les apologistes, qui n’en donnent généralement que le dernier verset: «À vous votre religion, et à moi ma religion.» À première vue, c’est un message tolérant. Mais selon les exégètes, c’est la réponse de Mahomet à une proposition de médiation des païens de La Mecque – une année tout le monde adorerait les idoles païennes (comme auparavant) et l’année suivante tous pratiqueraient le culte de Mahomet, et ainsi de suite. Un homme tolérant aurait sans doute accepté, certain que les mécréants seraient subjugués par les qualités de son culte s’ils en faisaient l’expérience. Mais non, pour Mahomet, pas question – c’est l’islam ou rien. La sourate al kafirun est donc en fait un monument d’intolérance. Mais il faut un minimum d’étude pour le découvrir.

A lire aussi :

Sami Aldeeb : 17 fois par jour, les musulmans prient contre les chrétiens et les juifs (3)
Un rapport dénonce la radicalisation alarmante des livres scolaires palestiniens
L'islam, la plus grande machine de guerre de l'Histoire
L'OCI, cet ONU de la loi islamique qui a pour mission de protéger et "d'élargir" l'oumma dans le monde (11)

Et c’est bien là le problème majeur avec ce petit livre destiné à des novices: en apprenant la prière, on les prépare à répéter certains messages des milliers de fois par an sans en connaître le sens «islamique». Et quand elles découvrent ce sens, il est souvent trop tard – tous leurs proches font pareil et il est très dur de renier des promesses solennelles répétées tous les jours depuis des mois ou des années.

En outre, elles auront alors peut-être aussi appris que la négation de l’obligation de la prière équivaut à une apostasie et vaut la peine de mort dans l’islam classique, par consensus de toutes les écoles. Pour certains juristes, une seule prière manquée sans motif valable peut aussi justifier cette peine. Or ce sont des choses qu’il faudrait savoir AVANT de prononcer des milliers de serments de fidélité à cette foi, non?

Par ailleurs, la candeur, l’enthousiasme et souvent la grâce de ces jeunes filles qui croient trouver une spiritualité, une vertu ou un art de vivre plus sain dans ces activités en font autant d’armes entre les mains des musulmans instruits qui souhaitent, surtout en Occident, donner une image flatteuse de l’islam. Mais l’islam doux et tolérant de ces jeunes filles n’est qu’un leurre. Il «suffit» pour s’en rendre compte de consulter les bases d’enseignement des imams, notamment les exégèses (tafsirs).

Ainsi, «leur» islam n’a aucune chance de s’imposer dans le contexte musulman pur qu’elles contribuent à mettre en place. «Leur» islam est essentiellement un piège. Un piège à novices et autres ingénues. Comme ce mignon petit livret

Source

www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 09/05 15:28
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !