Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Assita Kanko: "Chaque minute qui passe, cinq petites filles sont mutilées dans le monde" [Actualité en Belgique]





Assita Kanko: "Chaque minute qui passe, cinq petites filles sont mutilées dans le monde"
#1

Assita Kanko: "Chaque minute qui passe, cinq petites filles sont mutilées dans le monde"

LaLibre.be pose trois questions à Assita Kanko. A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines, rencontre avec Assita Kanko, conseillère communale MR à Ixelles et victime de l'excision. Auteur de "Parce que tu es une fille. Histoire d'une vie excisée", elle se confie à LaLibre.be. Témoignage.

 

Comment avez-vous vécu le drame de l'excision et pourquoi avez-vous décidé d'en faire une des croisades de votre vie?

Douloureusement. Je me bats pour la liberté individuelle. La femme est un individu comme les autres. Il n'y a pas de raison que, parce qu’elle est née femme, on lui fasse subir des choses horribles qui nuisent à sa santé et à son épanouissement. J’avais cinq ans quand ça m’est arrivé au Burkina Faso, mon pays d’origine. Sous de faux prétextes, j’ai été emmenée à l’endroit où m’attendait l’exciseuse. Je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. Une horreur qui me révolte sans m’aigrir.

C’est pour cela aussi que j’ai écrit ce livre. C’est d’une part pour toutes les petites filles qui risquent encore d’être mutilées et d’autres part pour dire aux 125 millions de femmes qui ont déjà été excisées qu’elles peuvent s’en sortir.

L’année passée, deux mille femmes risquaient la mutilation dans notre pays. Cette année les chiffres dévoilés le 5 février dernier indiquent un risque de mutilation pour 4000 filles. Chaque minute qui passe, cinq petites filles sont mutilées dans le monde selon Unicef. Comment pourrais-je me taire ? Renoncer à agir au nom de ma propre pudeur? Face à une telle étendue de honte et de cruauté ?

 

Peut-on se relever d'une telle expérience ? Si oui, comment ?

Bien sûr. Heureusement d’ailleurs. Mais se relever n’arrive pas du jour au lendemain, c’est tout un processus. Je vais bien aujourd’hui. Je suis libre, heureuse et épanouie à tel point que j’étais prête pour écrire et publier mon livre. Mais ma seule liberté ne me suffit pas. Je pense aux autres filles, aux autres femmes. Se relever dépend de plusieurs facteurs. Notamment du type de mutilations subies, des rencontres qu’on fait, du processus mental qui se déclenche, de l’environnement, de l’éducation…

Certaines femmes, comme l’ex-top model Waris Dirie (auteur de "Fleur du désert") ont eu besoin d’une opération chirurgicale pour pouvoir faire des choses simples comme uriner ou avoir ses menstruations sans douleur intense. D’autres sont mortes après l’excision.

 

L'excision a-t-elle également cours en Europe ? En Belgique ? Comment combattre ces pratiques ?

Bien sûr. Sinon pourquoi aurait-on une loi ? Pourquoi les chiffres seraient-ils si parlants ? Exemple : dans une émission de TV Bruxelles diffusée l’année dernière, on voit ce médecin qui témoigne du fait qu’un monsieur s’était présenté pour demander une circoncision pour son fils et une excision pour sa fille. Ce père trouvait cette demande parfaitement normale.

Hier soir sur la VRT dans l’émission Terzake, on voyait une femme devenue européenne de nationalité défendre ouvertement l’excision. Quand cela ne se passe pas ici clandestinement, c’est pendant les vacances dans le pays d’origine.

Il faut combattre ces pratiques dictées par les traditions. Les mêmes règles valent pour tout le monde. Je n’accepte pas qu’au nom des différences culturelles ou religieuses on mutile des petites filles. Les solutions passeront par l’éducation et par l’autonomie financière des femmes. Tant qu’une femme n’est pas financièrement indépendante, elle ne peut pas revendiquer sa liberté et la vivre pleinement.

Par ailleurs il faut un parcours d’intégration obligatoire. La loi doit pouvoir être appliquée, elle doit atteindre son objectif primaire qui est la protection des gens, et dans ce cas précis des enfants. Qu’ils soient noirs ou blancs, ils ont mal de la même manière. Stop au relativisme culturel. Le relativisme culturel, c’est aussi une barbarie. La loi se heurte pour l’instant à trop d’obstacles et devrait être remise sur la table pour être rendue plus efficace. Un mécanisme de contrôle et de prévention devrait être possible afin de protéger les petites filles. Je ne voudrais pas que ça arrive à ma fille et à aucune autre petite fille où que ce soit dans le monde. Cela fait partie de mes combats et c’est pour cela que j’ai décidé d’en parler.

Publié le 06/02/2014

http://www.lalibre.be/actu/belgique/a ... -52f3ecca3570516ba0b5f23f


****************************

Commentaires laissés par les internautes sur LaLibre.be, classés par thème.

 

Assita Kanko félicitée pour son combat

Chapeau Madame ! Il en faudrait plus comme vous. ----- La nouvelle génération MR est arrivée. Multilingue, intelligente et belle. Il y a encore de l'espoir pour Bruxelles. ----- Un combat courageux et bien difficile. ----- Aussi longtemps que l'excision ne sera pas qualifiée urbi et orbi comme un crime contre l'humanité, la voix de cette femme courageuse et consciente restera une voix dans le désert.

 

Faut-il accepter les rituels barbares au nom du multiculturalisme ?

Civilisation et multiculturalisme. ----- Quand la civilisation est confrontée à la sauvagerie... ----- Ces "mutilations" font partie de ce qui est appelé en Belgique la "richesse" apportée par le multiculturalisme". Nous avons le devoir de lutter contre ces faits (dans la limite de nos possibilités) à mon sens. Tout comme nous devrions lutter contre la "négligence" apportée aux 70 000 handicapés lourds de Belgique. ----- Faut savoir ce qu'on veut. On n'arrête pas de traiter les blancs de racistes parce qu'ils refusent en général le multiculturalisme et qu'ils pensent que la civilisation occidentale est supérieure aux autres. Et puis on crie ici au scandale. Donc, moi je suis pour le multiculturalisme à outrance, et pour dire que TOUTES les civilisations sont égales. Par conséquent, de quel droit dois-je m'offusquer d'une pratique civilisationnelle, certes différente des pratiques occidentales ? Les civilisations sont-elles égales, oui ou non ? Faut choisir. Soit tout se vaut et c'est le multiculturalisme, soit la civilisation occidentale est supérieure et on peut condamner l'excision sans se faire traiter de raciste. ----- Il y a des excisions qui ne sont pas l'ablation du clitoris ou des petites lèvres (en Arabie Saoudite on enlève juste un petit morceau de peau qui recouvre le clitoris). Au début du 20 ème siècle des médecins Belges ont pratiqués l'excision sur des femmes Belges (fort tempérament), peu de gens le savent. Il y a des circoncisions qui n'enlèvent pas seulement le prépuce mais également toute la peau de la verge. Certaines peuplades enlève toute la peau, scrotum compris. Laissons la nature faire et bannissons toutes ces pratiques barbares.

 

La symbolisation du rite pour lutter contre la barbarie, comme repère dans les traditions

La loi et l'éducation, bien que nécessaires, ont une efficacité limitée. Pour éradiquer cette pratique, il ne me semble pas judicieux de rejeter le relativisme culturel en bloc. Il ne faut s'en détourner que dans la mesure où il est un obstacle à la loi et dans une certaine mesure à l'éducation. Je veux dire qu'une certaine conception du relativisme culturel refuse de considérer les cultures traditionnelles comme des corps de doctrine rigides et figés, et qu'elles possèdent toutes leurs propres armes pour adapter leur pratiques au monde actuel sans y perdre leur âme. Parmi ces armes, la symbolisation du rite peut être très efficace. Remplacer une pratique cruelle par une qui ne l'est pas ( ou moins) c'est le sens du sacrifice d'Abraham. D'autant que l’excision qui au départ était un rite de passage à la vie adulte a perdu ce caractère puisqu'elle ne se font plus publiquement et sur des adolescentes mais sur des filles de plus en plus jeunes et en cachette.

 

Qui est responsable de ces traditions ? Les hommes ou les femmes ?

Ce qu'on ne dit jamais, c'est que ce sont les femmes qui font exciser les petites filles et non les hommes, comme on le fait souvent croire. ----- Elles sont toujours persuadées que, sans ça, elles ne trouveront pas de mari et c'est peut-être vrai. ----- Le monde d'aujourd'hui se fiche toujours des filles ! On vient encore de créer une association contre l'homophobie et je n'ai rien contre. Mais, dans le même temps, on lit que la plupart des auteurs de viols ne sont pas condamnés. ----- Femmes battues, violées, massacrées, excisées...mais ceci est tellement moins important pour la bonne conscience occidentale que le droit des gays dans la Russie de ce "méchant" Poutine, non ? A chacun ses couleurs, ses valeurs...ou pas!

 

Comment agir concrètement ?

Où se cachent les FEMEN ? ----- Mais où sont les FEMEN pour se dénuder devant les ambassades des pays où la pratique de ces mutilation ont lieu? ----- "Quand cela ne se passe pas ici clandestinement c’est pendant les vacances dans le pays d’origine". Nous pouvons agir ici mais que faire pour les actes commis à l'étranger ? ----- La justice est plus ferme et même expéditive lorsqu'il s'agit de la torture d'un...chat... ----- Bravo et merci madame. Mais chez nous il y a d'autres priorités suprêmes et urgentes: les "valeurs". Voir ce qui se passe en France. Et chez nous ? Contrôle systématique des petites filles présentes sur notre territoire ? Interdire l'accès de notre territoire à ces sauvages ? Il y a tant de mesures à prendre et d'actions à entreprendre. ----- Comme aurait dit Ponce-Pilate...Le monde est une gigantesque machine en mouvement dont chacun de nous est un rouage. Il y a évidemment des rouages plus importants, plus indispensables, plus responsables que d'autres mais aucun n'est négligeable. ----- MAIS , ce n est pas NOTRE faute !

 

Quid à propos de la circoncision des petits garçons ?

Et combien de petits garçons? ----- C'est à peu de chose près le nombre de petits garçons qui sont circoncis MAIS CHAQUE SECONDE dans le monde! Et de cela, tout le monde se fiche. ----- Et bien plus de petits garçons...dans l'indifférence. ----- La circoncision n'a aucun rapport avec l'excision qui est une mutilation. La circoncision est une opération bénigne et pratiquement indolore, qui se pratique depuis plusieurs milliers d'années, parfois pour reconnaitre les membres d'un groupe religieux, et aussi parfois dans un but thérapeutique. ----- Il y a deux fois plus de terminaisons nerveuses dans un prépuce que dans un clitoris. Une circoncision est très douloureuse. Alors pour ce qui est de l'argument des deux mille ans... on peut sortir le même sur l'excision. ----- Le plus simple est de condamner fermement toutes les formes de mutilations sur les enfants, avec circonstances plus ou moins aggravantes en fonction de l'importance du crime. La circoncision reste "moins grave" que l'excision. Mais le fait qu'on accepte une mutilation particulière à des fins religieuses -- les cas thérapeutiques sont rares -- donne un certain argument de "légitimité" aux défenseurs de l'excision et donne l'impression (justifiée) qu'on cible une communauté particulière. Alors que si on dit tout simplement "stop aux mutilations sur les enfants, "toutes", et qu'on poursuit agressivement les contrevenants, au moins on fera preuve d'équité. Evidemment ça va faire grincer les dents de certaines communautés plus nombreuses et plus influentes que le lobby des exciseurs burkinabés. ----- Il est vrai que la circoncision est remboursée par la sécurité sociale. La Belgique légalise ainsi une pratique que le Conseil de l'Europe condamne. Ah Oui! Ce n'est qu'une "opération bénigne", il vaut mieux qu'elle soit pratiquée dans de bonnes conditions, et "qui se pratique depuis des millénaires". Personne pour s'élever contre cette pratique dans aucun parti . Ce n'est pas par ce que des millions de personnes commettent la même mutilation depuis des milliers d'années qu'elle est acceptable et remboursable.

 

Et la religion dans tout cela ?

Tiens voilà une belle cause pour les pontifs du Vatican ! Et un beau but de prière pour Mgr. Léonard. Et il s'agît là de filles bien portantes avec un avenir devant elles. ----- Moi je ne comprends pas les religieux et les croyants qui veulent circoncire ou exciser. Si c'est leur dieu qui a créé les hommes et les femmes, et qu'il faut couper quelque chose, c'est que leur dieu est particulièrement bête. Il aurait pu prévoir de créer les hommes et les femmes sans ce qu'il faut couper pour plaire à ce même dieu, non ?

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 07/02/2014 18:03
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !