Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Pourquoi je quitte Amnesty international - Bernard Swysen [Actualité en Belgique]





Pourquoi je quitte Amnesty international - Bernard Swysen
#1

STOP Amnesty International

À l’attention de Philippe Hensmans


Directeur de la section francophone belge d’Amnesty International (Belgique)




Monsieur Hensmans,



Voilà de nombreuses années que j’ai accepté d’être, à sa demande, parrain d’Amnesty International, pour le droit des femmes.


J’ai pu à cette occasion soutenir plusieurs campagnes en participant à leur médiatisation.


Le tournant adopté par Amnesty depuis quelques temps m’a fait prendre une certaine distance avec cette ONG.


Le dernier cas en date, à savoir qu’Amnesty considère qu’interdire le voile intégral est une entrave à la liberté, est pour moi la dérive de trop.


Les entraves à la liberté sont à mon avis plutôt les pressions de plus en plus manifestes, jusque dans nos contrées, pour obliger des femmes à se couvrir. A ce titre, je ne puis plus soutenir le point de vue d’Amnesty.


La burqa est loin d’être anodine, elle est plus qu’un voile, elle prive toute femme d’une élémentaire liberté de mouvement, elle les oblige à se cacher du regard des hommes, les coupe de l’extérieur, du soleil, de la lumière… Elle concrétise une ségrégation inacceptable. Elle affirme que la femme est par essence un être impur qui n’est que difficilement tolérable sur terre.


Des petites filles se retrouvent également de plus en plus enfermées dans cette « prison mobile », privées des jeux d’enfants les plus naturels, et par extension privées aussi de l’instruction auquel chacun a droit.


J’ai vu pour y avoir habité, il y a une trentaine d’années, les pressions grandissantes, qui au Caire, qui à Tripoli, faisaient qu’une femme, « pour avoir la paix », se couvraient la tête. Je connais de plus en plus, ici, à Bruxelles, dans certains quartiers, des femmes qui, musulmanes ou non, sont la cible d’insultes parce que cheveux au vent, et sont effrayées de se voir si peu soutenues et protégées pour l’élémentaire liberté de se promener en rue en sécurité, à tout heure, en tout lieux.


Je me suis moi-même retrouvé à l’hôpital, avec côtes cassées et perforation du poumon, pour avoir pris la défense d’une jeune fille agressée à cause d’une tenue vestimentaire « contraire à l’Islam ».


Des hommes et des femmes se sont battus tout au long de notre histoire afin d’arriver à une égalité totale qui m’est chère.


Les femmes en Europe ont acquis une visibilité dans tout l’espace public. Chaque fois que l’une d’entre elles se cache sous une burqa, c’est un affront à toutes les autres qu’elle fait, c’est leur liberté à toutes qui recule, ce sont des années de combats qui sont bafouées. Amnesty ne peut approuver que soit ainsi hissé l’étendard de la soumission d’une catégorie de personnes à une autre. Je considère dès lors qu’à ce titre, Amnesty s’est détourné de son idéal original et je ne puis dès lors plus rester parrain de cette ONG.



Veuillez donc acter ma démission.



Bien à vous,



Bernard Swysen
Auteur de Bandes dessinées.


Causeur.fr


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 26/07/2014 01:09
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: Amnesty International est-elle complice de l’immigration-invasion ?
#2

STOP Amnesty International

Ces fauteurs des guerres à venir devront un jour être jugés.

Les réactionnaires ont été très actifs en matière de désinformation ces temps-ci ; d’ailleurs, l’association Amnesty International s’en est émue et a décidé de répondre à cette bête immonde, dont le ventre encore fécond accouche régulièrement d’histoires abracadabrantesques destinées à transformer le peuple européen en une masse aveugle et haineuse.

Suite à un énième « hoax » des forces du mal, certains européens se sont déclarés inquiets de l’arrivée massive d’immigrants, toujours plus nombreux, sur les côtes italiennes.

23.000 réfugiés sont morts en tentant de pénétrer l’Union européenne au cours des 15 dernières années. Pour Amnesty International, « la responsabilité de la mort de celles et ceux qui essaient de rejoindre l’UE est collective ». Veulent-ils encore culpabiliser les populations européennes condamnées à accueillir toute la misère du monde depuis des décennies, alors que dans le même temps nous subissons de multiples crises et, notamment, une terrible perte d’identité ? L’association humanitaire a au moins eu la décence de saluer l’opération Mare Nostrum qui a pu sauver pas moins de 93.323 réfugiés lancés à l’assaut des côtes transalpines en à peine … 6 mois !

Chaque année, la France voit son sol pénétré par pas moins de 200.000 à 300.000 clandestins. Ces chiffres sont ceux d’une invasion et non ceux de migrations normales. Mais où chercher un responsable, si ce n’est du côté d’une association comme Amnesty International elle-même ? Par ses déclarations irresponsables (faisant peser le poids moral de l’immigration sur le dos des Européens), Amnesty International se place en complice et donne un signal encourageant les clandestins à débarquer. Ces propos ne sont rien moins que criminels. Au même titre, les gouvernements, les associations gauchistes, les célébrités du « camp du bien », les patrons qui ont joué à la baisse sur les salaires sont les vrais responsables de tous ces morts, et par là même de l’infernal chaos humain et matériel que subit aujourd’hui l’Afrique.

Les arrivées toujours plus importantes de migrants en fuite sont, pour l’Europe, un danger mortel tant sur le plan civilisationnel (cet ajout humain ne s’intègre ni ne s’assimile pas) qu’au niveau matériel, car notre système social est parasité par la saignée que provoque, par exemple, le système de l’Aide médicale d’État (AME). Sait-on que des femmes se pressent de venir deux mois avant leur accouchement sur le sol français, puis prétextent avoir perdu leurs papiers, pour pouvoir mettre au monde et scolariser leurs enfants ici, le tout aux frais de l’État. Pourquoi aucun responsable politique n’ose-t-il affronter, ou même révéler, ces faits ?

Pourquoi ne parle-t-on pas non plus des terribles affrontements qui opposent des clandestins à Calais aux forces de l’ordre et aux habitants ? Ce sont les associations comme Amnesty International qui encouragent à cela. Ces fauteurs des guerres à venir devront un jour être jugés.

Gabriel Robin
Juriste


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 06/08/2014 22:14
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !