Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Mondialisation: la Commission européenne se fout de vous, en grand ! [Actualité en Belgique]





Mondialisation: la Commission européenne se fout de vous, en grand !
#1

Mondialisation: la Commission européenne se fout de vous, en grand !

Alors là, dans le genre cynique et suffisant, il n’y a pas mieux. La Commission européenne, inefficace et inaudible sur tous les sujets, récupère les critiques des partis « populistes » qu’elle méprise et menace, pour déclarer timidement que la mondialisation n’est pas parfaite mais doit continuer !

désindustrialisation de l’EuropeLa désindustrialisation de l’Europe bat son plein. Pour beaucoup de secteurs, c’est trop tard,
mais la Commission européenne s’obstine dans sa politique mondialiste: un désastre!

Au moment où la désindustrialisation de l’Europe bat son plein, avec des départs vers l’Asie de SECTEURS INDUSTRIELS ENTIERS qui délocalisent pour maintenir leur rentabilité ou simplement survivre face à leur concurrence, au moment où le chômage atteint 10% et plus dans l’Union européenne par la faute des directives concoctées par la Commission européenne, comme la directive de libre circulation des travailleurs qui tue nos emplois par centaines de milliers, voilà que le « gouvernement européen », dirigé par Jean-Claude Juncker, récupère l’idée de la ré-industrialisation, chère à la droite populiste, en disant ce que le public veut entendre, mais en ajoutant mezzo voce qu’ils ne feront rien !

Le textile, la confection, les jouets, les chaussures, l’informatique, les constructions métalliques, les matériaux de construction (comme l’isolant), des secteurs entiers de la construction métallique et mécanique ont simplement disparu d’Europe, quasi-totalement. La sidérurgie européenne survivante peine face au dumping asiatique. L’automobile européenne survit péniblement après un énorme effort de robotisation des usines. L’aéronautique ne vendra plus d’Airbus à la Chine demain. C’est fini. Ils seront dorénavant faits en Chine et même Sonaca a suivi en installant son usine à côté d’Airbus China.

A lire aussi :

[UE] L’Europe dont on ne veut plus, celle des Juncker et Verhofstadt!

Des entreprises comme Whirlpool délocalise d’Amiens-France vers la Pologne et bénéficie d’aides européennes à l’installation en Pologne ! Nous prenons le pari que dans quelques années, Sonaca Gosselies sera mis en balance avec l’usine Sonaca de Chine.

Europe-Sonaca
Sonaca Gosselies [Belgique] tourne bien, mais il y a maintenant Sonaca en Chine.
Dans quelques années nous ne donnons pas cher, à politique européenne inchangée,
du sort de Gosselies lorsque l’usine sera mise en balance avec Sonaca Shanghaï

D’autre part, le secteur de la construction a mis au chômage des centaines de milliers d’Européens de l’Ouest : coffreurs, maçons, techniciens divers, peintres, couvreurs, etc… tous remplacés par les Roumains, Bulgares et autres, qui travaillent à des salaires de misère. Le scandale du transporteur belge Jost qui exploite des chauffeurs de l’Est, c’est l’Europe, c’est l’UE, c’est la Commission, et dans une moindre mesure, le parlement européen, tout aussi inefficace  que la Commission et d’une lenteur d’escargot.

Si on n’améliore pas d’urgence nos règles antidumping vis-à-vis surtout de l’Asie, on perdra – dit le patronat européen – plus de 2 millions d’emplois incessamment. On perdra des secteurs d’activité vitaux pour l’économie européenne, comme la sidérurgie à chaud.

Europe des traitres : Katainen-Macron
Le commissaire Katainen, ici à gauche avec un certain Emmanuel Macron,
ne veut pas toucher du tout à la politique d’ouverture absolue de l’Europe. Le dumping menace nos entreprises,
… celles qui n’ont pas encore délocalisé !

Pour le Commissaire européen Jyrki Katainen (photo de tête, avec le Premier chinois Li Keqiang), vice-président de l’exécutif européen, en charge du pôle Emploi, croissance, investissement et compétitivité, « la globalisation ne doit pas nécessairement produire son lot de perdants ». Dans une grande conférence de presse, par sa voix, la Commission européenne prétend s’attaquer à la question, politiquement très sensible, de la mondialisation.

Europe Juncker

La Commission de la dernière chance, comme le dit son président, Jean-Claude Juncker,
ânonnant ses discours, maintient sa politique de mondialisation, destructrice de nos industries. Du balai!

Le document ridiculement prétentieux de la Commission est intitulé «Maîtriser la mondialisation ». Le commissaire admet que cette « méga-tendance impacte l’Europe », et ajoute qu’elle se renforcera quoi qu’on fasse. Championne du laisser-faire pendant des décennies, la Commission se justifie : « la mondialisation a produit de grands bénéfices pour les Européens »: baisse des prix, stimulant de l’innovation, opportunités sur les marchés extérieurs pour les PME et donc création d’emplois.

Tous les poncifs s’y retrouvent. Bien sûr que l’ouvrière de la bonneterie de Mouscron qui a perdu son emploi il y a 10 ans, va trouver des vêtements dans son supermarché qui sont incroyablement bon marché ! Elle peut en acheter avec l’argent du chômage… Elle vit maintenant dans un désert économique grâce à l’Europe, grâce aux imbéciles qui ont ouvert les frontières en grand, sans contrôle.

Picanol

Picanol à Ypres, vend ses machines en Chine, qui produit des textiles très bon marché,
que même les chômeurs d’Ypres peuvent acheter. Bravo l’Europe!


Picanol à Ypres vend des machines textiles hautement automatisées à la Chine… et elles produisent là-bas des vêtements que les chômeurs d’Ypres peuvent se payer. Voilà une bonne affaire. Et attention, dans quelques petites années, Picanol aura ses concurrents chinois. Ils rattrapent nos industries de pointe à grands pas.

La note de réflexion de la CE reconnaît cependant que, sous les coups de boutoir de la concurrence globale, des entreprises ferment leurs portes ou délocalisent, les revenus des classes moyennes ont stagné. « Ce n’est pas bon pour la cohésion de nos sociétés ».

« La solution ne passe ni par le protectionnisme ni par le laisser-faire…. Pour préserver les bénéfices de l’ouverture », déclare Katainen, « mais aussi remédier à ses inconvénients, l’Europe doit promouvoir un ordre mondial plus fort basé sur des règles, agir résolument contre les pratiques déloyales, rendre nos sociétés plus résilientes et nos économies plus compétitives face à un environnement qui change rapidement ».

C’est quoi, ce jargon ?! C’est aussi précis que lorsque Manu Macron, le nouveau président français veut faire tout « en même temps ». Ca ne veut rien dire. Macron avait proposé une mesure intéressante, pour contrer les critiques de Marine Le Pen : un « Buy European Act »: les marchés publics européens ne seraient accessibles qu’à des entreprises qui «localisent au moins la moitié de leur production en Europe». Une bonne proposition, mais la Commission ne l’aime pas. Katainen déclare : « L’Europe ne peut se permettre de restreindre les appels d’offres publics à l’Europe», par crainte de voir la Chine ou d’autres nous fermer leurs marchés!

Pour l’UE, le document de la Commission suggère de « parler d’une voix plus forte » dans les forums internationaux pour lutter contre l’évasion fiscale, la corruption, les flux financiers illicites, pour imposer le développement durable, etc… Autrement dit, RIEN !

« L’UE elle-même est un modèle de maîtrise de la globalisation », assure l’ex-Premier ministre finlandais. Ahurissant ! C’est digne de la Pravda à l’époque stalinienne. Vers des lendemains qui chantent !  Pour Katainen et la Commission, imposer 50 % de fabrication Made in Europe contreviendrait à « nos règles. Je crois fermement que les entreprises européennes sont capables de fournir des services et des biens tout à fait satisfaisants, sans aucune règle artificielle ».

Lamentable exercice d’auto-justification et de refus de changer quoi que ce soit à une politique perdante, qui tue l’Europe à petit feu.

Encore une chose : Katainen a félicité Macron pour son refus « de voir se construire des murs » : comprenez vive l’immigration qui est une grande chance pour l’Europe, parait-il ! Et puis il y a toujours l’entrée de la Turquie dans l’Europe… Il est enrageant de constater que les citoyens n’ont aucune prise sur la politique européenne sinon par l’élection de parlementaires européens qui ne contrôlent guère la Commission. Les commissaires du gouvernement non élu de l’Europe ont les coudées franches. Il faut d’urgence faire sauter cette structure et repartir sur les bases saine d’une Europe des nations et d’une zone européenne de libre échange [???].

C.T.
Le Peuple

Quotidien belge de combat pour nos valeurs


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 15/05 06:08
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !