Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [France] Paris : Le Qatar rachète le Printemps [Actualité en France]





[France] Paris : Le Qatar rachète le Printemps
#1

Paris : Le Qatar rachète le Printemps

Alors qu’un jugement sur la procédure de cession du Printemps doit intervenir le 8 août, le Qatar n'a pas jugé utile d’attendre la décision de justice : il a conclu l’acquisition définitive du Printemps le 31 juillet. Le gouvernement qui aurait pu demander des éclaircissements et dissiper les lourds soupçons de fraude fiscale qui entourent cette transaction n’a pas bougé.

Comme si de rien n’était, le Qatar et la direction du Printemps poursuivent leur politique du fait accompli. Mercredi 31 juillet, le PDG du groupe, Paolo De Cesare, a annoncé dans un court communiqué aux cadres dirigeants que la holding luxembourgeoise de façade du Qatar, Divine Investments, venait d’acquérir les 70 % détenus par RREEF, le fonds d’investissement géré par la Deutsche Bank. « L’arrivée d’un nouvel actionnaire, qui privilégie des investissements patrimoniaux à long terme, est une chance pour le Printemps, et permettra de nous affirmer comme l’un des plus beaux grands magasins dans le monde. Je compte sur vous pour écrire ensemble un nouveau chapitre de l’histoire du Printemps », écrit, lyrique, le PDG.


Ignorant les lois françaises, passant outre les procédures légales d’information des syndicats, qui ont refusé de rendre un avis faute d’informations suffisantes, le groupe Borletti avait signé un premier acte de cession secret le 13 juin au Luxembourg. Divine Investment, selon le contrat publié par Mediapart, avait alors conclu une promesse définitive de vente pour le rachat de la totalité du capital pour le prix de 1,6 milliard d’euros.                                   


Le groupe Borletti et le fonds qatari ont jugé qu’ils pouvaient se dispenser d’attendre les conclusions du tribunal. Qu’ont-ils à craindre ? Au pire, ils pourraient encourir une amende de quelques dizaines de milliers d’euros et être obligés de recommencer une procédure d’information des salariés. Qu’est-ce que cela pèse dans une opération de 1,6 milliard d’euros, où 400 millions de commissions sont promis au groupe Borletti, 23 millions au PDG du groupe Paolo De Cesare, et encore 24 millions d’euros pour un intermédiaire, Nicolas Chassard, pour les récompenser de leur diligence ?

Leur seule préoccupation dans tout ce processus a été d’obtenir l’autorisation de l’Autorité de la concurrence avant fin juillet. Manifestement, la date est importante : elle doit induire quelques gratifications supplémentaires pour certains des intervenants. La procédure d’autorisation n’a été qu’une formalité : les fonds qataris ne possédant aucune chaîne de distribution en France, il n’y avait aucun risque de concentration ou de position dominante. Dès le 22 juillet, l’Autorité de la concurrence a donc donné son feu vert à la cession du Printemps à Divine Investments. La vente a été conclue dans la foulée.


Travaillant avec des cabinets d’avocats aux honoraires très élevés mais parfaitement au point sur le juridisme tatillon et byzantin qui domine désormais dans l’État français, le fonds qatari et le groupe Borletti se sont donc engouffrés dans la brèche et ont avancé comme ils l’avaient prévu.

 
Ils sont d’autant plus à l’aise que cette opération se déroule dans l’indifférence la plus totale. Alors que le gouvernement disserte abondamment sur la fraude et l’évasion fiscales, à aucun moment il n’est apparu préoccupé par le dossier du Printemps, riche pourtant en soupçons, et n’a demandé ne serait-ce que des éclaircissements. Une seule parole aurait peut-être suffi pour convaincre le Qatar de respecter les règles. Mais elle n’est jamais venue ni de François Hollande, pourtant en visite à Doha le 23 juin, ni de Matignon, ni du ministère de l’économie et des finances, ni de celui de la justice.


Extrait de Mediapart
Par Martine Orange

 

 

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 06/08/2013 01:57
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Paris : Le Qatar rachète le Printemps
#2

Ouverture d’une enquête sur la cession du Printemps à des Qataris

enquête préliminaire sur la cession du groupe Printemps à des investisseurs qataris

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur la cession du groupe Printemps à des investisseurs qataris, à la suite d’une plainte des représentants du personnel, a-t-on appris vendredi 2 août de source judiciaire, confirmant une information de Mediapart.

L’enquête, ouverte le 28 juin, a été confiée à la brigade financière qui devra, dans un premier temps, « mieux définir les contours de l’affaire », selon la même source. A l’issue de l’enquête préliminaire, le parquet pourra soit classer la plainte sans suite, soit ouvrir une information judiciaire et désigner un juge d’instruction.

« ABUS DE CONFIANCE, BLANCHIMENT ET CORRUPTION PRIVÉE »

L’intersyndicale du Printemps avait saisi le procureur de la République de Paris le 24 juin, pour dénoncer de multiples faits liés, selon eux, à la vente du Groupe Printemps, notamment « abus de confiance, blanchiment et corruption privée et entrave ».

Mercredi, la finalisation de la cession du Groupe Printemps à des investisseurs qataris, Divine Investments (DISA), a été annoncée par les acteurs de l’opération dont le montant n’a pas été spécifié. Selon le site d’information Mediapart, il atteindrait 1,6 milliard d’euros. L’autorité de la concurrence française avait approuvé l’acquisition le 22 juillet.

DISA, société d’investissements luxembourgeoise détenue par des intérêts privés du Qatar, a racheté les 70 % de participation de la Deutsche Bank dans Groupe Printemps, et les 30 % restants que détenait la société italienne Borletti.

Les syndicats du Printemps s’étaient inquiétés, en avril, de l’identité des acquéreurs du Printemps. Si les processus de vente envisagés étaient « obscurs ou peu louables au seul profit d’intérêts financiers », les syndicats mettront tout en œuvre « tant d’un point de vue civil que pénal pour protéger l’intérêt des salariés », avaient-ils annoncé.

« MONTAGES FINANCIERS OPAQUES »

Dès le 21 mai, des syndicats avaient demandé au procureur de la République d’ouvrir une enquête sur les « montages financiers opaques » prévus pour la vente du groupe. Les syndicats disent avoir découvert l’existence, en plus du prix officiel, de versements « exorbitants » auprès du vendeur et d’intermédiaires.

Le rachat du Groupe Printemps marque un nouveau pas d’importance dans la stratégie d’investissements du Qatar en France, qui accueille environ 10 % des investissements de l’émirat à l’étranger. Le Qatar a déjà investi dans plusieurs hôtels de luxe français (Royal Monceau, Concorde Lafayette, Hôtel du Louvre à Paris, Carlton et Martinez à Cannes, Palais de la Méditerranée à Nice). Le Printemps dispose de seize magasins en France, dont son vaisseau amiral sur les grands boulevards parisiens. Il avait été cédé en octobre 2006 par PPR pour 1,075 milliard d’euros.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/a ... 218.html#xtor=AL-32280270

Gaïa pour www.Dreuz.info

 

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 26/06/2014 20:48
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !