Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Le grand oubli de Macron : l'islam [Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation]




« 1 ... 310 311 312 (313) 314 315 316 ... 318 »

Rushdie: «Il faut arrêter l’aveuglement stupide»

Rushdie: «Il faut arrêter l’aveuglement stupide»

L’écrivain britannique dénonce l’attitude de l’Occident
face au djihadisme, dans un entretien publié jeudi.

L’auteur des «Versets sataniques» n’est pas tendre avec certains discours.

«Il faut arrêter l’aveuglement stupide» face au djihadisme qui consiste à dire que «cela n’a rien à voir avec l’islam», souhaite l’écrivain britannique Salman Rushdie dans un entretien publié jeudi par l’hebdomadaire français «l’Obs».

«Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l’islam», souligne l’auteur des «Versets sataniques» qui vit sous la menace d’une fatwa depuis 1988. «Depuis 50 ans, l’islam s’est radicalisé», soutient le romancier qui vit désormais à New York. «Il y a bien sûr une tradition d’un islam éclairé. Mais il n’est pas au pouvoir aujourd’hui», ajoute-t-il.

A lire aussi :

Très important : 66000 djihadistes reconnus en Europe, des zones entières sous contrôle de l’EI ?

Les Français pauvres… de plus en plus pauvres selon un rapport de l’Observatoire des inégalités
Macron, May et Merkel ont jeté les dés : nous serons musulmans

«Côté chiite, il y a eu l’imam Khomeini et sa révolution islamique. Dans le monde sunnite, il y a eu l’Arabie saoudite, qui a utilisé ses immenses ressources pour financer la diffusion de ce fanatisme qu’est le wahhabisme. Mais cette évolution historique a eu lieu au sein de l’islam et non à l’extérieur», insiste l’écrivain.

«Comment peut-on dire que cela n’a rien à voir avec l’islam?»

«Quand les gens de Daech se font sauter, ils le font en disant Allahou Akbar , alors comment peut-on dès lors dire que cela n’a rien à voir avec l’islam?», interroge-t-il. L’écrivain explique qu’il dit «comprendre» la crainte de «stigmatisation de l’islam» mais, ajoute-t-il aussitôt «pour éviter cette stigmatisation, il est bien plus efficace de reconnaître la nature du problème et de le traiter».

L’auteur de «Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits» trouve ainsi «consternant» d’entendre «Marine Le Pen analyser l’islamisme avec plus de justesse que la gauche». «C’est très inquiétant de voir que l’"extrême droite" est capable de prendre la mesure de la menace plus clairement que la gauche». «Le présupposé constant de la gauche, c’est que le monde occidental est mauvais. Et donc tout est passé au crible de cette analyse», déplore-t-il.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 14/06 21:30
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Relocalisation des clandestins et solidarité

Hongrie, Pologne et Autriche refusent quota migrants imposés par l'Europe des traitres

Éditorial de Paweł Lisicki, rédacteur en chef de l’influent hebdomadaire conservateur polonais Do Rzeczy, publié – en polonais – dans le numéro du 22 mai 2017 sous le titre « Kto tu jest solidarny » (Qui est solidaire ici).
Traduit du polonais par Olivier Bault.

On aurait pu croire que le problème de l’accueil des réfugiés n’existe plus. Les dernières déclarations de la Commission européen européenne montrent toutefois qu’il n’en est pas ainsi. « La Hongrie, la Pologne et l’Autriche sont les seuls pays à ne pas avoir accueilli une seule personne dans le cadre de la relocalisation. Cela constitue une violation de leurs engagements vis-à-vis de la Grèce et de l’Italie et du principe de partage équitable des responsabilités », a annoncé la Commission il y a quelques jours. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s’est exprimé de manière encore plus ferme. Selon lui, le gouvernement polonais se soustrait à la solidarité européenne en n’accueillant aucun réfugié dans le cadre du programme de relocalisation. L’ancien premier ministre polonais est même allé plus loin, puisqu’il a menacé la Pologne de « conséquences ». Personne n’a autant le mot « solidarité » à la bouche que les partisans de la relocalisation. À les entendre, la Pologne, la Hongrie et l’Autriche se sont avérés être des pays particulièrement égoïstes, motivés exclusivement par leurs intérêts étroits. Les éditorialistes favorables au projet de relocalisation parlent de honte, de déshonneur et de manque de compassion. Non moins émouvants sont les appels de ceux qui pointent un doigt accusateur vers Varsovie en clamant : comment est-ce possible que le pays qui a donné naissance au syndicat Solidarité puisse être à ce point privé d’empathie ?

A lire aussi :

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (54)

Pour éviter la «consanguinité», le ministre des Finances allemand vante l’ouverture des frontières
Le traitement de la gale n’est pas que médical
9963 voix pour les islamistes du PEJ ! Exemple de Migennes, à la très forte délinquance immigrée…
104 candidats pour le Parti turc Egalité et Justice en France… ça n’inquiète personne ?
France : Macron, Président des élites et des islamistes
Des clandestins veulent se rendre en Angleterre, ils finissent à Rennes
Témoignage : je vis dans une ville musulmane… en France
De Londres à Paris : quand l'islamisme sera-t-il vraiment combattu ? (Front National patriote)
Attentats : Attali devrait être poursuivi pour complicité de crime contre l’humanité
La solution : envoyer les musulmans « malades » se soigner en Arabie saoudite
L’État islamique menace huit pays et promet d’y trancher des gorges
Tout ira très bien avec Macron… sauf l’invasion migratoire et le krach à venir !

La solidarité, c’est quand des gens ou des États sont prêts à porter ensemble des fardeaux. Mais peut-on vraiment invoquer ce principe de solidarité pour la politique d’immigration actuelle ? Ces appels à la solidarité ne masquent-ils pas au contraire le souhait de faire porter par plus faibles que soi les conséquences de sa propre incompétence ? Car qui, je vous le demande, porte la responsabilité de cette stupide politique des frontières ouvertes aux immigrants arrivant du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ? Qui donc a invité en Europe ces centaines de milliers, ces millions d’immigrants ? Les Polonais ? Certes, les aléas de la géographie font que c’est en Italie et en Grèce que se trouvent aujourd’hui la majorité des immigrés clandestins. Néanmoins, les gouvernements italien et grec se défendent-ils vraiment contre cet afflux d’immigrants ? Les navires de la garde côtière italienne renvoient-ils les embarcations chargées de clandestins ? Le gouvernement italien lutte-t-il vraiment contre les violations du droit par les ONG qui mènent souvent ouvertement une véritable opération de transfert des « réfugiés » en Europe ? Bruxelles fait-elle preuve de détermination dans la défense des frontières européennes ?

Si toutes ces conditions étaient respectées, si vraiment l’objectif principal de Bruxelles était la protection des frontières et la défense de la civilisation occidentale, alors les leaders politiques européens auraient le droit d’exiger notre solidarité. Mais ce n’est pas le cas ! Le seul dirigeant sérieux dont le pays a été directement exposé à l’afflux d’immigrants étrangers et qui a vraiment cherché à protéger ses frontières, c’est le Hongrois Viktor Orbán. Et quelle a été la réaction des leaders européens ? Ils l’ont accusé de chauvinisme, de nationalisme et de xénophobie.

Ce n’est donc pas la solidarité qui est en jeu ici. Il s’agit de pouvoir faire payer ses propres erreurs aux autres. Il s’agit aussi d’une politique d’immigration consciente dont le but est que se développent d’importantes minorités musulmanes dans tous les États européens, y compris en Pologne. Le but n’est pas de défendre notre culture, notre civilisation, mais de la transformer, de créer dans tous les pays de l’Union européenne des sociétés multiculturelles. Accepter la relocalisation même de seulement quelques milliers de demandeurs d’asile, ce serait le premier pas vers la réalisation de cet objectif.

La solidarité, ce n’est pas payer les dettes des autres ni céder aux plus forts. Si le gouvernement polonais refuse de céder aux pressions de Bruxelles, cela montre justement qu’il traite sérieusement son devoir de solidarité. De solidarité avec les générations passées de Polonais et avec ses propres citoyens. Et aussi avec les Européens qui rejettent le projet utopique de la gauche et qui veulent conserver ce qu’il leur reste de leur identité chrétienne.


Publié le: 14/06 21:52
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Le grand oubli de Macron : l'islam

Invasion musulmane avec la complicité de Macron le traitres

Combien de Français savent que Homs, la capitale industrielle de la Syrie, plus d’un million d’habitants avant la guerre, vient d’être libérée le 8 juin des djihadistes qui la martyrisaient depuis 2011 ? Pas grand monde, la nouvelle ne mérite pas d’être diffusée, ces djihadistes-là ayant été nos « alliés », enfin, ceux de la France du temps de Laurent Fabius qui disait d’eux « ils font du bon boulot« . Comme par exemple tirer pour s’entraîner, depuis les toits voisins, sur les ambulances et les blessés alités de l’hôpital central dont il avait fallu murer les fenêtres.


https://www.youtube.com/watch?v=AKJGfTKfeag

Ce sont les djihadistes de Fatah al Cham, ex-al Nosra, ex-al Qaïda en Syrie, ceux que l’Occident appelle « l’opposition syrienne ». Et ceux qui les ont délogés sont les soldats de l’armée légale syrienne. Alors vous pensez bien qu’une victoire comme celle-là, qui témoigne de l’échec de la politique menée depuis 2012 par les gouvernements français, on la passe sous silence dans la presse des Bergé-Drahi-Niel vendus à la gauche mondialiste et islamisée des fossoyeurs de la France. Seul Valeurs actuelles en a parlé brièvement.

A lire aussi :

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (939)

L’ONU a exigé que ces tueurs psychopathes soient évacués avec ménagement. Eux, leurs femmes voilées jusqu’aux yeux, leurs enfants au front cerné de bandeaux prétendant qu’Allah, leur dieu-gore tueur d’innocents, est grand, et tous les biens qu’ils ont pillés et volés aux habitants dont une partie est chargée dans des camions benne. Poutine, soucieux de complaire à la communauté soi-disant internationale pour ne pas aggraver son cas, a imposé à Bachar El Assad que l’évacuation soit protégée de la vengeance des habitants survivants par la police militaire russe.

La presse occidentale ne veut pas savoir, pas plus quelle ne veut connaître la honte de la reconquête de Mossoul en Irak où les habitants mangent du carton bouilli avec de l’herbe faute de mieux. Quand Le Figaro publie un article intitulé « Mossoul : voyage au bout de l’horreur« , illustré de nombreuses photos, la presse et les médias de gauche se gardent bien de le commenter. On ne critique pas les horreurs commises par la coalition americano-turco-franco-kurdo-machin-truc, on n’a le droit de critiquer que l’armée de Bachar El Assad et les Russes.

À Homs, le gouvernement syrien fournit aux djihadistes des bus où ils entassent kalachnikovs, grenades, carabines de précision, pistolets, couteaux de combat, sabres à égorger, et aussi tapis de prière, sacs de vêtements. Presque tous gardent leur arme préférée avec eux.

SOS Chrétiens d’Orient est présent. Ils ont réussi à pénétrer dans Homs en 2014 pour aider les habitants victimes des exactions des djihadistes qui avaient trouvé un nouveau moyen d’exécution de ceux qui tentaient de fuir la ville : une baignoire remplie d’huile bouillante dans laquelle ils plongeaient le « coupable » une ou deux minutes puis le sortaient pour le remplacer par le suivant.
Ça économise les balles.

La police syrienne empêche les habitants d’approcher de la zone où les terroristes embarquent dans les bus en riant et insultant les policiers syriens, on se croirait dans une banlieue parisienne. « On reviendra, vous inquiétez pas ! on vous donnera du travail« . Quand ils aperçoivent un Français, François-Xavier Gicquel, directeur à Homs des Opérations de SOS Chrétiens d’Orient, qu’André Cubzac de Valeurs actuelles a pu interroger, ils lui disent « On va aller en France s’occuper de vos enfants« . Pourquoi pas, qu’ils aillent donc au Havre ou le maire Rodolphe Philippe a ouvert une mosquée salafiste dans un presbytère, ils y seront bien reçus.

Le djihadisme musulman prôné par le Coran est bien évidemment à l’origine de toutes ces horreurs. Armée syrienne, Russes et Occidentaux commettant leurs horreurs en riposte aux horreurs plus violentes des djihadistes.

Ce djihad violent est parfois timidement dénoncé par nos musulmans français qui, dans leur grande majorité l’acceptent comme une obligation religieuse dont ils se limitent à critiquer les manifestations sanglantes excessives.

2240 morts en Europe depuis le premier attentat islamique revendiqué en 2001. C’est trop, bien sûr, mais ce n’est rien en comparaison des ravages que répand le djihad idéologique et médiatique. Celui-ci est mené par les autorités musulmanes radicales comme l’UOIF, les Frères Musulmans et l’Etat Islamique. Il passe largement inaperçu car ces autorités sont devenues expertes dans l’utilisation des réseaux sociaux – Facebook et Twitter entre autres -, mais aussi les partis politiques, la télévision, la presse et ses agences. Ce djihad-là consiste à faire passer comme des évidences des « éléments de langage » directement copiés du modèle de la propagande socialiste qui, je l’ai déjà souligné à plusieurs reprises, s’appuie sur un raisonnement binaire excluant toute intelligence, nuance ou critique logique.

Dans le discours socialiste il y a les patrons contre les ouvriers, les riches contre les pauvres, l’Est socialiste contre l’Ouest libéral, les internationalistes contre les nationalistes, les multiculturalistes contre les identitaires, les minorités immigrées contre le peuple autochtone, etc.
Et si vous n’êtes pas ouvrier, pauvre, socialiste, internationaliste, multiculturaliste et immigré, vous êtes raciste, conservateur, ringard, salaud, fasciste, etc..

De même, la propagande islamiste tient un discours binaire : l’Orient contre l’Occident, les colons contre les colonisés, le djihad contre les croisés, la tradition coranique contre la modernité, le califat contre l’état de droit démocratique, le Bien incarné par l’islam contre la Mal incarné par le chrétiens et les juifs, etc. Et si vous n’êtes pas pour l’Orient, les colonisés, le djihad, la tradition coranique, le califat et le Bien musulman, vous êtes islamophobe, mécréant et raciste.
Il n’y a pas à analyser, critiquer ou discuter, c’est comme ça.

C’est aussi la conception jupitérienne du pouvoir qu’a Macron : on est pour ou contre lui.

Cette dialectique est simple, mais efficace. Elle soude son groupe et déshumanise les autres. En cela, Emmanuel Macron est de la graine de tyran sous son apparence d’ado attardé souriant et volubile. Et il y a une parenté entre lui et d’autres tyrans célèbres qui ont été comme lui des ados pris en mains par une entité dominatrice très discrète qui en a fait des chefs d’Etat : Staline par l’Okrana, la police secrète du tsar ; Hitler par la société de Thulé, précurseur de la Trilatérale ; Macron par le groupe de Bilderberg et la French-American Foundation qui a placé deux de ses membres « young leaders » à la tête de l’Etat français, Macron et Rodolphe Philippe.
Parenté aussi dans la phraséologie et la gestuelle des discours.

De plus, mais ce n’est qu’un détail amusant, les trois ont eu un rapport difficile et incomplet avec les femmes : Staline a mis longtemps avant d’épouser sa première femme, Kéké, qui s’est suicidée peu après de désespoir tant il la négligeait ; Hitler avant d’épouser Eva Braun (le jour de leur suicide) ; Macron, quant à lui, a trouvé une grand-mère de substitution, Brigitte Trogneux.

Les intellectuels et les autorités politiques françaises refusent de voir que l’islam a un plan et une stratégie pour conquérir l’Europe. Ils sont pourtant décrits avec minutie et précision dans un livre traduit en français du théoricien djihadiste Abu Bark Naji, Gestion de la barbarie, un Mein Kampf musulman qui explique comment un califat européen sera établi par la terreur et le sang pour venir à bout de la barbarie de l’Occident.

Et ce ne sont pas des comportements lénifiants face au communautarisme musulman, ni des mesurettes sécuritaires comme l’état d’urgence qui en empêcheront la réalisation, il faudra attaquer le mal à sa base.

L’Imprécateur

***

A VOIR AUSSI :

Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (54)

Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (90)
Macron : en marche pour le pognon !
  (402)
Médias enfumeurs, menteurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (77)

Macron - Histoire d'une Haute Trahison.
Les preuves accablantes


https://www.youtube.com/watch?v=Wn72T4dTFho

Attali : "Les élus n’ont plus de pouvoir
et voici votre avenir" - Effrayant !


https://www.youtube.com/watch?v=k40RpYZlvkQ

Onfray : la bulle Macron va vite exploser


https://www.youtube.com/watch?v=uWRD2DSU-TU



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 15/06 00:50
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !