Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re: Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne [Islamisation / Immigration / Endoctrinement / radicalisation]




« 1 (2) 3 »

Re: Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne
#4

La Palestine est israélienne

A l’heure où tant ‘’d’amis’’ de l’Etat d’Israël poussent à la Paix, peu ou prou, autour des paramètres Clinton, il est temps d’examiner quels sont les droits de ce pays selon les lois internationales. Non pas pour se positionner en contre à un futur accord entre les deux belligérants, mais plutôt pour jauger les solutions proposées et faire la part de choses entre la propagande et la réalité.

A lire aussi:

Le jour où les Arabes sont devenus Palestiniens - A qui appartient vraiment la "Palestine" ?
« Arabes-palestiniens » : Une tentative d’appropriation de l’Histoire Juive
Vague d’arrêts cardiaques en découvrant la une d’un vieux journal, « l’Intransigeant »
Histoire: immigration musulmane en Palestine
Crise de nerfs des antisionistes: un journal de 1945 rappelle que les Palestiniens sont des juifs

Après deux mille années de présence minoritaire et ininterrompue, de prières tournées vers Jérusalem, le gouvernement britannique, puissance mondiale du début du XXème siècle, a le 2 novembre 1917, par la lettre Balfour, accédé à la demande du peuple juif.

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays »

Reste à connaître les frontières de cette Palestine. C’est chose faite suite aux accords Sykes-Picot.

La Palestine appartient à Israel

La Palestine du mandat britannique s’étendra de la méditerranée jusqu’à la frontière avec l’Irak et servira de pays pour y instituer un foyer national  pour le peuple juif.

Sauf que ce territoire commença aussitôt à servir de monnaie d’échange pour la Grande Bretagne. Malgré la Conférence de San-Remo du 25 avril 1920 accordant un mandat pour organiser la renaissance de l’état juif, celle-ci décide rapidement de n’appliquer la déclaration Balfour qu’à l’ouest du Jourdain, la partie orientale étant confiée à Abdallah, l’un des fils du Chérif Hussein. Le 2 mars 1921 celui-ci parvient à Amman avec ces troupes et le 1 avril suivant il est reconnu émir de Transjordanie par les Britanniques.

Totalement en contradiction avec l’objectif du mandat qui fut confié.

Ce n’est que le 16 septembre 1922 que les textes de lois sont mis en conformité avec la réalité du terrain. Régularisation qui légalise de fait un foyer national pour les arabes de cette région à l’est du Jourdain qui se dénommera Transjordanie, mais aussi un foyer national juif sur la totalité de territoires situés à l’ouest de la rivière.

Foyer national contesté depuis très violemment par le monde arabo-musulman !

Violences en 1929 qui impressionnent le mandataire jusqu’à réduire les certificats d’immigrations accordés jusqu’alors, ou encore la révolte arabe de 1936 à 1939 qui oblige la Grande Bretagne à limiter la vente de terres aux Juifs, à contingenter l’immigration de cette population à soixante-quinze mille sur cinq années, et, finalement, à déclarer que « Le gouvernement de Sa Majesté déclare aujourd’hui sans équivoque qu’il n’est nullement dans ses intentions de transformer la Palestine en un État juif ». « Le gouvernement de Sa Majesté [a le] désir […] de voir s’établir finalement un État de Palestine indépendant ».

Un état palestinien unitaire à majorité arabe, cela va de soi ! La violence a payé !

Après la deuxième guerre mondiale, par la résolution 181 l’Assemblée générale de l’Onu vote un partage entre un état juif et un état arabe. Cette résolution non contraignante fut rejetée par le monde arabe le jour de la déclaration d’indépendance du tout jeune Etat d’Israël, faite le15 mai 1948. Les frontières, alors tracées par l’Onu, en ont perdu toutes leurs valeurs.

Depuis cette date, il est coutumier d’entendre « frontières de 1967 », « peuple palestinien » dépossédé de son pays la « Palestine » et de son « troisième lieu saint de l’Islam », « colonisation », « expulsions des colons », « droit de retour des réfugiés » au sein de l’état du peuple juif.

S’il est incontestable que le ‘’peuple palestinien’’ est né du refus arabo-musulman de tout état juif, il n’existe aucun passé historique d’un pays indépendant dénommé « Palestine » ni de lois internationales actuellement en vigueur attribuant une quelconque terre à celui-ci.

La lecture des lois ci-dessus, ainsi que celles qui ont suivi, contraint tout quidam à reconnaître la pleine propriété israélienne de toutes les terres de la Palestine mandataire situées à l’ouest du Jourdain. Jérusalem comprise. Toute autre lecture est trompeuse et sert une propagande antisémite.

S’il est donc indispensable de trouver un compromis entre les Israéliens et les ‘’Palestiniens’’, il ne pourra se constituer autour d’une paix qui verra les Juifs bannis de Judée et de Samarie, des ‘’réfugiés’’ de père en fils débarquer en Israël et leur Capitale Jérusalem attribuée à d’autres.

Trois conditions de bases évidemment refusées, y compris par les pays dis ‘’amis’’ de l’Etat d’Israël.

Victor PEREZ  son blog



http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 26/05/2016 22:43
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Le musée de "Palestine" est une farce. "Il n’y a pas d’histoire et de culture palestinienne"
#5

La Palestine est une farce: Il n’y a pas de culture palestinienne

Il y a 150 ans, Mark Twain a visité Israël alors occupé par les musulmans,
et il a parlé de « déserts vides d’âmes, » « d’aridité »,
de villes « abandonnées » et « d’absence d’habitants. »

La Palestine est une terre « désolée » concluait-il. « On peut parcourir dix miles et ne pas voir dans les parages dix êtres humains. » Il en est de même du Musée de la Palestine qui a ouvert avec une pléthore de fanfares et un léger problème. Si l’entrée est gratuite, il n’y a rien à voir à l’intérieur pour les visiteurs, si ce n’est des murs nus.

Le Musée de la Palestine est en chantier depuis 1998 mais il n’a rien à exposer. Le musée a coûté 24 millions de dollars. Tout ce qu’il a à montrer, ce sont quelques bâtiments dans environnement sablonneux difficile à distinguer du sol et un « jardin » garni de buissons et d’arbustes clairsemés. Le Musée de la Palestine est ouvert, mais il n’y a rien à l’intérieur.


A lire aussi:

Le jour où les Arabes sont devenus Palestiniens - A qui appartient vraiment la "Palestine" ? (5 articles)
« Arabes-palestiniens » : Une tentative d’appropriation de l’Histoire Juive
Vague d’arrêts cardiaques en découvrant la une d’un vieux journal, « l’Intransigeant »
Histoire: immigration musulmane en Palestine
Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne
Crise de nerfs des antisionistes: un journal de 1945 rappelle que les Palestiniens sont des juifs
Tous contre Israel !: L'ONU, La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et bien-sûr les Etats Arabes...
[GB-UE] Financement de terroristes musulmans palestiniens: 72 millions de livres
Des français crèvent de faim et la France envoie des centaines de millions aux palestiniens (5 articles)
Rapport choc : Les fonds de l’Union Européenne payent les salaires des terroristes palestiniens

Il est difficile de penser à une meilleure métaphore pour la Palestine qu’un groupe de bâtiments vides, dessinés par des architectes irlandais et chinois, où en vertu d’une trouvaille du précédent directeur, un Arménien-Américain, il n’y a aucune pièce exposée. C’est aussi Palestinien que les bagels ou la pâte à tartiner. Ou encore que le ski, le chocolat chaud et les fjords.

Le drapeau de Palestine flotte fièrement sur le Musée de la Palestine. C’était à l’origine le drapeau de la Fédération irako-jordanienne, avant que l’OLP ne « l’emprunte ». Les visiteurs seront accueillis au son l’hymne palestinien, composé par le communiste grec Mikis Théodorakis. S’il a des points de ressemblance avec la bande sonore de Zorba le grec, c’est parce que l’hymne est issu du même compositeur.

Tout ce qui se rapporte à la Palestine est si authentiquement palestinien qu’il pourrait tout aussi bien être made in China. Du moins c’est là-bas que sont confectionnés les keffiehs portés par les lanceurs de pierres qui caillassent les familles juives de passage en posant héroïquement pour les photos-journalistes norvégiens, canadien, ou chiliens.

La Palestine est une construction vide, où il n’y a rien. C’est un village politique Potemkine (*). Il y a un drapeau, un hymne, un musée, et tous les attributs d’un pays. Mais si vous y regardez de plus près, il n’y a rien à l’intérieur.

Le président du Musée de Palestine, Omar al-Qattan, est né à Beyrouth et vit au Royaume-Uni. Il a décidé que les « Palestiniens » avaient besoin d’une énergie positive aussi catastrophique que l’ouverture d’un musée vide.

Pensez un peu à la quantité d’énergie positive que vous recevrez en réalisant que vous n’avez pas de culture, pas d’héritage, pas d’histoire à mettre dans votre musée. Mais, de fait, le Musée de Palestine doit ouvrir à temps pour la Nakba. La Nakba est la commémoration annuelle de l’invasion ratée d’Israël par les armées étrangères musulmanes. L’invasion par les forces égyptiennes, irakiennes, syriennes, et jordaniennes a débuté le 15 mai 1948
.
Le général égyptien Muhammad Haidar avait déclaré à l’époque que les forces musulmanes occuperaient Tel Aviv en deux semaines.

Les forces égyptiennes frappèrent en premier le village de Kfar Darom, où vivaient quelques centaines d’habitants et quelques dizaines de membres de la milice de défense. Elles frappèrent avec des tanks, des véhicules blindés, des bataillons d’infanterie, de l’artillerie et des bombardiers. Les forces d’invasion coloniale musulmanes perdirent deux soldats pour chaque milicien juif. Au lieu de prendre Tel-Aviv en deux semaines, elles furent contraintes d’assiéger ce petit village pendant deux mois. Voilà ce qu’est la Nakba. Et vous pouvez observer pour quelle raison les colons musulmans d’Israël ont un jour de fête annuel destiné à commémorer la défaite misérable de leur armée d’invasion, infligée par la population juive indigène.

À l’image de ce musée, tout ce qui est relatif à la Palestine est une interminable falsification. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sera présent pour la cérémonie d’ouverture du Musée de la Palestine. Abbas a été élu pour un mandat de quatre ans en 2005. Il y a un bon moment qu’il a expiré. L’Autorité palestinienne n’est qu’un travestissement de l’OLP. Elle proclame son autorité sur des territoires qu’elle n’administre pas et qu’elle ne contrôle pas.

Mais le fait que le Musée de Palestine soit vide n’est pas seulement une déconfiture due au manque complet de choses à mettre à l’intérieur des murs nus. Le musée procède à l’image de l’OLP dans les moments troublés.

L’OLP avait envahi Beyrouth.

De même, bien que le Musée de Palestine n’ait rien exposé, il est en train d’ouvrir un musée satellite à Beyrouth. Si cette nouvelle « invasion palestinienne » est bien le décalque de la précédente, les satellites du Musée de Palestine commettront des meurtres de Chrétiens dans la semaine. Au-delà de Beyrouth, le Musée de Palestine compte ouvrir des musées satellites à San Diego, Londres, Dubaï, et Gaza. Sur le mode islamique, l’absence d’une âme intérieure est compensée par l’expansionnisme.

En tout état de cause, le Musée de Palestine a trouvé un nouveau directeur prestigieux, Mahmoud Hawari, un universitaire, est présenté comme « le conservateur en chef du British Museum ». Alors que Hawari n’est pas du tout « conservateur. » C’est un universitaire vacataire. La fondation qui préside au destin du Musée de Palestine a critiqué son nouveau directeur pour l’avoir trompé avec un CV falsifié. Mais il doit encore communiquer l’information sur son site Internet. La Palestine a toujours été fondée sur des mensonges. Pourquoi le Musée de Palestine romprait-il avec cette tradition ?

Hawari devra décider ce qu’il faut mettre dans le Musée de Palestine, s’il y a quelque chose à mettre. Cependant, le directeur est convaincu qu’il doit célébrer le terrorisme islamique et engager une dispute sur la question de savoir qui a habité en Israël en premier. Ces deux sujets sont le début et la fin de toute identité palestinienne. L’un et l’autre impliquent la haine des Juifs.

Éliminer les Juifs. C’est ce que les champions musulmans et non musulmans de la farce palestinienne ont tenté de faire. Mais il n’y a pas de Palestine que les Juifs doivent quitter. La Palestine est une entité politique parasitaire qui tire sa richesse, son eau et son électricité d’Israël. Elle tire aussi son histoire, sa culture, et sa raison d’être intégrale d’Israël.

Les colons musulmans prétendent que le roi David était musulman, que Jésus était Palestinien, et que l’étoile de David, qui précédait l’islam de beaucoup, est un symbole islamique. La culture palestinienne se réduit à une culture d’appropriation.

La Palestine ne peut pas plus exister sans Israël que le plasmodium de la malaria ou le virus HIV à l’extérieur d’un organisme vivant. En dépit de tous les gémissements sur un État indépendant, le seul objectif d’un État palestinien, qu’il soit aux mains de l’OLP, du Hamas, ou de tout autre groupe imaginable, sera d’attaquer Israël.

L’identité palestinienne n’a pas de signification ni de cadre en dehors de la haine des Juifs.
Le Musée de Palestine est aussi vide que la population qui s’est totalement immergée dans le culte de la mort. On ne peut rien y mettre dedans, sauf la haine des Juifs.

La vacuité du Musée de Palestine a été imputée aux Juifs, comme on pouvait le prévoir. Le Musée de Palestine n’a pas voulu salir ses murs avec les œuvres de Juifs infects. Aussi ses architectes doivent-ils tout importer de l’extérieur d’Israël, puisque la seule chose que la « Palestine » produise, c’est la mort.

Les Juifs compliquent l’attribution d’un gage d’authenticité palestinienne aux luminaires allemands et à la signalisation australienne en cas d’incendie. Mais quand les luminaires et la signalisation contre le feu ont été finalement posés, il n’y avait toujours rien à mettre dans le musée. Et c’était encore de la faute des Juifs.

Omar Al Qattan se plaint, et accuse Israël de rendre difficile l’importation d’objets à exposer. Mais vous pensez peut-être qu’un musée situé à quelques kilomètres de la capitale de l’Autorité palestinienne devrait avoir quelque chose de « Palestinien » à exposer dans ce qu’il revendique comme sa terre historique. Et encore une fois les murs nus témoignent qu’il n’y a rien.

Il n’y a pas de culture palestinienne. Il n’y a pas d’histoire palestinienne. Il y a place pour un musée vide construit par une entreprise d’architecture irlandaise. Même le « jardin palestinien » est l’œuvre d’un paysagiste Jordanien.

La Palestine est un village Potemkine. Il y a suffisamment de colons musulmans implantés sur le site des villes et des villages historiques juifs, mais ils sont dans le même état de désolation que celui qu’a rencontré Mark Twain lors de sa visite. Sa culture est une maison vide. Il y a beaucoup de corps mais il n’y a pas d’âme. La Palestine n’a ni passé ni avenir.

(*) NdT : Villages mythiques imaginés par Georg von Helbig en 1797. Ce sont aujourd’hui des trompes l’œil disposés pour donner une réalité à une opération de propagande.

Titre original : The Palestine Hoax
Auteur : Daniel Greenfield, journaliste et essayiste américain
Date de première publication:  25 mai 2016

Publié le: 19/06/2016 15:41
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: [Vidéo] Révélation d'un ministre du Hamas qui dévoile la vérité sur l’origine des "palestiniens"
#6

Publié le: 17/07/2016 20:55
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !