Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> [GB] Racisme anti-blancs au carnaval de Notting Hill de Londres [Actualité Mondiale]





[GB] Racisme anti-blancs au carnaval de Notting Hill de Londres
#1

Racisme anti-blanc - Une jeune fille agresséee à Londres

Le carnaval de Notting Hill Londres est la plus importante fête de rue en Europe et est considéré par les autorités locales comme une célébration énergique de la diversité multiculturelle londonienne.

Il semble hélas que certaines jeunes femmes blanches  n’aient pas l’esprit festif requis pour un évènement si  joyeux.

   

@DICS131294 Mary Brandon stands up to Notting Hill Carnival groper. Black man sought. RT http://t.co/mNPfWJKxbU …. pic.twitter.com/WTExLFwzvp

    — andreas soridis (@andreassoridis) 27 Août 2014

 

Mary Brandon a mis en ligne des photos de son visage terriblement abimé après avoir été frappé par un homme à qui elle avait demandé d’arrêter de la tripoter dans la foule.

«  Je l’ai repoussé alors qu’il me tenait par les fesses, c’est mon droit de ne laisser personne toucher mon corps. Il a alors reculé et ma frappé en plein visage. »
« Le Carnaval est censé rapproché les communautés et j’étais venue pour passer un bon moment et au lieu de cela je me suis retrouvée pendant 9h aux urgences parce qu’un homme pense qu’il a le droit de frapper une femme qui dit non : je suis tellement furieuse contre lui. »

Mlle Brandon rajoute que les femmes ne devraient pas sortir de chez elles en ayant l’angoisse de se faire agresser.

Son amie, Rebecca Hammerton, présente lors de l’attaque précise: « Nous venions d’arriver et je me trouvais à côté d’elle. Quand Mary a repoussé l’homme plusieurs personne ont rigolé et c’est peut-être cela qui l’a vexé. Et c’est à ce moment qu’il s’est retourné et a frappé de toute sa force. » « Puis il s’est éloigné tranquillement  avec une amie qui était à ses coté. Il était calme, pas du tout hors de contrôle. »

Mlle Brandon a même créée une page Facebook ou elle s’adresse directement à son agresseur lui répétant qu’une femme n’est pas une propriété publique et que s’il n’accepte pas cela il n’a rien à faire ici.

Et cette brutale mise en avant sur les réseaux sociaux a reçu un grand soutien et fait ressortir d’autres témoignages restés cachés jusqu’à présent : Hanna Dart répond sur Facebook qu’elle avait été menacée avec un tesson de bouteille pour avoir hurlé quand un homme lui avait saisi la poitrine. « Je suis tellement furieuse contre ces hommes qui prennent notre espace et notre liberté pour satisfaire leur pathétique egos. Continuez à vous battre, vous faites un super boulot ! »

Mais Mlle Brandon précise aussi que beaucoup de ses amies lui ont suggéré que le mieux en pareil cas était de ne rien faire du tout. Mais elle ne pouvait tout simplement pas se résigner à laisser un tel comportement passer inaperçu car alors elle et d’autres femmes se feraient encore et encore agresser dans l’indifférence générale.

La publicité quelle a donné à sa terrible mésaventure a eu un important écho dans la presse mais absolument aucun media national tel que The Independent ; BBC, l’Express.co, l’HuffingtonPost ou London24 n’a donné de détail sur l’agresseur. Seul l’Evening Standard mentionne que Scotland Yard recherche un homme noir de 1,80m âgé d’environ 30 ans, habillé en noir avec une casquette plate.

Le terrible scandale de Rotherham n’a visiblement pas changé les habitudes de la presse britannique toujours dans l’autocensure politiquement correcte.

Henri Guillaumet pour Novopress




http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 21/09/2014 00:45
Déclaration des droits de l’homme de 1793 art. 35 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: [GB] Racisme anti-blancs au carnaval de Notting Hill de Londres
#2

urinoir Notting Hill

 

 

Mary témoigne de son agression lors du carnaval

Selon Mary Brandon (...), un jeune homme n'a pas arrêté de la peloter alors qu'elle profitait du festival dans les rues de Notting Hill. "Un homme dans la foule pris mon c**", explique-t-elle. "Quand je lui ai dit de ne pas le faire, il a recommencé. Je l'ai repoussé, exerçant mon droit de dire à un homme d'arrêter de toucher mon corps sans ma permission, il m'a alors donné un coup de poing dans le visage", affirme-t-elle (...). "Le carnaval est supposé être à propos des communautés et des bonnes vibrations. Je voulais passer du bon temps mais à la place, j'ai passé neuf heures aux urgences à cause de ce lâche", continue Mary, visiblement énervée. "Une femme devrait être autorisée à sortir de sa maison sans la crainte d'être agressée sexuellement. Et elle devrait être capable de se défendre elle-même, sans se retrouver à l'hôpital"(source).

 

 

De nouvelles violences cette année...proches d'être des assassinats

Selon les dernières statistiques de la police, les violences ont augmenté lors de ce dernier week-end de fêtes à Notting Hill par rapport au Carnaval de 2013 (source). Plus de 250 personnes ont été arrêtées en 2014.

carnaval Notting Hill

Ce qui frappe particulièrement cette année, c'est l'épidémie d'un nouveau type de violence dont ont été victime les festivaliers. Le Commissaire Sir Bernard Hogan-Howe s'est dit "préoccupé par le nombre de coups de couteau", dont certains d'entre eux étaient "proches en centimètres d'être des assassinats" (source).

police Notting Hill

Pour rappel, en 2013, 279 personnes avaient été arrêtées. Parmi celles-ci, 58 étaient avaient commis des infractions à l'ordre public, six d'entre elles des actes de vandalisme et 18 étaient en possession d'une arme offensive. Il y a eu 16 attaques contre la police, 91 personnes arrêtées pour de la drogue, 2 ont été arrêtés pour agression sexuelle, 12 pour vol qualifié, et 6 pour "coups et blessures volontaires graves" (=GBH). Selon le surintendant principal Michael Johnson, le nombre de crimes signalés en 2013 était «nettement à la baisse » par rapport à 2012. Il considère que la délinquance était ainsi restée à un minimum (source).

 

A quoi ressemblent la plupart de nos carnavals ?

En Europe, la plupart des fêtes populaires prennent la forme de défilés festifs à la gloire de nos traditions et de notre passé local.

En Belgique, comme on aime beaucoup festoyer entre amis et entre voisins, quelques-uns de ces défilés folkloriques sont même connus au-delà de nos frontières : le Carnaval de Binche avec ses Gilles (source), la Laetare à Stavelot avec ses Blancs-moussis (source) ou encore les fêtes d'Outre-Meuse avec ses Géants (source) et l'enterrement de Matî l'Ohê (source). Mais si vous cherchez un peu, il existe au moins une de ces fêtes populaires pour chaque ville ou village et les petites mains sont toujours le bienvenue pour les préparatifs. C'est ce qui contribue à la cohésion des habitants.

carnaval Belgique

 

 

Un carnaval créé de toutes pièces par la population immigrée...comme réponse au racisme ambiant (source)

A Notting Hill, le carnaval où a été agressée Mary est différent de nos fêtes belges dans le sens où le carnaval de Notting Hill ne fait aucune référence historique ou folklorique au passé britannique. En réalité, toute l’histoire du carnaval de Notting Hill est liée à l’histoire de l’immigration antillaise à Londres. Cette fête fut en effet initiée par les immigrés noirs issus des Caraïbes, en particulier de Trinidad, qui représentent une forte proportion de la population du quartier.

Historiquement, des travailleurs antillais furent recrutés activement par l’Etat britannique en manque de main d’oeuvre dans les années 1950. On leur avait toujours inculqué la supériorité de la culture anglaise. A cause d'un racisme très présent dans le marché immobilier, ils ont été poussés à se regrouper dans des quartiers. De plus, les travailleurs devaient généralement prendre des emplois en-dessous de leur niveau de qualification.

En 1958, de jeunes blancs s’organisèrent pour attaquer les Noirs du quartier de Notting Hill. Les logements de couples mixtes furent attaqués eux aussi. Les conflits durèrent plusieurs jours. La police a été accusée d'avoir sciemment refusé d’intervenir pour défendre les citoyens antillais.

Suite aux émeutes, au début des années 60, plusieurs tentatives de carnaval ont été lancées afin de constituer à la fois une revendication de résistance antiraciste  (le message implicite est « Nous voulons apparaître nombreux et bruyants en public, antillais et fiers de l’être ») et aussi comme réaction défensive au racisme (le second message implicite : « Vous voyez, nous avons quand même quelque chose à apporter»).

costume carnaval

Malheureusement, dans les années 1970 et au début des années 1980, le carnaval a été un lieu d'affrontements entre la police et les jeunes issus de l'immigration. Les autorités policières en avaient une vision très négative et essayèrent de faire interdire le carnaval. Depuis, la situation a évolué, et les autorités britanniques ont davantage tendance à revendiquer le carnaval comme preuve de la bonne intégration des immigrés en Angleterre.

 

 

L'islam a-t-il un rôle à jouer dans les nouvelles violences qui ont eu lieu au carnaval de Notting Hill ?

Puisque le carnaval de Notting Hill se revendique comme étant une fête d'origine caribéenne et non européenne, on peut dès lors comprendre que des tensions communautaristes puissent resurgir suite à divers conflits d'ordre international qui impacteraient les natifs caribéens.

resto Notting Hill

Tout le monde s'accordera sur plusieurs affirmations :

- la pensée djihadiste se vulgarise dans le monde musulman
- les violences djihadistes ont pris un élan particulièrement médiatique depuis une année, avec la création de l'Etat Islamique (génocides, décapitations, égorgements, viols des femmes...)
- les djihadistes sont fascinés par l'écoulement du sang de leurs victimes (ils se filment dans leurs méfaits, un couteau à la main)
- les violences physiques commises au carnaval de Notting Hill en 2014 dépassent largement les statistiques des autres années
- les violences perpétrées à Notting Hill cette année ressemblent à des tentatives de meurtre au couteau

Par conséquent, je me demandais si l'islam pouvait avoir eu une quelconque influence sur les Caribéens. Quelle est traditionnellement la religion des Caribéens ? Certains d'entre eux sont-ils devenus musulmans ? Existe-t-il une communauté musulmane caribéenne à Notting Hill ?

 

 

L'islam s'installe même aux Antilles, situées dans la Mer des Caraïbes

Antilles Caraibes

Dans un de mes précédents articles, j'évoquais l'islamisation des Antilles. Cet article faisait suite à un accident de minibus mortel qui avait eu lieu pendant la période du ramadan 2014. La question était de savoir pourquoi le chauffeur, d'origine guadeloupéenne, était en état d'hypoglycémie alors qu'officiellement, il ne pratiquait pas le ramadan. Je sous-entendais que peut-être le chauffeur aurait pu s'être récemment converti à l'islam, comme d'autres jeunes noirs de son pays d'origine.

Vous pouvez consulter l'article ci-dessous pour plus de détails...

Minibus Aube : Pourquoi le chauffeur qui ne fait pas ramadan a-t-il mangé très légèrement ?

 

 

Quelles sont les religions pratiquées à Trinité-et-Tobago ?

Selon un site de diplomatie du gouvernement français (source) :

- 50 % de chrétiens (dont 26 % de catholiques ; parmi les protestants, 7,8 % d’anglicans, 6,8 % de pentecôtistes, 4 % d’adventistes du 7ème jour, 3,3 % de presbytériens, 1,8 % de baptistes et 0,9 % de méthodistes) 
- 22,5 % d'hindouistes
- 5,8 % de musulmans

islam Trinité Tobago

 

 

Comparaison du % des musulmans à Trinidad-et-Tobago, en France et en Belgique ?

Voici les pourcentages de musulmans de Trinidad-et-Tobago lors des grands recensements :
- 1990 : 6,6%
- 2000 : 6,6% (source)
- 2011 : 5,0% (source)

Dans un livre publié fin 2010, intitulé "Terrorism and Islam: The Historical Roots and Contemporary Threat" (Esclavage, terrorisme et Islam: racines historiques et menace contemporaine), le Docteur Peter Hammond émettait quelques observations relatives à l’Islam qu’il considère comme une menace. Il renseignait Trinidad-et-Tobago avec 5,8% de musulmans. Selon cet auteur, la France, elle, comporterait 8% de musulmans. Aucune mention n'est faite sur la Belgique.

A titre comparatif, un recensement des populations musulmanes des différents pays du monde, publié le 27 janvier 2011 par le département Pew Forum on Religion & Public Life du Pew Research Center, indique que la Belgique compterait 6% de musulmans, la France 7% et Tinité-et-Tobago 5,8%.

Pour simplifier, on peut donc considérer que le % de musulmans à Trinité-et-Tobago, en France, et en Belgique se situe entre 5 et 8%.

Ce qui est inquiétant, c'est ce que le Docteur Peter Hammond indique à propos de ces pourcentages : "Au-delà de 5%, les musulmans exercent une influence démesurée, qui est fonction du pourcentage de population qu’ils représentent. Par exemple, ils exigeront l’introduction de nourriture halal (pure suivant les critères islamiques), procurant ainsi des emplois aux musulmans dans les métiers de l’alimentation. Ils aggraveront la pression sur la grande distribution pour qu’elle fasse figurer des produits halal dans ses rayons – assortie de menaces en cas de refus d’obtempérer".

Connaissant ce que nous vivons depuis 2 ou 3 ans avec l'arrivée de Sharia4Belgium et les départs pour la Syrie, on peut se demander si Trinidad subit aussi ce genre d'activité terroriste islamique. Vous allez voir que oui...

 

 

Comment l'islam est-il arrivé à Trinité-et-Tobago ?

Trinité-et-Tobago est un pays multiconfessionnel, où les chrétiens (catholiques et protestants) sont majoritaires. C'est une ancienne colonie espagnole devenue colonie britannique en 1797, qui est ensuite devenue indépendante en 1962.

Du XVIe au XIXe siècle, les européens font venir sur l'île des esclaves provenant d'Afrique, puis des travailleurs indiens. Du fait de cette migration, il y a une importante minorité musulmane issue du nord de l'Inde (source).

Ethniquement, les musulmans de Trinité-et-Tobago proviennent majoritairement du nord de l'Inde (83% selon le recensement de 2011) et de l'Afrique (6,3%).

 

 

Y a-t-il une activité musulmane particulière à Trinité-et-Tobago ? (source)

On recense six groupes musulmans à Trinité-et-Tobago :
- Anjuman Sunnat-ul-Jamaat Association
- Tackveeyatul Islamic Association
- Trinidad Muslim League
- United Islamic Organisation of Trinidad and Tobago
- Jamaat al Muslimeen
- TriniMuslims - Rassemblement de Ahlus Sunnah wal-Jamaa'h (Sunnite / Salafiste) Musulmans

Le pays, bien que majoritairement chrétien, connaît en 1987 l'élection du premier président musulman du pays et du continent américain, Noor Mohammed Hassanali (1918-2006). Il est élu président de la République deux fois de suite (deux mandats de cinq années, de 1987 à 1997).

Le "Jamaat al Muslimeen" est un groupe religieux musulman qui signifie littéralement le "Parti des musulmans". C'est une organisation musulmane sunnite, formée d'Afro-trinidadiens, venus des quartiers pauvres et des classes défavorisées du pays. Le leader de ce groupe est l'Imam Yasin Abu Bakr, un converti né Lennox Philip. Ce groupe avait des liens avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. En 1990, ce parti islamiste a tenté de prendre le pouvoir dans le pays grâce à un coup d'État.

 

 

Existe-t-il un djihadisme caribéen à Trinidad ?

Oui ! En mai 2014, un article très complet a été rédigé à ce sujet (source).

djihadistes Trinidad

En voici les éléments les plus importants...

Le 19/03/2014, les services de renseignement du Venezuela ont arrêté un groupe de musulmans engagés dans "une formation pré-jihad". Une photo, extraite d'un de leurs téléphones portables, les montre sur un champ de tir en utilisant des armes de forte puissance.

Ce groupe de musulmans, originaire de Trinidad, a voyagé vers le Venezuela avec femmes et enfants, et a été arrêté à l'Hôtel Plaza à Caracas. Certaines de ces personnes étaient en transit vers la Syrie. En fait, les djihadistes de Trinidad achètetent des billets au Vénézuela pour la Chine, avec un transit via la Turquie. Quand l'avion fait escale en Turquie, ils descendent et rejoignent la frontière syrienne.

Plusieurs éléments ont attiré l'attention sur ce groupe : long séjour, liquidité pour couvrir les factures, membres reclus, visites de nouvelles personnes, personnel hôtelier refusé dans la chambre, changement de grosses sommes d'argent.

Lors de la perquisition, on a découvert : deux téléphones satellites, 20 téléphones mobiles, deux ordinateurs portables, des uniformes de type militaire, des armes de combat, du matériel de formation pour le maniement des armes à feu etc...

Trinité-et-Tobago et le Venezuela ont eu des contacts entre eux. Des informations importantes ont circulé, démontrant que Trinité-et-Tobago avait sur son territoire des problèmes de sécurité alarmants, que les forces de sécurité devaient suivre de près. Comme ailleurs dans le monde, la Trinité craint de voir revenir sur son sol ces djihadistes partis en Syrie, car ils pourraient perpétrer des violences à leur retour. De plus, les petits pays des Caraïbes servent à masquer la véritable nationalité de ces djihadistes, ce qui rend la tâche difficile.

Selon la communauté musulmane à la Trinité, des musulmans de Trinidad combattraient dans la guerre civile syrienne dans le cadre du mouvement anti-Assad. Chaque individu serait payé 150.000 dollars pour venir lutter en Syrie. Le sujet est rarement abordé dans les milieux musulmans à Trinidad. Certains craignent pour leur vie s'ils venaient à parler. De même, les épouses musulmanes ne sont pas disposées à donner des informations sur des amis ou des membres de leur famille.

 

Conclusions

Il est troublant de constater qu'une activité djihadiste semble s'intensifier à Trinité-et-Tobago, comme chez nous, et comme partout ailleurs dans le monde.

Il est également assez percutant de voir qu'il existe une  recrudescence des agressions au couteau par des hommes de couleur sur des habitants de souche, de préférence des femmes blanches jeunes et jolies.

La religion de ces hommes, même si elle n'est jamais vraiment mise en avant, pose toutefois question puisqu'il s'avère assez souvent qu'ils ont été éduqués dans la tradition musulmane, voire qu'ils se sont convertis à l'islam.

Ne pensons pas trop vite que l'agression qu'a subie Mary Brandon au carnaval de Nothing Hill n'est qu'un fait isolé entre deux individus avec lesquels nous n'avons aucun lien. Cet événement est la pointe d'un iceberg que les médias refusent de nommer par crainte d'être taxés de racisme.

Non, tous les habitants de Trinité-et-Tobago ne sont pas des musulmans agressifs et violents. Oui, cette agression pourrait être l'oeuvre d'un endoctrinement islamique...Voilà ce qu'il faut à tout prix dénoncer.

 

 


http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 22/09/2014 08:18
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !