Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Un chrétien qui devient musulman ne risque rien pour l'islam, mais le contraire ? [Conflits / Chocs des cultures / Racisme anti-blancs]





Un chrétien qui devient musulman ne risque rien pour l'islam, mais le contraire ?
#1

Pourquoi un chrétien qui renonce à sa foi pour l’islam ne risque rien,
mais la réciproque n’est pas vraie ?

Correction islamique

Que fait le Vatican pour sauver la vie de cette jeune femme soudanaise admirable de courage et inflexible sur son acte d’apostasie de l’islam ? Va-t-il tolérer longtemps le martyr des siens dans les pays musulmans ? Il est de son devoir de rappeler l’islam à ses responsabilités et au respect des libertés de choix de culte.

Que font les ONG des droits de l’homme, l’ONU et la majorité musulmane silencieuse qui ne fait rien pour humaniser l’islam, dénoncer les peines de mort infligées aux apostats de l’islam ?

Pourquoi un chrétien qui renonce à sa foi pour l’islam ne risque rien et la réciproque n’est pas vraie ?

Est-il normal que les transfuges de l’islam soient ostracisés et discriminés, qu’ils mettent en péril leur vie comme au Soudan, en Iran, aux iles Maldives, au Sultanat de Bruneï, en Arabie Saoudite, au Pakistan, en Afghanistan. Qu’ils soient jetés en prison comme en Egypte, au Maroc, en Tunisie, en Algérie, parce qu’ils ont choisi d’abandonner la voie de l’islam au nom de leur liberté de conscience ?

N’est-il pas temps que cela cesse ? La criminalisation de l’apostasie et l’athéisme, des droits inaliénables dans un Etat de droit, l’islam est le premier à en bénéficier par la voie des conversions.

Il y a nécessité absolue d’organiser des Assises mondiales sur le droit des musulmans à exercer leur liberté de conscience.

Il faut que l’OCI, l’Organisation de la Coopération Islamique, véritable gouvernement mondial de l’islam composé de 77 Etats membres jouissant d’un statut d’observateur au sein de l’ONU, se dote d’une charte des libertés des convictions religieuses et de conscience dans le monde musulman, afin de garantir les mêmes droits aux convertis musulmans qu’aux apostats de l’islam et aux minorités religieuses.

L’Afrique du Sud a été en son temps banni du concert des nations pour moins que ça.

L’Afrique du Sud a été blâmée pour son régime d’Apartheid. Mais l’Islam, avec le statut de dhimmis octroyés aux « gens du Livre », et son rejet de tout ce qui est différent de soi n’est épargné que parce que l’Occident refuse de regarder la réalité en face, par excès de politiquement correct.

Si les musulmans veulent réellement que l’islam corresponde à l’image de tolérance dont ils se plaisent à le gratifier, ils doivent donner des gages concrets sur les droits de tout un chacun, droit de choisir la voie qui correspond à ses aspirations, intellectuelles et spirituelles. La force d’une religion n’est pas d’enfermer les siens, c’est de leur laisser le choix d’y résider en toute liberté.

Tant que l’islam continuera à surfer sur les peurs, à recourir à l’intimidation et à la violence pour garder les siens en son sein, il ne pourra jamais bénéficier de statut de religion dans le sens spirituel du terme.

L’islam ne sera qu’un système de pensée totalitaire et fasciste, qui se sert de la religion pour coloniser la vie des hommes dans ses différents aspects. L’islam exerce sa domination absolue sur eux, instaure le régime le plus liberticide et effrayant qui soit, mais il n’est pas conscient qu’il sème lui-même les grains de la révolte. Ainsi, il ne se rend pas compte qu’il est en train de créer lui-même ses propres ennemis. Il n’y a pires ennemis que l’ennemi intérieur, incontrôlable, aigri, frustré, courroucé, revanchard, rancunier et imprévisible. Le musulman est comme une femme violentée accumulant des années de souffrance, de brimades et d’injustice jusqu’au jour où elle réalise que sa dignité est au prix de sa liberté. Alors elle n’a plus aucun scrupule à se venger de son mari despotique.

Personne ne peut être musulman contre sa volonté. Le choix de l’islam comme pour toute autre religion ne doit pas être conditionnel, il doit être personnel, longuement mûri et volontaire, et en aucun cas donné par héritage, ou par le simulacre d’une conversion-éclair, imposée et dictée sous la contrainte et la peur des représailles.

    On ne peut pas enchaîner pour la vie des femmes et des hommes qui rêvent de s’envoler dans les cieux de la liberté.

En promettant les feux ardents de l’enfer, l’islam ne fait que projeter la peur qu’il a de lui-même et témoigner de son incapacité à garder ses fidèles autrement que par la violence. Confirmant les propos du nazillon Youssef Qaradhaoui, l’apôtre de l’islam fondamentaliste, l’islam ne tient que grâce aux menaces de mort qu’il fait peser sur les siens.

Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

http://www.l-union-fait-la-force.info

Publié le: 20/05/2014 00:14
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : L’apostasie en islam : la mort !
#2

exécution - décapitation Arabie Saoudite des apostats

L’apostasie de l’islam est appelée en arabe ridaa. Toute personne de confession musulmane ayant atteint l’âge de la puberté et saine d’esprit qui quitte volontairement l’islam doit être mise à mort. Dans ce cas, le prince des croyants ou bien de nos jours, les rois et les présidents des pays dont la religion d’état est l’islam, ont l’obligation religieuse de demander aux musulmans (ou musulmanes) qui se sont détournés de l’islam de se repentir et de revenir immédiatement à leur foi d’origine illico presto. Alors, s’ils (ou elles) acceptent de rentrer dans les rangs, le pardon leur est accordé.

A lire aussi:

À la demande de l’UOIF, l’État renonce à la liberté de changer de religion
Islam: L'apostasie
Apostasie : Pourquoi j'ai renié l'islam
Témoignage d'une apostate de l'islam - islamla.com
Les athées sont exécutés dans 13 pays musulmans et discriminés partout dans le monde (rapport IHEU)
Dans l’Exhortation apostolique du Pape François, les passages sur l’islam suscitent la réflexion
Islam & charia : Aux Maldives, la peine de mort… pour des enfants de 7 ans !
Nous sommes sauvés : le Maroc nous envoie des imams modérés !
Un chrétien qui devient musulman ne risque rien pour l'islam, mais le contraire ?
Après un dialogue avec Sami Aldeeb, un musulman quitte l'islam et se met en danger...
Chrétienne, elle doit mourir car elle refuse de se convertir à l'islam
Les ex-musulmans (apostats de l'islam) se rebiffent… Vidéo
Exclusif : En 1996, tous les pays arabes ont ratifié la charia !
Union Européenne et Islam : leurs dérives pour nous faire « chier » !
Code pénal arabe unifié de la Ligue arabe - Sami Aldeeb
Bruxelles : un enfant de 7 ans frappé... parce qu'il ne croit pas en Allah
Des millions de musulmans convertis ?
Musulmans vous n’êtes en rien les meilleurs vous êtes les derniers de la classe
L’Etat islamique agit comme jadis le Prophète Mahomet
[Adjarie] Une apostasie massive dans le Caucase
Dix mesures pour limiter l'islamisation de l'Europe


Dans le cas contraire, ils (ou elles) seront exécutés après un jugement sommaire (de préférence décapités publiquement, à la fin de la prière du vendredi). Est considéré comme apostat, tout homme (ou femme) libre, car l’islam autorise l’esclavage qui est codifié dans le coran. Par ailleurs, aucun musulman n’a le droit de faire justice à la place du prince des croyants ( le calife). Cette tâche lui revient exclusivement ou à son représentant (dans la plupart des 57 pays musulmans, c’est le ministère public qui sanctionne les renégats). Aucune indemnité n’est accordée pour l’exécution d’un zindiq( apostat). Si un des époux d’un mariage consommé devient un mécréant, le couple est séparé automatiquement pendant trois cycles menstruels. Si l’apostat revient à l’islam, avant la fin de cette période, le mariage n’est pas considéré comme caduque.

Quelles sont les actes qui conduisent à l’apostasie ?
Changer de religion
Devenir athée
Dire par exemple que : «  je suis Allah ou Allah est le tiers de trois »
Offenser Allah et son Apôtre ( Mahomet)
Nier l’existence d’Allah
Se moquer d’Allah et de son Messager
Nier ou rajouter un verset coranique.
Déclarer en se moquant : « j’ignore ce qu’est la foi »
Prétendre qu’il n’y a pas de puissance autre qu’Allah ne vous épargnera pas d’une catastrophe
Dire d’un musulman ou de quelqu’un qui veut le devenir est un incroyant
Refuser d’enseigner la chahada (profession de foi islamique) à quelqu’un qui le demande
Nier le caractère obligatoire d’une chose sur laquelle, il existe un consensus entre les musulmans
Déclarer que l’un des prophètes d’Allah est un menteur
Dénigrer l’islam
Prétendre qu’un événement survient dans la volonté d’Allah
Nier l’existence des anges et des djinns
Se moquer d’un des commandements de la charia
Ne pas croire que la volonté d’Allah a pour but que toute l’humanité suive l’islam, un jour ou l’autre
Cette liste n’est pas limitée. Les sujets qui peuvent conduire un musulman ( ou musulmane) à renier l’islam, ne sont pas définis à l’avance. Ils dépendent du temps et de l’espace et surtout du prince des croyants.
Par exemple, une musulmane qui épouse un infidèle qui ne se convertit pas préalablement à l’islam, devient une apostate, car l’endogamie est une prescription coranique ( sourate 2 verset 221 et sourate 4 verset 25). Ce qui explique que la majorité des Français qui se marient avec des musulmanes, prononcent la profession de foi et deviennent automatiquement des adeptes de Mahomet.
Quant à la femme mécréante qui épouse un musulman, la question ne se pose même pas, elle rejoint dans la plupart des cas la oumma, la meilleure communauté sur terre, selon Allah et son Envoyé.

L’apostasie est considérée comme un crime contre l’islam.
Dans le coran, plusieurs versets y font explicitement référence.
« Ils t’interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés.  Dis « Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d’Allah est de faire obstacle au sentier d’Allah, d’être impie Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d’expulser de là ses habitants. L’association est plus grave que le meurtre ». Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à, s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous abjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement » (sourate 2 verset 217).

« Ils aimeraient vous voir mécréants comme ils ont mécru ; alors vous seriez tous égaux ! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez ; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur » ( sourate 4 verset 89).

Lire aussi les versets 90 de la sourate 3, verset 137 de la sourate 4, versets 5 et 54 de la sourate 5, verset 93 de la sourate 6, verset 74 de la sourate 9 et verset 106 de la sourate 16.

Dans les hadiths, la peine de mort pour apostasie y est longuement évoquée. En effet, plusieurs hadiths authentifiés prescrivent le meurtre autorisé comme sentence contre ceux ou ( celles) qui tournent le dos à la religion de paix et d’amour. Pour les renégats, selon Mahomet, il n’y a pas de circonstances atténuantes. L’honneur de l’islam est lavé par leur sang.

Selon Sahih Bukhari : Rapporté par Abdallah Ibn Messaoud : « L’Apôtre d’Allah a dit : « Le sang d’un musulman qui confesse que seul Allah peut être adoré et que je suis son Envoyé, ne peut être versé excepté pour trois cas : le meurtrier en raison de la loi du Talion( Qisas), l’adultère des personnes mariées, l’apostat qui abonde l’islam et quitte la communauté ».
«  Celui qui quitte la religion ( l’islam), tuez-le ».
J’ai entendu le prophète dire : «  A la fin des temps apparaîtront des gens aux idées folles. Ils parleront bien mais ils sortiront de l’islam comme une flèche sort de son jeu, leur foi ne dépassera pas leur gorge. Ainsi, partout où vous les trouverez, tuez-les, il aura une récompense pour ceux qui les tueront au jour de la résurrection. »
La peine de mort pour apostasie fait partie du corpus islamique.
Sans cette épée de Damoclès, des millions de musulmans auraient dit adieu à Allah et son prophète.
Malheureusement de nos jours, l’Occident se fait intoxiquer par la taquayh, que les adeptes de Mahomet savent lui vendre. Pour contrer ceux qui dénoncent cette hypocrisie de l’islam ( le double discours), ils se servent du verset 256 de la sourate 2, une arme qu’ils utilisent pour fanfaronner que l’islam est une religion de tolérance. Ils le psalmodient matin et soir, surtout face aux crédules qui croient leurs balivernes.
« Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et omniscient » (sourate2 verset 256 ».

Ce verset que les mahométans agitent comme l’étendard de la tolérance et du vivre ensemble afin de rouler dans la farine ceux qui les écoutent encore, a été abrogé par les versets 106 de la sourate 2, 101 et 102 de la sourate 16 et 5 et 29 ( appelés aussi versets de l’épée) de la sourate 9.

Pourquoi cachent-ils le fiqh du Nasikh et Mansûkh (versets abrogeants et abrogés) ? Mettent-ils en doute leur propre logiciel ? Ne font-ils pas confiance à leurs propres savants religieux ?
Non, ils ne sont pas des ignorants mais face aux mécréants occidentaux, ils utilisent à fond la caisse la ruse qui est permise par le coran, pour les endormir avant de les soumettre.
Alors devenir un apostat en terre d’islam, c’est signer sa condamnation à mort.

Même en France, les apostats doivent se cacher, car l’oligarchie politico-médiatique est au service de la charia. L’exemple du maire de Bordeaux, Alain Juppé, le candidat à l’élection présidentielle en 2017 (s’il gagne la primaire de la droite et du centre) qui est sous l’influence de son ami Taraq Oubrou, imam et grand admirateur de Hassan El Banna, le fondateur de la secte des frères musulmans, est la preuve de cette compromission des élites avec l’islam.

Comme il n’a jamais lu le coran (selon ses dires), M. Alain Juppé ignore que l’islam, c’est le djihad, c’est le wahhabisme, c’est le salafisme, c’est la pensée des frères musulmans qui veulent restaurer le califat et c’est le terrorisme pour soumettre la terre entière au dieu de la Mecque.

Mais ça, il ne faut pas en parler pour ne pas inquiéter ses éventuels électeurs, car la politique, c’est l’art de l’hypocrisie, du cynisme et du mensonge. Et tout politicien qui dit la vérité est considéré par la caste dominante comme étant un populiste. C’est normal, car les amis d’en haut vivent entre eux, au pays de l’endogamie en faisant des combines sur le dos des sans dents.

Hamdane Ammar


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 12/11/2016 10:08
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !