Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Quoi qu’ils en disent, Marine a gagné cette élection [Actualité en France]




« 1 ... 119 120 121 (122)

La martingale gagnante

Jean-Marie Le Pen et la petite Marine Le Pen

L’affaire est entendue, on n’y reviendra pas : Le Pen = Hitler

En 2022, cela fera un demi-siècle que l’étiquette fasciste est accolée au nom de Le Pen. Cette absurdité a gagné les esprits à un point tel que l’on peut douter qu’elle soit contredite un jour. Même le changement de patronyme n’y suffirait sans doute pas, et une Marine qui se marierait pour devenir Aliot ne bénéficierait pas du privilège d’une Anna Maria Mussolini, fille du Duce, devenue par mariage Pucci Negri, animatrice appréciée de la radio italienne jusqu’à sa mort en 1968.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (56)
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (47)
Macron : en marche pour le pognon ! (401)

On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (364)

Des êtres intelligents et rusés, jouissant des conseils les plus avisés, ont créé ce mythe et l’entretiennent à leur profit. Le père fondateur est sans conteste François Mitterrand qui, en valorisant Jean-Marie Le Pen (« L’Heure de vérité », Antenne 2, 13 février 1984), en lançant SOS Racisme (15 octobre 1984) et en instaurant la proportionnelle (1986), a plongé ses opposants de la droite conventionnelle dans un pétrin dont ils ne sont jamais sortis.

L’évolution du processus l’a amené à maturation. Désormais, les présidents de la République sont élus par défaut, soit que le candidat de gauche soit opposé à un candidat de droite soupçonné de dérive ou de soutien ou de pensées lepénistes (François Hollande), soit que le candidat de nulle part soit opposé à un authentique Le Pen. Ainsi Emmanuel Macron. L’homme peut se prévaloir d’un succès écrasant. Pensez ! 66 % contre 34 ! Mais entrons dans le détail. Le corps électoral français compte 47 millions de votants.

Le 7 mai, 12 millions se sont abstenus, 4 millions ont voté blanc ou nul. Reste 31 millions, dont 20,5 pour l’élu. Mais toutes les enquêtes confirment que 60 % de ces 20,5 millions n’ont pas voté pour Macron mais contre Le Pen. Reste 12 millions de marcheurs convaincus. Avec ses presque 11 millions de voix d’authentiques adhérents à son projet, Marine Le Pen n’est pas pulvérisée mais honorablement battue par le candidat antifasciste. Car Emmanuel Macron, dans ses discours comme dans le choix de ses visites, n’a rien négligé pour entretenir la stupide accusation. En dépit de son invraisemblance, cette accusation reste opératoire, et elle l’est en profondeur ! Chacun a pu entendre entre les deux tours, dans une de ces émissions radiophoniques qui donnent la parole à qui veut bien la demander, un quidam qui, avec de la terreur dans la voix, disait redouter le retour des SA et des camps de concentration si Marine Le Pen était élue ! Rien que ça ! Mais insuffisant pour inspirer au journaliste à l’antenne une contestation à la mesure de l’outrance. Et dans tout le pays, on a vu des portraits de Marine Le Pen dont la lèvre supérieure était couronnée d’une petite moustache et le front décoré d’une croix gammée. Le pire : personne ne s’en est étonné.

Ainsi, l’affaire est entendue, on n’y reviendra pas : Le Pen = Hitler, et le courant national-souverainiste est à jamais extrême-droitier. Que le programme, les actes publics et les candidatures du Front national soient strictement républicains, sans que l’on puisse y trouver quoi que ce soit d’extrême, n’y changera rien. De cyniques manipulateurs, disposant de puissants moyens et de financements illimités, sauront exhumer à leur profit, à chaque échéance majeure, les âmes des malheureux qui ont péri il y a trois quarts de siècle et qui n’aspirent pourtant qu’à la paix éternelle.


Publié le: 16/05 16:45
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Quoi qu’ils en disent, Marine a gagné cette élection

Quoi qu’ils en disent, Marine a gagné cette élection

Le FN a-t-il vraiment perdu ? Election après élection il est d’usage de se féliciter que le FN n’ait pas gagné. Donc, depuis ce 7 mai c’est même l’euphorie dans les rangs du système médiatico-politique (auto-autorisé défenseur des valeurs de la France et détenteur de la vérité) de pouvoir s’auto-féliciter de la défaite de Marine Le Pen. Même satisfaction de la part de dirigeants étrangers contaminés par la « peur » largement transmise par nos propres médias et dirigeants dont on connaît la parfaite partialité quand il s’agit de parler du FN. Le FN doit obligatoirement faire peur : c’est dit, c’est redit, ça doit s’inscrire dans les gènes ! D’ailleurs, dans le débat du 3 mai, pas très brillant je le reconnais de la part Marine Le Pen mais aussi de la part d’Emmanuel Macron, ce dernier n’a pas manqué de jeter au visage de son adversaire ces paroles haineuses qui prouvaient qu’il avait bien appris sa leçon : « La grande prêtresse de la peur, elle est en face de moi ! » Le coup de la peur que doit inspirer le FN ça marche de moins en moins, et ça finit même par ridiculiser les porteurs de ce message.

Si ça marchait vraiment parfaitement, y aurait-il eu environ 11 millions d’inconscients à mettre dans l’urne le bulletin FN au cours de ce 2ème tour de l’élection présidentielle alors qu’il n’y en avait que 5,5 millions en 2002 ? Emmanuel Macron a-t-il remporté haut la main une victoire facile face au FN qui lui donnerait raison maintenant de pavoiser ? Rien n’est moins sûr si on regarde quelques chiffres qui ne manquent pas d’être significatifs. Au 1er tour de la présidentielle, il est arrivé en tête avec 23,9% des suffrages, ayant bénéficié :

– de l’attrait pour la nouveauté que représentait la création d’un nouveau parti pour beaucoup d’électeurs dégoûtés des vieux partis et ses vieux ténors qui alternaient au pouvoir depuis longtemps déjà sans trop faire marcher le pays, alors « En Marche » avec un  jeune meneur ça vous permettait d’espérer que ça pouvait peut-être marcher…

– de la grande mansuétude des médias car candidat à gauche, donc de leur sérail… Le matraquage en règle (habituel), Marine Le Pen  l’a encore subi car les journalistes coalisés ont mené campagne contre elle, à défaut de se contenter d’informer objectivement, comme ce devrait être la règle puisqu’on les subventionne grassement dans ce but… Malgré tout, seule contre tous, Marine parvenait avec 21,7% à talonner le chouchou des bobos-gauchos, chiffre très honorable quand on veut reconnaître sincèrement la longue liste des obstacles auxquels elle a eu à faire face pour empêcher que ça « marche » pour son parti. Epreuve supplémentaire, dès le 23 avril sont venus les soutiens immédiats à Emmanuel Macron comme principalement, pour ne citer que ceux-là :

Benoît Hamon, ce qui est logique venant d’un homme de gauche pour un autre homme de gauche qui s’est élevé au sein de la gauche ; François Fillon, ce qui est irresponsable pour un homme qui se voulait le plus à droite de son parti… Jean-Luc Mélenchon a semblé ne pas donner de consigne de vote mais ses membres zélés ont fait savoir nettement qu’il fallait faire barrage au FN. Cette fois-ci en tous les cas, pas à proprement parler de front républicain mais des appels à faire barrage proférés de partout : partis politiques, syndicats, monde du spectacle, recteurs d’universités, musulmans (UOIF) etc… Au 2ème tour, si Emmanuel Macron a bien bénéficié de nombreux reports de voix comme c’était annoncé, il n’a pas tout raflé. Marine Le Pen a conservé ses voix du 1er tour et a même progressé puisqu’elle a obtenu 33,9% des suffrages, soit une augmentation de 12,2%. Donc la défaite est honorable car elle prouve que le FN continue à progresser malgré le chiffon rouge agité toujours plus violemment par les propagandistes de la peur anti-FN. La peur du FN, alibi facile pour masquer la peur de leur propre médiocrité !

Il était certain que Marine Le Pen après le 1er ne pouvait pas gagner mais on a continué à faire peur en balançant des sondages, auxquels je n’ai absolument pas cru, qui pouvaient laisser penser qu’elle pouvait être victorieuse. Les chiffres de cette élection présidentielle 2017 qui ne déshonorent donc en rien le FN, le système les occulte : Marine Le Pen est la grande perdante, un point c’est tout et Emmanuel Macron Le grand gagnant ! Grand gagnant le nouveau président ?

– selon de dernières estimations, seulement 16% de ses électeurs auraient voté pour son programme – 43%  l’ont fait pour faire barrage à Marine Le Pen

– beaucoup de Français ne souhaitent pas qu’il ait la majorité absolue à l’Assemblée Nationale Il paraît qu’en économie, point important pour de nombreux Français qui voient leur pouvoir d’achat baisser continuellement et le nombre de chômeurs augmenter, il serait le meilleur. C’est vite oublier que malgré sa jeunesse, il porte déjà un bilan qui n’est guère à son avantage comme « acteur » du système hollandiste :

1) de 2012 à 2014 il a été un des conseillers de François Hollande

2) de 2014 à 2016  Ministre de l’Economie et des Finances… et « 91 000 nouveaux demandeurs d’emplois de catégorie A enregistrés entre son arrivée et son départ du gouvernement »(sic) ! Il va falloir marcher vite à Emmanuel Macron pour combler les lacunes ! Mais soyons rassurés et défense de rire : François Hollande lui a promis qu’il l’aiderait en cas de besoin et même le conseillerait !

Françoise Lerat  


       


Publié le: 17/05 22:23
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Le Marine bashing a assez duré !

La vaillante Marine Le Pen

C’est une femme seule. Raison de plus pour la respecter

“A woman scorned”. En plein Festival de Cannes, on peut dire que ce thème de la femme bafouée est un vrai genre cinématographique. Seulement voilà. On n’est pas au cinéma. On est dans la vraie vie. Ce constat de réalité, beaucoup ici, sur Boulevard Voltaire, qui se font parfois trop de cinéma, devraient le méditer un peu plus. Alors, dès le soir du deuxième tour de l’élection présidentielle, on a vu les canonnières se déchaîner. Partout dans les médias, et même chez ceux qui, ici ou ailleurs, l’encensaient il y a quelques jours. Que n’a-t-on pas dit sur la défaite de Marine Le Pen !

Oui, ici, sur Boulevard Voltaire, J’ACCUSE !

J’accuse tous les rêveurs de la droite éternelle de vider leur hargne sur, peut-être (l’Histoire le dira), LA FEMME la plus courageuse de l’histoire de la République (vous me direz, il n’y a pas eu beaucoup de candidates à la fonction présidentielle depuis la Révolution)… et de vouloir virer Philippot pour reconstruire la droite. Mais arrêtez de nous bassiner, bande de ringards, la droite dont vous rêvez n’existe pas et n’existera jamais.

Et Macron, lui, l’a bien compris pour la gauche, et il est président de la République française. Virez Philippot, et Asselineau aura eu raison de dire qu’en 2035, Marine Le Pen sera encore et encore candidate pour la énième fois.

J’accuse tous les soutiens de la dernière heure de venir piétiner un jour celle qu’ils ont adorée la veille et qu’ils avaient déjà piétinée quelques jours avant.

J’accuse Marion Maréchal-Le Pen – et je sais que je ne vais pas me faire des amis -, la midinette des plateaux de télé, la NKM du FN, de s’être empressée de quitter le navire, sachant pertinemment que la presse entière allait s’emparer de la nouvelle pour enfoncer un peu plus Marine Le Pen. Quelle était l’urgence ? Une question familiale ? Ça n’aurait pas pu attendre une semaine ou deux ?

J’accuse, enfin, ce parisianisme mondain qui se goberge sur TV Libertés de ne pas sortir de son petit monde parisien.

Et j’accuse tous les autres, ici même sur Boulevard Voltaire, qui déversent leur haine douteuse. Oui, douteuse, car il y a dans ce que je perçois autour de moi beaucoup d’ignominie misogyne. Lui aurait-on fait subir le même sort si elle avait été un homme ?

Entre les deux tours, seules deux femmes – Marie-France Garaud et Anne-Marie Le Pourhiet – ont eu des mots raisonnables et à sa hauteur. Tous les autres ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

Oui, je l’admets, son débat avec Macron n’a pas été glorieux. Et alors ? Vous croyez qu’elle ne le savait pas ? Vous croyez qu’elle ne sentait pas, au fond d’elle-même, que de toute façon elle serait battue ?

Soyons honnêtes une seconde. Si Marine Le Pen avait eu la hauteur gaullienne que vous attendiez, croyez-vous vraiment qu’elle l’aurait emporté ?

Mais ouvrez donc les yeux ! Nous avions affaire, là, à une machination sans précédent.

Marine Le Pen en a eu conscience, mais c’est une femme seule. Raison de plus pour la respecter. Aucun homme n’a eu le courage de tenir tête à cette monstrueuse machine politico-médiatico-financière, et Nicolas Dupont-Aignan s’en est bien rendu compte.

Les attaques provenant de son propre camp sont ignobles. Et elles traduisent surtout, de la part de ces stratèges en chambre, une cécité et une inconséquence inquiétantes et sur le présent et sur l’avenir.

Frédéric Marc
Cadre culturel

A lire aussi : Nous avons une nouvelle bataille à mener patriotes, fonçons à nouveau tous ensemble ! C'est notre peau que nous allons tenter de sauver en élisant un maximum de candidats patriotes : Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France !


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 21/05 18:20
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !