Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Et maintenant, la censure sur les réseaux sociaux ! [Actualité en France]




« 1 ... 19 20 21 (22) 23 24 25 ... 27 »

De l’impartialité des journalistes pendant la campagne: Sarah Frikh, de RTL menace de mort Marion
#64

Sarah Frikh de RTL France menace de mort Marion Maréchal Le Pen

Un fait relativement passé inaperçu mais qui mérite le détour : lors de l’entre-deux-tours, Sarah Frikh, collaboratrice de RTL, s’est permis d’insulter violemment Marion Maréchal-Le Pen sur le réseau social Snapchat.

A lire aussi : Médias enfumeurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (64)

Alors qu’elle regardait une intervention de la jeune députée sur Europe 1, la journaliste a filmé une séquence la montrant devant sa télé et réagissant à l’entretien. On l’entend insulter la députée à plusieurs reprises. « Connasse », « Je te déteste », « Va mourir », lance-t-elle.


https://www.youtube.com/watch?v=f96GHAYYCU0

La vidéo a rapidement été reprise sur les réseaux sociaux, les internautes dénonçant le manque évident de neutralité de celle qui se présente, sur son compte Twitter, comme « journaliste à RTL ». Dans la foulée, la station a précisé que Sarah Frikh n’était pas une journaliste de la maison, mais simplement une collaboratrice de l’émission de Julien Courbet.

Ainsi, RTL s’est désolidarisée de ces propos qu’elle « condamne fermement, de même qu’elle condamne les messages injurieux publiés sur les réseaux sociaux en réaction à ce premier message ».

Une anecdote, certes, mais qui en dit long sur la partialité des journalistes durant cette campagne, et particulièrement durant l’entre-deux-tours. Dans le même registre, Nathalie André, directrice des programmes d’Europe 1, n’avait pas hésité à remplacer sa photo de profil Twitter par une image montrant Marine Le Pen barrée de la mention « #LePenNon ».

Nathalie André, directrice des programmes d’Europe 1 contre FN

Déontologie, quand tu nous tiens…

OJIM

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 24/05 17:34
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Médias du système : les bobos d’en haut contre les Français d’en bas
#65

Médias corrompus - Presse corrompue

Le Parisien est un journal de la bien pensance orienté vers le bon peuple, celui qui en principe ne discute pas trop, mais qu’il faut tout de même, et chaque jour, tempérer pour éviter qu’il ne s’échauffe.

Le Parisien est cette pompe à incendie pour éviter les départs de feux populaires ! Pas ceux des jeunes des cités qui eux ne lisent pas, mais ceux éventuels, du bon peuple, ceux des classes populaires qui ont besoin qu’on leur donne des calmants et des explications sous forme de papiers.

Le Parisien nous donne son explication à plusieurs niveaux sur la mort du jeune Curtis. Le premier niveau étant celui des cités, et innocentes représentations de la diversité et de la richesse de la France. Notez d’ailleurs, que l’on dit toujours « jeunes » quand on parle des habitants des cités, y compris si ce sont des voyous de 25/30 ans. Sinon, les autres, ce sont des vieux cons des cités, intolérants et racistes qui votent Front National ! Ils sont idiots au mieux, ou des suppôts des « heures les plus sombres« .

De quoi est mort ce « gamin » des cités ? Ce « gavroche » qui n’a jamais lu Hugo ?  Il circulait en Quad, un quatre roues valant son poids en euros. Il s’est payé un bus le bougre ! Pas pour y voyager tranquille pour aller bosser, la question ne se posait même pas, mais pour le percuter suite à une course poursuite avec les vilains gendarmes, qui le poursuivaient, suite à un contrôle de police. 

Le journaliste Gérald Moruzzi n’y est pas allé avec le dos de la cuillère dans l’évanescent, et il nous raconte « l’hommage de la jeunesse » qui eut lieu à Massy dans la Région Parisienne. Ils étaient venus, ils étaient tous là, en scooter, quad, motos et voitures ! La jeunesse misérable au grand complet ! Celle de la misère, de la faim, du RSA, du chômage. Celle qui pleure au bas des immeubles qu’elle n’a pas de boulot, et ne sait pas faire une phrase en français, mais qui possède des véhicules et de l’essence pour « provoquer un remous » nous dit le journaliste. En clair, ils zigzaguaient entre les voitures, ils ont même remonté une partie de l’autoroute en sens inverse. Une bagatelle de remous ! Le journaliste nous dit que cela « a provoqué un certain effroi chez les automobilistes ». On imagine ce qui se serait passé, si l’un de ces « innocents gamins« , avait percuté l’un des automobilistes ! Émeutes, protestations, marche blanche, etc.

Selon Claude Carillo, du Syndicat Alliance-Police National, celui qui a appelé à voter Emmanuel Macron, les policiers furent insultés et provoqués ! Sûrement pour rire un peu, rien de grave ! Vous noterez les conséquences de cette manifestation gentillette à travers cette phrase: « Confrontés à cette défiance caractérisée envers les forces publiques, les multiples infractions routières, les fonctionnaires ne sont pas intervenus« . Nous l’avons échappé belle ! Imaginez que les forces de police appliquent la loi ! Qu’elle dresse des PV, défère devant la justice les coupables, face aux refus d’obtempérer. Qu’elle demande des comptes et dépose plainte pour les insultes ? Dans la foulée, nous avons l’explication : « Nous n’avons pas les effectifs nécessaires« .  

Le plus ubuesque est la réponse du Maire de Massy, Vincent Delhaye, (Centriste mou de l’UDI) : « il y a eu une gêne pour les habitants, mais à cause du bruit. Pas d’incident majeur » ! Il est vrai que désormais, pour avoir la qualification d’incident, il faut le niveau « attentat terroriste » ! Il pense que ce genre de choses ne va pas se renouveler ! Si les idiots volaient, il serait assurément chef d’escadrille  » C’est évident que ce « genre de choses » va se reproduire !  Un mot sur le directeur départemental de la « Sécurité public » ! Il n’a pas souhaité commenter ces événements ! C’est tout dire !

« Faire une loi pour ne pas l’appliquer revient à autoriser ce que l’on veut défendre » disait Richelieu ! 

Ainsi va la France, d’abandons en retraites, de lâchetés, en grandes reculades, nos dirigeants ne sont plus que l’ombre d’une pseudo autorité ! Des journalistes édulcorant l’information, des maires maniant l’extincteur public, une police évitant de faire son boulot par peur des bavures, et une justice qui regarde ailleurs ! Alors quoi ? Rien bien sûr, les Français avaient l’occasion de changer les choses en mai 2017 ! Ils ont voté pour la continuité ! Ils ont voté pour l’abîme !

C’est comme pour les riverains de la Porte de la Chapelle ! Ils se sont plaint des nuisances de leur environnement sociétal, et du sexisme envers les femmes ! Puis, devant l’arrivée des troupes gauchistes, les traitants de racistes, ils se sont retournés comme des crêpes en affirmant qu’ils ne voulaient pas être récupérés par « l’extrême droite« . Alors Mesdames et Messieurs les riverains, continuez comme ça ! Laissez vos mères, vos femmes et vos filles se faire insulter par les migrants qui envahissent vos trottoirs, et votez Macron aux législatives comme vous l’avez fait à 95% pour les Présidentielles ! 

Gérard Brazon (Liberté d’expression)

Parisien-Une centaine de quads sèment la panique

Et aussi l’expression d’une mentalité qui nous vient du désert d’Arabie et qui ne peut que révulser les vraies féministes. Pas celles de la gauche dégoulinante et écœurante, qui pensent qu’il faut élargir les trottoirs, ni celles des femmes bobos qui ne réalisent pas, que c’est de leur liberté de femme libre et égale en droit qu’il s’agit. Où sont les Simone de Beauvoir, ces militantes qui n’étaient pas soumises au discours du politiquement correct ? 

Que font des filles à 23 heurs  à un concert - Bande de putes

Gérard Brazon


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/05 07:53
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Et maintenant, la censure sur les réseaux sociaux !
#66

Et maintenant, la censure sur les réseaux sociaux ! Twitter

La prochaine fois que vous lirez « Liberté » sur un fronton d’édifice public, vous aurez le droit de vous gausser, mais pour combien de temps ?

Les frontons de nos édifices publics peuvent fièrement afficher le mot « Liberté », il convient d’être prudent et circonspect. La dernière élection présidentielle a permis de constater peu ou prou l’univocité des discours journalistiques, comme dans un pays où les partis seraient un et un seul. Les exceptions y tiennent lieu d’alibi. Ce parti, c’est sans doute celui de l’argent et il n’est pas opportun de s’opposer à sa ligne politique. Il est aisé de conclure que le rôle de contre-pouvoir naturellement dévolu à des médias libres n’est pas incarné par ceux ayant pignon sur rue : prisonniers des sujétions économiques (ses subventions et ses actionnaires) et culturelles (l’entre-soi journalistique), ils sont enfermés dans une arrogante et consternante servilité.

A lire aussi :

Médias enfumeurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (66)
Des milliers de comptes twitter et facebook suspendus ou fermés : on fait quoi ?

Enorme ! A Pérouse, les journalistes ont préparé avec Soros, l’UE, google et facebook notre muselière
Facebook se met au Decodex en collaboration avec Libé, France Info, Sciences Po…
Quand Twitter censure et réécrit l’Histoire
LCI censure Marine le Pen quand elle lie Macron et terrorisme…
Censure : Facebook bloque Riposte Laïque le week-end du deuxième tour
Censure et Décodex : lire en douce, comme au temps de l’Occupation ! m
Je publie une photo d’un camp nazi : facebook me bloque pour pornographie !

Qu’importe ! Le lecteur de Boulevard Voltaire se méfie des médias qualifiés de « mainstream » dans le jargon du métier (nous pourrions traduire par « dominants »). Il regarde avec méfiance, sait que certains choix éditoriaux occultent délibérément des faits, biaisent leurs analyses et en travestissent les causes et les effets pour servir la version ad hoc. Il cherche dans des médias alternatifs, ceux que le camp d’en face baptise hâtivement « fachosphère », des informations qui échappent aux filtres de la bien-pensance et du ministère de la Vérité. Internet, en facilitant la distribution de cette information, la libère. Du moins le croit-il.

Les réseaux sociaux sont un miroir où nous contemplons le reflet de notre civilisation, et ce n’est pas toujours reluisant.

Le vrai débat y est rare, on y trouve plus souvent de l’insulte, de l’invective, de la menace, du dénigrement, de la caricature, etc. Les sujets clivants donnent lieu à des empoignades virtuelles d’une rare violence. Parmi ces sujets, il y a la situation démographique et migratoire en France et ses conséquences. Sur Twitter, les comptes de certaines personnes diffusent en 140 caractères des messages favorables à une inversion migratoire radicale : le contraire de la politique de l’autruche qui prévaut officiellement. Lorsque le talent scriptural de ces auteurs éclate, parfois grâce à des outrances, leurs propos sont partagés largement et ils gagnent une audience récurrente plus large avec de nouveaux abonnés : ils deviennent en quelque sorte des leaders d’opinion.

C’est, pour ce système que tous disent combattre, intolérable : une expression de citoyens lambda qui seraient vraiment libres et ne se gêneraient pas pour exprimer des opinions, quitte à mépriser la bien-pensance ?

Alors, il y a la censure. Déjà, lors du second tour des élections présidentielles, des comptes avaient été temporairement et préventivement suspendus. Aujourd’hui, c’est la suppression définitive de certains comptes. Le motif allégué par Twitter est que les messages véhiculés par ces personnes n’auraient pas d’autres buts que de « créer de l’agitation ». Est-ce à Twitter de s’ériger en arbitre de ce qui constituerait une incitation à d’éventuels et bien hypothétiques désordres publics ?

La prochaine fois que vous lirez « Liberté » sur un fronton d’édifice public, vous aurez le droit de vous gausser, mais pour combien de temps ? Il semblerait que ce clan de la bien-pensance qui porte aux nues Voltaire ait oublié cet apocryphe « Vous proférez, Monsieur, des sottises énormes, mais jusques à la mort, je me battrais pour qu’on vous les laissât tenir », ici reformulé par Brassens. Les fascistes ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

Rémy Mahoudeaux


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 27/05 09:50
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 19 20 21 (22) 23 24 25 ... 27 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !