Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Qui arme l’Etat islamique ? [Actualité en France]





Qui arme l’Etat islamique ?
#1

djihad Hollande

On sait que c’est une lecture à la lettre de certaines sourates qui inspire le bras des « criminels au nom de l’islam »… Si cette lecture du coran est en quelque sorte le commanditaire du crime, qui a fourni les armes ?

La question est dans tous les esprits et les regards se tournent spontanément vers les pays du Golfe. C’est un peu rapide. Ces Etats ne disposent d’aucune industrie, ni d’aucun savoir faire pour procéder à un tel équipement.

Le 4e exportateur mondial est la France, derrière les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la Russie. Seuls ces pays sont en situation de capacité et disposent des réseaux pour livrer à peu près tout et n’importe quoi partout dans le monde, du lance-pierre au porte-avions. Prenez le budget de l’Etat islamique en Irak : 1 milliard d’euros dévoués à la guerre et l’extermination. Un budget militaire qui ferait envie à bien des Etats dans le monde.  Aujourd’hui, d’autres ouvertures de nouveaux califats en Libye et au Nigeria : bientôt près de chez vous.

En 2011, pour démontrer la qualité de leur matériel militaire la France et la Grande Bretagne ont réduit en cendres l’état libyen en quelques semaines. Par la grâce de Nicolas Sarkozy, la bénédiction de BHL et pour liquider un différent personnel, le pays le plus riche d’Afrique est revenu à l’âge de pierre. Victoire : 600 000 personnes y attendent aujourd’hui de se jeter sur les côtes européennes. Pour peaufiner le boulot la France a livré des armes aux rebellions du coin, en Libye, puis en Syrie. Les décideurs éclairés de cette époque pas si lointaine ont jugé qu’il était de l’intérêt supérieur de la France d’armer des rebellions ethniques et religieuses dans un état souverain. Imaginons que demain quelque pays étranger arme des rebelles islamistes dans nos banlieues… On aurait l’air malin avec nos éducateurs en kway et nos CRS syndiqués…

« Acheminer des caisses de grenades est devenu aussi carré que la chaîne du froid chez Système U. »

Ces livraisons, apprend-t-on dans la presse, étaient « validées » après que la « traçabilité » et le « circuit » ait été « vérifié et inspecté ». Pour s’en assurer, on a commencé par envoyer des couvertures et des médicaments. Nos fonctionnaires étaient contents : magie de l’internet, suivez votre colis de bastos en temps réel ! La livraison d’armes aux normes ISO 9000-1 avec une sorte de Bureau Veritas du flingue ; Signez l’envoi des fusils d’assaut tranquillement depuis votre bureau du quai d’Orsay, recevez un Paypal et rentrez chez vous le soir dans le 5e arrondissement pour un plateau sushis – DVD.

Que le populo se rassure et n’aille pas tout de suite voter FN en lisant ma prose : des « experts » avaient trié le bon grain de l’ivraie. Au beau milieu des 1 500 bandes, groupuscules, tribus, mafias qui pullulent dans ces guerres civiles, nos experts ont identifié les « bons » rebelles, ceux que nous pouvions fournir en calibres avec la main sur le cœur. Acheminer des caisses de grenades est devenu aussi carré que la chaîne du froid chez Système U.

Un peu plus tard, en 2013, nos soldats au Mali ont fait d’incroyables découvertes au fond des grottes des terroristes : au milieu des kalach, des feuilles Pôle emploi et des cartes vitales. C’est malin et bien pensé le djihad ! Mon frère, si un para te colle un pruneau et ne t’expédie pas au paradis des 70 jeunes vierges (de moins de quinze ans) : pas grave, t’as la sécu. Tu rentres en France et si t’as un bobo, tu vas aux urgences. Les dhimmis paieront. Et surtout les gars, n’oubliez pas d’actualiser en fin de mois : le djihad d’accord, mais il faut faire bouillir la marmite.

Pendant ce temps le petit patron franchouillard dans sa PME haut-marnaise, lui, se porte caution pour payer les cotisations sociales de sa boutique. Et s’il se plante, il n’aura pas les allocations. Mais lui on s’en fout, il est de la « France d’avant ».

Ce qu’on sait aussi  et c’est plus grave, c’est qu’il y a une forme de complaisance, voire de complicité au plus haut sommet de l’Etat à l’égard de ces réseaux criminels. C’est ainsi que le haut fonctionnaire responsable de ces transferts d’armements au Quai d’Orsay en 2012 et 2013 reportait directement au ministre Laurent Fabius : il est l’actuel ambassadeur de France en Israël. Ce qu’on sait encore c’est que sa compagne était en charge pour la Caisse des Dépôts des investissements de certains fonds souverains en France ; parmi lesquels en premier lieu les champions qataris et saoudiens dont on connaît l’appétit et les ambitions culturelles. Ceux qui ont rebaptisé le théâtre de Fontainebleau « Khalifa bin Zayed al Nahyan » contre 10 millions d’euros de pétrodollars pris dans le panier de la ménagère qui paye son mazout avec… Les mêmes qui sont mouillés jusqu’au cou dans le financement de l’EI…

« Le doute n’est plus permis, de sérieuses enquêtes s’imposent sur les liens, les réseaux et les complicités dont disposent ces gens dans notre pays. »

On comprend mieux pourquoi nos grands chefs politiques sont gênés aux entournures par l’usage du couteau de cuisine que font leurs bons rebelles. Leurs grands experts et très hauts fonctionnaires vont plaider l’erreur collective, la bonne foi : on avait des ordres, on ne pouvait pas savoir, on faisait la sieste, on n’était pas encore poste, etc. Mais tel le préfet de police giflé en plein Paris, ils sont rattrapés par la réalité. Car, en fait, si, on savait très bien. Depuis le 11 septembre 2011, on sait qu’armer une rébellion islamo-djihadiste, c’est mal. On sait que leurs katibas se font et se défont au gré des finances des caïds qui les commandent ou des fatwas des prêcheurs qui glapissent leur charabia maudit autour des mosquées radicales.

Selon le bon mot de l’excellent Plenel, la France a la chance d’être le premier pays musulman d’Europe. La France a-t-elle aussi la chance d’être le premier pays européen à aider l’Etat islamique pour redorer le fronton de quelques beaux bâtiments ?

Si c’était vérifié, ce n’est plus de la complaisance, mais de la complicité. En France, celui qui a fournit l’arme du crime est toujours jugé complice de l’assassin. Le doute n’est plus permis, de sérieuses enquêtes s’imposent sur les liens, les réseaux et les complicités dont disposent ces gens dans notre pays.


NDF





http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 18/09/2014 05:13
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !