Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [Egypte] La vision biaisée de l’Occident à propos des Frères musulmans (Henri Boulad) [Actualité Mondiale]





[Egypte] La vision biaisée de l’Occident à propos des Frères musulmans (Henri Boulad)
#1

Mon regard personnel sur la répression de l’armée à l’égard des Frères Musulmans en Egypte

Il y a quelques jours, voici ce que nous avons vu au journal télévisé…De pauvres islamistes, sur lesquels l’armée et la police sont obligées de tirer à balles réelles. Les Frères musulmans ont fourni une vidéo sanglante des résultats de leurs bravades pendant les couvre-feux. En fait, ce sont des djihadistes qui meurent volontairement en martyr pour discréditer l’armée et la police. Suite à la diffusion de ces images, tous les médias tombent dans le piège. La communauté internationale s’offusque et appelle à arrêter le massacre contre les Frères Musulmans.

Dans une autre vidéo que je n’ai pas retrouvée, je vois encore cet homme en pleine rue « non armé », les bras en l’air devant les militaires, alors que le couvre-feu a été décrété par l’armée pour rétablir l’ordre dans la ville. Il ne tente pas de s’abriter. Il défie l’armée. Il ne porte pas de vêtements distinctifs faisant de lui un combattant. Visuellement pour le monde occidental, c’est un « civil » sans défense. Il sait probablement qu’il est filmé, qu’il sera abattu et que les images feront le tour des médias européens. L’armée attend. Il reste là. D’autres s’enfuient. L’homme est abattu de plusieurs balles. Normal. C’est le couvre-feu. Le journaliste occidental qui commente les images exprime son incompréhension et marque son étonnement. L’homme a eu ce qu’il voulait…pardon…l’islamiste.

Voici ci-dessous une opinion du père Henri Boulad, publiée dans « LaLibre.be ». Magnifique texte explicatif qui relate parfaitement mon malaise et mon dégoût pour la manipulation des Frères Musulmans à l’égard de la communauté internationale, suite à ces images.

 

L’opinion du père Henri Boulad à propos des violences en Egypte et des Frères Musulmans : « La vision biaisée de l’Occident à propos des Frères musulmans »

Source : http://www.lalibre.be/debats/opinions ... -5212f5493570e91703f7abd4

Mausolées soufis détruits, familles chiites massacrées, chrétiens attaqués et tués par les milices de Morsi ne soulèvent aucune émotion internationale. Par contre, l’Occident est outré quand l’armée égyptienne s’oppose aux Frères musulmans.

L’Occident tout entier est outré, offusqué, scandalisé parce que l’armée égyptienne a osé déloger les Frères musulmans des deux bastions de Rabia et de Nahda, où ils s’étaient barricadés depuis plusieurs semaines. Bilan : plus de 600 morts dans les deux camps.

Aussitôt, les médias bien pensants poussent des cris d’orfraie et demandent que le Conseil de Sécurité et les associations internationales des droits de l’homme condamnent avec la plus extrême fermeté cette sauvage agression.

Pauvres Frères musulmans victimes de la violence ! Ces gentils moutons, bien connus pour leur douceur et leur innocence, sont l’objet de procédés inacceptables. Il faut donc les défendre contre les loups dévorants de l’armée et de la police égyptiennes. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Turquie, Onu… se lèvent alors comme un seul homme pour dénoncer l’injustice, défendre ces innocents et inviter le monde à voler à leur secours. Les médias internationaux enfourchent aussitôt Pégase pour pourfendre les coupables…

Cette levée de boucliers pour réclamer et proclamer le droit de tout citoyen à manifester “pacifiquement” a quelque chose de tragi-comique.

Mais, passons aux faits :

- La mosquée de Rabaa, où s’étaient enfermés les Frères, était une véritable poudrière, où l’on a découvert un arsenal de guerre inouï. Aucune dénonciation de l’Occident.

- Depuis des semaines, les milices des Frères, armées jusqu’aux dents, sèment la terreur dans l’ensemble de la population d’Egypte : meurtres, enlèvements, kidnappings, demandes de rançons, rapts et viols de filles mariées de force à des musulmans. Aucune réaction de l’Occident.

- Plus d’une vingtaine de postes de police pillés et brûlés ; près d’une cinquantaine de policiers et d’officiers massacrés et torturés de la manière la plus sauvage. Silence de l’Occident.

- Mausolées soufis détruits et familles chiites massacrées ne soulèvent aucune émotion internationale.

- Une cinquantaine d’églises, d’écoles et d’institutions chrétiennes brûlées dans la seule journée du 14 août. Aucune protestation de la part de l’Occident.

- Prêtres et chrétiens attaqués et tués – dont des enfants en bas âge – pour la seule raison qu’ils sont chrétiens. Aucune dénonciation occidentale qui serait taxée d’“islamophobie”, qui est aujourd’hui le crime des crimes.

- Près de 1 500 personnes massacrées par les milices de Morsi au cours de son année de règne. Silence des médias.

- (...)

Lorsque l’Egypte décide enfin de réagir pour mettre un peu d’ordre, l’Occident crie à la persécution, à l’injustice, au scandale.

Ce n’est un secret pour personne que les élections présidentielles furent une vaste mascarade et que le scrutin fut entaché d’énormes fraudes. Malgré tout, les médias persistent à affirmer que Morsi a été le premier président de l’histoire d’Egypte élu “démocratiquement” et qu’il a pour lui la “légitimité”.

Le peuple égyptien, qui a bon dos, a quand même accepté de jouer le jeu, en se disant : voyons-les à l’œuvre. Le résultat fut tellement catastrophique – insécurité, chômage, inflation, pénuries de pain et d’essence, économie en chute libre, tourisme agonisant… – que l’ensemble de la population, au bout d’un an, demande à Morsi de dégager.

En moins de deux mois, le mouvement “Tamarrod” rassemble plus de 22 millions de signatures réclamant son départ. En vain ! Face à son obstination, plusieurs dizaines de millions d’Egyptiens – dont une majorité de gens du petit peuple qui étaient ses anciens partisans – déferlent dans les rues des grandes villes pour exiger son départ. Encore en vain !

L’armée – jusqu’alors neutre – se décide à intervenir pour soutenir le peuple et écarter l’indésirable, qu’elle garde en résidence surveillée. Au cours de longues heures d’interrogatoire, elle obtient de lui des révélations d’une gravité exceptionnelle, qui compromettent aussi bien les Frères musulmans qu’un certain nombre de pays étrangers.

Face à la prise de pouvoir de l’armée, l’Occident crie aussitôt au “coup d’Etat”. Si “coup d’Etat” il y a eu, celui-ci fut populaire et non militaire, l’armée n’ayant fait qu’obtempérer à la volonté du peuple. Celui-ci, excédé par un Président qui l’avait trompé, floué, berné, a donc, par une réaction de survie, réclamé son départ.

Une petite histoire très savoureuse illustre bien ce que je dis. Quelqu’un achète au marché une boîte de conserve qui, une fois ouverte, se révèle avariée. Que va-t-il faire ? La manger ou la jeter ? La jeter bien entendu. C’est un peu ce qu’a fait le peuple égyptien auquel Morsi et les Frères promettaient monts et merveilles. Une fois la boîte ouverte, il s’est aperçu que l’intérieur était pourri. D’où sa réaction de rejet.

Suite à l’exclusion de Morsi, l’armée a voulu quand même associer les Frères musulmans au nouveau gouvernement en leur proposant de faire équipe avec les autres tendances. Ils se sont heurtés à un refus obstiné et systématique.

Après de nombreuses tentatives infructueuses de dialogue et de négociations avec eux, un nouveau gouvernement provisoire est mis en place.

Ils décident alors de “prendre le maquis” et de semer la terreur, ce en quoi ils ont bien réussi. Mais cette stratégie ne fait qu’augmenter leur impopularité, et l’on peut dire aujourd’hui que le peuple égyptien les exècre et les honnit.

Equipés des armes les plus sophistiquées, ils s’organisent un peu partout pour brûler, attaquer, tuer, détruire…

L’armée décrète alors l’état d’urgence et impose un couvre-feu du coucher au lever du soleil. Mais les Frères musulmans s’estiment dispensés d’obéir. Le 16 août, de ma chambre, toute proche de l’avenue et de la place Ramsès grouillantes de leurs miliciens, j’entends explosions, coups de feu et tirs de mitraillettes provenant des rues avoisinantes.

Après plusieurs sommations aux jeunes de rentrer chez eux, l’armée décide alors d’envoyer ses chars pour faire respecter le couvre-feu. Face aux dégâts probables, l’Occident bien pensant incriminera alors l’armée d’avoir eu le culot d’attaquer des manifestants “pacifiques”…

Mais de qui se moque-t-on ?

Henri Boulad, SJ - Prêtre jésuite égyptien et écrivain, publié le 20/08/2013

 

Qui est le père Henri Boulad ?

Henri Boulad, né en 1931 à Alexandrie (Égypte), est un prêtre jésuite égyptien, et écrivain.

Par son père il est issu d'une famille syrienne chrétienne de rite grec-catholique (melkite). Il s’est consacré tout au long de sa vie à la théologie, la philosophie et la psychologie avec un engagement hors du commun.

Bon connaisseur de l'Islam, qu'il côtoie depuis son enfance en Égypte, il observe avec un regard critique le Printemps arabe, et en particulier de la Révolution égyptienne de 2011. Tout en insistant que le dialogue entre chrétiens et musulmans, il appelle l'Occident à ne pas céder au cynisme, à soutenir les aspirations des peuples à la liberté, et à ne pas s'allier aux fondamentalistes religieux.

 

Que disait le père Henri Boulad en juin 2012 (il y a un an !) à propos de l’arrivée au pouvoir des Frères Musulmans en Egypte ?

Sous la vidéo, j’ai repris les grandes lignes de l’interview.

Le fondamentalisme musulman en Egypte se veut être un retour aux sources de l’islam, c’est-à-dire à l’islam médinois, grâce aux Frères Musulmans. Le but des Frères Musulmans et des islamistes est de (re)conquérir non seulement le monde arabo-musulman, mais aussi l’Europe, la Canada et les Etats-Unis.

Ce n’est pas un islam nouveau mais le plus pur, incluant une interprétation violente du coran.

En islam, il existe le principe de takkiya qui est une stratégie de mensonge et de duplicité pour tromper l’autre si c’est pour le bien de l’islam. C’est un droit et un devoir pour tout musulman afin de conquérir le monde.

L’islam turc est provisoirement ouvert et tolérant. Or il y a incompatibilité totale entre islam et démocratie, ainsi qu’entre islam et laïcité. Les musulmans qui sont pour  la démocratie et la laïcité trahissent l’islam tel que le proclament les fondamentalistes.

L’islamophobie est la nouvelle arme des Frères Musulmans en occident, l’occident étant d’une naïveté monumentale. Les Frères Musulmans sont le nouveau fascisme vert. Dans toutes les mosquées arabo-musulmanes, le discours est le même : « Notre projet est de conquérir le monde par tous les moyens, et les occidentaux sont assez gentils et assez naïfs pour croire les propos que nous leur donnons ».

L’islamisme d’aujourd’hui doit passer par la prise de pouvoir pour montrer son incapacité à gérer une société avec sa charia qui n’a aucune réponse à apporter aux problèmes contemporains. Les Egyptiens démasquent peu à peu les islamistes. L’accession de Morsi à la présidence va permettre de faire tomber le masque et de voir l’impasse dans laquelle les islamistes vont conduire le pays.

La démocratie ne sera pas une alternative car les islamistes (qu’ils soient Frères Musulmans ou salafistes) sont des irréductibles qui refusent toute autre perspective que la leur. Il y aura des génocides terribles contre ceux qui se mettent en travers de la route des islamistes.

En occident, on met les génocides dans des catégories abstraites et dans un politiquement correct. Ce politiquement correct est en train de tuer l’occident.

 

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 20/08/2013 10:47
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !