Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Macronisés, les éditorialistes du Monde ont abdiqué tout esprit critique [Actualité en France]




« 1 ... 24 25 26 (27)

La force de ce pouvoir est d’être l’ami de tous les grands patrons de presse : Jean-Yves Le Gallou
#79

La force de ce pouvoir est d’être l’ami de tous les grands patrons de presse

Une tribune publiée dans 23 médias dénonce les « signaux extrêmement préoccupants » envoyés par le gouvernement quant à l’indépendance de la presse. Pour Jean-Yves Le Gallou, ce bras de fer montre que Macron a tiré les leçons de l’expérience Fillon : il n’entend pas, lui, se laisser détruire par une campagne médiatique.


23 médias différents dénoncent dans une tribune publiée sur plusieurs sites d’information, je cite, « des signaux extrêmement préoccupants » envoyés par l’Exécutif en matière d’indépendance des médias.
Est-ce que vous partagez leur inquiétude aujourd’hui ?

Je trouve cela un peu drôle de la part des médias.
Ils ont fait Macron, ils trouvent Macron.
Macron se considère en tout cas au niveau des patrons de presse et pas au niveau des journalistes de base. Il refuse notamment de se laisser imposer le jeu des questions des journalistes. Il y a des sujets qu’il veut aborder et d’autres qu’il ne veut pas aborder.
Je pense qu’il a tiré les leçons de l’expérience de Fillon. Fillon a été détruit par une campagne médiatique.
Macron se place d’emblée dans une situation où il refusera de céder à une campagne médiatique.
C’est à mon avis pour cela qu’il protège Ferrand. Il vaut montrer que ce n’est pas parce que quelqu’un est attaqué, à tort ou à raison, par les médias qu’il doit être sacrifié.

A lire aussi :

Macron : en marche pour le pognon ! (403)
Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (92)
Médias enfumeurs, menteurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (79)
Après la «Macron mania», la presse commence à s'inquiéter sérieusement pour sa «liberté»
Un jeune cerveau bien lavé est un cerveau bien disposé
La violence au Monde et à Libération. À bras ouverts chez Boboland

Cette tribune évoque plusieurs plaintes déposées par le gouvernement, une d’abord sur la publication d’informations sur la loi travail, et l’autre contre La Lettre A qui a utilisé les Macronleaks.
N’est-ce pas une manière d’empêcher la presse de faire correctement son travail ?

Je crois qu’il y a dans ces deux affaires, une volonté d’intimidation.
Dans l’affaire des fuites sur le projet d’ordonnance sur le travail, il y a une volonté d’intimidation des fonctionnaires qui pourraient être tentés de livrer des documents à la presse.
Dans l’affaire des Macronleaks, il y a une volonté d’intimidation des médias cette fois, pour leur interdire d’aborder certains sujets. En l’occurrence, il y a deux sujets interdits d’aborder, semble t-il : la vie privée du couple présidentiel et le financement de la campagne présidentielle.
Macron a levé 15 millions d’euros en une dizaine de jours alors que Sarkozy avait mis en 2007 plusieurs mois à en lever 5. Cela veut dire qu’il y a sûrement des choses à regarder, et à cacher peut-être. D’où la volonté d intimider les médias qui voudraient se saisir de ce type de sujets.

On a enfin François Bayrou qui a fait beaucoup parler de lui dernièrement et notamment par un coup de fil qu’il a passé à un journaliste pour lui demander d’arrêter ses investigations.
Est-ce que cela participe de la même volonté d’intimidation ou est-ce que Bayrou est en roue libre de son côté ?

Je pense que Bayrou est intervenu de son propre chef. Je pense qu’il est en roue libre.
Il a eu un grand bonheur, il redevient ministre, il va retrouver un groupe parlementaire pour le MODEM.
C’est à ce moment là que l’affaire du financement du MODEM éclate.
Ça doit donc fortement le courroucer, mais je crois que c’est un peu à part.
C’est la séquence Bayrou.

On a vu sous le quinquennat précédent notamment François Hollande se confier tous les jours à différents journalistes.
Emmanuel Macron a très rapidement annoncé que ça ne serait pas le cas avec lui.
Qu’est-ce que toutes ces nombreuses affaires en tout début de quinquennat laissent présager ce que sera ce quinquennat en matière de relation avec la presse ?
Qu’est ce que cela signifie pour le reste du quinquennat selon vous ?

Je pense qu’il va y avoir un bras de fer.
C’est déjà un début de bras de fer, un changement des rapports de force.
La force de ce nouveau pouvoir est quand même d’être l’ami de tous les grands patrons de presse.
Monsieur Macron est l’allié de Monsieur Drahi, l’allié de Monsieur Niel. Il contrôle aussi la télévision publique.
C’est l’allié des grands patrons de presse et cela ne va peut-être pas rendre la vie très facile aux journalistes qu’il va remettre à leur place.
Je pense qu’il considère les journalistes comme des petits employés de presse, et pas autre chose.
Ça va les changer de Hollande qui leur envoyait des textos et qui les invitait à prendre des cafés, etc.

Ancien député européen, essayiste.
Président de Polémia.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 16/06 14:30
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Macronisés, les éditorialistes du Monde ont abdiqué tout esprit critique
#80

journal Le Monde, média corrompu au système

Si Macron est Jupiter, il n’en a pas pour autant le pouvoir d’arrêter
la dérive des continents. Ni celle des peuples.

Coup sur coup, deux éditorialistes du Monde ont laissé libre cours à leur macronphilie béate. Et le résultat est stupéfiant d’aveuglement. Pour rester mesuré.

Il y a eu d’abord Gérard Courtois, avec son « Trop forts, ces Français ! », qui est allé chercher une citation de Rocard sur « l’intelligence confondante » des Français pour admirer les résultats de ce printemps électoral.

Et puis Arnaud Leparmentier a remis ça, allant, lui, piocher du côté de… George Bush ! Il commence ainsi sa chronique : « L’Europe est sauvée. Mission accomplie » :

« On se souvient de l’arrogance de George W. Bush annonçant sur le porte-avions Abraham-Lincoln la victoire militaire en Irak : « Mission accomplie. » C’était le 1er mai 2003, et la suite tourna au désastre. Fort d’une prudence légendaire, nous avons préféré attendre avant d’appliquer à l’Europe l’infortuné slogan. »

​‌

M. Leparmentier pense de bonne foi qu’avec Macron, on peut enfin pousser le cri de bonheur de George Bush ! L’Europe serait sauvée ! Nous serions sauvés ! 2017 aurait effacé 2005, Brexit, crise économique et financière, crise migratoire, crise démocratique en France, crise européenne… Il doit faire très chaud en ce moment à la rédaction du Monde… Si M. Leparmentier voulait vraiment qu’on le crédite d’une « prudence légendaire », il aurait dû attendre encore quelques mois, quelques années, ou tout au moins essayer de mieux scruter les germes pourris de la victoire Macron et du temps présent qui annoncent les orages futurs…

A lire aussi :

Macron et la mafia politico-médiatique du système UE ont pris le pouvoir : Nouveau voyage aux enfers (97)
Macron : en marche pour le pognon ! (403)
Élections législatives avec le Front National patriote : plus que jamais, défendre la France ! (72)
Médias enfumeurs, menteurs et corrompus : La propagande anti-démocratique contre le peuple (79)
Gilbert Collard proposera une loi sur l’indépendance des rédactions
Oh nom de Zeus, à la justice c’est la Belloubet, ex-première adjointe du lèche-babouches Cohen !
L’AFP accusée d’avoir tenté d’étouffer l’affaire Ferrand en censurant des informations gênantes pour le pouvoir selon la CGT
Libé et le flicage des gays : à quand l’étoile rose pour les députés ?
Marre de big brother facebook ? Venez nous rejoindre sur Vkontakte, le facebook russe
Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français
Me Benoît Sevillia : On a mesuré ces derniers mois l’influence des médias. Il faut réfléchir à la reconquête !
Hallucinante oeuvre de propagande pro-migrants sur le service public belge avec l’aide de l’AFP
Polony virée d’Europe 1 ?
Natacha Polony évincée coup sur coup de Paris Première et Europe 1
Migrants et bobos compassionnels : «c’est çui qui dit qui est»
Médias : Macron ouvre la chasse aux rares patriotes qui y restent encore
Méfions-nous des « fake news » !
Censuré ou pas ? Un documentaire sur l'antisémitisme au cœur d'une polémique
Antisémitisme : Bild diffuse le documentaire censuré par Arte
Comment les médias nous vendent l’échec des populistes… quand ils ne cessent de progresser !
Encore un exemple de l’imposture des médias « mainstream »
Causeur : France Inter aux Français ! (Radio "bien pensante" qui interdit de penser)
Le Danemark abolit le blasphème pour des discussions “plus libres” sur la religion

L’AFP verra ses subventions augmenter jusqu’en 2018
227 millions d’euros de subventions pour la presse en 2014
Presse subventionnée - Les 20 journaux les plus aidés par l'Etat (2013)
Subventions à la presse, sauf pour L’Opinion ?

Quelques mois ? Quelques heures ! Et la débandade de Bayrou et du MoDem qui enlève à M. Macron et à sa majorité ce nain centriste qui l’a fait roi, et sa caution (on n’ose dire) morale. Cette ombre n’est que l’écume de remous bien plus profonds et porteurs de déconvenues qui adviendront tôt ou tard, pour M. Macron et ses courtisans.

Rappelons, d’abord, à nos confrères les conditions de l’élection Macron : 24 % des voix au premier tour, moins que M. Hollande en 2012… Rappelons, aussi, le reste du gâteau : Front national 21 %, droite 20 %, La France insoumise 19 %. Faut-il redire le niveau de l’abstention de dimanche ? Avec les partis-charnières, les recompositions en cours et les évolutions de l’électorat face à la politique de M. Macron, quand on la verra enfin, ce quatre-quarts bougera inévitablement. Rendez-vous dans trois ans pour soulever à nouveau le couvercle de la Cocote-Minute® électorale. Pas sûr que nos confrères hurlent alors : « Trop forts, ces Français ! »

Car, sur le fond, et le front des crises, la situation qui a amené ce que Le Monde appelle « les extrêmes » à être potentiellement en situation d’accéder au pouvoir est toujours là, plus que jamais. Un vent d’optimisme entretenu par une habile communication peut fonctionner. Un temps. Et à la marge. Mais cela ne saurait redresser une situation économique et sécuritaire à ce point dégradée.

Certes, il y a un moment Macron, et il est normal que ceux – Le Monde en tête, ses actionnaires comme ses journalistes – qui ont participé à l’opération se réjouissent. Mais une telle euphorie laisse plus que sceptique quand elle se traduit par une myopie énorme et une surévaluation de la victoire Macron. Devant Macron ne se pâment que ceux qui aiment à se pâmer. Car pour les observateurs un peu plus rigoureux, le moment Macron comporte aussi un moment Mélenchon et un moment « recomposition de la droite ». Et si, le temps d’un printemps, une plaque a pris le dessus sur les deux autres, ces plaques en mouvement n’ont pas terminé leur parcours.

Le Monde devrait savoir que, si Macron est Jupiter, il n’en a pas pour autant le pouvoir d’arrêter la dérive des continents. Ni celle des peuples. Ni leur capacité à briser les mythes de pacotille qu’on leur vend en vitesse le temps d’un printemps.


Pascal Célérier

A VOIR AUSSI :

I-Média#157 : Mercato Médiatique Purge idéologique


https://youtu.be/rntLequZokM

TOUS LES I-MEDIAS


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 25/06 09:08
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !