Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Annalisa Gadaleta, l'organisatrice de l'Aïd à Molenbeek, sait-elle qu'elle est une parfaite dhimmi ? [Halal - Bien être animal ]





Annalisa Gadaleta, l'organisatrice de l'Aïd à Molenbeek, sait-elle qu'elle est une parfaite dhimmi ?
#1

Ikazban Gadaleta

 

Un article pour démontrer que le sacrifice est un rituel très bien organisé (?!?)

aid Bruxelles

Un article intitulé "L'Aïd, un sacrifice très organisé" a été publié sur lalibre.be et dhnet.be. Il a été rédigé de façon à montrer que les musulmans sont bien organisés, que ce ne sont pas des barbares, avec le sous-entendu qu'il ne faut surtout pas faire d'amalgames malheureux.

Voici quelques expressions, reprises dans l'article, qui démontrent tout ce que j'avance :

- aux fins de respecter l’horaire fixé par l’entité
- 3 sacrificateurs agréés
- Histoire d’éviter tout débordement
- Deux preuves de l’excellence de l’organisation
- de succulentes pâtisseries et de thé à la menthe
- étudier la méticulosité des Quatre Vents.
-
le calme régna autour et alentours du site

- intelligemment cadenassé par policiers et gardiens de la paix
- découpage et habillage par des bouchers
- sous l’auspice de vétérinaires écartant des organes impropres à la consommation

Je reste dubitative quant à la volonté réelle de cet article. Est-ce qu'un massacre bien organisé suffit pour dire que le rituel de l'égorgement halal sans étourdissement est quelque chose de sensé, de propre et donc d'acceptable dans notre société ?   

 

 

Rappel : Les gazages des juifs étaient aussi très bien organisés

Historiquement, je voudrais tout de même rappeler au rédacteur de cet article que d'autres "sacrifices" ont été tout aussi bien "organisés" il y a quelques décennies.

L'abattage sans étourdissement ? Quelle différence avec les camps nazis et les chambres à gaz du régime d'Hitler ? La souffrance animale serait-elle une préoccupation secondaire dans notre monde ? Comment pouvons-nous passer outre notre compassion pour des bêtes douées de sensibilité et sacrifiées conscientes, pour des exigences purement religieuses qui ne concernent en rien notre subsistance ? Les musulmans, parce que ce rituel est réputé très ancien, ont-ils tous les droits, y compris celui de faire souffrir gratuitement ? Pourquoi leur pardonnons-nous leur barbarie ? Ne sommes-nous pas complices de leurs actes par notre inaction ? Qui ne dit mot consent...

 

 

Que pense Annalisa Gadaleta (Groen) de l'abattage sans étourdissement, elle qui est échevine de l’Environnement et du Bien-être animal à Bruxelles ?

Annalisa Gadaleta (Groen), échevine de l’Environnement et du Bien-être animal, est citée dans l'article. Voici la phrase qui fait mention de cette dame...

"Nous avons enregistré 826 inscriptions. Dont 689 pour le premier jour", comptabilisait Annalisa Gadaleta (Groen), l’échevine de l’Environnement et du Bien-être animal, devant ce dépôt communal, un temps reconverti en temple de la découpe.

La première chose qui me choque, c'est la froideur de cette phrase. En tant qu'échevine de l'Environnement et du Bien-être animal, rien ne semble la déranger. Elle constate, organise et accepte sans broncher ce qui se passe. Ce qui me choque aussi profondément, c'est qu'elle puisse appartenir au parti Groen, un mouvement écologiste. Comment peut-on se revendiquer comme écologiste si on ne porte pas en soi un profond respect pour la vie terrestre sous toutes ses formes ?

J'aurais souhaité une réaction de la part de cette dame, en tant que "protectrice du bien-être animal", ou tout au moins un doute. Je regrette le manque d'implication de sa part dans la fonction qui lui a été allouée.

 

 

Qui est Annalisa Gadaleta ?

Annalisa Gadaleta est une élue Groen de Molenbeek-Saint-Jean, une commune en majorité musulmane qui fait partie de Bruxelles. Elle est d'origine belgo-italienne. La voici dans une vidéo postée il y a deux ans (10/09/2012), expliquant son projet pour la ville de Molenbeek.

 

 

Annalisa Gadaleta (Groen) a été initiée à l'abattage rituel...sous la supervision de Jamal Ikazban (PS), un pro-Hamas notoire

J'ai voulu en savoir plus sur Annalisa Gadaleta. J'ai retrouvé un article publié le 23/10/2013 (source).  

Il s'agit d'une interpellation de Monsieur Jamal Ikazban, Conseiller communal, relative à l’évaluation de la fête du sacrifice 2013, à l'égard de Madame Gadaleta, l'organisatrice de l'événement en tant qu'échevine de l'Environnement et du bien-être animal.

Dans la suite de ce post, je vais vous rapporter l'échange en attirant l'attention sur les points qui m'ont déplus. Mais avant d'aller plus loin, je désire attirer votre attention sur quelques articles, concernant Jamal Ikazban. J'ai repris quelques phrases-chocs de ces articles pour que vous compreniez la personnalité de cet homme.

[Belgique] Ubu-Pan : Nos impôts financent les terroristes du Hamas
Jamal Ikazban a poussé la crapulerie plus loin : il est le 458ème signataire de la pétition réclamant le retrait du Hamas des organisations terroristes. Le PS a même dû bidouiller la photo électorale de ce député "bruxellois", qui arborait fièrement le drapeau palestinien au revers de son veston.

[Belgique] Onkelinks trouve Jamal Ikazban, fana du hamas et du hesbollah, un socialiste remarquable !
Jamal Ikazban, député bruxellois et antisioniste primaire viscéralement pro-palestinien, considéré comme un proche de Philippe Moureaux, est le seul élu francophone à avoir signé la pétition réclamant le retrait du mouvement islamiste, Hamas, de la liste européenne des organisations terroristes.

[Belgique] Molenbeek : Magouilles dans les attributions de logements sociaux - Les politiciens impunis (?)
Jamal Ikazban (PS) a dit son écœurement face à cet "étalage dans la presse" qui toucherait à "la calomnie, la diffamation et l’atteinte aux personnes" (...). Les occupations illégitimes se répartissaient comme suit : 50 % sous l’égide de l’ex-député échevin PS Mohamed Daïf et deux fois 25 % dans le chef des Philippe Moureaux et de Jamal Ikazban. 

 

 

Jamal Ikazban vérifie que rien n'a été laissé au hasard pour l'organisation de la fête en 2013

Voici donc l'échange entre Jamal Ikazban et Annalisa Gadaleta au Conseil Communal de Molenbeek.

Jamal Ikazban rappelle d'abord que la fête du sacrifice s'est déroulée le 15/10/2013.

Il souhaite savoir "quel dispositif a été prévu pour informer les citoyens". A cette question, Annalisa Gadaleta répond que 6.000 flyers ont été distribués, que des stands d'information ont été placés sur les marchés et que des informations ont été données dans les mosquées.

Ensuite, il demande combien de personnes ont participé. Madame Gadaleta répond qu'il y a eu 680 inscrits pour Molenbeek-Saint-Jean.

Jamal Ikazban s'interroge alors sur le dispositif humain que la commune a mis en place pour encadrer la cérémonie. En fait, il y a eu 48 agents communaux (dont 42 provenaient de Molenbeek-Saint-Jean), 28 bouchers, 4 sacrificateurs, 5 policiers, 6 gardiens de la paix, et 6 volontaires de la Croix-Rouge. Et cela, ce n'est pas gratuit !

 

 

Jamal Ikazban s'assure que les dhimmis que nous sommes payent bien la fête musulmane

Ensuite, lors du Conseil Communal, la question des subsides est abordée. Ceux-ci sont demandés après l'organisation de la fête. Comme chaque année, le montant des subsides demandés pour l'organisation de l'Aïd à Molenbeek s'élève à 25.000euros. Je précise personnellement que cet argent est celui du contribuable belge. Ce ne sont donc ni les mosquées ni les musulmans qui financent eux-mêmes ces journées de l'Aïd el-Kébir. Le prix de 15 à 20 euros qui est demandé par mouton ne couvre donc pas les dépenses engagées. Tout cela se passe évidemment avec la complicité de nos élus...et avec VOTRE argent et VOS taxes !

Le fait que des non musulmans participent collectivement au financement de cette fête peut être assimilé à une forme de dhimmitude par les musulmans très pratiquants. C'est pour eux une façon de considérer qu'ils sont en terrain conquis. Nous payons en quelque sorte la jizya (une sorte de taxe pour vivre tranquille) que les musulmans réclament à ceux qu'ils colonisent.

 

 

Madame Gadaleta : l'organisatrice idéale...novice, naïve et enthousiaste

On apprend alors que c'est Madame Gadaleta qui est en charge de cette journée : " Vous me demandez mon évaluation, donc c’est moi, en tant que l’Echevine de l’Environnement qui coordonne le dispositif en étroite collaboration avec mon collègue et Echevins de la Propreté publique."

On découvre aussi que c'est sa première expérience avec ce genre de rituel : " Il est vrai que lors de la fête, on s’est rendu au lieu d’abattage avec plusieurs collègues. Ça nous paraissait important d’être là aussi bien pour la population qui fait cette journée, mais aussi pour le personnel qui est au travail. C’est la première fois que j’étais confrontée à une telle expérience, et ça a été très positif. J’ai trouvé que ça se passait très bien, qu’il n’y avait pas de longues files. Il y avait une bonne ambiance, on a même visité les lieux d’abattage."

 

 

Madame Gadaleta tente de se persuader qu'il n'y a pas de mal-être animal lors des sacrifices

Puis là...les bras m'en tombent. Madame Gadaleta poursuit par ces mots : " J’ai pu constater que les bêtes étaient sacrifiées de manière très respectueuse et je n’ai pas constaté de mal-être animal."

Comment une bête égorgée consciente peut-elle ne pas souffrir ? Je suis désolée. Je ne comprends pas les propos de Madame Gadaleta. Son apparente ignorance et naïveté en matière de rituel musulman me laisse littéralement catastrophée. Comment cette dame peut-elle être aveugle à ce point ? Je suis écoeurée par sa bêtise, son incompétence et par ses connaissances lacunaires. Personne n'aurait donc pris le temps de lui expliquer le rituel musulman au sein de Groen ? A Bruxelles, évidemment, tout cela est parfaitement normal...

On apprend aussi que Madame Gadaleta s'en remet aux services d'inspection prévus lors de l'événement pour apprécier le mal-être animal. Pour justifier sa dernière phrase ("Je n'ai pas constaté de mal-être animal"), elle précise ceci : " C’est mon sentiment, mais ça a été aussi confirmé par les inspections qui ont eu lieu. Comme tous les ans, c’est l’AFSCA et l’IBGE qui viennent sur les lieux". Ici, encore une fois, je suis consternée. Pourquoi demande-t-elle confirmation aux inspecteurs ? Avait-elle un doute sur le traitement infligé aux bêtes ? Ne pouvait-elle tout simplement pas se faire son opinion elle-même ? Je voudrais bien l'y voir, moi, égorgée vivante, si elle ne sent pas la douleur et la mort l'étreindre!

 

 

Madame Gadaleta est sans doute manipulée par Jamal Ikazban (cfr expérience de Milgram)

La façon dont Madame Gadaleta relate sa première expérience en matière de sacrifice musulman me fait très fort penser à l'expérience de Milgram. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s'agit d'une expérience menée en psychologie pour voir l'influence que peut avoir une personne représentant l'autorité. Dans cette expérience, un sujet est attaché à une chaise et on lui soumet des questions. A chaque mauvaise réponse, il reçoit des décharges de plus en plus importantes...des fausses...mais celui qui envoie les décharges ne le sait pas. Un supposé médecin supervise l'expérience, donnant du crédit au fait d'envoyer des décharges. La plupart des sujets, dans cette expérience, sont incapables de reprendre leur libre-arbitre afin de refuser d'envoyer des décharges. Le fait qu'il y ait une autorité leur enlève tout jugement de valeur.

Madame Gadaleta se trouve dans la position de celui qui envoie des décharges, incapable de reprendre son libre-arbitre face aux inspections de l'AFSCA et de l'IBGE. Je trouve cela très dérangeant pour quelqu'un qui est sensé juger une situation afin de prendre de bonnes décisions pour l'ensemble d'une communauté, voire de plusieurs communautés. Ceci est dû soit à un manque de maturité, soit à un manque de force de caractère, soit c'est le résultat d'un mauvais accompagnement au sein de son bureau politique, soit Jamal Ikazban est un véritable manipulateur.

 

 

Madame Gadaleta est une" dhimmi" idéale pour Jamal Ikazban

La réunion se poursuit alors par les encouragements de Jamal Ikazban à l'égard de Madame Gadaleta : " Je vous encourage à poursuivre cette opération chaque année et à l’améliorer". Evidemment, cet élu musulman a bien compris qu'il a trouvé la bonne poire pour veiller aux prochains rituels musulmans. Une écolo qui ne bronche pas devant les égorgements à vif de moutons, c'est une véritable dhimmi qui s'ignore ! Madame Gadaleta, si vous me lisez, allez voir ce que signifie le terme "dhimmi" en islam, ainsi que le régime que ces gens subissaient sous la domination musulmane.

[France] La volonté des musulmans d’humilier les dhimmis par des signes distinctifs

Dhimmitude: les Frères Musulmans imposent la Jizya aux chrétiens d’Egypte

Ensuite, pour bien faire taire les doutes que cette dame aurait eu au sujet de son expérience à l'abattoir, Jamal Ikazban en rajoute une couche : " Je voulais aussi vous dire qu’avant, les moutons étaient très stressés parce qu’on n’utilisait pas la bonne technique. Ça vous fait rire, mais bon, on n’utilisait pas la bonne technique pour faire avancer les bêtes, ça les stressait plus qu’autre chose. Dès que les ouvriers ont changé leur façon de faire, au lieu de les tirer et de se mettre dernière, il faut les laisser tranquille et suivre le mouvement. Je trouve que c’est important, même pour les Musulmans, c’est extrêmement important de ne pas sacrifier un mouton qui est stressé et je vous remercie d’avoir rappelé le fait que ce sacrifice s’est passé dans de bonnes conditions sans faire souffrir les bêtes".

Manipulation de l'opinion, mensonge...Madame Gadaleta rit, gênée par ces précisions...Tout cela est savamment orchestré pour endormir cette pauvre dame. Si vous me lisez, Madame Gadaleta, allez voir ce que signifie la takkia, qui est le mensonge pieu en islam. Vous comprendrez à quel point vous avez été bernée par Monsieur Ikazban sur la question du mal-être animal. Monsieur Ikazban veut tout simplement que vous soyez son outil de propagande islamiste. Et vous marchez à fond dans son projet. Réveillez-vous s'il vous plaît !

Comprendre la taqiyya pour mieux résister à l’islamisation

Mentir, la taqiya et le kitman

Père Henri Boulad - "La Taqiya "

 

 

Jamal Ikazban rêve du "dar el-islam" (=le "territoire de l'islam")

Voici d'abord quelques définitions pour que vous compreniez bien ce dont rêve un fervent musulman.

Le Dar el-islam (territoire de l’islam) ou encore Dar es-salam (territoire de la paix) est celui de la oumma, la communauté des musulmans. Il s’oppose au Dar el-kufr (territoire de l’impiété) ou Dar el-harb (territoire de la guerre) qui est celui des infidèles. Ce dernier devra être gagné à la charia par la prédication ou par les armes. « Dar el-islam » ou « Dar es-salam » est donc un but à atteindre pour tout bon musulman. Ces termes sont aussi parfois traduits respectivement par « Maison de la soumission » et « Maison de la paix ». Peu importe les moyens pour y parvenir.

Et ici, voici encore une preuve que Monsieur Ikazban veut utiliser cette fête du sacrifice comme outil de propagande islamiste auprès des communautés non musulmanes : " Je voudrais vraiment qu’on continue ce qui s’est toujours fait, c’est que vous avez des ouvriers de toutes origines, de toutes confessions qui participent activement à cette fête du sacrifice. Ça, je trouve que c’est important, je ne pense pas que vous allez changer cela, et je trouve que c’est vraiment important de continuer à le faire, ce n’est pas que la fête des Musulmans, c’est aussi une question de santé publique".

Alors là...la "question de santé publique"...je ne vois pas trop où elle se situe ?!? Monsieur Jamal Ikazban voudrait-il TOUS nous faire manger halal, y compris les non-musulmans ? J'en ai bien l'impression...Le début du dar el-islam donc...

 

 

Mon expérience en matière d'abattage

Quelqu'un a un jour pris la peine de m'emmener dans un abattoir, pour voir comment on abattait une vache. J'avais le droit de tout voir et de poser des questions.

Ce qui m'a surprise, c'était que les sols et une partie des murs étaient peints couleur sang de boeuf. Question de facilité, m'a-t-on répondu. La bête vivante a été amenée dans le hangar. Elle m'a regardée et je l'ai regardée. On l'a alors dirigée dans une sorte de couloir étroit. Lors de l'étourdissement, une détonation a raisonné le long des murs en béton. Je l'ai vue s'écrouler sous son propre poids. La bête était inconsciente lors de son égorgement. On m'a expliqué que l'étourdissement était un acte nécessaire pour que la bête souffre le moins longtemps possible. On m'a dit aussi que les musulmans ne pratiquaient pas ce geste, que la bête continuait à regarder autour d'elle pendant qu'elle était égorgée, qu'elle sentait la douleur comme nous, même si elle ne parlait pas. J'ai vu le sang encore chaud s'écouler par litres dans un bruit qui n'en finissait pas. J'ai assisté aussi à l'éventration, à l'évidemment et au dépeçage. J'ai tout regardé avec attention. Je n'ai pas bronché ni détourné le regard, ni fait la moindre grimace parce que je savais que je n'en avais pas le droit. Même si on ne tuait pas cette bête pour moi, quelque part elle mourait pour moi.

Cela n'a rien de comparable au fait de regarder une vidéo sur un écran d'ordinateur. Il y a toutes sortes d'odeurs qui participent aux sensations : le sang, les excréments, l'herbe prédigérée qui s'échappe des estomacs de la vache. Il y a aussi des bruits organiques et le son des crochets qui grincent le long des rails.

Lorsque c'était fini, que la bête était pendue en l'air, on m'a dit à peu près ceci : "Voilà le prix à payer pour que tu manges et pour que tu vives. Tâche de ne pas gaspiller cette viande, cet animal, cette vie, ainsi que ce que doit faire le garçon boucher pour que tu aies de la viande dans ton assiette"...J'avais 9 ans.

Après l'écriture de ce texte, j'ai retrouvé un petit film qui relate très bien ce que j'ai pu observer lorsque j'étais enfant...

 

 

Conclusion

Au risque d'avoir précédemment un peu secoué Madame Gadaleta et sa réputation, je voudrais d'abord qu'elle comprenne dans quoi elle a mis les pieds en cautionnant le rituel du sacrifice musulman. Mon but n'est pas de lui nuire personnellement. Je suis certaine que c'est une personne très enthousiaste, sincère et volontaire dans son travail. J'aimerais d'abord et surtout qu'elle apprenne à se faire son propre jugement sur cette expérience. Que vaut une vie ? A-t-on tous les droits sur la vie des animaux dont nous avons la charge ? D'autres élus s'organisent peu à peu contre l'abattage halal. Il est peut-être temps qu'elle choisisse son camp.

[Belgique] Di Antonio veut la fin de l'abattage sans étourdissement...un site pour déposer plainte

J'encourage également vivement Madame Gadaleta à se faire aider, accompagner et éclairer par les bonnes personnes, comme je l'ai été lorsque j'avais 9 ans. Il n'est pas trop tard pour aller voir le travail de nos artisans bouchers.

Et si la position de Madame Gadaleta ne lui permet pas aisément de contrer le rituel musulman vu qu'elle en est l'organisatrice, elle peut néanmoins mettre en place des alternatives pour les musulmans qui chercheraient à éviter les souffrances animales inutiles. Pour cela, il faut des contacts avec le milieu musulman et une bonne dose de communication. J'insiste sur le fait qu'un sacrifice peut aussi être symbolique. Des musulmans proposent déjà de faire des dons à la place des sacrifices. Un enfant peut très bien intégrer la notion de sacrifice par le don d'un de ses jouets à des défavorisés. Et le mouton peut aussi être représenté symboliquement comme on le fait dans la tradition chrétienne avec l'agneau pascal en glace, et dont le communiant coupe la tête avec un large couteau.

agneau pascal

Vraiment, il y a moyen de sauvegarder la tradition sans pour cela tomber dans l'obscurantisme et la déraison.

Entre Gadaleta et Ikazban, qui des deux élus tiendra tête à l'autre ? Qui se fera sacrifier pour les valeurs de l'autre ? L'avenir nous le dira...

 


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 10/10/2014 18:23
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !