Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Emmanuel Macron et le cauchemar qui vient [Actualité en France]




« 1 ... 11 12 13 (14) 15 16 17 ... 33 »

Emmanuel Macron et le cauchemar qui vient
#40

Macron l'imposteur

Lors des élections de 2017 en France, Emmanuel Macron a obtenu les voix de 43,63% des inscrits. Il affirme néanmoins son désir d’être le Président de tous les Français, et donc de les unifier.

Il n’est pas facile d’unifier après avoir divisé. Après avoir diabolisé, à cause de leurs idées, des Français dont le seul crime est d’être pauvres et d’avoir faim.

Quand j’étais jeune, la classe ouvrière en France votait à gauche, et les intellectuels en disaient alors du bien et la plaignaient, alors qu’elle pensait et parlait exactement comme aujourd’hui. Qu’y a-t-il de changé? Maintenant qu’ils votent à l’"extrême-droite", les ouvriers et les chômeurs seraient devenus mauvais? Tout au long de la campagne électorale, on nous a rabâché les oreilles en les traitant de fascistes, alors que ce n’étaient pas eux qui, parce qu’ils avaient perdu les élections, étaient descendus dans la rue pour tout casser ou incendier des policiers.

A lire aussi :

Élections législatives : plus que jamais, défendre la France ! (4)

Fourzytout à la Macron 
Victoire de Macron – Pour Christophe Guilluy : “les perdants sont aujourd’hui les catégories populaires”
Les investitures d’En Marche pour les législatives
Gaspard Gantzer, symbole du dangereux centralisme démocratique à la Macron
En fait, cette présidentielle, c’est Charlie qui l’a gagnée
Investiture présidentielle : un usage plus qu’un symbole
LR : on n’est plus à un abandon près…
En l’honneur de Manuel Valls !
Quand un maire moucharde le vote de ses administrés FN !

Et l’on nous parle d’espoir. En quoi est-il porteur d’espoir pour ses électeurs, Macron qui est l’auteur de la loi Travail ? C’est précisément à cause de cette loi qu’une partie de ces mêmes électeurs a paralysé le pays durant des mois. Donc ils recommenceront bientôt. Cela ne donne pas d’espoir ni sur le plan économique, ni sur le plan sécuritaire.

Et en quoi est-il porteur d’espoir, celui qui est soutenu par toute l’oligarchie et les islamistes[1] qui ont donné pour mot d’ordre de voter massivement pour lui? [2] Ils ne l’auraient pas fait s’il n’y avait pas eu des bénéfices à attendre de son élection, et donc un marché conclu sous la table.

Et l’Arabie Saoudite est ravie. Croyez-vous que le choix de l’Arabie se porte jamais sur quelqu’un qui sert les intérêts de son pays, elle qui a financé le radicalisme et le terrorisme dans le monde à coups de centaines de millards de dollars, et qui est le personnage responsable de la montée des organisations al-Qaïda avec toutes ses branches, notamment la irakienne (Daech) et la branche syrienne (al-Nosra avec tous ses noms et avatars)? [3]

Non, je suis contente que cette campagne de cauchemar, pleine de haine de toutes parts, se soit terminée, mais je ne suis pas contente de ce qui risque probablement d’arriver, car, de tout cœur, je ne souhaite pas que M. Macron échoue, son échec ne pouvant qu’apporter beaucoup de souffrance.

Il y a deux semaines, on faisait la queue pour voter. Aujourd’hui, ils nous attendaient tous, nous avions fini en trois minutes.

Que vaut une élection où la moitié des gens ont voté contre quelqu’un et non pour, et où 12.101.661 d’électeurs (25,44% des électeurs inscrits) se sont abstenus ou ont voté blanc (4.069.582, soit 8,55% des électeurs inscrits) ? Que vaut une élection dont le résultat a été concocté par des révélations de scandales frappant certains candidats et pas les autres – lesquels ont pourtant, tous, les mêmes affaires à se reprocher, surtout dans le camp des soutiens de Macron? [4]

Que vaut une élection dont le résultat a été dû au fait que dans un débat, une des protagonistes s’est comportée stupidement parce qu’un succès auquel elle n’était pas habituée lui avait donné le vertige et parce que son interlocuteur passait son temps à traiter ses paroles de mensonges au lieu d’y répondre?

Tout cela est-il sain? On en verra les fruits à court ou moyen terme, et je ne souhaiterais pas pour mon pire ennemi le sort qui va vraisemblablement frapper M. Macron quand l’urgence ne sera plus d’écarter Mme Le Pen, mais bien de résoudre les problèmes économiques qu’il n’a pas su résoudre durant le quinquennat précédent. Et, plus encore, de résoudre les problèmes de l’islamisme et du terrorisme, qui sont plus graves, car ils sont existentiels.

Lina Murr Nehmé

[1] Concernant ce qu’enseignement ces mêmes islamistes en France, on trouvera les informations, citations, références et fac-similés dans mon livre: “Tariq Ramadan, Tareq Oubrou, Dalil Boubakeur : ce qu’ils cachent”, Salvator 2017.

[2] Mohamed Louizi : Pourquoi je ne suis plus Frère Musulman, 2016. https://goo.gl/RdyaaR

[3] Lina Murr Nehmé, “Fatwas et Caricatures: la stratégie de l’islamisme”, Salvator 2015.

[4] Concernant l’honnêteté des politiciens qui soutiennent Macron et du favoritisme dont ils bénéficient de la part des médias (à quel prix?), le lecteur a l’embarras du choix. Mais il importe de signaler le cas de François Bayrou, qui a attaqué la corruption des autres, tout en fournissant des emplois fictifs. Lire l’article écrit par l’un des bénéficiaires de ces emplois, Nicolas Grégoire, dont le récit fut censuré durant toute la période électorale : il explique plus ou moins le retournement de Bayrou en faveur de Macron qu’il avait traîné dans la boue peu auparavant:
https://goo.gl/7DUsOH


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 14/05/2017 11:24
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Arsène Lupin à l’Élysée
#41

Macron, Arsène Lupin à l’Élysée

Sans jamais aborder les problèmes de fond qui taraudent notre société,
Macron a surfé sur la vague anti-Le Pen

Le butin du plus grand « casse électoral » de la Cinquième République peut être récupéré dans les filets des législatives. Nos institutions possèdent, en effet, l’antidote au venin que constituerait la politique d’Emmanuel Macron pour notre pays, si elle s’appliquait un jour. Cet antidote est la cohabitation.

Ce beau roman commence, aux yeux du grand public, par la création du mouvement En marche !, pour arriver à ce « hold-up » presque parfait (parfait, si La République en marche remporte les législatives). Bien entendu, tout est mis en œuvre pour faire passer cette structure comme apolitique, proche du centre, ni de droite, ni de gauche, rassemblant la société civile (terme à la mode qui ne veut rien dire).

Et pourtant, lorsque le masque tombe, que le faux nez de Bayrou, les yeux de biche de NKM, la barbe de trois jours et le front dégarni d’Édouard Philippe, l’auréole de Sylvie Goulard, l’Européenne, s’effacent, vous vous retrouvez avec une maison sans fondations, composée d’un PS bis, pilotée par un « gentleman cambrioleur ».

A lire aussi :

L’investiture du Président, spectacle du Rien 
En direct du Sacre
Miracle à l’Élysée : Hollande se réincarne en Macron !
La France, c’est nous…
Investiture présidentielle : un usage plus qu’un symbole
Ces maires qui font la morale à leurs électeurs – et qui n’ont rien compris
Lettre ouverte au futur ministre des Affaires étrangères
Retour du Donbass : la guerre se poursuit mais le peuple s’organise

Il suffisait de regarder le film documentaire sur TF1, « Macron, les coulisses d’une victoire », pour observer une réalité bien à gauche, avec des trotskistes – Daniel Cohn-Bendit et Romain Goupil – et des socialistes – Ismaël Emmelien, le directeur stratégique de la campagne, ex-conseiller de Nicolás Maduro, Stéphane Séjourné, chargé de la relation avec les élus, qui a pour fait d’armes le blocage de l’université de Poitiers lors de la lutte contre le CPE, Sibeth Ndiaye, la responsable presse, passée de l’UNEF au PS, Benjamin Griveaux, porte-parole, élu socialiste de Saône-et-Loire, etc.

Quant à François Bayrou, les épaules très basses, il laisse entrevoir un homme pour qui l’esprit de revanche a pris le pas sur sa conscience.

Emmanuel Macron est le parfait reflet de cette phrase terrible que j’ai relevée dans le livre d’Anne Fulda, Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait, et que je vous livre in extenso : « Sous le sceau de l’anonymat, l’un de ses anciens camarades de l’ENA le note en tout cas : “Emmanuel a toujours eu des fidélités successives ou plutôt des infidélités successives".

Il ne renvoie pas l’ascenseur. Il se sert des gens. Mais ce qui est exceptionnel, c’est que les gens, souvent intelligents, le savent et se font quand même avoir…” »

Il est alors facile de comprendre que beaucoup d’électeurs se sont fait avoir par ce scénario machiavélique, qui a commencé avec le cabinet noir de Hollande à l’Élysée pour détruire les leaders de la droite, s’est poursuivi avec le roman « En marche » et s’est installé sur le climat de peur engendré par la gauche au sujet du FN.

Sans jamais aborder les problèmes de fond qui taraudent notre société, Macron a surfé sur la vague anti-Le Pen pour arriver sur la plage de l’Élysée.

Cependant, il ne faut pas perdre espoir. Ce magot qui a été subtilisé par cet Arsène lupin de la politique peut être récupéré lors des législatives. Le rassemblement des droites est encore possible dans une Assemblée nationale à majorité « Les Républicains ».

Mais méfiez-vous de la contrefaçon de LR , nommée malignement LRM (La République en marche). Si, après tout ceci, vous n’êtes pas convaincus que La République en marche est, en fait, un parti de gauche, penchez-vous sur le cas de Catherine Barbaroux.
Cette femme à qui Emmanuel Macron vient de confier les clefs de la maison est membre du PS depuis 1970, et proche de Martine Aubry…

Michel Prade

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 15/05/2017 06:35
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Macron : les médias corrompus par l'oligarchie en plein délire mystique
#42

Macron : les médias en plein délire mystique

Élections législatives : plus que jamais, défendre la France ! (4)

Macron : en marche pour le pognon !  (401)
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (41)
Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire
On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (362)

J’ai arrêté la télé au bout de 5 mn ce matin, surtout après avoir entendu les youyous de victoire pour fêter Macron sur les Champs-Elysées. Radios idem (et nous payons une redevance pour tous ces gens-là).

Pour sourire, quand même, voici un excellent article de Marianne sur le thème de l’extase des commentateurs devant le divin enfant.

Un peu d’humour et d’intelligence consolent devant la sottise et la servilité des collabos:

L’intronisation d’Emmanuel Macron tourne à l’extase chez les commentateurs télé (Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (55) )

Par Xavier Frison

À l’occasion de la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron, certains journalistes ont viré « gagas ». Exemple avec France 2 et BFMTV.

Une partie de la presse avait déjà tressé des lauriers en or massif à Emmanuel Macron, au soir de sa victoire du 7 mai. Pour son investiture au cours de la passation de pouvoir avec François Hollande ce 14 mai, certaines chaînes de télévision n’ont pas moins versé dans la flagornerie.

En ce dimanche matin, le service public était particulièrement en forme, à l’heure de semer sur le parcours du nouveau président mille qualificatifs plus élogieux les uns que les autres. Compilés par certains twittos, dont le journaliste Samuel Gontier, les saillies des commentateurs de France 2 ne laissent guère planer de doutes sur la cote d’amour d’Emmanuel Macron auprès de ces derniers. Florilège.
 

Laurent Delahousse orchestrait « ces instants républicains« , avec une myriade d’envoyés spéciaux dans les rues de Paris. La seule remontée des marches en courant du nouveau président suscite l’admiration : « Il a monté les marches quatre à quatre, à une vitesse incroyable. Ça rappelle Jacques Chaban-Delmas », apprécie le journaliste Franck Ferrand.

Tandis que les figures obligées de la passation de pouvoir se déroulent sans surprise particulière, le plateau de France 2 est en ébullition : « C’est l’investiture la plus romanesque de la Ve République« , « On est véritablement dans le roman, et même, osons le mot, dans l’épopée« . Rien que ça. Et quand Laurent Delahousse y va de sa description du nouveau président, voilà le résultat : « Ce visage, ce masque d’Emmanuel Macron, cette gravité qui arrive ».

Le journaliste vedette de France 2 peut bien feindre de demander si « les Français avaient besoin d’être réassurés sur la présidentialisation d’Emmanuel Macron ? », pour lui, il n’y a aucun doute. D’ailleurs, quand Emmanuel Macron prend une femme en larmes dans ses bras, « c’est le protecteur de la Nation » qui se présente à nous. « Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça« , lâche un intervenant, dans une comparaison tout en simplicité.

Des personnes se sont réfugiées dans ses bras. Autrefois, les rois touchaient les écrouelles le lendemain du sacre, il y a un peu de ça.

Invité sur le plateau, l’ancien patron du Monde Eric Fottorino voit lui en Emmanuel Macron « un alliage ». Et pas de la camelote, s’il vous plaît : « Les aciéries font des métaux spéciaux. Il est d’un autre métal. » Plus fort, plus rare, plus indestructible, cela va de soi.

Serge Moati, lui, est marqué au fer par Gérard Collomb, incapable de retenir ses larmes au moment de serrer la main de celui en qui il a cru avant bien d’autres : « L’image de Gérard Collomb bouleversé, ça me fait penser à Mitterrand embrassant Mendès-France », estime le journaliste.

Et puis, le type a « de la gueule », selon un autre intervenant sur le plateau de France 2 ce dimanche matin. D’ailleurs, Nathalie Saint-Cricq ne se sent « pas autorisée en tant que femme à dire qu’il a le physique de l’emploi », renvoyant cette responsabilité incongrue à ses collègues masculins, mais il se passe clairement quelque chose dans le coeur de la patronne du service politique de la chaîne.

« Il y a cinq ans, on parlait de la pluie, là on parle d’Emmanuel Macron. Quelque chose a changé », entend-on encore sur le plateau.

Au moment où Emmanuel Macron revient de son petit tour de voiture à l’Élysée, costume détrempé, en refusant le parapluie tendu par un membre du personnel, c’est l’éclat de rire charmé sur le plateau de France 2. Même rigolade quelques secondes plus tard, quand on entend Emmanuel Macron dire sur le perron « Je vais me changer, je pense ». Les commentateurs s’extasient devant tant d’autodérision.

Sur BFMTV, on avait choisi un consultant bien particulier en la personne de Mounir Mahjoubi, candidat La République en marche pour les législatives et proche d’Emmanuel Macron. Une façon d’éviter les remarques de pisse-froid en ce jour de gloire pour le nouvel arrivant à l’Élysée. En complément, un curieux dispositif permettait d’entendre Ruth Elkrief au téléphone, dans une liaison qui donnait l’impression que l’éditorialiste de BFMTV avait été envoyée à Bagdad. Elle s’exprimait en fait de la salle de presse de l’Élysée, mezza vocepour ne pas déranger les confrères. Ce qui ne l’a pas empêché d’en faire des tonnes : « C’est la marque d’Emmanuel Macron, s’extasie Ruth Elkrief après le premier discours du nouveau président. Tout en rendant hommage à tous les présidents qui l’ont précédé (…) lui, il veut trancher. C’est le personnage Macron qui parle, sa jeunesse, son énergie, sa volonté de rendre les choses différentes ».

C’est le personnage Macron qui parle, sa jeunesse, son énergie, sa volonté de rendre les choses différentes.
Ruth Elkrief

Ludovic Vigogne, journaliste à l’Opinion, estime pour sa part que Macron a la baraka : « On voit que l’alignement des planètes continue pour Emmanuel Macron : aujourd’hui il fait beau, et en plus la passation d’Emmanuel Macron tombe un dimanche. C’est génial, ça permet une audience maximale, tous les Français peuvent être devant leur télé et assister aux premiers pas d’Emmanuel Macron. Et puis ça va permettre peut-être à plus de badauds d’être sur les Champs-Élysées ».

Le fait de ne pas encore connaître le nom de celui qui sera le Premier ministre d’Emmanuel Macron, annoncé le lendemain ? Sur le plateau de BFMTV, on s’enflamme : « On est vraiment dans l’invention d’une politique, la redéfinition d’une fonction en direct, c’est très inédit. »

Vers 14h, le journaliste en plateau sur BFMTV pouvait lâcher, en guise de résumé, à l’évocation d’Emmanuel Macron remontant les Champs Élysées sur un véhicule de l’armée : « On retiendra quand même cette image spectaculaire d’Emmanuel Macron sur cet engin militaire ». On retiendra aussi sans doutes ces envolées des commentateurs, tout aussi spectaculaires.
https://www.marianne.net/medias/l-intr ... tter#link_time=1494771622

Claire

A LIRE AUSSI :

médias corrompus,presse corrompue,corruption médias,corruption presse,;

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 15/05/2017 08:07
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 11 12 13 (14) 15 16 17 ... 33 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !