Accueil >> Stop islam, UE et traitres politiques >> Arguments contre l'Aïd el-Kébir, le sacrifice des moutons, l'abattage rituel et la viande halal [Halal - Bien être animal ]




(1) 2 3 »

Arguments contre l'Aïd el-Kébir, le sacrifice des moutons, l'abattage rituel et la viande halal
#1

vengeance halal

 

Que l'on soit musulman ou pas, quels sont les arguments contre le sacrifice rituel du mouton (ou de tout autre bête) lors de l'Aïd el-Kébir ? Vous l'aurez compris, ce post a été rédigé de façon à expliquer aux musulmans pourquoi les non-musulmans sont réticents à cette pratique.

Ici, on ne cherchera pas à effacer le souvenir de la tradition ancestrale et ce que ce geste représente dans la culture musulmane. On tentera juste de montrer qu'il existe un ensemble de données permettant de penser qu'il serait sage de stopper le sacrifice d'êtres vivants au nom d'Allah.

Au vu de ce que nous connaissons aujourd'hui, sur notre monde et sur nous-mêmes, les musulmans ont le devoir réfléchir aux gestes qu'ils posent. Ils ne peuvent plus en effet rester sourds à la polémique qui enfle au sujet de l'Aïd el-Kébir. Beaucoup de choses ont été dites, lesquelles ont parfois été interprétées par les imams et par les musulmans eux-mêmes comme des pensées islamophobes, de façon à éviter toute remise en question de leurs sacrifices rituels. C'est bien dommage. Les musulmans gagneraient à écouter ce que nous avons à leur dire. Tout ce qui a été publié ou écrit dans les forums n'était pas systématiquement destiné à leur faire du tort, bien au contraire.

Ce qui suit est donc une synthèse qui permettra aux musulmans, espérons-le, de se convaincre qu'ils doivent évoluer vers une autre forme de sacrifice, tout en laissant la vie sauve aux animaux, de façon à s'élever vers quelque chose de différent voire de plus spirituel.

 

Rappel de l'esprit de l'Aïd el-Kébir...du mode opératoire du sacrifice du mouton...et de la controverse parmi les occidentaux

Selon la légende, l'archange Gabriel empêcha Ibrahim (Abraham chez les juifs et les chrétiens) de tuer son propre fils Ismaël en le poussant à sacrifier plutôt un mouton. Depuis, pour commémorer la soumission à Dieu d'Abraham et pour remercier Dieu, on sacrifie une "bête de troupeau" et on la partage avec ses proches et les pauvres.

C'est un hadith (un dit du prophète Mahomet) qui prescrit le sacrifice d'un mouton. Il faut que la tête de l'agneau soit tournée vers la Mecque, l'essentiel étant d'être à peu près dans la bonne direction. Ensuite, le sacrificateur doit prononcer la prière rituelle «Bismillah Allah Akbar» («Par la grâce de Dieu, Dieu est grand»). Très souvent, il annonce à voix haute pour qui va ou vont être égorgé(s) le(s) mouton(s). Il arrive parfois que les bouchers spécifient le nom de chaque famille à voix haute. Ensuite ça va très vite: «un aller-retour» et la bête se vide de son sang. Normalement, il ne faut pas que la bête voie la lame avant le sacrifice. Une fois l'agneau égorgé, on peut en faire ce qu'on veut. Par contre, avant, on ne peut pas l'étourdir. Il faut que l'animal soit conscient.

La pratique de ce sacrifice à domicile est controversée dans certains pays occidentaux. Cependant, certains pays européens comme la Belgique et la France essayent d'organiser des abattages dans des abattoirs officiels ou des abattoirs mobiles afin de permettre d'assurer les meilleures conditions sanitaires d'abattage.

 

Voici un aperçu des controverses qui seront discutées...

Dans les messages qui suivront, je reprendrai point par point les différentes controverses en défaveur du rituel de l'égorgement halal.

CONTROVERSE D'ORDRE ETHIQUE    
Le sacrifice halal entraîne des souffrance animales inévitables
A l'échelle mondiale, le rituel du sacrifice est une catastrophe écologique

CONTROVERSE D'ORDRE PHILOSOPHIQUE        
Banaliser l'égorgement conscient des animaux, c'est encourager la barbarie islamique
D'un point de vue anthropologique, celui qui continue à sacrifier ne peut pas évoluer

CONTROVERSE D'ORDRE SANITAIRE  
Augmentation du risque sanitaire lié à des maladies infectieuses dans les cheptels
La viande halal est facilement contaminée par la bactérie E. coli, dangereuse pour l'homme

CONTROVERSE D'ORDRE LEGAL            
C'est déjà une exception à nos lois
Abattre un mouton chez soi est illégal en Europe
Fin de l'abattage sans étourdissement... à partir de janvier 2015 en Belgique
Plusieurs pays ont déjà interdit l'abattage rituel

CONTROVERSE D'ORDRE COMMERCIAL  
Une fête à visée commerciale
Flambée des prix des moutons liée au marché
Tous les moutons vendus dans la grande distribution ne seraient pas sacrifiés selon la tradition

CONTROVERSE D'ORDRE ORGANISATIONNEL     
Difficulté d'acheter son mouton chez l'éleveur
Le manque d'abattoirs halal certifiés en Europe

CONTROVERSE D'ORDRE CULINAIRE ET GUSTATIF  
La viande de mouton ne plaît pas à tout le monde
Les animaux égorgés sont stressés et donnent une viande de mauvaise qualité

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/10/2014 11:53
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Arguments contre l'Aïd el-Kébir, le sacrifice des moutons, l'abattage rituel et la viande halal
#2

sacrificateur halal

 

CONTROVERSE D'ORDRE ETHIQUE

Le sacrifice halal entraîne des souffrances animales inévitables

Chaque année, la mise à mort de centaines de milliers de moutons au moment des fêtes de l’Aïd entraîne des souffrances animales inévitables. C’est le cas dans les abattoirs agréés, pire encore lors des abattages clandestins.

Tarik Ramadan : « Pendant la grande fête, il existe une sunna, un acte recommandé, qui consiste à sacrifier un mouton. C’est un acte recommandé que les habitudes nationales et familiales ont parfois transformé en obligation. Ce n’est pas le cas. C’est une recommandation. De plus, depuis bien longtemps des savants musulmans ont rappelé que l’on pouvait offrir l’équivalent du sacrifice en don d’argent ou de nourriture pour les pauvres. À l’heure où certains sacrifient leur mouton sans toujours pouvoir respecter les animaux – qui trop souvent sont maltraités et souffrent -, à l’heure du gaspillage de la viande… il est impératif de ne pas se perdre dans les pratiques traditionnelles et de revenir à l’essence du message de l’islam : se donner les moyens de respecter les animaux et de nourrir les pauvres. Il vaut mieux alors s’abstenir de sacrifier un mouton et envoyer une somme d’argent équivalente aux pauvres du monde. »   Source   

Les conséquences terrifiantes pour les animaux d'un égorgement sans étourdissement préalable sont expliquées dans un rapport : "Report on the Welfare of Farmed Animals at Slaughter or Killing ; Part 1: Red Meat Animals", publié en 2003 par le Farm Animal Welfare Council (FAWC), organisme consultatif britannique indépendant constitué de vétérinaires, de zoologues, de chercheurs et de spécialistes de la protection des animaux : "Quand une incision transversale très large est pratiquée au cou, divers tissus vitaux sont sectionnés: peau, muscles, trachée, œsophage, artères carotides, veines jugulaires, principaux faisceaux nerveux (p.ex. nerfs vagues et nerfs phréniques) ainsi que divers nerfs de moindre importance. Une incision aussi importante entraîne inévitablement une rupture d'information sensorielle vers le cerveau chez un animal sensible (conscient). Nous sommes persuadés qu'une blessure aussi considérable entraîne une douleur et un stress très importants pendant le laps de temps qui précède l'insensibilité". Le FAWC a demandé l'interdiction de l'abattage rituel sans étourdissement préalable et Judy MacArthur Clark, qui en était alors la présidente, a déclaré: "Il s'agit d'une incision importante dans le corps de l'animal et dire qu'il ne souffre pas est tout à fait ridicule".

Par respect pour les animaux et parce que la grandeur de l'homme s'évalue à la façon dont il traite ses animaux, les musulmans devraient choisir l'alternative du don.

 

A l'échelle mondiale, le rituel du sacrifice est une catastrophe écologique

Abdelwahab Meddeb : "Nous sommes de plus en plus nombreux sur cette terre. Il y a 1,5 milliards de musulmans. Vous imaginez ? Il y aurait 700 millions de bêtes qui seraient abattues en une journée. Vous imaginez le bain de sang que cela fait ? Vous imaginez les ruisseaux de sang que c'est ? Vous imaginez la catastrophe que c'est ?" (voir ci-dessous la vidéo de son interview). 

Quelques chiffres de l'Aïd el-Kébir pour comprendre le bain de sang versé...

Aïd el-Kébir 2014 : le même jour les musulmans modérés et les islamistes du monde – 1,5 milliards d’individus – ont égorgé 75 millions de moutons.  Source   

En Algérie en 2014, on estime que 3 à 4 millions d'animaux ont été égorgés le jour de l'Aïd el Adha, si l'on compte les bovins, caprins et camelins.  Source  

En 2013, rien que pour le Maroc, on estime que 6 à 6,5 millions de bêtes ont été sacrifiées pour l'Aïd. Source  

Chaque année lors de l'Aïd, un million de moutons sont sacrifiés à la Mecque via des bons d'échange donnés par les pèlerins.  Source 

En 2004, il y a 10 ans, selon le ministère de l'Agriculture français, 106 000 moutons ont été égorgés, dont 15 000 à 25 000 l'ont été clandestinement (dans des pavillons, des champs...). Source  

Aïd 2012 : "En France, la fête de l'Aïd, largement suivie par la communauté musulmane, est célébrée par le sacrifice de 105/120.000 ovins et de 4/5.000 bovins", selon le président du Conseil français du culte musulman Mohammed Moussaoui.  Source  

On estime entre 5.000 et 20.000 le nombre de moutons qui seront égorgés dans le Var pour l'Aïd el-Kébir en 2010. L'année précédente en 2009, 3.000 bêtes aveint été vendues officiellement.  Source 

Dans le département du Val d'Oise en France, 4500 moutons ont été abattus en 2014 lors de l'Aïd el-Kébir.  Source 

Plus de 2000 moutons sacrifiés officiellement en Haute-Savoie pour l'Aïd 2014.  Source 

5000 moutons plus 560 bovins auront été sacrifiés en trois jours, dans le département de la Loire, pour la fête de l’Aïd-al-Kébir 2014.  Source 

En 2003, selon l'agence Bruxelles-Propreté, le nombre de moutons sacrifiés sur Bruxelles a été plus important que l'année précédente : 1.560 bêtes contre 1.200.  Source 

En 2013, il y a eu exactement 638 abattages rituels uniquement pour l'abattoir temporaire de Molenbeek-Saint-Jean (un quartier de Bruxelles) lors de la fête de l'Aïd.  Source

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/10/2014 12:15
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re : Arguments contre l'Aïd el-Kébir, le sacrifice des moutons, l'abattage rituel et la viande halal
#3

étiquetage halal

 

CONTROVERSE D'ORDRE PHILOSOPHIQUE 

Banaliser l'égorgement conscient des animaux, c'est encourager la barbarie islamique

Le rituel de l'égorgement halal nous fait malheureusement penser à celui que commettent les musulmans au nom de l'islam lorsqu'ils veulent punir, humilier ou tuer des occidentaux et des non musulmans. Pour de nombreux occidentaux, l'abattage halal passe pour être une sorte de répétition à des actes de barbarie à l'encontre de ceux qui n'ont pas adopté "la bonne religion".

Actuellement, sur le sol européen, une curieuse épidémie d'égorgements ont lieu sans que les médias ne paraissent s'en émouvoir. A chaque fois, ce sont des musulmans qui sont les instigateurs de ces agressions. On pense évidemment aussi aux décapitations commises par les djihadistes à travers le monde, dont les meurtres perpétrés par l'Etat Islamique en Syrie.  Source 

Tous ce sang versé trouve sa justification dans les textes du coran, les hadiths et diverses sources musulmanes, lesquels renferment toutes sortes de passages violents et haineux à l'égard des non musulmans. Tout ceci est en contradiction avec une vision humaniste et solidaire du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.  Source  

Accepter le rituel de l'égorgement halal, c'est d'une certaine façon donner du crédit et cautionner la vision d'un islam qui verse le sang des infidèles par l'égorgement et la décapitation. C'est une vision très archaïque de l'islam, qui n'a plus sa place dans notre monde moderne.

 

 

D'un point de vue anthropologique, celui qui continue à sacrifier ne peut pas évoluer

Abdelwahab Meddeb : "D'un point de vue anthropologique, celui qui continue de sacrifier ne peut pas évoluer. Et cela me paraît essentiel et important de vivre aujourd'hui un sacrifice symbolique, un sacrifice mental".

Abdelwahab Meddeb : "J'appelle véritablement les musulmans à savoir vivre un sacrifice symbolique et à être dans un sacrifice mental. Et cela est possible. Et beaucoup de musulmans, je le sais, le font : beaucoup de patriciens, beaucoup de gens d'une certaine distinction qui ont une horreur du sang se débarrassent de ce rite du sacrifice du sang versé, qui nous vient de Rome, de Grèce, du paganisme. C'est un reste du paganisme. C'est très bien, mais le propre du monothéisme est peut-être dans le dépassement des pratiques païennes".

Ces mots sont tirés d'une interview de Abdelwahab Meddeb datant de 2009. Il porte plusieurs casquettes : directeur de la revue internationale Dédale, professeur de littérature comparée à l'Université Paris X, écrivain et poète, animateur de l'émission hebdomadaire «Cultures d'islam» sur France Culture. Le livre cité  s'appelle "Sortir de la malédiction : L'islam entre civilisation et barbarie".   

Les musulmans doivent apprendre à dépoussiérer le coran pour en extraire les symboles. La première chose consiste à refuser le sacrifice d'une bête innocente, qui est un acte primitif, pour le remplacer par un sacrifice symbolique d'ordre personnel et mental, destiné à élever l'homme vers un niveau de conscience morale supérieur.

Si les musulmans ne prennent pas la peine d'évoluer dans ce sens, ils se condamnent eux-mêmes à ne pas prendre part au monde moderne. Ils seront tout simplement considérés par les intellectuels de ce monde comme des humains de seconde catégorie. Leur avis ne comptera pas.

 

http://www.l-union-fait-la-force.info


Publié le: 13/10/2014 14:39
Imprimer Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut







RECHERCHE sur l'UFLF
Newsletter UFLF
Rejoignez-nous patriotes !