Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> En classe vous n’avez pas eu droit à la « chaise des émotions » ? Vous avez tout raté… [Actualité en France]




« 1 ... 64 65 66 (67)

Marlène Schiappa : vive le voile à l’école, les pipes pour les grosses, la nique à la Sécu…

Marlène Schiappa : vive le voile à l’école, les pipes pour les grosses, la nique à la Sécu…

Marlène Schiappa a de l’humour. Nous n’allons pas nous en plaindre, nous avons si peu d’occasions de rire ces jours-ci. Elle a déjà quelques hauts faits à son palmarès. Secrétaire d’Etat de l’égalité hommes-femmes, elle est pour le voile à l’école, signe s’il en est, de cette fameuse égalité.

A lire aussi :

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (18)

Nouveaux programmes scolaires: islam obligatoire, christianisme et Lumières facultatifs (199)
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (69)
Macron : en marche pour le pognon ! (402)

Marlène a de l’humour… et de l’humanité aussi. On est socialiste, que diable. Toujours défenseur(e) – je mets un e au cas où – de la cause des femmes, même des moches, elle leur prodigue les conseils de la bonne copine pour séduire les hommes même si l’on est affligée d’un physique peu avantageux : L’art de la fellation pour les grosses. Ou quelque chose comme ça. Je n’ai jamais eu la mémoire des titres.

Avec le même mélange subtil d’humour et d’humanité, voici comment elle vole au secours des femmes enceintes. Comment reposer le dos fatigué ? Les jambes lourdes ? Les nausées matinales ? Vous n’y êtes pas du tout. Rien de tout cela, Marlène fait mieux, elle n’aime pas les demi-mesures. Aussi prend-elle le mal à la source. Dans un ouvrage du style  Comment faire semblant de souffrir d’une dépression devant le médecin de la Sécu pour les nulles, on peut lire les judicieux conseils qu’elle prodigue aux parturientes afin qu’elles fassent prolonger leur congé de maternité pour grossesse pathologique :

Ne souriez pas, ne vous lavez pas, pleurez, grimacez, rongez-vous les ongles, posez des questions idiotes et flippantes,

et j’en passe, je ne voudrais pas déflorer le sujet si jamais son ouvrage vous tente.

Mais cela ne revient-il pas à indiquer  aux femmes enceintes  comment frauder la Sécu ? Demanderez-vous.

Ah, tout de suite les grands mots.

Mais la Sécu est au bord du gouffre !

Nous n’allons quand même pas chipoter, c’est pour une bonne cause.

Il n’est pas question ici de montrer du doigt les femmes enceintes, surtout celles qui travaillent tout en prenant soin de mener à bien leur grossesse.

Mais une élue, même sous couvert d’humour, doit-elle manifester cette désinvolture, ce mépris des règles, ce goût pour la tricherie, cet éloge de la fraude surtout vis-à-vis d’une institution déjà bien mise à mal ? Ne conviendrait-il pas mieux à sa fonction d’améliorer la médecine du travail ? Ne serait-elle pas plus avisée de lutter contre le fléau que sont les fraudes contre la Sécurité Sociale ?

N’est-ce pas d’autant plus choquant que cela vient d’un membre du gouvernement qui affirme faire de la moralisation de la vie publique sa priorité. Impossible, il doit s’agir d’une erreur de casting dans ce gouvernement par ailleurs irréprochable.

Après tout, ce n’est pas comme si le Garde des Sceaux lui-même était susceptible de devoir rendre des comptes ou comme si l’un de ses piliers – vous avez dit Ferrand ? –  n’était soupçonné de népotisme et de montages financiers avantageux.

Florence Labbé


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 27/05 11:18
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Jean-Michel Blanquer détricote les réformes de Najat Vallaud-Belkacem

Jean-Michel Blanquer détricote les réformes de Najat Vallaud-Belkacem

La grimace de Najat Vallaud-Belkacem, à l’annonce de la nomination
de Jean-Michel Blanquer, en dit long sur son dépit

La grimace de Najat Vallaud-Belkacem, à l’annonce de la nomination de Jean-Michel Blanquer, en dit long sur son dépit. Si elle fait ainsi la tête, c’est que son successeur ne s’inscrit pas dans la ligne qu’elle a suivie. Beaucoup jugent, au contraire, que c’est sans doute le meilleur des ministres possibles, c’est-à-dire le moins imparfait.

Un détail est passé inaperçu : le BO, Bulletin officiel hebdomadaire de l’Éducation nationale, a été suspendu pendant trois semaines, marquant une rupture – ce qui ne s’est pas produit en 2012 : preuve, s’il en fallait, que la politique de Vincent Peillon ne détonnerait pas avec celle de Luc Chatel.

A lire aussi :

Jean-Paul Mongin : « On ne peut que se féliciter du retour des dispositifs d’excellence ! »
Spectaculaires arrestations anti-djihadistes dans le Lot-et-Garonne (Un instituteur arrêté)

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (915)
Pendant les élections, la conquête musulmane s’intensifie. L'ennemi étend son pouvoir en France

Notre ministre se souvient-il de la maxime latine In medio stat virtus, idéal du juste milieu, qui condamne les excès ? En tout cas, il a immédiatement lancé deux mesures susceptibles, non pas de réparer (le mal est trop grand pour pouvoir être soigné rapidement, fût-ce par un remède de cheval) mais de pallier les défauts les plus flagrants des réformes mises en place par son prédécesseur.

Pour les rythmes scolaires, un projet de décret prévoit des assouplissements, notamment « des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours ».

Autrement dit, les territoires satisfaits pourront continuer d’appliquer le système actuel, les autres changer de dispositif. Il était difficile d’aller plus loin, à trois mois de la prochaine rentrée.

L’autre nouveauté, qui réjouira la majorité des professeurs et des familles, c’est la modification de l’organisation des enseignements au collège. Un projet d’arrêté réécrit le texte de référence de la réforme contestée, sur deux points essentiels.

Les fameux EPI, véritables casse-tête pédagogiques à l’efficacité douteuse, deviendront facultatifs. D’autre part, une marge d’autonomie de trois heures sera allouée aux établissements pour « favoriser le travail en groupes à effectifs réduits, les interventions conjointes de plusieurs enseignants, et les enseignements facultatifs ». Ce qui permettra, notamment, le retour officiel du latin et du grec, voire le rétablissement des parcours bilangues et des classes européennes.

On peut regretter, bien sûr, que les décisions soient fixées « par le conseil d’administration sur proposition du conseil pédagogique », ce qui conduira nécessairement au développement des rapports de force entre disciplines et à des disparités entre les établissements.

Ce texte constitue, en effet, un pas de plus vers l’autonomie, à laquelle le ministre semble attaché. Terme aux multiples sens, selon qui l’emploie : pouvoirs accrus du chef d’établissement sur ses personnels, voire leur recrutement ; élaboration d’un projet adapté au public scolaire ; à terme, concurrence entre les établissements et suppression de la carte scolaire.

Les adversaires de l’autonomie rétorquent, non sans raison, que cette autonomie libérerait le pouvoir de petits chefs qui caporaliseraient l’école, accentuerait les inégalités entre élèves et établissements ou bénéficierait d’abord aux CSP+ (catégories socio-professionnelles supérieures), comme on dit dans le jargon ministériel.

Dans ce domaine, encore, dont il faut débattre sans préjugés et par un examen approfondi, la maxime latine In medio stat virtus permettrait sans doute d’écarter les excès et d’apaiser les craintes.


Philippe Kerlouan

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 03/06 17:29
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


En classe vous n’avez pas eu droit à la « chaise des émotions » ? Vous avez tout raté…

En classe vous n’avez pas eu droit à la « chaise des émotions » ? Vous avez tout raté…

Savourez…


Éducation : l’exemple d’une école bienveillante à Trappes

http://mobile.francetvinfo.fr/societe ... ef=http://m.facebook.com/

« La chaise des émotions », « une école bienveillante »…

Racine, Molière, Corneille… doivent se retourner dans leur tombe. On leur avait pourtant bien appris, à eux, que l’homme était un animal raisonnable…  Qui dit raisonnable dit « raison »…

Et ils avaient passé leur vie et consacré leur talent à mettre en scène le combat entre la raison et l’émotion, à montrer qu’il fallait penser à la société et aux autres avant de ne songer qu’à son bien-être, qu’à son argent, qu’à son plaisir…

Et des maîtres consciencieux, des républicains authentiques ( mais aussi des royalistes et des bonapartistes soucieux du bien commun ) avaient consacré leur temps et leur énergie à transmettre ces préceptes, à faire comprendre la beauté et la grandeur de la raison, de l’art…

A lire aussi :

Enseignement : Jean-Michel Blanquer pourra-t-il réparer la machine ?
Vincennes : shorts interdits pour les filles par la directrice d'une école
Rythmes scolaires : vers un nouvel affrontement ?
Alexandra Sobczak : « Le peuple doit se mobiliser pour la défense du patrimoine qui est notre bien commun ! »

Foin de tout cela. Une institutrice ( ah cachez ce professeurE que je ne saurais voir ) a décidé que chacun de ses élèves n’existait que par l’émotion, les sentiments et qu’il avait un devoir, une tâche primordiale : les exprimer, à tout bout de champ…

Et c’est ainsi qu’à Trappes ( Trappes, dites–moi, ce ne serait pas un territoire perdu de la République, où on ne réussit plus à enseigner ni à apprendre ? Ceci explique peut-être cela.. Que ne ferait-on pas pour acheter la paix sociale, Madame l’institutrice…) on enseigne l’inversion des valeurs.

C’est sans doute, aussi, que l’inversion des valeurs va avec l’oubli et le mépris de notre patrimoine, de nos héros, de notre civilisation.

Ces enfants-là sont prêts à  applaudir frénétiquement Harpagon qui réussit à sauver sa cassette, aux dépens de son fils s’il le faut. Harpagon est heureux avec sa cassette, il l’a écrit au tableau. HEUREUX.

Ils ont prêts à applaudir frénétiquement le Comte, père de Chimène, bouffi d’orgueil, vert de jalousie, qui tire l’épée contre Don Diègue, vieillard incapable de se battre. Le Comte veut avoir le poste de gouverneur du dauphin, il le veut, il l’a écrit au tableau, il a même écrit au tableau JE SUIS EN COLÈRE… alors il doit avoir le poste, pour ne plus être en colère.

Ils sont prêts à applaudir frénétiquement Pyrrhus qui veut épouser Andromaque, en menaçant de tuer le fils de cette dernière. Il la veut, c’est son obsession. Il a écrit au tableau : JE VEUX ME MARIER AVEC ANDROMAQUE. Puisque c’est ce qu’il veut, il doit l’avoir, n’est-ce-pas ? Et puis, à Trappes, les états d’âme des filles comme Andromaque, on s’en bat l’oeil, non ?

On ignore si c’est Belkacem qui est passée par là, si c’est un professeur fumant la moquette qui a pris cette initiative, mais on est sûrs d’une chose, c’est que des pédagogistes en goguette vont trouver l’idée GE-NIALE ! et vont peser de tout leur poids pour que l’expérience se multiplie dans toutes les écoles de la Seine Saint-Denis voire dans toutes celles de France et de Navarre.

Adieu école Ronsard, adieu école Rabelais, adieu école Brassens ; bonjour école bienveillante des Dupont-Lajoie, bonjour école bienveillante des  Groseille…

Et partout, sur un trône la « chaise de l’émotion »…

Il me vient parfois des envies d’en passer quelques-uns sur la chaise… électrique.

PS Il paraît aussi que « Pour régler un conflit par exemple, d’abord on s’explique, on se pardonne ensuite et on se quitte en bons amis ». En voilà une bonne méthode. On va aller dire à nos bons amis musulmans qui nous assassinent à tour de bras.

Christine Tasin

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 11/06 12:35
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !