Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Européennes 2019: Rencontre avec les têtes de liste du Vlaams Belang à Bruxelles [Actualité en Belgique]





Européennes 2019: Rencontre avec les têtes de liste du Vlaams Belang à Bruxelles
#1

Marine Le Pen du Rassemblement National et Vlaams Belang

Dans le cadre des prochaines élections du 26 mai 2019, nous avons rencontré Monsieur Dominiek Lootens, député bruxellois sortant et tête de liste pour le Parlement bruxellois, Monsieur Frédéric Erens, ancien député, tête de liste du Vlaams Belang pour le Parlement bruxellois, Monsieur Alain Moyson, entrepreneur, tête de liste pour la Chambre des représentants et Monsieur Bob De Brabandere, Président du Vlaams Belang bruxellois et secrétaire politique du Président national du Vlaams Belang.

Vlaams Belang, Alain Moyson, Frédéric Erens, Dominiek Lootens Stael, Bob de Brabandere

Quelle sont les raisons pour lesquelles les Bruxellois
devraient voter pour le Vlaams Belang?

"Face à l'islamisation, la lâcheté des élites, la trahison des politiques, l'inversion des valeurs et une forme accélérée de décadence qui nous mettent en danger immédiat"

Dominiek Lootens : Face à l'islamisation, la lâcheté des élites, la trahison des politiques, l'inversion des valeurs et une forme accélérée de décadence qui nous mettent en danger immédiat, nous, nos enfants et nos petits-enfants. Seul un sursaut salvateur est de nature à renverser la vapeur pour sortir de cette spirale mortifère, seuls des partis nationalistes sont de nature à sauver notre identité, notre souveraineté et nos libertés. C'est le cas du Rassemblement National en France, c'est le cas de FPÖ en Autriche (qui participe à la coalition gouvernementale, c'est le cas de la Lega en Italie (qui est au pouvoir), cas le cas du PVV aux Pays-Bas, c'est le cas du Vlaams Belang en Belgique (tous ces partis politiques sont unis dans un groupe parlementaire au sein du parlement européen), mais aussi de Viktor Orban en Hongrie, des nationalistes Polonais, Estoniens, Finlandais, Danois, etc, etc, etc. Ainsi, porter son suffrage sur les listes du Vlaams Belang, ce n'est pas seulement faire un choix politique ponctuel dans un contexte national donné, c'est aussi participer à la grande révolution des âmes qui brûlent aujourd'hui sur notre vieux continent.

"... Il est vrai que le Vlaams Belang est le seul parti politique qui dit la même chose avant et après les élections..."

Frédéric Erens : Ce 26 mai, nous serons à nouveau dans l’isoloir pour voter. Les partis traditionnels, du PS au MR et de la SP.a à la N-VA, veulent s’adjuger nos voix en faisant comme toujours de grandes promesses. Des promesses qui seront vite oubliées dès l’après élections. En réalité, on nous resservira durant 5 ans exactement la même politique, c’est-à-dire encore plus de criminalité, encore plus d’immigration et toujours plus de restrictions pour notre propre peuple. Mais tous ces partis ont quelque chose en commun: ils ne veulent pas que le Vlaams Belang progresse et gagne des voix lors des prochaines élections. Il est vrai que le Vlaams Belang est le seul parti politique qui dit la même chose avant et après les élections, qui dit dans tous les Parlements ce que vous pensez, qui ne s’enrichit pas en s’accaparant des postes ministériels très rémunérateurs, qui veut économiser sur le coût de l’immigration et qui choisit toujours NOS gens d’abord! Il est plus que temps que les élites écoutent ce que les simples citoyens ont à dire.

"...le Vlaams Belang est la seule alternative crédible au chaos bruxellois actuel..."


Alain Moyson : Comme francophone, avant de rencontrer l’équipe bruxelloise du Vlaams Belang et Dominiek Lootens en particulier, j’avais une vision plutôt inquiétante de ce parti politique. En réalité, je n’en connaissais que ce que les médias francophones en disaient. La réalité est bien entendu tout à fait différente, notamment en ce qui concerne l’attitude envers les francophones. Cela fait plus de vingt ans que le Vlaams Belang fonctionne de façon bilingue à Bruxelles et que les francophones y ont leur place, y compris sur les listes électorales. Pour preuve, je suis tête de liste pour la Chambre des Représentants. Par ailleurs, une étude approfondie des différents projets politiques présentés par les différents partis m’a vite fait comprendre que le Vlaams Belang est la seule alternative crédible au chaos bruxellois actuel. L’immigration hostile, l’insécurité, la pression fiscale, la mobilité paralysée, etc, etc, etc. Seul le programme en 19 points du Vlaams Belang offre des solutions immédiatement applicables, raisonnables, courageuses parce qu’elles vont à contre-courant de la pensée unique et qui sont parfaitement finançables

Chacun d’entre-vous peut-il développer un point
du programme bruxellois du Vlaams Belang?

"Seule une politique de lutte contre la criminalité extrêmement rapide combinée
avec la tolérance zéro peut rétablir l’ordre et la loi à Bruxelles"


Dominiek Lootens : Le Vlaams Belang veut recréer une Région bruxelloise où chaque femme, chaque senior, chaque enfant, chaque Bruxellois dans n’importe quel quartier à quelque moment de la journée peut déambuler tranquillement en toute sécurité. Qui peut être opposé à cela? Pourtant, l’insécurité générale s’aggrave dans notre ville. Certains quartiers sont devenus des zones “interdites” où les trafiquants de drogues et les bandes criminelles sont maîtres et où la police reçoit pour instruction de l’autorité politique de ne pas y intervenir. Le Vlaams Belang veut le rétablissement de l’ordre et de la loi dans notre ville. Pour y arriver, nous faisons des propositions très concrètes: le Vlaams Belang propose de construire une prison à Bruxelles pour les criminels mineurs qui forment un danger pour la société. Les émeutiers détenant une nationalité étrangère doivent être rapatriés à destination de leur pays d’origine, accompagnés de leurs parents s’il s’agit de mineurs. Seule une politique de lutte contre la criminalité extrêmement rapide combinée avec la tolérance zéro peut rétablir l’ordre et la loi à Bruxelles. Enfin, nous voulons que le droit à la légitime défense soit être élargi à la protection des biens. Aujourd’hui, celles et ceux qui défendent leurs biens, risquent de faire l’objet de poursuites en vertu de l’état actuel de la législation. On en arrive alors à cette absurdité complète de voir des victimes traitées en criminels et le criminel endosser un statut de victime. C’est vraiment le monde à l’envers et cela doit stopper!

"Notre propre culture, nos normes et nos valeurs sont mis en danger
par ces changements sociologiques radicaux et par l’islamisation galopante de Bruxelles"


Frédéric Erens : Bruxelles connaît un bouleversement sociologique qui ne cesse de s’accroître. La réalité est que ce bouleversement n’est pas toujours un enrichissement, contrairement à ce qu’on veut vous faire croire. Le halal obligatoire à l’école, des autochtones bruxellois qui se font tabasser en rue parce qu’ils ont osé manger quelque chose en rue durant le Ramadan, le marché de Noël qui se transforme en marché d’hiver et Pâques qui devient printemps et Saint-Nicolas qui se voit flanqué d’un père Fouettard blanc et les foulards dans nos écoles et les conflits étrangers qui trouvent leurs prolongements dans nos rues en véritables batailles rangées…. Notre propre culture, nos normes et nos valeurs sont mis en danger par ces changements sociologiques radicaux et par l’islamisation galopante de Bruxelles. Il est donc grand temps que s’opère une véritable révolution concernant la place de notre identité dans notre ville Bruxelles. D’abord, notre identité doit être prioritaire en toutes choses. Ce sont nos lois, nos normes et nos valeurs qui doivent constituer l’axe central de notre société. Qui veut venir chez nous et s’installer doit s’adapter à notre manière de vivre et à nos lois et non l’inverse. Même les allochtones de bonne volonté, c’est-à-dire ceux qui sont prêts à s’adapter, ont intérêt à ce que l’église revienne au milieu du village. Ceux-là seront récompensés pour leurs efforts et les autres pourront tirer les conclusions qui s’imposent. C’est la condition pour que les Bruxellois se sentent à nouveau chez eux à Bruxelles.

"Les hauts fonctionnaires sont nommés par les partis politiques afin de s’accaparer
d’une partie du pouvoir au sein des administrations"


Alain Moyson : Bruxelles s’est dotée d’un labyrinthe de structures, d’organisations et d’asbl douteuses où l’enrichissement personnel semble être le fil conducteur. Les scandales liés au SamuSocial et de nombreuses autres institutions nous l’ont péniblement démontré. Le Vlaams Belang veut reconfigurer les structures bruxelloises de telle sorte qu’elles ne soient plus au service de profiteurs patentés mais bien, comme il se doit, au service de la population.
On connaît la ritournelle au sujet des nominations politiques. Les hauts fonctionnaires sont nommés par les partis politiques afin de s’accaparer d’une partie du pouvoir au sein des administrations. Cela veut dire que quiconque dispose du bon appui politique a des chances d’être nommé à un poste de haut fonctionnaire. Les partis politiques considèrent l’autorité et son administration comme leur propriété. Plus l’autorité enfle, plus il y a de postes à distribuer. Plus son propre parti est important, plus grande sera sa part dans les nominations politiques.   
Pour rendre la politique plus transparente, nous faisons des propositions très concrètes: la fusion des 19 CPAS en un seul organisme avec des antennes locales, la fusion des sociétés de logement social, la limitation drastique des ASBL communales et l’abolition des jetons de présence dans les ASBL et l’abolition des nominations politiques.

Monsieur De Brabandere Vous êtes le Président
du Vlaams Belang à Bruxelles et vous êtes troisième
de liste pour le Parlement bruxellois, en quelques mots,
quel est le message que vous adressez aux Bruxellois?

"Le Vlaams Belang est le seul parti politique qui ose nommer clairement les problèmes
sans se soucier du politiquement correct
et il formule des propositions réalistes et réalisables"

Bob De Brabandere : Être à nouveau fiers de Bruxelles. Au fond, c’est ce que beaucoup de Bruxellois souhaitent. Malheureusement cette fierté est difficile à trouver aujourd’hui. La corruption, la gestion catastrophique, la petite et la grande criminalité, la saleté de nos rues et un métro puant, … Autant de dérives qui, hélas, n’étonnent plus personne dans la Région de Bruxelles-Capitale. Pire encore, ces problèmes peuvent être objectivement constatés par tout le monde, mais le monde politique semble complètement aveugle à cet égard. On finirait par croire que tout ceci est parfaitement «normal» dans notre capitale. En fait, les Bruxellois ne se résignent pas à ce défaitisme. Le Vlaams Belang est le seul parti politique qui ose nommer clairement les problèmes sans se soucier du politiquement correct et il formule des propositions réalistes et réalisables. Le monde politique doit clarifier ses priorités, à savoir d’abord et avant tout rétablir un Bruxelles où les Bruxellois se retrouvent au centre de toutes les préoccupations.

Vlaams-Belang-Nos-gens-d-abord

A lire aussi:

60% des locataires Marocains des logements sociaux sont propriétaires immobilier au Maroc
Des Jettois découragés établissent la carte de la criminalité de la commune
Le Vlaams Belang veut une Europe libre
Vivre heureux à Bruxelles: un droit pour tous! par Dominiek Lootens
La position du Vlaams Belang concernant l’abattage rituel sans étourdissement
Préparez vos mouchoirs: un demandeur d’asile coûte jusqu’à 2.255 euros par mois
Les faits: 105.165 «nouveaux Belges» depuis le gouvernement Michel, Francken et consort
Insupportable: quasi la moitié des bénéficiaires du revenu d’intégration sont étrangers
Vidéo: « Protéger nos nations, défendre notre civilisation ! »
Pression fiscale record en Belgique

Rassemblement National - Marine Le Pen : Au siège du Vlaams Belang pour rencontrer Tom Van Grieken, Président du Vlaams Belang et Gerolf Annemans, tête de liste aux européennes.


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 16/05 15:24
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !