Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Lapix remplace Pujadas. C'est la nouvelle potiche de l'Elysée, du système, de FR2 et de Publicis [Actualité en France]




« 1 ... 17 18 19 (20) 21 22 »

Lapix remplace Pujadas. C'est la nouvelle potiche de l'Elysée, du système, de FR2 et de Publicis
#58

20 heures : Anne-Sophie Lapix sera parfaite pour servir la soupe au Macron

Lapix ou la mafia politico médiatique

Pourquoi Matignon et l’Elysée ont-ils remplacé le servile Pujadas par la potiche Lapix ?
Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (58)
Macron : en marche pour le pognon ! (402)

Une fois n’est pas coutume, Le Monde a très bien résumé la nomination d’Anne-Sophie Lapix pour présenter le 20 heures de France 2 à partir de septembre, titrant : « Anne-Sophie Lapix, nouveau visage du “20 heures” de France 2. » Effectivement, comme elle l’a d’ailleurs magistralement prouvé sur France 5, Anne-Sophie Lapix n’est qu’un visage, une coquille vide, juste pleine d’un catéchisme bien-pensant.

Non pas que je regrette le roquet actuel – un autre Espagnol pénible, avec Valls et Hidalgo. On préférait tout de même Picasso ; lui au moins avait du talent ! –, mais là c’est le pompon !

Anne-Sophie Lapix est ce qu’on pourrait appeler une énarque des médias, passée partout où c’est bien d’être passé : « LCI durant six ans, M6 (2005-2006), TF1 (2006-2008), Canal+ (2008-2013), France 2 (2014-2015) et France 5 depuis septembre 2013. Et c’est elle que Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, a choisie pour présenter le “20 heures” de France 2 à la place de David Pujadas dès septembre » (Le Monde).

Faut dire qu’avec l’arrivée à l’Elysée du Castor junior sous ecstasy, il faut du jeune, du bien ignorant de la France réelle, du mondialiste à convaincre, etc. Anne-Sophie Lapix remplira parfaitement la fonction d’abrutissement idéologico-informatif et ce, à une heure de grande écoute.

« Elle a une palette extrêmement large et un savoir-faire acquis dans de nombreux médias, dont le service public, qui en fait la meilleure candidate possible pour ce rôle », confie Delphine Ernotte en pâmoison, dont la nomination personnelle – où plutôt le parachutage politique ! – à la tête du groupe France Télévisions, en avril 2015, a causé pas mal de remous. Mais elle s’est accrochée au rocher pour « rajeunir » les chaînes dont elle a la charge. Oui, parce que seuls les jeunes sont productifs et malléables. Ils méritent donc toute l’attention télévisuelle. Les vieux, c’est l’euthanasie qui guette, Attali vous l’a dit !
Donc, Anne-Sophie Lapix va désormais avoir une audience folle pour cracher sur les patriotes, comme elle le démontra jadis brillamment avec Florian Philippot. Et qui sait, Patrick Cohen sera peut-être son souffleur attitré !

Et, lorsqu’il s’agira de recevoir le beau Premier ministre et le plus beau président, alors ses yeux – qu’elle a fort jolis ! – pourront cligner, tels ceux de Duchesse devant O’Malley dans les inoubliables Aristochats. Ni Brigitte, ni Arthur Sadoun – mari de l’intéressée et actuel patron du groupe Publicis, lequel veut beaucoup de bien à Castor junior – n’auront leur mot à dire : quand on rencontre le prophète qui marche – et qui murmure à l’oreille des moutons ! –, on peut tout !

Enfin, qu’Anne-Sophie Lapix ait des connaissances bien placées n’a SÛREMENT rien à voir avec sa nomination : « La journaliste évolue dans le milieu audiovisuel mais également dans celui du business. Avec son mari Arthur Sadoun, président de Publicis, elle reçoit régulièrement le Tout-Paris à son domicile. “Une fois par mois, ils font un dîner dans leur maison de maître du XVI arrondissement avec des grands patrons et des personnalités des médias”, nous confiait un invité du couple. Parmi ceux qui se sont assis à la table d’Anne-Sophie Lapix, elle-même fille d’un entrepreneur BTP du Pays basque, on trouve le PDG d’Orange Stéphane Richard, le producteur Stéphane Courbit ou encore le PDG de la Fnac Alexandre Bompard » (Capital).

Cette collusion entre les médias et le pouvoir – de toute nature – laisse souvent sans voix les correspondants étrangers, qui s’interrogent notamment « sur la relation des médias français au personnel politique » (France Culture).

Une collusion pourtant très visible qui n’a pas empêché le troupeau bêlant de voter pour le pire président possible, car celui-là, contrairement à Hollande, il y croit. Ce qui veut dire qu’il ne reculera devant rien pour assujettir un peuple qui, décidément, aime marcher avec des chaînes.

Ainsi, Anne-Sophie Lapix aux commandes du 20 heures de France 2, c’est une maille de plus à la cotte que se fabriquent les puissants et qu’il deviendra de plus en plus difficile de percer, à moins que le peuple de France déploie une violence légitime contre ses agresseurs…

Charles Demassieux

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 19/05 05:09
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


"Anne-Sophie Lapix est à la charnière du pouvoir médiatique et du pouvoir financier"
#59

"Anne-Sophie Lapix est à la charnière du pouvoir médiatique et du pouvoir financier"

Bronca des journalistes contre Emmanuel Macron, remplacement de David Pujadas par Anne-Sophie Lapix… Jean-Yves Le Gallou revient sur les tempêtes qui ont agité le paysage médiatique cette semaine.

 

Voilà deux jours que les journalistes et les sociétés de journalistes s’énervent contre le nouveau président élu parce qu’il a dit vouloir choisir les journalistes qui l’accompagneraient dans ses voyages selon leur spécialité notamment.
Est-ce que comme certains vous y voyez une menace pour la liberté d’informer ou la démocratie ?

Non, aucunement.
Je ne suis pas macroniste, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais j’ai aussi publié il y a quelques années un ouvrage qui s’intitule La tyrannie médiatique dans lequel je dénonce, entre autres choses, la domination que les médias exercent sur d’autres pouvoirs comme le pouvoir économique, le pouvoir religieux, voire politique.
En l’occurrence, la démarche de Macron consiste à refuser en tant que président de la République d’être placé un petit peu sous la domination des médias.
Ça ne me choque pas!
Alors évidemment, tout cela est assez ambigu parce que Macron n’a été élu que parce qu’il a eu le puissant soutien des médias, et en particulier des propriétaires de médias.
Je crois qu’il faut noter qu’il y a ici une petite nuance à apporter. Les propriétaires de médias, que ce soit Drahi, Niel, Pigasse, Arnault et beaucoup d’autres sont ouvertement macronistes. Par contre, les journalistes étaient macronistes dans la mesure où Macron leur paraissait le meilleur candidat contre Marine Le Pen. Mais au fond d’eux-mêmes, beaucoup étaient peut-être un peu plus à gauche, un peu plus pour Hamon, un peu plus pour Mélenchon.
Alors là, la contradiction apparaît entre les journalistes de base et les propriétaires de journaux, et le président de la République lui-même.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (59)

Lapix remplace Pujadas. C'est la nouvelle potiche de l'Elysée, du système, de FR2 et de Publicis
Sans 40 ans de lynchage politico-médiatique du FN, Marine serait élue au 1er tour
Florian Philippot remet la collègue de Cohen, Madame Anne-Sophie Lapix, la pimbêche de service, à sa place...
Eric Zemmour persiste et signe : l’islam est incompatible avec la République et la France
Du terrorisme islamiste au terrorisme intellectuel

Il a une autre actualité médiatique, le départ un peu forcé apparemment de David Pujadas du 20h de France 2. Certains ont évoqué d’un timing un peu malheureux laissant croire que le pouvoir avait influencé cette décision. Mais le SNJ a déclaré, quant à lui, qu’il y avait notamment beaucoup de journalistes qui étaient contre David Pujadas au sein de la rédaction, et a parlé de deux « dérapages » ou deux « dérives » journalistiques, et notamment le reportage qui avait été fait dans le journal de 20h sur les cafés de Sevran dans lesquels les femmes ne pouvaient pas se rendre.
Qu’est-ce que vous pensez de la déclaration du SNJ, notamment sur ce qu’ils appellent une « dérive » journalistique ?

Je pense que le SNJ est toujours dans un rôle de commissaire politique.
De même qu’à l’époque de l’Union soviétique, ceux qui garantissaient le conformisme dans les médias, ce n’était pas directement le pouvoir politique, mais les syndicats de journalistes.
Et bien le syndicat national des journalistes est toujours dans cette ligne-là. Il traque ce qui lui paraît aux limites du politiquement correct. Et donc ce reportage qui n’a pas vraiment été démenti depuis d’ailleurs, qui montrait que les femmes n’étaient pas toujours bienvenues dans certains cafés de Sevran, c’était politiquement incorrect. Donc le syndicat national des journalistes est monté en ligne contre ce reportage.
Il est en quelque sorte dans son rôle de commissaire politique.
Ceci étant, c’est quand même tout à fait excessif d’accuser Pujadas de ne pas être politiquement correct parce qu’il est évidemment très politiquement correct. Même s’il a pu, à tel ou tel moment, laisser passer des choses qui l’étaient un peu moins. C’est l’exception qui confirme la règle.

On a appris par ailleurs que Pujadas serait remplacé par Anne-Sophie Lapix. Faut-il, selon vous, y voir la raison de l’éviction de David Pujadas ?

Vous savez, quand on remplace un ministre, qu’on remplace un préfet ou qu’on remplace un présentateur de télévision, c’est un peu la même chose.
C’est moins par le souci de faire partir quelqu’un que par le souci de faire arriver quelqu’un d’autre.
Je crois qu’il y a avait le souci de faire arriver Anne-Sophie Lapix.
La raison est que c’est une femme qui est à la charnière du pouvoir médiatique, du pouvoir financier et du pouvoir publicitaire.
Elle réunit, dans son salon peut-on dire, ou à diner, chaque semaine, avec son mari Arthur Sadoun, patron de Publicis, les grands du CAC 40, les grands du politiquement correct. Au fond, ces gens-là ont fait un petit « pou-putsch » sur France 2, en disant: «  ce sera Anne-Sophie Lapix qui est le mieux à même de nous remplacer ».
C’est d’ailleurs une journaliste qui a un certain talent, en même temps que de grandes qualités de politiquement correcte.
Elle a à son crédit d’avoir défini, il y a plus de cinq ans maintenant, début 2012, la bonne stratégie d’attaque contre le Front National en insistant sur les failles ou les difficultés de son programme économique.
Au fond, elle a fait un bon boulot pour le politiquement correct. Il est assez normal qu’elle soit récompensée.

Jean-Yves Le Gallou
Ancien député européen, essayiste

A VOIR OU A REVOIR :

Politique & éco n°125 avec Pierre Jovanovic  spéciale Présidentielle (mars 2017)

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 20/05 16:54
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


"S’agit-il de choisir, parmi les journalistes, plutôt les copains ? L’avenir le dira "
#60

Claude Chollet : S’agit-il de choisir, parmi les journalistes, plutôt les copains ?

La volonté de l’Élysée de choisir les journalistes accompagnant Emmanuel Macron pour son premier voyage a provoqué une levée de boucliers. Selon Claude Chollet, ce qui est nouveau n’est pas tant de choisir les médias que les journalistes eux-mêmes à l’intérieur de ces médias.

Il y a quelques jours, l’Élysée a annoncé qu’il souhaitait choisir les journalistes qui accompagneraient les voyages d’Emmanuel Macron. Il y a eu une levée de boucliers dans plusieurs groupes de presse.
Quel est votre regard sur cette demande de l’Élysée qui apparaît comme nouvelle ?

Elle n’est pas si nouvelle que cela.
Vous vous souvenez peut-être que, avant le premier tour de l’élection présidentielle, et pendant la campagne, il y avait déjà eu une polémique. Ce n’était pas immédiatement autour de Macron, mais autour de Marine Le Pen et de son équipe. Ils refusaient d’accueillir un certain nombre de journalistes dont ils considéraient qu’ils étaient là uniquement en tant qu’ennemi du Front National et non pas en tant que journalistes. Je pense en particulier à Mediapart et au quotidien de Yann Barthès. Cela avait déclenché un certain nombre de grincements de dents.
Il faut se souvenir qu’au même moment, Macron refusait dans ses meetings d’accréditer certains organes de presse. Je pense en particulier à Russia Today ou a Spoutnik, qui est, il est vrai, une radio financée par la Russie.
Donc, je dirais que Macron et son équipe n’en sont pas à leur premier essai.
Ce qui est intéressant cette fois-ci, c’est que non seulement ce n’est pas qu’il refuse certains journalistes puisque de toute façon, il y a aura un tout petit nombre de journalistes qui seront invités, mais qu’ils veulent aussi choisir à l’intérieur des médias les journalistes qui auront le privilège d’accueillir le nouveau président de la République.
J’ai quand même l’impression que cela est une première. Et il est bien certain que les quelques dix, vingt, trente, quarante, je ne sais pas, journalistes qui auront la chance de participer au premier voyage du nouveau président, ceux-là sans doute, en garderont une petite reconnaissance.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus - La propagande anti-démocratique de la télévision totalitaire (60)
La Mafia Médiatique (10 Milliardaires = 99 % des Médias) Manipule les Français depuis Toujours
Lapix remplace Pujadas. C'est la nouvelle potiche de l'Elysée, du système, de FR2 et de Publicis
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (58)
Macron : en marche pour le pognon ! (402)

Il est dit notamment qu’il ne veut plus que le politique suive le médiatique et que le politique doit reprendre sa place. Il dit qu’en choisissant les journalistes, il veut surtout choisir des spécialistes des thématiques de ses voyages.
N’est-ce finalement pas une bonne chose ?

La réalité est souvent paradoxale.
Vouloir remettre le régalien, le politique, et là en l’espèce la défense, puisqu’il s’agit d’un voyage à caractère militaire, à sa place est sans doute une bonne chose.
Maintenant, ce qu’on peut craindre, c’est une dérive. Il ne faudrait pas considérer que les journalistes « spécialisés » sur tel ou tel domaine soient uniquement des journalistes à caractère technocratique, mais peut-être à caractère technocratique plutôt favorable au nouveau président, au nouveau gouvernement, et à la nouvelle politique.
Je crois que l’affaire en soi est plutôt anecdotique. Par contre, il sera intéressant d’en suivre les développements dans les semaines et dans les mois à venir. Il faudra savoir si c’est simplement une orientation consistant à souhaiter avoir des journalistes plutôt spécialisés sur tel ou tel domaine, ou si, au fond, on choisit plutôt les copains. Et alors là, on rejoindra un grand classique de la politique politicienne.

Claude Chollet
Président de l’Ojim

Publié le: 20/05 17:26
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !