Re : Pour vanter sa réforme, Najat Vallaud-Belkacem se déguise en sorcière ! [Actualité en France] : Union patriote face à l islam, l UE et traitres politiques
Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Pour vanter sa réforme, Najat Vallaud-Belkacem se déguise en sorcière ! [Actualité en France]




« 1 ... 62 63 64 (65) 66 67 »

Re : Pour vanter sa réforme, Najat Vallaud-Belkacem se déguise en sorcière !

Pour vanter sa réforme, Najat Vallaud-Belkacem se déguise en sorcière !

La réforme Vallaud-Belkacem a semé une pagaille indescriptible…

S’il faut classer les personnalités nuisibles du quinquennat finissant, nul doute que Najat Vallaud-Balkacem arrive dans le peloton de tête, sinon en tête. Certes, on aura connu au fil des décennies beaucoup de branquignols au poste de ministre de l’Éducation mais, redisons-le, celle-là est d’un grand cru.

Comme les autres avant elle, elle s’est acharnée à « réformer ». C’est-à-dire à empiler des mesures destinées à saborder ce qui pouvait encore fonctionner pour parfaire le travail de destruction de l’enseignement. Car à voir s’amonceler tant d’absurdités, une évidence s’impose : il ne s’agit plus seulement d’incompétence mais bien de sabordage organisé (comme le démontre, d’ailleurs, Stanislas Kowalski dans son livre Fétiches et tabous de l’Éducation nationale dont nous reparlerons ici).

Donc, parmi les guignolades imposées aux enseignants au nom de l’épanouissement des élèves figurent, depuis la rentrée de septembre, les EPI (les « enseignements pratiques interdisciplinaires »), phare de la pensée ministérielle et axe philosophique de la nouvelle réforme du collège. Il s’agit de « mobiliser des professeurs de plusieurs disciplines autour d’un projet décloisonné », ce à quoi, bien sûr, ils n’avaient jamais songé avant l’arrivée de Mme Belkacem… Oui, mais voilà, me direz-vous, lorsque les profs « décloisonnaient » avec un collègue, c’était souvent « en plus » : par exemple, une visite du musée de la Vie romantique préparée avec le prof de français et celui d’arts plastiques en complément des heures de cours dispensées par chacun.

Mais Najat Vallaud-Belkacem ne veut plus de tout cela. Il faut désormais, pour dispenser ces fameux enseignements interdisciplinaires, que les profs soustraient des heures de leur temps d’enseignement « classique ».

Les heures au musée ou en compagnie du prof d’arts plastiques seront donc des heures de français en moins. Parce que, disent les textes officiels, « ce n’est pas en accumulant les heures que les élèves progressent. Il faut enseigner autrement, mettre en place des EPI plutôt que des heures de cours. ».

Concrètement, la réforme Vallaud-Belkacem a semé une pagaille indescriptible dans des établissements où de nombreux enseignants pratiquaient depuis longtemps l’interdisciplinarité : classes bilingues ouvrant sur le jumelage, ateliers photo, théâtre, musique… Des projets réfléchis, construits dans la durée et qui venaient en complément et non pas en soustraction d’un enseignement général déjà amputé de ses fondamentaux.

Cette réforme est une ineptie. Et comme si la chose n’était pas assez évidente, le ministre est venu vendredi dernier en visite au collège Argote-d’Orthez, dans les Pyrénées-Orientales, pour montrer aux Français ce qu’il en est.

Comme le rapporte Le Point, à peine arrivée sur place, Najat Vallaud-Belkacem vante aussitôt sur Twitter le « formidable enseignement pratique interdisciplinaire ». Le thème : Harry Potter. Très bien, pensez-vous : une lecture de l’œuvre en anglais, peut-être ? Une recherche historique sur la sorcellerie ? Que nenni, ringards que nous sommes ! En vraie sorcière, madame le ministre enfile une cape noire bordée de rouge et entreprend avec les élèves « une partie de quidditch, le sport national des sorciers ». Et pour montrer que la République ne recule devant aucun sacrifice, « elle distribue aux participants de cet EPI des baguettes magiques ».

L’école, aujourd’hui, est dans une telle déconfiture que, peut-être, après tout, seul un coup de baguette magique pourrait l’en sortir… Quant à Najat Vallaud-Belkacem, on ne peut souhaiter qu’une chose : qu’elle sombre avec le PS et qu’on n’en entende plus jamais parler !

Marie Delarue
Ecrivain, musicienne, plasticienne
 

Publié le: 21/03/2017 14:51
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Elèves radicalisés : 13 ans après le rapport Obin, l’enquête du CNRS qui fait peur

radicalisation des élèves en France - islamisation écoles

Invasion musulmane en cours: La stratégie islamiste et la Haute Trahison de l'UE, de vos élus... (828 articles)
Nouveaux programmes scolaires: islam obligatoire, christianisme et Lumières facultatifs (194 articles)
Une vaste enquête sur la radicalité chez les lycéens

Une enquête du CNRS auprès de 7000 lycéens de 14 à 16 ans nous montre que 11% d’entre eux sont radicalisés et adhèrent au fondamentalisme religieux.

11%  étant une moyenne, toutes religions confondues.

“Il y a une seule vraie religion”

“La religion a raison plutôt que la science”.

Mais, dans le droit fil de la pensée politiquement correcte, le CNRS préfère user du terme “d’absolutisme religieux” !

Le problème est que la proportion atteint 32% chez les élèves musulmans, ce qui est à rapprocher d’un récent sondage disant que 28% des musulmans de France se disent tentés par la charia.

Les auteurs de l’enquête se veulent rassurants en notant que les deux tiers des jeunes élèves musulmans n’adhèrent pas à ces idées….

En effet, jusque là, tout va bien ! 32% ne font pas une majorité !

De plus, on note une inquiétante surreprésentation des jeunes musulmans dans la tolérance à la violence ordinaire.

Et chez les jeunes lycéens cumulant tolérance à la violence et radicalité religieuse,

70% d’entre eux ne condamnent pas les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Et 44% pensent qu’on peut parfois combattre les armes à la main pour sa religion !

Tout cela n’a rien de bien nouveau. Cette enquête du CNRS enfonce des portes ouvertes pour ceux qui s’informent des inquiétantes réalités de notre société multiculturelle.

En effet, il y a 13 ans, le rapport Obin dénonçait déjà les graves manifestations d’appartenance religieuse à l’école.

Mais cet excellent rapport fut d’abord enterré par François Fillon, ministre de l’Education Nationale, puis mis discrètement sur le site du ministère. Maintenir le peuple dans l’ignorance est un principe de base quand on gouverne…

Il ne faut donc pas s’étonner que tout ait empiré une décennie plus tard, puisque la dictature du politiquement correct interdit de débattre d’un problème dès lors qu’il touche à l’immigration. Ne pas stigmatiser est un impératif de nos élus.

Mais je laisse la parole à Jean-Pierre Obin, qui était interrogé en 2014 par l’Express.

Pour ce haut cadre de l’Education nationale, il est temps d’agir.

“Il y a dix ans, vous présentiez un rapport sur les manifestations d’appartenance religieuse à l’école et vous tiriez la sonnette d’alarme. Quel était votre constat?”

“L’enquête de terrain menée en 2004 par l’Inspection générale de l’Education nationale révélait un phénomène inquiétant. Dans les écoles mais aussi dans les collèges et les lycées visités, nous avions relevé de nombreuses atteintes aux principes de laïcité. Et la plupart du temps, ces mises en cause provenaient d’enfants d’immigrés d’origine musulmane.”

“En fait, une partie de la jeunesse était en train de faire sécession par rapport à la nation française. Et dans l’enceinte scolaire, les signes étaient patents. Cela prenait plusieurs formes : manifestations vestimentaires (voile ou tenue islamique complète), exigences concernant les repas pris à la cantine, absentéisme massif et de plus en plus long lors des fêtes religieuses. Dans certains cas, des élèves allaient jusqu’à introduire des tapis de prières ou revendiquaient le droit d’installer des lieux de cultes dans les établissements. Les périodes de carême, notamment, étaient l’occasion d’un prosélytisme notable de la part de groupes qui souhaitaient imposer une vision particulièrement radicale de l’Islam. Le refus de la mixité lors de certaines activités sportives avait aussi retenu notre attention.”

“Je me souviens de ce principal de collège d’une sous-préfecture d’un département rural me racontant comment les élèves avaient acclamé Ben Laden, dans un car de ramassage scolaire. A l’époque, déjà, les moments de recueillements organisés à la suite des attentats de New York et de Madrid avait été perturbés. Certaines cérémonies avaient même été annulées. Enfin, nous relevions dans ce rapport, le développement de l’antisémitisme dans l’enceinte de l’école, soit au nom du conflit israélo-palestinien, soit au nom d’un sourate du Coran.”

“Tout ceci avait donc lieu il y a dix ans, en 2004. Quel écho a eu votre rapport à l’époque?”

A l’époque, plusieurs collègues ont fait pression pour que le doyen ne le transmette pas au ministre. Le sujet est délicat. Il risquait de stigmatiser les musulmans. Puis, François Fillon a attendu neuf mois avant de publier le rapport sur le site du ministère, sans faire de bruit, le plus discrètement du monde. Un recteur indigné m’avait rétorqué que tout cela n’existait pas! Pourtant, l’enquête avait été menée dans plusieurs dizaines d’établissements au sein d’une vingtaine de départements. Mais à l’Education nationale, le mot d’ordre c’est : pas de vague. Et tant qu’on ne nomme pas les choses, on peut toujours penser qu’elles n’existent pas. Aujourd’hui, l’Education nationale ne peut plus mettre un couvercle sur la marmite. Il va falloir apporter des réponses aux constats que nous avions fait en 2004. Car la situation s’est aggravée. On voit bien que notre école n’est plus capable d’intégrer comme par le passé. Et cette difficulté touche plus particulièrement les familles défavorisées.”

C’était en 2004 !

Et 13 ans plus tard, les bonnes âmes en sont encore à se demander s’il fallait publier l’enquête du CNRS, “ciblée sur la population musulmane à quelques semaines de l’élection présidentielle” !

Ne comptons donc pas sur Fillon ou Macron pour déradicaliser  l’école.

Ils raseront les murs, pour ne pas stigmatiser. “Pas de vague” disait l’Inspecteur Obin….

Attendons, la tête dans le sable, que la société explose de tous côtés !

Jacques Guillemain

***

Jean-Paul Gourévitch : 12 % des jeunes musulmans adhèrent
au fondamentalisme, selon une étude du CNRS

Une enquête du CNRS auprès de 7.000 élèves montre que 12 % des jeunes musulmans sont sensibles aux idées radicales. Et que 32 % ne condamnent pas totalement les attentats contre Charlie et l’Hyper Cacher… Décryptage de Jean-Paul Gourévitch.



 

Marine Le Pen - Présidentielle 2017 - Au Nom du Peuple

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 22/03/2017 09:05
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Belkacem s’accroche à son programme d’arabisation des petits Français

TCHO Belkacem Drapeau Envers-BD

La Najat Belkacem s’accroche à son programme d’arabisation des petits français comme un morpion s’accroche à sa touffe.

Comme s’il en allait de sa vie et pour prouver une fois de plus qu’elle est bien d’abord arabe puis musulmane et, finalement, française de papier parce qu’elle a trouvé un abruti de français qui l’a épousée pour lui offrir une nationalité qu’elle ne méritait pas.

La petite vipère arabo-musulmane ne veut pas quitter le gouvernement sans avoir laissé l’empreinte de sa sale patte quand, dans un mois pile-poil, elle aura dégagé de notre espace vital qu’elle a pollué pendant les quelques années que lui ont offertes, à dessein, les collabo-socialistes.

Eh oui ! A dessein. Car l’arabisation de notre progéniture est indispensable à ceux-là pour mener à bien le grand chambardement qui amènerait la France à devenir, le plus rapidement possible, la première grande puissance arabo-musulmane européenne.

Comme si nous n’existions pas, comme si nos actions dans notre volonté de rejeter avec force tout ce qui s’apparente à l’islamisation de notre pays, cette bougresse haineuse s’est rendue en Tunisie où elle a signé, le 31 mars dernier, avec le ministre tunisien de l’éducation (?) une convention pour l’enseignement de l’arabe dans nos écoles primaires en France.

Ainsi donc, le programme 2017 de l’Education nationale, selon les très arabo-collabos Hollande, Belkacem et Cazeneuve, verra des professeurs tunisiens qui ont été recrutés pour venir enseigner en France, dès la rentrée, en septembre.

Comme on manque d’arabes, de musulmans, de migrants, de visas, sur le territoire national, voilà ces traîtres en fin de mandat, qui en recrutent directement chez les « colonisés » d’hier dont les ressortissants déjà installés chez nous se plaignent sans cesse de la xénophobie, de l’islamophobie, du racisme des Français.

A lire aussi :

Le curieux et affolant projet pour l’école de Macron
Par crainte du «nationalisme», le CSA ne veut plus de drapeaux tricolores dans les clips de campagne
François Fillon se déclare prêt à « travailler avec Emmanuel Macron » m
Le vrai programme du mondialiste Macron
Avec Macron, la France va subir la plus grande vague migratoire de tous les temps
Macron : une ignorance à la hauteur de son mépris pour la France

C’est aussi bien que nous ayons eu vent de cette énième trahison de la part de ceux-là suffisamment à temps, car nous pourrons choisir, dans trois semaines, ceux qui rejettent ces projets destructeurs de notre identité.

Macron, lui, l’a déjà mille fois déclaré. Il sera le président des Algériens, des Marocains, des Comoriens, bref il sera le président des étrangers pas celui des Français, trop sectaires à ses yeux. Il prévoit même de faire partir tous ceux qui auront eu l’outrecuidance de soutenir Marine le Pen.

Un exode pour trente pour cent de Français se profile à l’horizon du 7 mai si cet énergumène socialiste venait à emporter l’élection.

Il va sans dire que les autres candidats de son espèce lui apporteront toute l’aide possible même s’il est vide de tout projet, ne tenant compte que de son souhait dans le maintien et l’expansion de l’espèce arabo-musulmane dans notre pays. Il en va ainsi de Hamon, Mélenchon, Asselineau et, pourquoi pas, Fillon. Ne parlons pas des verrues insignifiantes qui ont le cœur chez les arabes plus que chez les Français.

Mais ce n’est pas tout. Quand on parle d’exode, il est important de se référer au dernier exode vécu par la France et les Français, il y a tout-juste, 55 ans.

Devront-ils, ces Français, choisir entre la valise et le cercueil ?

Si on en juge par le précédent encore dans nos mémoires, l’un ne va pas sans l’autre quand on a affaire aux arabo-musulmans.

Trente pour cent de ces patriotes – ça fait un paquet de millions tout de même – auxquels devront s’ajouter quelque 500 mille familles juives qui seront certainement plus exposées que nous.

La dernière opération antisémite aux cris de mort aux Juifs ayant eu lieu, en plein état d’urgence, dans un Paris-capitale-de-la-France, avec la bénédiction des préfet et maire de la ville.

Au train où vont les choses, il est urgent de signifier à tous ces vendus que nous avons l’intention de conserver la France aux Français.

Nous sommes Français parce que nous aimons la France.
Nous sommes Français parce que la langue française que nous pratiquons est la seule langue officielle de notre pays.
Nous sommes Français parce que nous respectons et approuvons sa constitution et sa loi.

Que la Belkacem aille faire ses valises. Elle n’est pas la bienvenue chez nous. El Khomri, non plus. Tous ces arabo-musulmans qui ont fait croire pendant des années qu’ils venaient s’installer en France parce qu’ils aimaient la France sont de vils menteurs.

Ils sont restés des musulmans arabo-africains, avec l’amour pour leur pays et leur religion chevillés au cœur et au corps.

Mais cela ne nous aurait pas dérangés s’ils n’avaient eu, pour seul but, pour seule obsession, de transformer notre France européenne, judéo-chrétienne, en une colonie arabo-musulmane.

S’il y a 55 ans, vous aviez le droit de dire : « nous ne savions pas », vous ne pouvez plus le dire aujourd’hui.

Car vous avez, tous, été les témoins de la sauvagerie, de la barbarie, dont sont capables ces gens-là, lâchés dans la nature, les rues, les cités de notre pays.

Danièle Lopez

***

La seule et unique vraie liberté pour le peuple français,
c'est Marine qui vous l'offre ! Ouvrez les yeux Français ! :

Marine Le Pen offre la liberté aux français avec les référendums populaires

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 05/04/2017 23:19
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !