Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [France] "Le Monde" de la désinformation [Actualité en France]





[France] "Le Monde" de la désinformation
#1

La presse de la désinformation

Pourquoi tant d’oppositions à « quelques activités pédagogiques », dixit Le Monde ?

« La lutte contre la “théorie” du genre, une foire aux intox et aux outrances ». Le Monde n’y va pas par quatre chemins pour discréditer l’opposition à la « théorie du genre ». Pour une fois, le quotidien n’a pas utilisé la grosse ficelle de « l’intellectualisme », consistant à faire semblant de se poser des questions sur un sujet, pour ensuite asséner une conclusion sans appel. Dans la collection, vous avez par exemple : « 5 questions sur le droit à l’IVG », « L’immigration est-elle un atout pour la France ? », ou encore « Le Front national est-il raciste ? » Les réponses sont bien évidemment dans les questions.

Ici point de subtilité, haro sur « l’extrême droite catholique ». Les deux auteurs de l’article commencent par nous expliquer que la théorie du genre n’existe pas stricto sensu, ce qui est vrai. Les « gender studies » sont en effet des études universitaires diverses, sans fondement idéologique commun. Ensuite, Le Monde s’attaque à deux autres « rumeurs » : l’enseignement de cette théorie serait obligatoire, et elle aurait déjà été introduite au primaire. Voilà un bel exercice de rhétorique. Puisque l’on a démontré dans le premier argument qu’aucune « théorie du genre » n’existe, il va de soi qu’elle ne peut ni être obligatoire, ni avoir été abordée en primaire !

Pourquoi alors tant d’oppositions à « quelques activités pédagogiques », dixit Le Monde ? Parce que l’enseignement obligatoire des études de genre à l’école est une réalité que même le journal ne nie pas. Qu’il s’agit d’études universitaires sur un sujet où aucun consensus n’a été trouvé. Que certaines de ces études affirment que l’enfant doit « choisir » ce qu’il est, indépendamment de son sexe biologique. Que le « travail de vulgarisation et de diffusion des recherches sur le genre » et le choix des « expert(e)s susceptibles d’intervenir » ne seront probablement pas neutres idéologiquement. En réalité, l’idéologie du gender existe : il s’agit de l’utilisation de certaines gender studies par les divers lobbies féministes et gay qui gravitent autour des sphères de pouvoir.

Voici comment le député PS Julie Sommaruga justifiait, le 28 février 2013 à l’Assemblée nationale, son amendement introduisant l’éducation à l’égalité de genre à l’école primaire, avec l’avis favorable du rapporteur : « Cet amendement a pour objet l’intégration dans la formation dispensée dans les écoles élémentaires d’une éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes et à la déconstruction des stéréotypes sexués. Il s’agit de substituer à des catégories telles que le “sexe” ou la “différence sexuelle”, qui renvoient à la biologie, le concept de “genre”, qui montre que “les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas fondées sur la nature, mais sont historiquement construites et socialement reproduites”. » Au moins, c’est clair. Et très cohérent avec un ministre qui veut « arracher » l’enfant à ses déterminismes. Et qui nous rassure : « Ce que nous faisons, ce n’est pas la théorie du genre, je la refuse, c’est promouvoir les valeurs de la République et l’égalité entre les hommes et les femmes… »

En bon journal indépendant, Le Monde ne dit pas autre chose : « Il suffit pourtant de lire le site de l’ABCD, et particulièrement les outils pédagogiques mis à disposition des enseignants, pour constater qu’il n’y a pas là de quoi hurler au scandale – à moins de considérer que l’égalité entre femmes et hommes n’a pas sa place à l’école. » Après la carotte, le bâton. Soit la démonstration du Monde vous a convaincu, soit vous êtes un opposant à l’égalité des sexes.

Etudiant.
 
 
http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 01/02/2014 23:53
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !