Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> La fin de la défense française [Actualité en France]




« 1 ... 18 19 20 (21) 22 23 24 ... 33 »

Les journaleux valets insultés grossièrement par Macron et son équipe prêts à manger sa merde ...
#61

Médias mangent dans la main de Macron

Le torchon brûle-t-il entre Macro-con et les journalistes qui se sont échinés à le vanter, le mettre en valeur… pendant des mois ?

L’atterrissage est rude. Non seulement c’est l’Elysée qui dorénavant choisira les journalistes chargés de couvrir communications, déplacements etc.

Mais en sus, les valets du pouvoir sont traités en valets.

Lire ci-dessous :

« Travail de sagouin », « gros connard »… Quatre fois où Emmanuel Macron et son équipe s’en sont pris aux journalistes

Par Benoît ZagdounFrance Télévisions

Mis à jour le 19/05/2017 | 18:38 – publié le 19/05/2017 | 16:53

Rien ne va plus entre Emmanuel Macron et les médias. Pas moins de 25 sociétés de journalistes – dont celle de franceinfo –, des directeurs de rédaction et l’organisation Reporters sans frontières ont écrit jeudi 18 mai au président de la République pour protester contre l’organisation de sa communication. L’Elysée est notamment accusé de vouloir choisir les journalistes couvrant les déplacements du président de la République.

Face à l’émotion suscitée par cette décision, la présidence a assuré vendredi ne pas vouloir« imposer un journaliste plutôt qu’un autre », mais « ouvrir l’Elysée aux journalistes sectoriels » – comprendre spécialisés dans une thématique – plutôt que de les réserver aux journalistes politiques. Pour sa part, le nouveau porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a jugé que le différend devait être « réglé » car « c’est la liberté de la démocratie française qui est en cause ». D’autant que ce n’est pas la première fois que les relations entre l’équipe d’Emmanuel Macron et les journalistes sont pour le moins tendues.

Les images de la Rotonde : « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? »

Les relations entre l’équipe de campagne du candidat et les médias se sont brusquement tendues au soir du premier tour de l’élection présidentielle, lors de l’épisode de la Rotonde, relate M, le magazine du Monde. Emmanuel Macron invite ses troupes dans la célèbre brasserie parisienne. Les images tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Elles rappellent celles de Nicolas Sarkozy invitant ses proches au très sélect Fouquet’s au soir de sa victoire en 2007.

Les conseillers du candidat appellent immédiatement les journalistes pour leur reprocher leur traitement de l’information. « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? », lancent-ils, selon des propos rapportés par Le Monde.

Interrogés quelques jours plus tard, Emmanuel Macron lui-même ne cache pas son agacement. Interrogé en conférence de presse, il lance : « C’est vous qui n’êtes pas réveillés là ! Vous n’êtes plus en lien avec le terrain ! (…) Tournez la page, redescendez, vous ! Passez à autre chose, passez à la vraie vie du pays ! »

Voir video sur l’article

Yann Barthès : le « gros connard » menacé de boycott

Au lendemain du premier tour et de cette soirée à la Rotonde, un journaliste de « Quotidien », l’émission de Yann Barthès diffusée sur TMC, pose la question qui fâche : « La Rotonde, c’est votre Fouquet’s ? » La réponse d’Emmanuel Macron est cinglante. Il réplique au reporter qu’il n’a« rien compris à la vie », et que lui n’a « pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien ».


Macron - La rotonde c'est le Fouquet s  

En représailles, relate Le Monde, l’émission reçoit « des menaces de boycott et des pressions directes ». Sylvain Fort, l’attaché de presse du candidat, devenu depuis le directeur de la communication de l’Elysée, qualifie Yann Barthès de « gros connard » et de « débile profond ». Dans le magazine du quotidien du soir, l’intéressé récuse la seconde formule… mais pas la première.

Michel Field : victime de « l’exaltation de la soirée » électorale

Au soir du second tour, un autre épisode déplaît aux équipes du désormais président élu. Pendant sa couverture de la soirée électorale, France 2 diffuse le discours de Jean-Luc Mélenchon.

Le directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, reçoit alors un coup de téléphone. Au bout du fil, un conseiller du président fraîchement élu est furieux et critique ce choix éditorial. « J’ai mis ça sur le compte de l’exaltation de la soirée, excuse Michel Field. Ils ont dû se chauffer la tête. Je leur ai expliqué le b.a.-ba de l’information et de la priorité au direct. »

« Les Inrocks » : un « travail de sagouin »

Le documentaire « Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire », diffusé sur TF1 au lendemain de l’élection du champion d’En marche !, comporte une autre séquence révélatrice. On y voit Sibeth Ndiaye, l’incontournable chargée des relations presse du candidat, passer un savon à un journaliste des Inrocks. Elle lui reproche un article intitulé : « Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers ». Les Inrocks reprennent une interview d’Emmanuel Macron dans L’Obs. Le candidat y déplore « l’humiliation » qu’auraient subie, selon lui, les opposants au mariage pour tous, après l’adoption de la loi Taubira.

« Je me permettais de vous appeler parce que j’étais un peu étonnée par un titre dans un papier sur votre site internet. Vous indiquez que Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers. Son propos est légèrement plus nuancé, en particulier concernant Zemmour », commence-t-elle. Et elle poursuit, furieuse : « Non, il n’a pas dit : ‘On a humilié La Manif pour tous, putain !’ Faites votre boulot les gars aussi. Non mais là, ça me saoule. Franchement, là, je suis saoulée(…) Ça, c’est pas du travail de journaliste. C’est du travail de sagouin. »

 http://mobile.francetvinfo.fr/politiq ... f=https://www.google.com/

L’arrogance de Macron et de ses équipes sont connues, il y a beau temps, nous l’avons maintes fois dénoncée, nous avons maintes fois montré à quel point Macron se voyait en Bonaparte, en roi au-dessus de la mêlée, distribuant à la volée bons et mauvais points, prétendant détenir la vérité absolue. Attitude dans laquelle il a persévéré pendant le débat du second tour mais comme tout le monde avait les yeux fixés sur Marine, il est passé à travers les gouttes.

Bien fait pour les journaleux, sera-t-on tentés de dire. Avec raison.

Mais n’en espérons pas pour autant des articles lucides et à charge contre Macron.

Ils sont majoritairement mondialistes, européistes, anti-Marine.

Si Macron leur demande de manger leur merde, ils le feront. Par idéologie. Et par intérêt. Il faut bien manger, mâme Michu.

Et la liberté d’expression ? Et l’information objective ? Il y a beau temps qu’elles ont disparu en notre beau pays, Mâme Michu.

Christine Tasin

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 20/05/2017 19:33
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Honte aux Français
#62

ri7MacronsFrançaiscons

Je dirais que le Général de Gaulle doit plutôt être fou de colère de voir que le sacrifice de tant de vies pour nous libérer du nazisme et nous donner en héritage un pays libre n’a servi à rien !

A lire aussi :

Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (62)
Macron : en marche pour le pognon ! (402)
On a besoin d’une présidente qui aime sincèrement la France (366)

Honte aux Français qui ont connu les trente Glorieuses, qui se sont grassement abreuvés aux cornes d’abondance pour le pays qu’ils nous laissent.

Honte aux Français pour leur ingratitude envers leurs ancêtres qui leur ont transmis un pays magnifique au prix de tant de luttes, de combats et de souffrances.

Honte aux Français pour leur égoïsme, qui les empêche de se soucier de l’avenir que vont avoir leurs enfants.

Honte aux Français qui acceptent de livrer leurs enfants à l’esclavage de l’islam en votant Macron.

Honte aux Français qui sont si lâches qu’ils ne se défendent même pas quand ils sont attaqués par des enfants de 12ans !

Et moi aujourd’hui j’ai honte de mes compatriotes.

Les Français ont voulu Macron ? Et bien que leur volonté soit faite, ils ont choisi leur destin, alors qu’ils arrêtent de se plaindre et de pleurnicher.

Coco

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 21/05/2017 18:48
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


La fin de la défense française
#63

la fin de la défense française

C'est donc officiel, la France n'a plus de ministère de la Défense.
 
L'évolution de l'intitulé est évidemment logique compte tenu de l'évolution de la fonction. Cela fait vingt ans qu'on le dit, la France n'a plus de défense depuis longtemps. Au niveau de la doctrine l'abandon de la défense date de la stratégie de dissuasion anti-cités, l'absence de défense (militaire et civile) devant assurer tout agresseur potentiel que le gouvernement français n'aurait pas d'autre choix, faute de d'outil de défense, que de vitrifier une partie de la population de l'ennemi en représailles à toute agression majeure. Au niveau des moyens l'abandon de la défense date, plus tardivement, du démantèlement du dispositif de Défense Opérationnelle du Territoire. Au niveau du discours l'absence de posture défensive apparaît clairement à travers les six scénarios d'utilisation des forces armées présentés dans le Livre blanc de 1994. Dans les années quatre-vingt-dix le régime a engagé la France et ses forces armées dans des opérations offensives sur le territoire d'autres pays (en clair des agressions), et dans les années deux-mille il a officialisé cette nouvelle posture, tant par des modifications de la constitution que par des traités internationaux, comme on l'a plus largement exposé dans le Septième Scénario (pages 34 à 43). En fait une véritable glasnost aurait consisté à passer d'un ministère de la Défense à un ministère de l'Offense, ou du moins de la Guerre.
A lire aussi :
C’est donc officiel, la France n’a plus de ministère de la Défense
La Défense, le cœur du sujet désormais ?
Macron, nos soldats se font tuer pour rien, au Mali

Macron compte sur Edouard Philippe pour abroger la loi de 1905
L’islamophile Macron appelé « président des petits-enfants des singes et des porcs  » par l’EI

Le plan économique de Macron conduira la France au désastre
Le miracle Macron : transformer le flou en élégance et transparence
Malgré les zitronades émerveillées des journaleux, la cote de confiance de Macron est au plus bas
Face à Marie Sara, si le taureau pouvait voter, il choisirait Maître Collard !
Ordures ! Hulot et Macron veulent nous livrer à leurs maîtres musulmans en réduisant le nucléaire de 50%La nomination de Nicolas Hulot : premier faux pas de Macron !
Dans la série « vous l’avez voulu » : une école salafiste à la place du presbytère chez Edouard Philippe
Mantes : Hulya Salin, candidate voilée au service d’Erdogan, ne passera pas !
Quand le ministre de l’Intérieur Collomb s’intéressait à l’anus de Théo…
La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa s’en prend à la loi de 2004 sur le voile
Médaille d’or du politiquement correct attribuée à… Laura Flessel !
Marlène Schiappa, inculte, sans diplômes ni compétences… secrétaire d’Etat !
Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat qui veut émanciper les rondes par la fellation

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (11)
La victoire de Macron doit pousser les nationaux à se professionnaliser vraiment
Le monsieur (ou la madame) X de la droite française
Orléans : Demain, je lance ma campagne en avion, avec une banderole patriote…

En matière de stratégie, avant d'être élu Emmanuel Macron avait bien dit qu'à ses yeux les forces armées doivent être capables de défendre l'existence même de la nation, et que c'est la raison d'être de l'armement nucléaire. S'il pense ce qu'il dit, c'est un sérieux rétrécissement stratégique par rapport à son prédécesseur Jacques Chirac qui, préparant le retour de la France dans l'OTAN, avait élargi non seulement les intérêts vitaux de la France (en y ajoutant en particulier la sécurité des approvisionnements et la solidarité avec les alliés) mais aussi la doctrine d'emploi du nucléaire, tant en termes de seuil que de cibles, en contravention d'ailleurs au droit international. Si à partir de 2017 la mission des forces armées, réduites aux capacités nucléaires, est circonscrite à la défense de l'existence de la nation, on peut certainement s'interroger sur toutes les circonstances qui, sans remettre en cause cette existence, étaient autrefois justifiables d'une réaction armée (y compris nucléaire) de la France. On peut penser en particulier aux anciennes missions traditionnelles, et fonctions essentielles de l'Etat, comme la souveraineté, l'intégrité du territoire, l'indépendance du gouvernement, la sécurité de la population et des ressortissants, tous devoirs régaliens dont l'Etat n'a été libéré par aucun referendum (qui n'en aurait d'ailleurs pas la légitimité).
 
Par ailleurs le titre de ministre des Armées reste encore exagéré. Certes il reste une armée de l'air et une armée de terre, mais en termes d'organisation la France n'a plus d'armées (même au singulier comme dans les années quatre-vingt), ni de corps d'armée, ni de divisions, et ses brigades résiduelles maigrissent à vue de budget, et ne se sont d'ailleurs pas vraiment relevées de la philosophie des "réservoirs de forces", c'est-à-dire des regroupements administratifs au nom martial mais sans réelle vocation à être engagées comme unités organiques constituées. En fait c'est depuis au moins 1995 (voire quelques années plus tôt) que le ministère en charge de réduire les moyens militaires, et de les mettre à la disposition du ministère des Affaires Etrangères, n'est dans les faits plus qu'un secrétariat d'état subordonné au ministère en charge de la diplomatie, et que les véritables hommes d'état à stature internationale se comptent plutôt parmi les ministres des Affaires Etrangères que parmi les ministres de la Défense, en dépit du qualificatif de "ministre d'Etat" encore laissé à ces derniers.
 
En réalité, le profil de la personne choisie pour administrer ce qui reste de forces armées peut laisser entrevoir sa mission. Sans écarter la mission de réduction permanente assignée à ses prédécesseurs depuis un quart de siècle (comme à ceux de la précédente avant-guerre), le choix d'une politicienne uniopéenne, experte des institutions supranationales et fermement acquise au fédéralisme, indique que ce n'est pas nécessairement au ministère des Affaires Etrangères français que sera subordonné ce sous-ministère (de facto secrétariat d'état) des moyens militaires. Au passage, la diplomatie est désormais confiée à un ministre de l'Europe et des Affaires Etrangères, retournement de priorités significatif surtout quand on sait que la pratique tend à raccourcir les intitulés de ministères à rallonge, la presse, le café du commerce et les commentateurs étrangers ne retenant souvent que le premier terme.
 
Emmanuel Macron n'a jamais caché ses intentions ni ménagé ses efforts, tant au ministère de l'Economie que dans ses prises de position personnelles, en vue de la constitution d'un ministère de l'Economie commun aux pays de la zone euro, en contradiction d'ailleurs avec la doctrine libérale contemporaine, enseignée par les agents d'influence des Etats-Unis d'Amérique dans les facultés d'économie du monde entier, selon laquelle la monnaie doit être indépendante du gouvernement, la banque centrale doit être séparée de l'Etat et ce dernier ne doit avoir aucune prise sur la politique monétaire. Le capitalisme socialiste qui domine l'Europe depuis plus de trente ans n'est peut-être pas nationaliste mais il reste indubitablement étatiste, à l'échelon supranational. La constitution de ce gouvernement annonce donc une nouvelle vague de transferts de compétences et de moyens, c'est-à-dire d'abandons de souveraineté, touchant en l'occurrence la diplomatie et les moyens militaires, ces derniers n'ayant d'ailleurs plus ni vocation ni capacité défensive, comme on l'a montré dans le Septième Scénario.
 
Les ministères sont assurément bien nommés.
 

Publié le: 21/05/2017 19:24
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 18 19 20 (21) 22 23 24 ... 33 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !