Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Macron complice d’un détournement de 80 milliards par an aux dépens de la France ? Enorme scandale [Actualité en France]




« 1 ... 23 24 25 (26) 27 28 29 ... 33 »

Macron complice d’un détournement de 80 milliards par an aux dépens de la France ? Enorme scandale
#76

Publié le: 03/06 12:54
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


La manipulation en marche
#77

traitre et manipulateur Macron

Le 23 avril 2017, plus de huit millions de personnes ont voté pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle (18,19 % des inscrits et 24,4 % des votants). Ils seront plus de vingt millions 15 jours plus tard le 7 mai (43,6 % des inscrits et 58,5 % des votants). Des résultats incompréhensibles au regard de la raison. Nous constatons comment vote la majorité des français : dociles au storytelling émotionnel, peu de ces votants connaissent réellement les intentions du nouveau président.

Un peu moins d’un siècle après Propaganda (1) d’Edward Bernays (1928),
les techniques d’ingénierie politique n’ont cessé de se perfectionner.


Le samedi 10 décembre 2016, Hall 6 du Parc des expositions de Paris, Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle française de 2017, rassemble entre 10 000 et 15 000 personnes. Ce meeting à l’américaine met en œuvre une méthode de stratégie électorale digitale qui permettra au candidat d’optimiser l’efficacité de son discours.

Grâce à un calcul algorithmique des désirs des électeurs et qui permet de rendre le discours le plus pertinent possible pour le plus de monde possible, Macron est passé de l’employé de banque Rothschild au président des « sans-dents ».

A lire aussi :

Macron veut payer pour les mosquées mais pas les réparations de Notre-Dame de Paris
Macron veut abroger la loi de 1905 qui l’est déjà en partie par la pratique, et les Résistants se taisent…

Samedi le stade a sifflé Macron… Ce n’est pas fini, les Français ne lui pardonneront jamais ses trahisons
Edouard Chanot : « Nous ne savons pas ce qu’Emmanuel Macron nous reproche ! »
Avec Macron, en sus de la culture et de l’art français, c’est la langue française qui doit disparaître !
Les affaires : est-ce si drôle que ça ?
Il faut une forte opposition souverainiste contre Macron
Quand Poutine a bien bâché Macron sur la venue de Marine à Moscou…
PÉTITION ! Dîtes non à LA HAUSSE DE LA CSG
Macron : le roquet faussement insolent
Macron, patron de la presse aux ordres
Emmanuel Macron, un président pas comme les autres ?
Comparer Brigitte Macron et Melania Trump c’est sexiste… quand c’est un élu FN qui le fait !
Il n’est rien de nouveau sous le soleil !
Bayrou, l’arroseur arrosé : quel manque de Pau !

Une stratégie US

Cette méthode de manipulation est inspirée de la stratégie électorale digitale adoptée par Barack Obama en 2012. Ainsi, en juin dernier, 4 000 volontaires ont simultanément lancé l’appli de la Grande Marche sur leurs écrans de smartphones et tablettes en allant « à la rencontre des Français ». Plus de 6 000 quartiers avaient été sélectionnés par la « team Macron » pour constituer les cibles électorales.

Rue89 rapporte les détails (2) de la manœuvre. Une première application guidait les « marcheurs » dans leur parcours. Une deuxième permettait de recueillir les conversations qui ont duré en moyenne moins de quinze minutes. 100 000 « conversations » auraient été collectées (et 25 000 questionnaires entièrement remplis). Résultat : quelque 25 000 questionnaires remplis sur l’application ad hoc.

Dans un second temps, l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, s’est tournée vers Proxem (3), start-up spécialisée dans l’analyse sémantique des big data textuelles, en vue de tirer un maximum d’enseignements des propos des personnes interrogées.

Finalité : identifier les problèmes concrets que dit rencontrer tel ou tel bassin de population et fournir une cartographique des préoccupations dominantes des Français.

« Grâce à un moteur de recherche, on pourra croiser des critères, voir la manifestation d’un signal faible, vérifier des intuitions. Que disent les femmes, cadres supérieurs, des “commerces de proximité” ? Si 100 personnes en parlent sur 100 000, c’est du 0,1 % mais si elles en parlent c’est que ce point a de l’importance à leurs yeux. On peut se dire qu’il y a quelque chose à creuser. » (François-Régis Chaumartin, Directeur Général de Proxem.)

Les data-stratèges d’En Marche peuvent ensuite dégager des liens, identifier les préoccupations de certaines catégories socio-professionnelles, et décider de faire dans la pédagogie s’ils mesurent une différence entre la perception d’un phénomène et sa réalité (par exemple : l’Europe, l’immigration, le chômage).

Pour quelles intentions ?

Par cette marche algorithmique douillette, Emmanuel Macron s’est épargné les expériences humaines qui entraînent à l’humilité, et donc à la sagesse : rencontre concrète avec les gens d’en bas, attente stérile, confrontation avec des réponses argumentées, etc.

Selon Antoinette Rouvroy, chercheuse au centre de recherche information, droit et société de l’université de Namur, un personnage politique ne peut pas s’improviser sismographe capable de réagir aux problèmes que rencontre un peuple comme s’il s’agissait de « stimuli numériques » virtuels. Les données, qui ne sont que les résultats de calculs, permettent sans doute d’identifier des mots clefs en vue de structurer efficacement un discours électoral, mais ne sont évidemment pas les faits vécus, les témoignages directs qui forment de réels retours de campagnes.

Et la vérité objective ?

La vérité objective est le fruit d’une longue induction. Peut-on ainsi découvrir un programme politique dans un faisceau de données informatiques ? De plus, cette stratégie électorale basée sur la collecte et le tri des data encourage l’équipe de campagne à se passer de l’interprétation, signe de véritable intelligence. Nous revenons à la question du jugement. La syntaxe et la sémantique algorithmiques trient, mais ne hiérarchisent pas. La logique du « mot clef », du terme séquentiel, n’est pas celle de la vérification de la vérité objective.

Seule la longue induction permet de prendre le pouls d’une population : les pulsations humaines ne s’imaginent pas sans les avoir auparavant ressenties concrètement. C’est un pur procédé de techno-gestionnaire sorti de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).

Jean-Marie Keroas
21/05/2017

Notes :

(1) Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie (1928. Réédition Zones, 2007).
https://www.amazon.fr/Propaganda-Edward-Bernays/dp/2355220018
(2) http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/ ... -fait-son-diagnostic.html
(3) https://www.proxem.com

Source : Mauvaise nouvelle.fr
http://www.mauvaisenouvelle.fr/?artic ... tion-en-marche–1059


A VOIR AUSSI :

Le vrai visage d'Emmanuel Macron !


https://www.youtube.com/watch?v=YYs_pdAr_bM

Le coup d'État de la Haute Finance avec l'Opération Macron - Révélations explosives


https://www.youtube.com/watch?v=K2HkPpuYyjQ

Macron - Histoire d'une Haute Trahison - Les preuves accablantes


https://www.youtube.com/watch?v=Wn72T4dTFho



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/06 14:14
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


On ne fait pas d’opération « mains propres avec des mains sales
#78

On ne fait pas d’opération « mains propres avec des mains sales

Il faut être absolument irréprochable, quand on veut jouer au Père la Vertu

Il faut être absolument irréprochable quand on veut jouer au Père la Vertu. François Fillon l’a appris à ses dépens. Même si l’on peut penser que les accusations lancées contre lui pendant la campagne présidentielle furent largement instrumentalisées, comme l’arroseur arrosé, il reçut le contrecoup des coups qu’il avait lui-même portés.

Mais que dire d’un Président et de son équipe qui se sont placés sous le signe de l’intégrité morale ? Qui ont voulu que le premier chantier du gouvernement soit l’élaboration d’une loi de moralisation de la vie publique ? Voici que des affaires, avant même que le projet de loi soit présenté au Conseil des ministres, viennent toucher La République en marche.

Il y a, bien sûr, Richard Ferrand, un des premiers compagnons de route d’Emmanuel Macron, fidèle parmi les fidèles, qui se voit accusé par la presse de conflit d’intérêts et de favoritisme familial. On apprend, ce matin, que le parquet de Brest a finalement décidé d’ouvrir une enquête préliminaire. Interrogé sur cette affaire lors de sa conférence de presse, François Bayrou a refusé de la commenter, rappelant que, selon l’article 30 du Code de procédure pénale, « il ne peut adresser [aux magistrats du ministère public] aucune instruction dans des affaires individuelles ».

A lire aussi :

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France !  (24)

Macron l’arroseur arrosé, se prend les pieds dans les tuyaux pourris de Ferrand !
Affaire Ferrand : derrière l’écran de fumée
Richard Ferrand, ou la tyrannie de la transparence…
Affaire Ferrand, moralisation : l’heure de la déception a vite sonné
Sondage sur les "affaires" du gouvernement Macron : 70% des Français souhaitent la démission de Ferrand et 62% celle de Sarnez
Le Procureur de Brest annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire contre Richard Ferrand
JT - Ferrand-Sarnez : les tâches de l'immaculée présidence Macron
Dehors, Ferrand, celui qui osait donner des leçons à Fillon !

Moralisation : les casseroles de Ferrand font reporter la loi Bayrou…

Scandaleuses prises de position pro-Femen et anti-chrétiennes de la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa : l’AGRIF demande sa démission !
Marlène Schiappa ne veut plus de messe à la télé : notre pétition !
Marlène Schiappa et Cyril Hanouna : la belle et le bête
Femmes agressées par des musulmans ? Schiappa s’en prend à la religion catholique…
La candidate d’En Marche dans la 8ème circ. des Français de l’étranger, Florence Pavaux Drory soutenue par Charles Enderlin, n’aime guère le Judaïsme et les Juifs pratiquants

Comme si cette affaire ne suffisait pas, ce sont plusieurs candidats LREM, investis pour les législatives, qui se voient pointés du doigt et livrés en pâture à l’opinion. Il faut reconnaître que, lorsque l’on veut renouveler l’Assemblée nationale, quelques brebis galeuses, en dépit des contrôles, peuvent s’insérer dans le troupeau.

Chaque jour vient donc apporter son lot d’annonces : une candidate de Seine-Saint-Denis est accusée par Mediapart d’avoir été une marchande de sommeil ; le suppléant d’une candidate de Marseille se voit reprocher un dérapage verbal contre Patrick Mennucci, rapporté par une auditrice de France Inter.

Ajoutons une candidate du Nord, qui aurait été condamnée en mars 2011 pour faux et usage de faux ; un autre, qui a vu son investiture suspendue pour avoir subi une peine d’inéligibilité en 2003 ; une autre qui profiterait de son congé maladie pour faire campagne… On pourrait multiplier les exemples, comme cette candidate de l’Eure qui aurait – crime suprême ! – sollicité le FN en 2014 pour figurer sur ses listes aux élections régionales.

Quant à Marielle de Sarnez, proche de François Bayrou et ministre du gouvernement, elle fait l’objet d’une enquête préliminaire, ainsi que dix-huit autres députés européens, pour « abus de confiance » portant sur des soupçons d’emplois fictifs d’assistants parlementaires.

Tout comme des députés du Front national. C’est, d’ailleurs, une élue FN qui a révélé cette affaire à la Justice.

Si les médias, si les réseaux sociaux, si les simples citoyens ou les élus du peuple se mettent à faire le ménage à la place de la Justice, dans tous les coins et dans tous les partis, on en viendra bientôt aux plus belles heures de la Libération, où chacun dénonçait son voisin, les résistants de la dernière heure étant les plus zélés. À trop vouloir jouer aux chevaliers blancs, on est éclaboussé par la boue qu’on prétend nettoyer.

On saura prochainement si ces affaires auront des répercussions sur le résultat des élections législatives. Quoi qu’il en soit, on peut d’ores et déjà en tirer une double leçon. D’abord, cette chasse aux poux n’est pas glorieuse. Laissons faire la Justice : si elle ne se comporte pas toujours de façon impartiale, réformons-la. Ensuite, quand les leçons de morale ne servent qu’à l’enflure de soi, le moindre manquement est dévastateur : on ne fait pas d’opération « mains-propres » avec des mains sales.

Philippe Kerlouan


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/06 14:35
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut




« 1 ... 23 24 25 (26) 27 28 29 ... 33 »



RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !