Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Re : Quand l'UE et le gouvernement n'empoisonnent pas votre existence, ils vous empoisonnent tout court ! [Actualité Générale]




« 1 (2) 3 4 5 ... 22 »

Re : Quand l'UE et le gouvernement n'empoisonnent pas votre existence, ils vous empoisonnent tout court !
#4

Empoisonnement des peuples avec le poisson !

... le résultat des lobbystes auprès des députés européens corrompus ?

Enquête sur les dessous de l'industrie du poisson d'élevage.

Le poisson a l'image d'un aliment sain et naturel. En cinquante ans, sa consommation a plus que doublé en France, une évolution bénéfique pour la société. Mais la chair de l'animal renferme bien des secrets. Les équipes du magazine "Envoyé spécial" se sont rendues en Suède, en Norvège, au Danemark et au Vietnam afin de découvrir les dessous de l’industrie mondiale du poisson d’élevage. Une enquête diffusée jeudi 7 novembre à 20h45, sur France 2.

Usage massif d'antibiotiques et de pesticides, utilisation de farines animales, pollutions au mercure et aux PCB (Polychlorobiphényles), défauts de traçabilité : que sait-on réellement du poisson qui atterrit dans nos assiettes ? La consommation de poissons d’élevage présente-t-elle un risque pour la santé ?

Selon Jérôme Ruzzin, chercheur à l’université de Bergen (Norvège), le saumon d’élevage est cinq fois plus toxique que le saumon sauvage car il contient beaucoup plus de polluants. L’universitaire a établi un lien, sur les rats de laboratoire, entre nourriture au saumon d’élevage et développement de l'obésité et du diabète. 

VIDEO. "Envoyé spécial" : poissons d'élevage, un business en eaux troubles

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 10/11/2013 21:09
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Quand l'UE et le gouvernement n'empoisonnent pas votre existence, ils vous empoisonnent tout court !
#5

Après les farines animales, les vaches nourries aux résidus de bonbons !

vache MM

Dans un pays qui compte déjà 30 % d’obèses dans sa population,
on gonfle maintenant les animaux d’élevage avec du sucre !


Même s’il a fort peu de chances d’aboutir dans le contexte actuel, le TTIP (Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement) en négociation avec les États-Unis a au moins mis en évidence un souci majeur de ce côté de l’Atlantique : la crainte d’une sérieuse baisse des normes, et l’arrivée des OGM et de la viande aux hormones sur le marché européen. Entre autres. Mais pas que…


L’Union européenne et les États-Unis qui discutent depuis plus d’un an tentent d’harmoniser des réglementations dont la « philosophie » paraît bien incompatible. Comme le soulignait auprès de l’AFP le représentant de BUND (association allemande de défense de l’environnement) au dernier Salon de l’agriculture : « À l’heure actuelle, il est possible [en Europe] d’inciter les agriculteurs à élever leurs bêtes dans de bonnes conditions, et à produire pour le marché local, mais si cet accord de libre-échange voit le jour, nous serons soumis aux règles du marché mondial, et le marché mondial se préoccupe peu de protection de l’environnement et des animaux. » En termes concrets : « Pour rester dans la course sur le marché de la viande, il faudra encore plus d’investissements dans des élevages géants. »


Dans cette perspective qui finira sans doute, hélas, par devenir réalité, installant dans les campagnes européennes des usines à bestiaux de plusieurs milliers de têtes de bétail, il est intéressant de savoir dans quel sens évoluent les éleveurs américains.


Le site Santé Nature Innovation nous faisait part récemment de la dernière trouvaille, celle qui promet comme toujours de produire plus en dépensant moins. Un procédé miracle comme autrefois la farine de poisson pour nourrir les herbivores qui nous valut le désastre de la « vache folle ».


Voici donc ce que nous explique Jean-Marc Dupuis : depuis qu’une partie importante de la production de maïs des États-Unis sert à faire du carburant bio, le prix a tellement grimpé que « les éleveurs sont partis sur d’autres “solutions” pour nourrir leurs bestiaux ». Moins cher, donc, que le maïs, « les rebuts de fabriques de bonbons et de chocolats ». Un miracle, disent certains. Grâce à ces résidus de « gommes, sucettes, marshmallows, morceaux de bonbons et de chocolat en tout genre [qui] sont mélangés au fourrage des vaches », l’un se vante d’avoir vu sa production de lait grimper en flèche : « En donnant des bonbons à mes vaches, j’ai réussi à augmenter leur production de lait de 1,5 litre par jour. »


Et avec la pâte à tartiner goût noisette, ça ne serait pas mieux ? Dans un pays qui compte déjà 30 % d’obèses dans sa population, on gonfle maintenant les animaux d’élevage avec du sucre !


Marie Delarue
Ecrivain, musicienne, plasticienne
 

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 14/04/2014 20:04
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Quand l'UE et le gouvernement n'empoisonnent pas votre existence, ils vous empoisonnent tout court !
#6

Reportage dans des camps de gavage de poulets bourrés de bactéries
et d’antibiotiques (de moins en moins efficaces…)

Le reportage diffusé dimanche soir par Capital sur M6 révèle les dessous de l’industrie du poulet très bon marché : manipulations génétiques, conditions d’élevage insoutenables (les animaux voient le jour pour la première fois et pour la dernière fois lors du départ vers l’abattoir…), présence de bactéries très dangereuses pour l’homme – propagées pendant l’élevage mais aussi le transport et l’abattage, utilisation massive d’antibiotiques de moins en moins efficaces contre ces bactéries… et lorsqu’il s’agit de traiter des consommateurs contaminés (1 500 personnes décéderaient chaque année en Europe à cause d’E.Coli), etc.

Bref, on ne le répètera jamais assez, il vaut mieux manger moins (de poulet) mais mieux en privilégiant, par exemple, des volailles de Bresse. Qu’on arrête de nous dire que le problème, c’est « le libéralisme », ce serait s’exonérer un peu vite de toute responsabilité. En effet, les Français souhaitent consommer de la viande sans y mettre le prix, les entreprises ne faisant alors que répondre à cette demande. Les familles modestes ont souvent les moyens de s’abonner à Canal Satellite, d’acheter des portables dernier cri et de changer les cartables de leurs enfants tous les ans, autant de dépenses inutiles qui les empêchent de bien se nourrir en privilégiant les volailles élevées en plein air comme celles-ci :

Volailles Brest

NDF

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 16/04/2014 04:19
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !